Halloween sur l'Amazone


Lorsque nous avons commencé ce projet « Halloween sur l’Amazone« , nous avions plusieurs objectifs. L’un d’entre eux était de découvrir et associer des plantes à différents endroits de l’aquarium, en perturbant légèrement les fiches. Nous pouvons dire que nous avons là un laboratoire d’association végétale  Nous allons maintenant, en utilisant quelques plans rapprochés,  observer  non seulement  la bonne santé des plantes, mais également étudier avec vous, dans les moindres détails, leurs formes, leurs dispositions  en divers endroits de l’aquarium,  ainsi que leur association de couleurs et de formes.

Ici nous commençons notre descriptif avec une plante que nous avons choisie après les autres: il s’agît d’une Lobelia caridnalis var petite.

En effet nous l’avons ajoutée  aux   zones d’ombre  en compagnie des quelques très discrets brins de Glossostigma elatinoïdes que nous avions glissés et qui apportaient des touches de lumière.

Cette plante nous a conquis et a pris toute sa place dans ce projet.

Sa simplicité et sa densité naturelle lui ont permis de trouver place  en trois endroits du bac.  elle a servi en premier lieu  à densifier et éclairer le pied du bouquet central, au tiers du bac.

Sa densité au sol a de plus servi de barrière naturelle à l’Eleocharis parvula. La transition étant très agréable à l’oeil, le rappel des teintes et des formes avec les Anubias nana var yellow et le très peu d’entretien que cette plante demande nous ont vraiment conquis.  A l’ombre de Nymphea Lotus Tigre rouge, nous avons ainsi créé une véritable caverne végétale. Cette zone, juste sous la racine centrale, a donné libe cour à un chaos des plus réussis.

À droite également, notre Lobelia cardinalis var petite a parfaitement tenu son rôle en retenant notre mélange de Rotala rotundifolia sp Green et de Rotala indica. qui au premier plan, taille après taille a pris joliment place. Entouré à droite de Staurogyne porto Velho, de Ludiwgia repent rubin et de Glossostigma elatinoides à gauche et d’Eleocharis parvula entre la vitre et le bouquet, ce premier plan expérimental, âgé de plus d’une année au moment de ces prises de vue, prouvé sa pérennité.

 Nous pouvons voir Lobelia cardinalis var petite également dans le fond du bac, sur la gauche. Faisant un rappel visuel discret elle a permis de créer le lien entre le premier plan et l’arrière plan de l’aquarium. [mwi_product sku= »FQ331″ title= »false » desc= »false » img= »true » img_width= »200″ price= »false » type= »add » btn_color= »white » btn_link= »button » cols= »1″/]

Toute l’équipe de Floraquatic vous souhaite ses meilleurs voeux 2014

Commençons  cette nouvelle année avec une série de  » Best Of« . Ces meilleurs moments de l’atelier  font désormais partie de nos archives et  ont été sélectionnés ici pour vous.

Commençons par nos deux premiers projets:

Halloween sur l’Amazone:

Un détail de l’avant-plan où des jeunes pousses de Rotala macrandra, Polygonum Sao Paulo et Nymphaea Lotus tigre rouge se font une place parmi un mélange d’Echinodorus tenellus, de Lobelia Cardinalis var petite et d’Hydrocotyle tripartita.

Une Nymphaea Lotus tigre rouge qui affleurant la surface.

De la Polygonum Sao Paulo et  quelques tiges d’Eleocharis vivipara en pleine photosynthèse.

Le mâle Nannacara Anomala se faufilant au milieu des jeunes pousses de Rotala macrandra lors du lancement du bac Halloween sur l’Amazone.

Données techniques 

Aquarium Floraquatic 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab Efflux & Influx 17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 

Fertilisation : Easy Life FerroEasy Life CarboEasy Life KaliumEasy Life Profito

Hardscape : Racine AraignéeAquasoil New Amazonia, Pouzzolane noire

Plantes Hygrophila PinnatifidaEchinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Nymphaea lotus tigre rouge, Rotala Indica,  Rotala sp greenRotala macrandra  Cryptocoryne wendtii brownAnubias nana var YellowLudwigia arcuata Luwigia repens rubinLobelia cardinalis var petite, Eleocharis parvulaEleocharis acicularis, Eleocharis viviparaStaurogyne porto vehlo, Hydrocotyle tripartita (sp Japan)

Animaux : Nannacara Anomala, Hyphessobricon Amandae , Otocinclus Affinis, Hypoptopomatinae, Caridina Multidentata, Heteropoda Extra Red,  Clithon. 

 

La petite rivière :

Plan macro de la Riccia sortant  de l’eau tout en s’accrochant aux racines.

 

Notre couple de Nannacara Anomala à son arrivée à l’atelierIls semblent se régaler dans les méandres des racines. Le spectacle sauvage qu’ils nous offrent est étonnant et merveilleux.

