Tags Posts tagged with "non"

non

Certains endroits sur terre sont  empreints d’un tel profond mystère que la nature, dans son immensité magique et sauvage , nous impose sa beauté. Continuons notre promenade  sur l’ile de Yakushima, à la rencontre des vieux Sugis, quittons quelque peu le sentier qui longe la rivière et égarons-nous dans cette forêt légendaire.

Lorsque nous  décidons de sortir du sentier, il nous faut avant toute chose  bien regarder où nous posons nos pas pour ensuite nous mettre à l’écoute du sous bois  . 

 

En effet, entre le suintement de l’eau sur les mousses, le bruissement du vent  dans les feuillages, la présence  des animaux ou les craquements de nos pas sur les branches de bois mort, nous constatons l’absence du silence. Il est difficile de retranscrire ici l’atmosphère de calme, de mystère et de paix qui règne sur cette forêt.

Comme notre regard est orienté par la passion que nous nourrissons  pour les paysages aquatiques, la moindre mousse, la  racine la plus noueuse, la plante la plus frêle vont retenir toute notre attention.

Il faut veiller à pas se laisser surprendre par la tombée du jour dans cette forêt déjà si mystérieuse et obscure.

 

Ici, espace et temps semblent suspendus.

Lorsque l’on regarde de plus près, la nature peut nous sembler familière.

Si,avec ses sugis millénaires, la végétation est particulière à Yakushima, les similitudes avec certaines forêts bretonnes, avec leurs blocs de granit , leurs fougères, leurs chênes et leurs châtaigniers, sont incontestables.

Alors en levant nos regards, c’est un monde extraordinaire qui se dévoile à nous. Les arbres prennent des formes qui laissent libre cours à notre imagination. Comme un enfant contemplant les formes étranges et changeantes des nuages, nous découvrons ici, avec des yeux d’aquariophile, une source inépuisable d’inspiration pour des compositions d’aquariums à venir.

 

3 510

Trois semaines après avoir sorti notre Iwagumi du « black-out « , comme nous vous l’avions expliqué dans les articles précédents, il est temps de faire un état des lieux afin de partager avec vous l’efficacité de cette méthode. Nous pouvons dire que la victoire sur la présence de la cyanobactérie est totale, il n’y en a plus trace.

L’aquarium reprend vie à notre grande satisfaction.

La fertilisation, débutée dès la fin du Black Out avec de l’Easy Life Profito + EasyLife Kalium, semble bien convenir. L’Eleocharis acicularis commence à prendre sa place.Toutefois la réapparition d’algues filamenteuses nous a alerté sur un possible déséquilibre Nitrate/Phosphate.

Il nous faut procéder à un test à l’aide des tests Tetra NO3(Nitrate) et PO4 (Phosphate). Les résultats nous révèlent que, malgré la présence de la population et les généreuses distributions de nourriture, les taux de NO3 et PO4 sont à 0 mg/l. Nous décidons de mettre par étape 2,5 ml par jour d’EasyLife Nitro et d’Easylife Fosfo et essayons de surveiller la consommation quotidienne des plantes. C’est en faisant tout pour le bon développement de l‘Eleocharis acicularis que nous réussirons à faire disparaître ces algues indésirables.

Le but d’un aquarium est avant tout d’offrir un spectacle agréable et reposant. Notre choix de population ne nous donne pas satisfaction. Comme nous bénéficions de plusieurs aquariums nous allons intervertir les Sawbwa respendens avec des Simulans. Ce choix plus classique est avant tout décidé pour le bien être de nos sawbwa qui ne semblent pas à leur aise.

0 619

Voici  plus d’une année que nous avons mis en eau cet aquarium cubique appelé la « Fracture »; maissuite à deux déménagements, nous avions eu quelques soucis pour lui faire retrouver l’équilibre perdu. Une fois le CO2 et la fertilisation réintroduits dans le bac, c’est petit à petit que ce projet a repris placeau cœur de notre atelier.

Aujourd’hui, après quelques réajustements les plantes ont pris toute leur place, sous la clareté des Led de l’aquasky 301 ADA. Nous avions remplacé les Rotalas du fond par de l’Eleocharis vivipara et  Eleocharis parvula. Désormais la photosynthèse fait scintiller notre aquarium quelques heures à peine après l’allumage.

Quant à notre Betta HM black orchid arrivé peu avant Noël, nous l’avons installé en urgence dans un bac qui lui est spécialement dédié appelé »Demi-lune « ;mais si l’esthétique des pierres sombres et la beauté rare de ce halfmoonblack orchid  d’un noir opaque et profond, étaient du plus bel effet, il devenait une véritable gageure d’en imprimer la photo, le noir ne ressortant jamais vraiment noir.

En repiquant au fur et à mesurequelques brins de Glossostigma elatinoides, d’Hydrocotyle tripartita et l’Eleocharis parvula à l’avant plan, nous avons réussi à redonner à ce projet une seconde vie. L’ajout de CO2 a considérablement réactivé la reprise.

Au fil des jours, l’ambiance de ce bacest tout à fait surprenante. Exempt de taille, sans autre entretien que de faibles changements d’eau et un léger nettoyage des vitresce nano-bacest une vrai support à la contemplation.

Nous reprenons la fiche technique originale qui a depuis subit quelques modifications.

Nous avons réduit la premièrefiltration et c’est avec un filtre Eden 501 juste posé à l’arrière plan que nous filtrons l’eau de ce bac. La seule raison de cette baisse d’intensité de la filtration est la présence de notre Betta Halfmoon superblack, qui en raison de ses imposantes nageoires, nécessite une eau extrèmement calme et sans remous, ce que semble apprécier également l’Eleocharis vivipara.

0 316

Depuis l’ouverture de l’atelier, la visite, face à ces véritables installations que sont ces paysages aquatiques, est toujours riche en échanges et en émotions pour le public, qu’il soit curieux et néophyte ou aquascapeur averti . Si pour notre bonheur un petit visiteur de 6 ans fait remarquer que l’arbre de la photo est le même que celui de l’aquarium, nous avons là le constat que ce bac est bien en lien direct avec la nature. Cela nous conforte dans nos choix de mixité entre photographie de paysage et paysage aquatique, au sein de notre espace d’exposition . 

Intéressons-nous en images à ce bac minimaliste, nano-aquarium aux allures de  jardin miniature. Quelques semaines après avoir fixé à l’aide de super-glu la Vesicularia Ferriei- Weeping moss sur l’extrémité des branches de la racine d’arbre que vous voyez ici nous pouvons enfin vous présenter quelques photographies.

Lors dela première réalisation de ce bac, dans lequel nous visions à imiter les feuilles d’un arbrenous avions opté pour de la classique Vesicularia dubyanaNous lui avons depuis préféré la Weeping moss qui semble mieux convenir à l’effet que nous recherchions. Certes elle a mis un certain temps à prendre sa forme immergée,mais depuis quelques jours l’extrémité verte de ses rameaux laisse présager une disposition vraiment naturelle, les dernières traces de super glue gel qui la fixait à la racine d’arbre ayant enfin pratiquement disparu.

 

 

Les volumes de ce bac sont particulièrement réduits; la stabilité et l’équilibre de l’ensemble n’en sont que plus sensibles. C’est pour cette raison que nous n’avons absolument rien touché et limité nos interventions au strict minimum durant les premières semaines. 

 

 

 

Dans quelques jours nous allons enfin pouvoirtravaillerles détails et choisir les plantes qui vont accompagner notre Bonzaï aquatique. Voici le bac tel qu’il est à ce jour. Nous devrons revoir l’espace de droite et remplacer la Limnophila sessiflora que nous avions introduite au début pour lutter contre les algues, par une autre plante

 

Fiche technique:

Partir loin, à l’autre bout du monde, nous promener le long d’une superbe rivière, nous perdre en forêt où flâner dans un jardin paysagé sont des activités que nous effectuons régulièrement pour illustrer notre rubrique L’illusion de la Nature.  Poursuivons aujourd’hui  notre promenade le long d’un petit cours d’eau local. 

Nous voici à l’écart des sentiers fréquentés ,au bord de ce ruisseau blottientre deux collines.

Ce lieu -dit des « 3 provinces » fait partie de la commune de Boussay, à cheval entre la Vendée, la Loire Atlantique et l’Anjou. Ici nous marchons sur la rive Angevine.

Un jeune arbre déraciné par une des tempêtes hivernale jonche la berge.

A notre grande surprise nous découvrons deux mousses aquatiques de familles bien distinctes. La première semble être une Fontinalis antipyretica – Willow moss , mais nous découvrons , juste sous la surface de l’eau une autre mousse qui nous fait penser par sa forme à une Vesicularia montagnei – X moss.

Plus nous avançons plus les sources d’inspirations se font nombreuses. Les arbres, encore  majoritairement  dénudés, laissent  la lumière pénétrer jusqu’au sol des berges de la rivière.

Le reflet du ciel sur l’eau et le sable lumineux nous renvoientégalement la lumière dans une douce ambiance.

L’ eau transparente et claire est  à cet instant un  pur  ravissement. 

Un peu plus loin nous apercevons des roches entièrement recouvertes de mousse. Leur disposition nous permetde d’imaginercomment nous pourrions retranscrire cela dans la création de nos bacs plantés.  

Baigné dans la  pénombre la majeure partie de l’année, le ruisseau, en ce jour de printemps, reflète encore le ciel , les nuages et les rayons de soleil que laissent passer les jeunes feuilles des arbres.

Si, promeneurs attentifs à la nature, nous prenons le soin de nous attarder un tant soit peu au bord d’un cours d’eau, nous pouvons découvrir une diversité végétale insoupçonnée .