Groupe d’Inpaichtys Kerri nageant entre les feuilles d’Hydrocotyle vulgaris.

 

Données techniques :
Cuve 100x50x15, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm.

Fertilisation :
Easy Life Kalium, Pack Easy Life

Hardscape : Red moor Roots et Aku StoneMekong Sand S, SS, Powder

Plantes :
Emergé: Hygrophila PinnatifidaHydrocotyle SibthorpioidesOphiopogon JaponicusPolygonum sao Paulo, Rotala sp-Green, Rotala Indica, Riccia Fluitans

Immergé: Anubias var PetiteBolbitis Heudeloti, Hydrocotyle VulgarisNymphaea GlanduliferaFlame mossFissidens Fontanus , Riccia Rhenana

Animaux :
Nannacara Anomala, Hypoptopomatinae, Inpaichtys Kerri, Caridina Multidentata, Clithon, Anentome Helena

Pour clôturer définitivement le journal de ce bac qui nous a suivi tout au long de notre première année voici une vidéo. La dernière séquence d’un aquarium qui nous aura permis d’expérimenter des associations de plantes inattendues. Comme un clin d’oeil à cette clôture, nous venons de découvrir un juvénile Nematobrycon Palmeri né dans l’aquarium où ils étaient maintenus depuis quelques semaines.

Pour conclure voici les données techniques de ce projet:

Données techniques : Aquarium Floraquatic 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab Efflux & Influx  17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6

Fertilisation : Easy Life FerroEasy Life CarboEasy Life KaliumEasy Life Profito

Hardscape : Racine AraignéeAquasoil New Amazonia, Pouzzolane noire

Plantes Hygrophila PinnatifidaEchinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Rotala Indica,  Rotala sp green,Rotala macrandraNymphaea Lotus tigre rouge,  Cryptocoryne wendtii brownAnubias nana var YellowLudwigia arcuata Luwigia repens rubinLobelia cardinalis var petite, Eleocharis parvulaEleocharis acicularisEleocharis viviparaStaurogyne porto vehlo, Hydrocotyle tripartita (sp Japan)

Animaux : Nannacara Anomala, Nematobrycon Palmeri, Hyphessobricon Amandae, Otocinclus Affinis, Hypoptopomatinae, Caridina Multidentata, Heteropoda Extra Red, Clithon. 

 

Halloween sur l’Amazone | La dernière séquence from Floraquatic on Vimeo.

0 148

Nous avons remplacé l’aquarium Halloween et dispersé sa population dans nos autres aquariums ou dans ceux de particuliers. Nous continuons  le retour sur séquences inédites, que nous partageons avec vous dans cette deuxième vidéo.

La photographie a pour vocation de laisser une trace qu’il est possible d’imprimer, d’archiver et de conserver sans avoir besoin d’un disque dur et d’un écran. Nous pouvons ainsi visualiser les images sans avoir recours à l’énergie électrique. Un témoignage de quelque chose qui a parfois évolué, où parfois n’est plus. Toutefois l’image fixe, fige les faits, conférant parfois une impression d’immobilité au sujet traité. La vidéo, fait désormais marche commune avec la photographie, presque tous les boitiers numériques aujourd’hui ayant cette deuxième fonction: un « switch » permanent entre l’image fixe et l’image en mouvement , c’est ce que nous avons essayé de faire tout au long de cette première année à l’atelier. Le temps passe, les montages se succèdent et voici la suite des séquences que nous avons tournées lors de la dernière séance de prises de vues du bac « Halloween sur l’Amazone« .

 

 

 

 

 

Halloween sur l’Amazone | La dernière séance I from Floraquatic on Vimeo.

0 303

Halloween sur l’Amazone | La dernière séquence I from Floraquatic on Vimeo.

Données techniques : Aquarium Floraquatic 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab Efflux & Influx  17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6

Fertilisation : Easy Life FerroEasy Life CarboEasy Life KaliumEasy Life Profito

Hardscape : Racine AraignéeAquasoil New Amazonia, Pouzzolane noire

Plantes Hygrophila PinnatifidaEchinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Rotala Indica,  Rotala sp green,Rotala macrandraNymphaea Lotus tigre rouge,  Cryptocoryne wendtii brownAnubias nana var Yellow,Ludwigia arcuata Luwigia repens rubinLobelia cardinalis var petite, Eleocharis parvulaEleocharis acicularis,Eleocharis viviparaStaurogyne porto vehlo, Hydrocotyle tripartita (sp Japan)

Animaux : Nannacara Anomala, Hyphessobricon Amandae , Otocinclus Affinis, Hypoptopomatinae, Caridina Multidentata, Heteropoda Extra Red,  Clithon. 

Les images se passent parfois de langage et  de commentaires .