Ce nouveau projet étant destiné à accueillir des crevettes de notre sélection, nous décidons d’utiliser uniquement des mousses. En plus d’avoir une esthétique vraiment singulière, conférant aux paysages aquatiques une image d’éternité, les mousses sont très utiles pour les habitants de nos aquariums et leur progéniture. Elles sont de véritables infusoires pour les alevins de poissons et les juvéniles des crevettes.

En plus des raisons citées ci dessus, elles se fixent sur des supports et permettent ainsi aux amateurs de crevettes, de retirer les plantes si le besoin se présente sans pour autant déraciner quoi que ce soit. Ce qui est un atout supplémentaire pour la stabilité de l’aquarium.

Munis de ciseaux, du fil de pêche de 16 mm et de petits blocs de pouzzolane où des abris en argile, nous avons tous les supports pour fixer nos mousses.

Nous coupons sans hésiter nos brins de mousse, nous faisons un double essai en  ciselant les portions. Nous recouvrons seulement la partie supérieure de nos supports; en effet il ne faut pas mettre de mousse en dessous car elle pourrirait au contact du sol, créant potentiellement une pollution du bac.

 Si pendant des années les créateurs d’aquariums se sont contentés  d’utiliser la célèbre mousse de Java, la Vesicularia dubyana, depuis l’avènement des aquariums plantés, de nombreuses mousses aquatiques sont apparues. Nous allons tenter de créer un véritable jardin de mousses en jouant sur les formes et les hauteurs. Notre choix est porté sur des mousses « montantes » pour le fond et sur une mousse très simple à l’avant. 

Pour la partie situé derrière les pierres  nous choisissons  Giant Willow moss, Fontinalis antipyretica Willow moss , Taxiphyllum alternans- Flame moss Fissidens fontanus- Phoenix moss  et Vesicularia sp – Creeping moss 

Pour l’avant plan nous mettons un classique que nout taillerons au fil du temps de laVesicularia Dubyana java moss

La plantation, qui n’en n’est pas vraiment une, est un jeu d’enfant. Nous disposons les supports là où nous avons de l’espace et en fonction de la hauteur finale des mousses. La facilité de mouvement des éléments nous permettra de gérer cela au gré de nos envies.

 

Nous laissons un morceau de pouzzolane avec de la Fontinalis antipyretica Willow moss  non taillée pour l’observer et comparer sa pousse à celle des autres.

 

 

 

 

À l’avant-plan les plus petits morceaux de pouzzolane ont été utilisés pour fixer la mousse de Java dans les interstices.

 

 

 

 

 

Éloge de la patience et du temps, ce projet  est pensé pour nos crevettes, avec cette partie cachée, cette véritable aire de repos, champ de mousse et cette majestueuse Frodo stone servant de terrain de jeu pour les moins timorées. Ce décor devrait devenir notre studio photo car nous avons repéré plusieurs juvéniles se faufilant sur les jeunes mousses et les adultes déambuler sur la pente.

0 411

Données techniques:

Aquarium Floraquatic 90x45x45

Filtration Fluval G6 

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865

Co2  Ista 1 bulle par seconde pendant l’allumage

Taille et changement d’eau de 10% : le vendredi, nous taillons une plante par semaine afin de ne pas rompre l’équilibre.

Fertilisation : Profito: 16ml par semaine  chaque lundi + Easy Life EasyCarbo + Easylife Kalium + Easy Life Nitro + Fosfo ( 2,5 ml par jour)

Décor:

Deux racines Desert Wood + ADA Aquasoil New Amazonia

Plantes: Rotala  indicarotundifoliawalichii Juncus repensHydrocotyle verticilata Limnophila sessilifloraHemianthus micranthémoidesHygrophila polyspermaUrticularia graminifoliaGlossostigma elatinoides 

Invertébrés: caridina cantonensis var Taïwan Bee cardina cantonensis black crystal grade A à SS 

Paramêtres :  PH 6,8  KH 4 GH 6 conductivitée:  +- 350 ms , température 24°c

2 471

Nous avons établi notre choix de plantes et commençons ce nouveau projet tranquillement. En effet, vesicularia sp, Anubias var petite et Lilaeopsis mauritania sont des plantes à croissance  lentes et peu exigeantes. Pour les installer, nous allons créer un véritable bac Lowtech: sans Co2  et muni d’ un éclairage réduit: soit 84w en T5 Philips 865 pour 182 litres, pendant  une durée de 6 heures par jour.

Nous éparpillons  la mousse vesicularia sp sur la Black Lava stone ADA de façon sporadique sur notre plan de travail et fixons sur la pierre par petite touche au moyen de la super glu en gel cette mousse;  elle s’accrochera plus vite à la pierre et de façon plus robuste. Pour cela nous découpons nos trois portions de vesicularia sp en petits morceaux.Cette méthode nous permet d’en disposer à des endroits vraiment spécifiques et bien choisis .