Nous avons remplacé l’aquarium Halloween et désormais nous avons dispersé sa population dans nos autres aquariums ou dans ceux de particuliers. C’est avec des prises de vues légèrement rapprochées, que nous partageons avec vous cette première séquence vidéo.

Si  le nom d’ Halloween fût un clin d’œil aux couleurs  flamboyantes rouge-sang des plantes qui composaient cet aquarium, celui d’Amazone était du au  choix de sa population que nous avions voulue Sud- Américaine

Dans l’ordre de passage,vous pouvez voir: notre couple de Nannacara Anomala, un banc d’Hyphessobrycon Amandae,et un petit groupe de Carnegiella strigata, qui a séjourné dans l’aquarium quelques jours. Deux d’entre-eux se sont échappés du bac et ont été remplacés par des Nematobrycon palmeri. Une quinzaine de Corydoras pygmaeus ainsi qu’un groupe de Macrotocinclus affinis ont animé l’arrière plan du bac. Une vingtaine de Caridina multidentata (Ex-caridina japonica) et d’escargots détritivores se sont en partie chargés de l’entretien du bac. Le volume de notre aquarium, associé à un système de filtration performant ,nous a permis de maintenir dans de très bonnes conditions cette population diverse mais cohérente,chaque espèce ayant été choisie en fonction de sa taille mais également des zones naturelles qu’elle occupe. C’est ainsi que de bas en haut , des zones d’ombre aux zones éclairées, tous ont trouvé leur place.

 

 

Halloween sur l’Amazone | Close Up from Floraquatic on Vimeo.

Nous sommes en plein coeur de l’été, période estivale qui est également propice à la réfection de nos aquariums. Nous allons donc nous servir de la restauration de notre bac Halloween pour partager avec vous notre méthode. Nous avions mis deux sacs de 9L d’Aquasoil New amazonia dans ce bac, et si au démarrage ce sol permet de dynamiser la croissance des plantes, il est avec le temp un exellent support bactériens. L’eau y circule aisément et si vous n’avez pas trop remué celui-ci, il peut être ré-utilisé sans soucis.

Pour plusieurs raisons, nous souhaitons conserver le sol qui sera recouvert d’un sac d’Aquasoil Africana powder. Le superposer ainsi nous permet en même temps de rehausser les niveaux, d’enterrer les plantes du bac précédent et de donner une autre apparence à notre futur projet. Nous décidons de sectionner  les plantes plutôt que de les déraciner afin de remuer  le sol le moins possible. Celles qui pourriront dans le sol serviront d’engrais naturel.Le temps sans doute risque de faire ressortir naturellement quelques plantes plus vivaces, mais cela fera partie des surprises du jardinier aquatique.

Nous coupons les plantes à ras en en remuant  la base afin de chasser d’éventuels poissons qui seraient cachés au fond.

 

 

Nous allons faire ce grand élagage avec délicatesse et nous retirerons les plantes que nous secouerons avec  les mains au cas où un poisson voulant se cacher y serait resté prisonnier.

Une fois toutes les plantes taillées, nous allons pouvoir sortir les racines sans aucune difficulté et récupérer toute la population. Nous décidons de laisser l’Eleocharis parvula à demeure et le temps de recevoir les nouvelles plantes pour le prochain projet, nous laissons également la Nymphaea lotus tiger rouge. Les Cryptocorynes déjà présentes vont également être conservées car elles vont parfaitement convenir à la conception  de l’aquarium à venir.Toutes les autres plantes à tiges sont retirées.

À l’aide d’un récipient en plastique nous allons déposer le nouveau sol directement sur l’ancien. Afin de ne pas troubler l’eau pour éviter de ne plus rien voir, nous remplissons doucement le récipient avec l’eau de l’aquarium, puis, sans faire de remous, nous descendons le plus près possibles du fond. Nous pouvons répandre uniformément l’Aquasoil Africana powder.

Un sac de 9 litres va nous permettre de recouvrir toute la surface du sol sans aucun problème et nous allons par là même occasion obtenir un dénivelé plus important. Cette différence de hauteur permet de donner plus de présence au fond du paysage, limitant l’effet mur que pourrait donner un premier plan d’Eleocharis parvula qui peut être assez haut.

Le lendemain matin, l’eau est limpide, un décor lunaire épuré nous laisse désormais carte blanche pour penser à la conception de notre nouvel aquarium…

1 228

Voici la suite des photographies de la dernière séance. Nous garderons la séquence filmée pour clore le journal de cet aquarium: Halloween sur l’Amazone. Nous pourrons passer ensuite à un nouveau projet radicalement différent.

Pour terminer, voici des images prises à hauteur d’enfant et en contre plongée.  Au quotidien nous regardons nos paysages en trois dimensions alors que la photographie ne nous en propose que deux.

Voici des cadres différents de la classique image frontale qui nous présente le paysage dans son intégralité mais n’est que la position de l’observateur très attentif…

Certains projets de l’atelier, à l’instar de MAD in Taïwan, où la Petite rivière sont des études qui font l’éloge de la non-action, du laisser faire, du jardinage et de l’entretien minimal.

Nous continuerons dans cette direction car vous êtes nombreux à aimer observer un aquarium sans pour autant passer trop de temps à jardiner, à tailler vos plantes et changer vos décors régulièrement.

Halloween sur l’Amazone fût un « entre deux ». Nous avions, avec cet aquarium, d’une part  l’observation et d’autre part le jardinage régulier. Son succès et l’intérêt que vous lui avez porté montrent que vous êtes également de plus en plus nombreux à prendre plaisir au jardinage aquatique, à la réalisation d’un paysage et à la découverte des purs bonheurs que procure la création qui permet à la nature de se mettre en scène.

Si vos flâneries au bord d’une rivière ou en forêt deviennent source d’inspiration c’est un bon signe. Si, laissant  libre cours à l’observation, vous commencez à compter le nombre de plantes qui composent le tapis sauvage sur lequel vous vous reposez, alors c’est que vous avez une meilleure approche de ce qu’est l’esprit de l’Aquarium Naturel. C’est en nous promenant, seul ou en famille que nous avons puisé des idées pour composer cet aquarium. La nature est une telle source d’inspiration que prétendre être novateur face à elle serait présomptueux. Cependant c’est nous qui avons imaginé, tel une installation artistique, le concept de cet aquarium en plein été lorsque le soleil dardait ses rayons, la flamboyante  Rotala macrandra devenant ainsi une métaphore du feu.

L’amateur aime  passer du temps à jardiner, observer, puis bouger légèrement une racine ou une plante, afin de changer parfois radicalement le sens de lecture d’un paysage aquatique rythmant ainsi la vie des habitants ayant besoin de changement d’environnement.

Alors lorsque nous passons tout ce temps à jardiner, pour tester, comprendre et partager avec vous le résultat final,sans modifier le décor ,il nous est difficile de passez à un autre projet . Nous finissons presque par nous attacher à un paysage tant il  nous est devenu familier.

En revanche l’atelier  doit aller de l’avant. Nous devons continuer et nous n’avons malheureusement pas assez d’aquariums pour pouvoir conserver longtemps tout nos bacs.

La nuit tombe sur Halloween sur l’Amazone, les leds de la rampe Paradiso ont pris le relais des T5 qui sont à leur puissance minimum. Un aquarium de ce type, une fois abouti peut être refait entièrement, sans perdre les acquis: à savoir l’équilibre et la richesse d’un aquarium parfaitement stabilisé.Ce sera le propos du nouveau projet que nous démarrerons  dans les prochaines semaines.

Nous y sommes! la Rotala macrandra, star de ce projet a enfin pris la position que nous attendions d’elle.Habituellement cette reine de beauté est plutôtdestinée aux fonds des aquariums où ses feuilles d’un rouge écarlate semblent couronner les paysages

Pour ce paysage aquatique, nous avions pensé dès le début qu’en disposant notre Rotala macrandra à trois endroits différents, à savoir, au premier plan à droite puis à 1/3 du coté gauche du bac et enfin solitaire au cœur d’un bouquet de plantes caulescentes à gauche, nous lui donnerions ainsi une place toute particulière pour la mettre en valeur .

Le jour de la prise de vu finale est arrivé.Toutes les plantes étant en excellente santé, nous allons pouvoir mettre en œuvre toutes les étapes étudiées durant les semaines précédentes.

Nous plaçons notre système de rétroéclairage et occultons les différentes sources de lumière, celles qui peuvent créer des reflets sur les vitres, ainsi que celles qui pourraient éblouir la cellule de l’appareil photo et créer un effet de contre-jour. La rampe d’éclairage est relevée à son maximum afin de diffuser le plus harmonieusement possible son illumination.

Nous inspectons minutieusement toutes les parties de l’aquarium. Il n’y a  pas la moindre présence d’algue; toutes les plantessemblent prêtes à être prises en image  le même jour. Les racines, sont elles- mêmes  inspectées,  la moindre présence d’une vilaine algue pinceaux  pouvant  gâcher une prise de vues. À cet instant le bac et d’une beauté rare, l’eau qui a été changée en plus grande quantité que d’habitude, apporte une limpidité à l’ensemblechaque tige, chaque plante est superbe: nous décidons donc de procéder à la photographie finale: cette séance de photographie est réalisée avec du matériel professionnel, un Canon Eos 5 d MarkII équipé d’un 20 mm voigt länder et d’un zoom 24/105 4 L USM .

 Nous allons photographier et filmer le bac suivant des angles différents. Pour ce, nous allons sortir nos objectifs et « mitrailler » la star du jour.