La méthode est simple: nous déposons une goutte de super glu gel à différents endroits. Nous disposons de dix minutes pour coller la mousse. Il est conseillé de faire cela en plusieurs étapes et avec précision  afin de ne pas oublier des points de colle qui seraient disgracieux.

 

 

 

Munis d’une pince droite fine et à l’aide des doigts, nous pressons les morceaux de vesicularia sp humidifiée sur les points de colle. Une fois en eau, la super glu gel reste visible par endroits et  blanchit. Ceci est tout à fait normal et ne doit pas nous inquiéter. Avec le temps, ces zones seront recouvertes de végétation. En cas de ratage nous pouvons ,à l’occasion d’un changement d’eau, réeffectuer  cette opération en rectifiant les zones où la mousse s’est décollée.

 

Nous procédons à une mise en eau rapide afin depermettre à l’aquarium d’atteindre le pic de nitrite sans tarder .De plus nous récupérons les bactéries des filtres déjà rodés que nous avions précieusement gardés dans notre atelier. Les plantes que nous désirons installer sont des végétauxà développement lent et assez sensibles aux alguesAfin de ne pas risquer de  les perdre, nous entamons la réalisation de ce bac en introduisant des plantes à croissance rapide et flottante que nous ôterons dans quelques semaines. Pistia stratiotes et Hydrocotyle vulgaris font parfaitement l’affaire.Puis nous limitons l’éclairage au strict minimum, soit 6 heures par jour.

Le système de filtration est mis en marche pour ce volume; toutefois, la population du bac appréciant l’eau courante  mais préférant un brassage réduit, nous connectons un filtre Tetra Ex 700 et des cannes de rejet Metal power Pipe ADA et canne d’aspiration Metal Jet pipe V1 ADA. Le bout pincé du rejet crée une zone de courant plus fort sans pour autant brasser trop fortement l’eau de l’aquarium.

La qualité, le design et la solidité de l’inox  ADAconvient parfaitement à cette mise en œuvre.

0 337

Best of 2013 Sumida Aquarium

Nous tenons à célébrer la première année de notre rubrique « Articles et Medias » en publiant nos meilleurs clichés issus de notre voyage au Japon. Si ce voyage de 15 jours a pu animer et enrichir notre rubrique tout au long de l’année, c’est que ce pays est aujourd’hui à l’origine du renouveau de l’aquariophilie.

Nous ne reviendrons pas sur les événements que furent la NA party, l’Iwagumi challenge ou nos rencontres avec Shinji Fujieda et Monsieur Minoru Yamagishi l’éminent éleveur de carpes Koi et à l’origine des premières Cardina cf.cantonensis  Red Crystal.

En revanche comme nous n’avons cesse de contempler ces incroyables aquariums paysagés du Sumida Aquarium , nous ne nous privons pas d’une dernière séquence vidéo des meilleurs moments enregistrés sur place.

 

 

 

 

La forêt Primitive

Rappel des données techniques:

L 414  x P 164 x H 170

Sumida aquarium Tokyo Sky Tree tower.

La partie décorative et végétale est composée de grandes racines récupérées au bord de l’Amazone, de la Manten stone dans le bas de l’aquarium et de sable décoratif composé d’un mélange de Plata Sand et Colorado Sand. La teinte claire du sable aide à renforcer l’impression de profondeur et contribue à ajouter de la luminosité. L’aquarium étant d’une hauteur d’1m70, la réflexion de la lumière est extrêmement importante. Sur les racines sont fixés des Microsorum Narrow leaf et des Bolbitis Heudelotii. En arrière plan, des Cryptocorynes Balansae et des Vallisneria donnent vraiment une impression de paysage aquatique. Sous les racines,Takashi Amano a disposé des Anubias barteri nana, des Cryptocoryne Wendtii green ainsi que de la Vesicularia dubyana.

 

L’aquarium est âgé de 7 mois lors des prises de vues. Il est intéressant de noter que le concept du Wabi Sabi cher à Takashi Amano va être une fois de plus mis en exergue avec ce projet. Par ailleurs, cet aquarium devrait s’embellir avec le temps.

Grassland & Stone 

un iwagumi de neuf mille trois cent soixante douze litres existe sur terre et nous avons enregistré quelques images vidéo que nous partageons avec vous. Situé à la Sky Tree Tower de Tokyo à l’entrée du Sumida Aquarium depuis maintenant plus d’une année et demie.

Dans ce genre de situation il est évident que les mots ne pourront rien apporter de plus.

La taille de cet aquarium naturel étant simplement inimaginable…en mètres : 7 mètres 10 cm de longueur x 1 mètre 10 de profondeur x 1 mètre 20 de hauteur…

1 294

Observer le monde sauvage en contemplant chez soi un aquarium est  un plaisir unique et un privilège que l’aquarium Naturel peut nous offrir.