Afin de donner le plus de dynamismepossible au décor, nous mettons le haut du cadre à quelques centimètres au-dessus du niveau de l’eau.

Afin de vous permettre de constater par vous-même, voici, ci-dessous, la photographie prises une dizaine de jours avant la séance finale.  Celle-ci fût réalisée avec un appareil compact Fuji numérique, à main levée, en mode EXR ( tout automatique); force est de constater que ce n’est pas l’appareil photo qui fait la photo mais bel et bien la préparation de l’aquarium.

 

 


Il nous est rarement donné à voir un tel spectacle dans un bac planté. C’est avec une grande satisfaction que nous avons pu constater que le bien-être des habitants de nos aquariums était tel que la vie y prenait une importance primordiale et donnait du sens à nos projets. Les paysages aquatiques, non seulement nous offre à voir, mais peuvent également s’avérer très utiles à ceux qui y vivent, à savoir poissons, invertébrés et autres signe de vie animale où végétale.

Les préjugés que nous avions eu, de part nos lectures, ont été rapidement remis en question dès lors que nous avons pensé nos paysages aquatiques d’un point de vue autant esthétique qu’aquariophile. Chaque animal, chaque plante, chaque espace de l’aquarium, chaque recoin, branche, plante ou pierre peut avoir un rôle à jouer: rôle esthétique pour le plaisir et le repos des yeux mais également rôle  utilitaire pour les habitants de nos aquariums, un peu à la manière de certains parcs paysagés aux pelouses interdites, pensés strictement pour le plaisir des yeux, mais faisant l’impasse sur le rôle biologique et ludique de tel où tel bosquet  d’herbes folles ou tels espaces laissés en friche .

Nous pouvons constater que les décors , faits de bois et de pierres de nos aquariums, fournissent une géographie des plus naturelles et que les plantes avec tout l’oxygène qu’elles produisent, apportent un bien-être irremplaçable aux êtres vivants qu’elles côtoient . Les filtres créent le courant et l’équilibre du milieu aquatique et le sol complet apporte une stabilité sans que nous ayons besoin d’intervenir. Tous ces paramètres ainsi conjugués  nous ont permis  de faire ce constat : Qu’il s’agisse de nos Inpaichtys kerri, Taïwan bee, betta et nannacara anomala, les parades amoureuses et le comportement de ces habitants, s’ils sont toujours  très intéressants  à observer dans la nature, deviennent,  à l’échelle d’un bac paysagé vraiment magiques, fascinants.

 Ce paysage aquatique nous permet d’observer la vie et la nature sous l’angle d’un voyage immobile. Il devient éveil pour nos enfants, rêve au coeur de la maison, découverte pour bon nombre d’amateurs de monde  végétal, de la vie des plantes aquatiques. Pour les naturalistes il est source d’observations et source d’inspiration pour bon nombre d’artistes .  

Lorsque tout disparaît au profit de la nature et que nous avons l’impression d’être au coeur d’une rivière, alors, le but recherché pour l’élaboration de notre Aquarium Naturel est réussi.

Voici le premier extrait des séquences videos que nous avons enregistré pour conserver une trace d’Halloween sur l’Amazone:

Présenté la première fois pour le jour d’Halloween, ce bac sanguinolent continue son petit bonhomme de chemin et c’est avec plaisir que nous vous présentons, étapes par étapes son élaboration afin de vous montrer qu’un bac simple, peut devenir un véritable bonheur pour vos poissons et également pour vos yeux.

Après avoir posé un décor à base de 3 racines Araignées et une fois la séquence de « trempage » de celle-ci effectué nous allons commencer à mettre en place le substrat.

Nous disposons un film plastique assez épais qui va nous permettre de délimiter la partie « sol complet » pour les plantes, de la partie « sol décoratif » qui va créer une perspective visuelle, dans ce cas précis plutôt une variation de matière.

La partie réservée à la plantation reçoit de l’Aquasoil ADA new Amazonia. Ce sol, déjà enrichi, lourd, et permettant une excellente circulation de l’eau va nous aider à planter et lancer ce bac très planté sans encombre.

Une pouzzolane noire de deux granulométries est utilisé pour créer un avant-plan sombre et minéral qui devrait trancher avec les couleurs des plantes.

Le schéma de plantation, qui n’est pas forcément définitif, a quand même été réfléchi, adapté au décor et c’est donc après avoir réalisé un croquis virtuel que nous allons commencer à planter. Le schéma montre bien que nous avons essayé de disposer les plantes d’une façon géométrique, pour renforcer l’effet naturel nous les avons disposé, de manière asymétrique et et à trois endroits différents. Le Lotus tiger rouge, étant lui mis seul au tiers gauche de l’aquarium de la longueur et de la profondeur, les grandes tiges de cette plante particulière devraient soutenir visuellement les branches des racines Araignées. De l’Hygrophila pinnatifada est accroché sur celles-ci à l’aide de fils de coton.

À l’aide d’une pince large droite nous allons planter par massif en suivant notre plan du premier plan au fond de l’aquarium. La technique pour planter fera l’objet d’article particulier. Afin de ne pas commettre d’erreur de zone de plantation et ne pas déplanter intempestivement, en risquant de déstabiliser le système, certaines plantes seront plantées quelques jours plus tard, le temps de laisser les plantes à tiges prendre leurs formes immergées.

Le secret pour une végétation chatoyante? Un entretien bi-mensuel régulier, un éclairage important mais surtout pas excessif, ici 6 T5  de 24w dont 4 Osram HO 865, 2 Giesmann Aquaflora et surtout une fertilisation adéquate et dosée de manière assez précise en suivant à la lettre le mode d’emploi.

Une fois n’est pas coutume … voici donc un article aussi simple qu’est finalement l’application de la fertilisation Easy Life.


Nous avons dès le départ choisit le Pack Easy Life et en fait nous dosons exactement les doses indiquées par le fabricant…et lorsque l’on regarde tous les flacons…on se rend compte très rapidement qu’Easy Life, marque hollandaise de renom, a décidé de choisir la simplicité puisque mis à part l’Easy Carbo qui peut être utilisé quotidiennement, le reste est à utiliser de manière hebdomadaire. Pour être le plus efficace nous recommandons logiquement de procéder à cette fertilisation après les changements d’eau, il est toutefois important d’observer 2/3 jours d’observation après les tailles importantes  afin de ne pas favoriser les algues au détriment des plantes.

Les doses ne peuvent être plus simples: pour 100 litres = 10 ml que ce soit le Profito, le Ferro où le Kalium que nous utilisons dès le début. Pour doser soit nous utilisons les bouchons doseurs fournis, soit nous nous servons de flacon, type flacon pour savon liquide, une poussée correspondant à 1 ml, il est simplissime et très pratique de conserver et distribuer ses fertilisants ainsi.

L’eau va se troubler quelques heures, veillez à ce moment-là à avoir  un bon brassage dans l’aquarium afin que des fertilisants ne stagnent pas à un endroit en particulier et rincez votre bouchon dans l’aquarium. Nous rajoutons également à dose homéopathique de l’Algues Exit soit 5ml tous les 15 jours, les algues vertes restent ainsi sous contrôle et les plantes ne semblent absolument souffrir…nous ne changerons donc pour rien au monde une équipe qui gagne! 

Une des joies du jardinage aquatique est la taille des plantes. Le bonheur de pouvoir contempler et observer l’évolution du décor de son aquarium en intervenant, en fonction de ses envies pour donner à son bac telle où telle direction, est un moment particulièrement plaisant. La taille des plantes est plus ou moins spécifique en fonction de leur nature propre et parfois en réaction à leur environnement direct.

Cela demande de l’observation et de l’adaptation. Ici nous allons voir ce qui nous pousse à choisir telle ou telle intervention. Comme lors de la conception du Jardin Aquatique en mouvement, nous avons décidé de laisser les plantes s’installer librement.

Notre intervention va se cantonner à simplement favoriser le développement une plante au profit d’une autre ou bien de souligner une partie du décor.

Le laisser aller sous contrôle, le chaos, de nos choix de plantation, organisés par l’observation réelle des plantes dans l’aquarium et non pas par des choix prédéfinis sur la feuille de papier est le leitmotiv de ce projet entre Aquarium du type Hollandais et bac du type Japonais.

Nous avons dans ce premier article décidé de simplement creuser la perspective à gauche afin d’accompagner et souligner les racines.
Afin de ne pas trop fragiliser l’équilibre de l’aquarium encore jeune en taillant et donc en faisant souffrir trop de plantes d’un coup, nous allons donc nous occuper plus particulièrement de tailler la Rotala indica qui a tendance à partir un petit peu dans toutes les directions.

Comme nous avons testé cette plante, connu pour être une plante d’arrière-plan, en premier plan, nous allons donc la tailler très court et replanter les têtes.


Voici une video montrant comment nous avons en quelques minutes creusé ce passage, taillé  et densifié les deux massifs de Rotala indica.

Rotala indica | La taille from Floraquatic on Vimeo.

Lorsque nous avons lancé cet aquarium nous ne savions pas que nous allions vraiment nous prendre au jeu des couleurs. Le bac ressemble petit à petit et ce grâce aux différentes tailles et modifications, à ce que nous avions imaginé. Les dernières tailles des Rotalas sp indica et macandra nous ont permis de constater distinctement que la partie gauche était trop chaotique et hors de contrôle, la pousse gracieuse de l’Eleocharis acicularis et le petit bosquet de parvula à l’avant-plan nous ont convaincu et de la légèreté et de la tonalité de ces plantes pour remplacer une partie de la Crytpocoryne trop dense et sombre pour l’avant-plan…Cependant il y a encore du travail pour arriver à nos fins.