Le décor a été choisi  afin que les habitants du bac se sentent en sécurité. Grâce à une disposition particulière des éléments, nous avons pu créer des zones d’ombre, des cachettes et des passages naturels qui ont offert un environnement agréable aux poissons. Cette disposition nous permet, jour après jour, d’observer les comportements fascinants de ces animaux sauvages. Les grandes feuilles des Cryptocorynes cryspatula et balansae plantés au premier plan et sur les parties latérales du bac, ont fini par créer un rideau qui rassure les poissons qui sont en général  de nature craintive.

 Il est par ailleurs intéressant de noter que, techniquement, ce bac ne nous demande quasiment aucun entretien.

Une première vidéo nous permet de partager avec vous au fil des jours l’évolution de ce projet.

Données techniques :

Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab 13mm, Filtration: Tetra Ex600 , Chgt d’eau 10% tous les mois. (nous comblons l’évaporation avec de l’eau osmosée

Fertilisation :
Flourish potassium

Hardscape : Racine savane 

Plantes :

CryptocorynebalansaecrispatulaWendtii GreenpygmaeaX willisii, Wendtii tropica, albida

Eleocharis parvulaVesicularia montagnei  (X moss)Nymphaea  Lotus tigre rougeRotala indica,Microsorum pteropus windelov

Animaux :

Betta Imbellis, Betta coccina, Caridina Multidentata.

0 117

Suintante d’humidité telle une éponge,  cette île, entièrement préservée et  d’où seraient venus certains des premiers habitants du Japon il y a fort longtemps, a de fortes similitudes avec les jardins japonais tels que nous les connaissons.

C’est lorsque nous nous approchons du sommet de la montagne et que la cime des arbres commence à apparaître que cette similitude montre son authenticité.

 

 

Telle une mer d’arbres baignée de lumière,  la diversité des  matières et des tonalités est une réelle source d’inspiration pour réaliser un bac planté. En observant ainsi toutes ces nuances nous pouvons mieux comprendre comment obtenir un rendu naturel.

Par chance lors de notre passage, un rayon de soleil vient caresser l’extrémité des cryptomères. Nous découvrons alors un monde  paré de nuances de verts, de gris, de rouges, dans un subtil  mariage de pénombre et de lumière  .

Pleine d’esprits et de croyances, cette cime si dense que la lumière ne transperce que rarement, est une merveille  à observer. Alors si par chance nous assistons à une percée du soleil, c’est une émotion que nous ne manquons pas de cadrer et que l’appareil photo arrive à saisir.

Cette image de forêt sombre, éclairée par un rayon de soleil furtif, nous fait découvrir la richesse de la végétation de cette jungle primaire.

Yakushima , La ravine de Shiratani. Novembre 2012.

0 231

Cette semaine est une semaine particulière à  l’atelier car nous sommes en plein transfert. Dans deux semaines nous pourrons lancer nos nouveaux aquariums et nous  ouvrirons nos portes au public. En attendant, c’est avec quelques images d’archives inédites que nous continuons à publier.

Commençons cette petite rétrospective par une séquence tournée peu avant la création de l’atelier. Elle nous semble intéressante et nous avons envie de la partager avec vous. KoAku, le dragon plakat, vient de construire un nid de bulles, juste sous une feuille de Nymphaa glandulifera qui effleurait la vitre- avant de son aquarium…

Pour notre plus grand bonheur nous avons pu enregistrer  une reproduction assez surprenante. Nous découvrons avec quelle délicatesse ce combattant plakat  presse le ventre de sa femelle et récupère dans la bouche les oeufs qu’il va ensuite déposer dans son nid de bulles.

Séquence émotion à vitesse réelle:

KoAku I reproduction from Floraquatic on Vimeo.

2 533

Une fois n’est pas coutume, un aquarium,si petit soit-il, est avant tout un véritable échantillon  de nature que l’on peut contempler chez soi. Le format carré, la beauté de la pierre et la clarté de l’Aquasky font de ce projet un véritable objet de contemplation .

En dehors des changements d’eau, l’entretien de ce bac est vraiment simple.

Toutefois nous allons sans doute revoir la plantation afin de donner plus de présence au végétal.

Un petit groupe de Microdevario Kubotaï bien connus à l’atelier, s’est installé en compagnie de quelques crevettes Carbon Rili nées dans notre « shrimp room » et a contribué à  apporter plus  de vie à notre cube.

Le rendu des Frodo Stone sous la rampe Aquasky est éclatant. La pureté des led donne encore plus de caractère et de relief  à cette pierre et à ses fissures.

La vue de face est également très agréable , mais nous pouvons améliorer le premier plan en ajoutant quelques plantes.

Notre choix n’est pas encore fait

0 304

Un des atouts des nano aquarium est la rapidité avec laquelle on peut procéder à leur entretien.  En ce qui concerne notre cube,  nous avons eu,  une fois les premières semaines passées quelques  soucis avec des algues filamenteuses  que nous avons éradiquées en sortant les Frodo Stone, en les brossant, en taillant à ras les Rotalas et en utilisant un produit qui nous donne pleine satisfaction:  Easy life Algexit. Nous allons partager avec vous un entretien bimensuel complet.

Pour l’instant seul deux gastromysons, un Neretina leopardi et une crevette Cardina Multidentata ont été introduits dans l’aquarium .Cepentant les algues sont complètement absentes des pierres et des plantes. La bonne filtration nous laisse penser qu’elle est la clef de cet équilibre.

Nous changeons à peine 10 l d’eau par semaine. Là ou nous nous trouvons, l’eau courante est de très bonne qualité avec un kh de 4 et un gh de 6 ce qui nous permet de l’utiliser pour la plupart de nos projets. L’utilisation du conditionneur Easylife Filter ainsi que 48 heures de repos sont suffisants pour obtenir une eau de bonne qualité.

Lors de notre séance d’entretien mensuel nous allons procéder ainsi:

– nous coupons le filtre Tetra ex 400 et nous posons sur le côté la rampe ADA Aquasky.

Nous déposons dans un seau en plastique nos systèmes de cannes en verre . Un entretien régulier permet de  limiter notre tâche et de réduire les risques de polution du milieu aquatique . En cas d’encrassement plus important vous pouvez vous référer à  l’article suivant : Entretien d’une canne d’aspiration

Une vidéo de cette séance vous montre ci-dessous et dans l’ordre , tous les gestes que nous allons effectuer. Bien organiser l’entretien va nous prendre à peine 15 minutes.

– Nous siphonnons un tiers du volume d’eau avec un petit tuyau souple, ce qui nous permet de retirer les éventuels dépôts ( plantes, restes d’algues etc.)

– à l’aide d’une carte en plastique type  « carte bancaire » nous gratons les vitres et, en nous aidant d’une pince droite,nous pouvons ainsi accéder aux endroits les plus exigus.

Une taille des plantes avec de grands ciseaux « en vague » nous permet de suivre la forme des pierres. Il sera peut être temps de réévaluer nos choix de plantation afin d’ajouter éventuellement des végétaux .

Nous replantons le plus de têtes possibles dans les espaces vides à l’aide d’une pince fine et droite.

 

 

 

Une fois le niveau d’eau rétabli, nous allons mettre 10 ml d’Easy Life Filtre liquide. Les plantes étant en parfaite santé nous allons également rajouter tout de suite les doses hebdomadaires de potassium et d’engrais ADA Green Brigthy step 1  ( en sous dosant) afin de pallier une éventuelle carence sans pour autant favoriser le retour des algues.

Nous remettons le filtre en route et d’ici une semaine nous allons pouvoir introduire un petit groupe de crevettes.

0 831

Voilà plus d’une année que nous avons planté et mis en eau notre premier Iwagumi. C’est aujourd’hui  avec une certaine satisfaction que, 448 jours plus tard, nous pouvons apprécier avec vous la réussite  de ce premier projet. Vous pourriez croire qu’un tel schéma de plantation s’avère, au fil des jours,bien monotone, fastidieux,ou encore difficile à maintenir en bon état ; or il n’en est rien. Sa pérennité, sa viabilité et son esthétique, font de ce bac d’apparence si dépouillée notre projet le plus abouti .

Voici notre aquarium quelques heures après la plantation. La photo a été prise le 08 mai 2012. Au premier plan nous avions disposé de la Glossostigma elatinoides, puis de l’Hemianthus callitrichoides cuba afin de donner une plus grande impression de profondeur à l’ensemble .

Au fil des mois, nos choix de plantes à feuilles similaires se sont avérés gratifiants. Le rendu naturel du tapis, nous paraissant  satisfaisant, nous avons ajouté de la Lindernia rotundifolia  pour faire une transition harmonieuse avec les pierres. Les rondeurs douces des feuilles et les nuances de vert en camaïeu ont réellement magnifié notre tapis, lui conférant une atmosphère somptueusement  épurée et  sauvage. De l’Hydrocotyle tripartita a été également planté  de manière très discrète.

Comment maintenir, sur une longue période un tel tapis ? La taille et l’entretien étant le seul secret nous allons revenir en vidéo sur la méthode employée. Nous vous conseillons d’effectuer cette taille une fois par mois , après avoir bien observé votre aquarium. Pour ce, utilisez de petits ciseaux courbes afin de retirer délicatement toutes les feuilles abimées.

Une fois les feuilles coupées, il se peut que votre tapis présente des zones quelque peu clairsemées. Si c’est ce cas, vous pouvez à nouveau disposer délicatement de l’Aqua Soil sur les zones taillées, à l’aide d’un ustensile tel qu’un instrument de rempotage. Une infime quantité se glissera naturellement dans les zones que vous avez mises à nu avec vos ciseaux et permettra à vos plantes de reprendre vigueur.C’est en procédant suivant ce protocole, que nous avons réussi à conserver à cet Iwagumi un tapis sain, dense, rythmé par les variations de tailles de feuilles et le choix des nuances de couleurs, Glossostigma elatinoides, Hemianthus callitrichoides, Hydrocotyle tripartita et Lindernia rotundifolia créant un ensemble de tons des plus naturels.