Pour de ne pas trop perturber l’équilibre nous avons étalé sur trois semaines les tailles. La première étape: enlever sans supprimer entièrement la Ludwigia arcuata que nous allons conserver sur les côtés, la Ludwigia glandulosa perennis  va quand a elle être cantonné  au centre derière les racines. Les zones dégagées vont servir à étendre la présence de la Lobelia cardinalis va petite qui est un excellent choix, entre Glossostigma et Anubias de part sa forme, elle joue parfaitement son rôle. Le bouquet central va aussi être épuré, l’Echinodorus aflame, n’a pas sa place et nous allons supprimer quelques tiges de Polygonum São Paulo

 

 

La partie droite quant à elle va subir également le passage de nos ciseaux Ludiwigia arcuata et Myriophyllum vont être utilisés pour donner de la diversité au bouquet central et créer un sentiment de Wabi Kusa aquatique, mais nous allons essayer d’épurer au maximum cette zone.  Nous allons également prolonger le lien entre le premier plan et l’arrière-plan grâce à l’Eleocharis: Parvula , Acicularis  et vivipara.

 

Voici une vidéo montrant la méthode utilisée pour couper les tiges de Ludwiga arcuata sans remuer le sol ce qui ne perturbera aucunement l’équilibre, ainsi que quelques éclaircissements et autres repiquages faits en passant…

Halloween sur l’Amazone | Jardinage Aquatique from Floraquatic on Vimeo.

Nous continuons donc à observer attentivement notre aquarium afin de mieux comprendre et également de préparer ce projet pour une séance de prise de vues finale qui réussira à combiner les particularités de ce bac : un hardscape central composé de trois racines Araignées, formant un tout, que nous souhaitons garder omniprésent et des plantes à tiges, habituellement jusqu’au premier plan. Pour cette deuxième séance de taille nous allons simplement couper et repiquer cette fameuse Rotala macandra.

Cette plante, va être taillé afin de conserver la taille de ses feuilles petites et sa teinte rouge vif car au-delà de quinze centimètres non seulement elle devient plus sombre, presque bordeaux, mais ses feuilles deviennent également assez grandes.

Comme nous souhaitons lui laisser une place d’honneur; à l’avant-plan, nous allons donc simplement la tailler et la repiquer, sans toutefois trop la tasser. Nous veillerons bien à l’observer les jours suivants afin de recouper, le cas échéant des feuilles qui empêcheraient la lumière d’atteindre certaines d’entre elles.

La coupe de la Macandra va également nous permettre de voir ce que nous allons devoir tailler dans quelques jours. La première chose évidente, et la présence trop importante et trop haute de la Ludwigia arcuata, d’ailleurs tout le reste va devoir être réajustée.

Quant à la partie gauche, elle semble, comparée à la partie de droite chaotique et hors de contrôle. Il va falloir prendre une décision quant à la présence de certaines plantes, comme la Ludwigia arcuata et glandulosa perennis et nous allons donner également quelques jours avant de prendre la décision de les déplanter ou non au profit d’une autre plante, plus petite, comme la Lobelia cardinalis var petite déja présent à droite.


Pour l’action de la taille, mieux vaut une petite séquence video qu’un long discours. Une paire de ciseaux à tailler vague et une pince longue fine feront parfaitement l’affaire.

 

macandra from Floraquatic on Vimeo.

Ce bac est né d’une image, l’image d’une rivière de lave en fusion coulant au milieu d’une forêt, puis l’envie de créer un aquarium qui fasse un pont entre les deux écoles du Paysage Aquatique. Pour cela l’idée de base s’est imposé d’elle-même: des massifs classiques, aux couleurs chatoyantes, principalement rouge, retenue par un agencement de bois qui s’est naturellement constitué.

En premier lieu, nous installons les racines  de type Araignée une par une, l’idée étant de recréer un aquarium à l’aspect naturel, nous décidons d’incliner les racines vers le bas . Une racine s’impose d’elle même  pour le bas, l’écartement  entre les branches nous permettra ainsi de créer un passage vers le fond. La forme et la position de l’ensemble  dessine déja les deux zones de plantations. L’arrière plan pourra être retenu par les branches, et la racine , lors des tailles, permettra  de garder l’esthétique du bac. C’est le pont entre l’école Holandais et l’école Japonaise, deux esthétiques complémentaires.

Presque instantanément la deuxième racine de type Araignée vient se caler sur la première. Un étrange personnage semble même apparaître donnant une présence intéressante.

Une troisième racine de type Araignée donne à l’ensemble l’apparence d’un être vivant sorti tout droit d’un film de science-fiction. Cet ainsi que nous allons  laisser l’assemblage pendant plusieurs jours, pour valider l’installation et pour également réfléchir à la plantation.