1 925

L’entretien des mousses dans notre aquarium spécifique Mad in Taïwan est la seule manipulation au cours de laquelle nous devons mettre les mains dans l’eau. Nous avons une certaine fascination à observer ces mousses tant la façon dont elles s’accrochent et poussent avec le temps, sans engrais et sans co2 confère à notre décor un aspect presque immuable. C’est un plaisir que de les contempler et nous notons plus prosaïquement qu’elles sont  lieu de prédilection pour nos crevettes.

Cependant malgré l’activité incessante des crevettes sur celles-ci, il est important, afin d’éviter une invasion d’algues où la création de zones mortes, d’entretenir nos Vesicularia montagnei ( christmass moss) , Vesicularia dubyana (mousse de java), et Riccardia chamedryfolia. En observant le développement somptueux d’une mousse, nous pouvons nous demander s’il nest pas dommageable de la tailler. Cependant, si elle devient trop épaisse, elle ne va plus laisser passer la lumière. Les rameaux  ne pourront pas s’accrocher et, même s’ils l’étaient déjà, ils vont pourrir et finir par se détacher, créant ainsi très certainement une pollution organique. C’est donc pour des raisons d’ordre esthétique, pratique et pour préserver l’équilibre de tout l’aquarium qu’il nous faut au moins une fois tous les trois mois, entretenir ces mousses.

La meilleure technique est simple: il suffit de retirer le surplus  de mousse et des algues à la main, avec une pince, ou une brosse en plastique dur. En procédant ainsi les mousses vont être encore plus vigoureuses et avec le temps donner un aspect vraiment naturel au paysage. 

Pour les zones précises ou difficiles d’accès, l’utilisation d’une petite brosse en plastique dur sera très efficace. Ne craignez pas avoir saccagé votre Vesicularia. Dans les jours qui vont suivre, de jeunes rameaux, encore plus beaux  et vigoureux vont apparaitre . 

 

C’est en suivant ces conseils  que  vous confèrerez à votre aquarium  l’aspect le plus naturel. Comme une étrille qui retire la bourre des poils d’un chien, la brosse en plastique va capter les algues filamenteuses et épargner les brins de mousses sains et solides.Cela aura le même effet qu’un bon brossage, ou un dés-épaississement et  va redonner vigueur à vos mousses.

2 263

Depuis plusieurs semaines nous avons débuté l’installation de l’aquarium « Sombre Rivière« ,  projet particulier conçu comme un échantillon  de nature dans le but d’y maintenir un groupe de bettas sauvages.Il est en effet possible de réaliser des bacs » paysagés » pour maintenir dans les meilleures conditions de vie des poissons extraordinaires. Elever les Bettas de souche sauvage est un challenge que nous avions en tête depuis longtemps .

Ces bettas qui fascinent tant d’amateurs et d’éleveurs passionnés, nous sont parvenus il y a quelques semaines déjà.

S’agissant d’un premier essai ,nous avons sélectionné des très beaux Betta Imbellis, appelés « combattants pacifiques » ou  » Plakat » chez  les habitants de l’île de Kho Samui en Thaïlande. Ces bettas sont moins fragiles et moins rares que bon nombre d’espèces parfois en danger lorsqu’ils sont à l’état sauvage. Nos poissons sont tous nés en élevage et proviennent d’une animalerie avec laquelle nous avons établi une relation de confiance. Le responsable est un passionné qui partage notre intérêt pour ce type de Betta au comportement très intéressant. La réalisation d’un paysage environnemental qui ne le perturberait pas a été notre principal soucis  et  nous a permis de l’observer sans le déranger.

Plus fréquemment élevés par des aquariophiles soucieux avant toute chose de la reproduction, ces animaux sont souvent préservés dans des conditions où l’on privilégie la maintenance au détriment de l’aspect naturel de leur espace environnemental.

C’est en remplaçant les traditionnelles noix de coco fréquemment utilisées dans les bacs, par des racines possédant des excavations et c’est en pensant à la disposition du décor en fonction des besoins des poissons que nous avons créé ce premier bac « Sombre Rivière ». Nous avons constaté que les poissons ont très rapidement pris possession des lieux. Cependant,contrairement aux bettas splendens que nous trouvons en animalerie, ces poissons un peu timorés se sont un peu retrouvé à l’étroit dans cet espace clos. La promiscuité générant un stress, le groupe passait la plupart du temps tapis dans la pénombre ce qui rendait toute observation impossible. Nous avons alors pris la décision de déplacer donner à ce projet des dimensions adéquates en essayant de conjuguer maintenance et observation.


C’est avec des éléments rarement  proposés dans les bacs des paysagistes aquatiques que nous avons décidé de concevoir cet aquarium, entre lowtech et biotope. L’usage  du substrat récupéré de notre bac « Halloween sur l’Amazone« , recouvert d’une couche d’Aquasoil Africana powder, d’ une grande gamme de Cryptocoryne ainsi que des racines Savane vont parfaitement convenir à ce type de projet.

Les racines Savane contrairement  à celles qui ressemblent à des branches d’arbres tombant dans l’eau, sont rondes, épaisses et présentes de nombreuses cavités. Utilisées seules, elles sont pratiques mais peu esthétiques. Par contre en les combinant nous pouvons aisément créer des formes intéressantes  et construire  notre projet . Leurs cavités  deviennent également de véritables cachettes pour nos protégés.

Pour ce projet nous avons tenu simplement compte des besoins de nos bettas. Les racines se sont révélées très utiles pour eux. En les disposant au premier plan, nous avons créé un véritable paravent, préservant des espaces de grottes et de passages, à l’abri de nos regards, permettant ainsi aux poissons de nager , de se faufiler et de se réfugier dans ces abris sans être vus.

La taille du bac nous autorisant  à générer de véritables zones indépendantes, nous créons ainsi deux territoires distincts séparés par le centre du bac, qui devient  une aire de nage libre. Nos choix de plantes  vont également  au fil des jours, donner plus de  sens à nos choix. Ce sujet sera le propos de notre prochain article.

0 1418

Pour la réalisation d’un Iwagumi, les plantes utilisées au premier plan sont bien connues et appréciées des amateurs, qu’il sagisse d’Echinodorus tenellus fréquemment proposée, d’Eleocharis parvula, Lilaeopsis, Glossostigma elatinoides ou d’Hemianthus callitrichoides (HC) bien  souvent intégrées dans nos bacs. En revanche, les plantes plutôt réputées pour leur aspect de bosquet ne sont que trop rarement présentes dans ce genre de paysage aquatique épuré…

Notre premier Iwagumi a déjà subi quelques transformations végétales. En attendant la publication des photos de la première version finalisée,nous partageons avec vous quelques uns des points qui ont fait sa particularité. Ce que nous avons appris au fur et à mesure sera pour nous la base d’articles à venir plus détaillés afin d’apprendre à tous à conserver au tapis un bel aspect. Le notre a maintenant quinze mois. Il est désormais un véritable plaisir pour les yeux et ne requiert qu’un léger entretien mensuel.

Afin de donner à notre Iwagumi un aspect plus sauvage,nous avons décidé de faire se côtoyer deux de nos plantes fétiches: une  Glossostigma elatinoides et un  Hemianthus callitrichoides,en disposant au premier plan la Glossostigma dont les feuilles sont d’un vert un peu plus foncé et légèrement plus grosses.

Au fur et à mesure que nous approchons de l’arrière plan de l’aquarium, l’Hemianthus callitrichoides, aux feuilles plus petites et plus claires nous  permet de renforcer l’effet de profondeur qui apporte au tout une perspective intéressante. Ce procédé, qui contribue à donner à l’iwagumi un style se rapprochant de la nature, reste discret. Nous avons ensuite décidé d’ajouter une plante pour accentuer cette impression de naturel. Pour que l’ensemble reste cohérent, il nous fallait sélectionner une plante aux feuilles rondes, à peine plus grosse qu’une Glossostigma et d’une teinte légèrement plus claire et lumineuse .

Pour ce nous avons choisi  Lindernia rotundifolia. Ses feuilles rondes, à peine plus larges que celle d’une Glossostigma, vont nous permettre de continuer de jouer sur l’effet « rondeurs et variations de nuances ».

Cette plante est rarement choisie à cet effet; nous allons l’utiliser pour créer une transition entre le tapis et les pierres et, pour accentuer l’impression de naturel, nous planterons en différents endroits de l’aquarium  Lindernia rotundifolia. En la taillant à ras,comme un tapis de mousse,nous allons la contraindre à ramper.Cela va donner à ce tapis un aspect dynamique et à notre Iwagumi un style novateur .

 

Voici une séquence vidéo de l’entretien mensuel de la Lindernia rotundifolia avec des ciseaux à tailler vague :

 

Lindernia rotundifolia from Floraquatic on Vimeo.

0 275

blackwater from Floraquatic on Vimeo.

Black Water signifie Eau Noire, lorsque l’on parle d’eau noire, blanche où claire, on parle en réalité plus des paramètres physico chimique de l’eau que de la couleur à part entière de l’eau. C’est en cela que les produits tel que le La poudre Black Water est un mélange d’oligoéléments, d’acides humiques et fulviques avec une multitude d’effets positifs sur votre aquarium et ses habitants. Facilitant ainsi l’aquariophile à obtenir facilement les paramètres souhaités sans pour autant colorer votre eau. 

Rejoignez-nous