Une fois le décor validé, nous laissons les racines dans l’eau plusieurs jours afin de faciliter leur immersion dans l’aquarium et leur permettre  de dégorger leur tanin et toutes les traces d’éventuel produits. Pendant ce temps nous allons choisir  le substrat et la liste des plantes…

Une fois n’est pas coutume, pour ce 31 octobre de l’année 1 de l’atelier nous avons le plaisir de vous présenter un aquarium déjà planté et presque mature. Un bac sanguinolent à point pour une journée d’Halloween presque pas comme les autres. Nous reprendrons tous les détails de la création de ce bac un peu particulier à rebours pour terminer par la conception du hardscape, aussi minimaliste soit-il.

Ce bac est né d’un image, l’image d’une rivière de lave en fusion coulant au milieu d’un forêt, puis l’envi de créer un bac qui fasse un pont entre les deux écoles du Paysage Aquatique.

Entre deux écoles, (cf Qu’est-ce que l’Aquascaping), l’école Hollandaise et l’école Japonaise. L’école Hollandaise qui arrange des plantes géométriquement afin de créer un tableau végétal, coloré et esthétique et l’école Japonaise qui reproduit des paysages inspirés de la nature à l’aide entre autre de racines.

Nous reviendrons ultérieurement sur toutes les étapes, du hardscape au schéma de plantation, en passant par les modifications pour arriver à un bac, nous l’espérons, novateur, simple, vivant et naturel.

En souhaitant que  cet aquarium, mature, nous plongeras à la fois d’un monde imaginaire et également dans un bras de rivière qui pourrais être réel. L’utilisation de plantes rouge procurant un effet complètement innatendu, dynamique sur le rendu final de ce projet. Il n’y pas un rouge, mais pleins de nuances, celles-ci combinées à la transparence, au flux de l’eau, le mouvement des plantes, la présence des poissons procure une sensation qui peut dépasser l’observation d’un paysage dans la nature, entre la réalité de la vie aquatique et l’imaginaire il n’y pas beaucoup de médium qui peuvent arriver à procurer un tel effet.


Halloween est passé, bôôô, mais le bac reste. Le démarrage d’un aquarium se déroule en deux étapes principalement. La première est le passage du pic de nitrite, nous verrons plus tard comment gérer et parfois accélérer ce processus que l’on doit attendre avant d’introduire les espèces animales. Une fois le pic de nitrite passé l’aquarium est encore bien jeune et le manque de bactéries dans le sol et dans le filtre font que l’équilibre est très fragile, c’est souvent à ce moment-là d’ailleurs que la plupart des algues indésirables peuvent faire leur apparition. Une fois ce passage effectué il ne nous reste plus qu’à observer et surveiller notre aquarium jusqu’à ce qu’il soit équilibré.

Alors lorsque approchant le troisième mois, nous ne voyons plus une seule petite algue, lorsque en fin d’après-midi les feuilles se dressent, avec pour certaine comme la Rotala macandra, une couleur rouge rarement observée, alors à ce moment une sorte de bonheur contemplatif surgît.

En reculant et en regardant les plantes évoluer nous pouvons enfin imaginer perfectionner l’apparence de l’ensemble avec nos ciseaux tout en souhaitant garder une touche chaotique, propre à la nature. Le chaos organisé cher à certains photographes comme Henri Cartier Bresson, devient ici, avec le végétal une véritable partie de plaisir. La Myriophyllum mattogrossense, martyrisée, taillée, repiquée et taillée sans cesse depuis le début, enfin bulle à tout va.

Les quelques brins d’Eleocharis vivipara mis de ci de là pour apporter de la légereté et enrichir les zones réservés aux plantes à tiges bullent également sans retenue, ne parlons pas de la Polygonum sao paulo qui elle scintille.

Quant à l’Hygophila pinnatifada, qui a été également taillée à plusieurs reprises en coupant systématiquement les têtes et bien non seulement elle arbore une couleur bordeaux foncé à certains endroits mais en plus après avoir souffert tel un bonzaï, elle semble vouloir se développer en restant petite…

 

A suivre…

Prendre le temps de préparer une séance de photos, sans pour autant sortir tout le matériel de la photo « officielle » avec fond rétroéclairé et lumière additionnelle est un moment important à plusieurs points de vue. Tout d’abord la photo d’un aquarium, comme la photo de voyage, de famille, plus généralement la photo tout simplement est avant tout un objet de mémoire. À l’ère du tout numérique nous oublions souvent ce rôle premier de la photographie. Ici alors que notre paysage est en mouvement perpétuel, que ce soit l’eau, les plantes ou les poissons, tout bouge, dans l’instant et jour après jour.

La photographie frontale est le meilleur allié du paysagiste pour méditer et affiner ses choix, que ce soit de déplacer une branche, changer l’alignement d’une plante, une hauteur, voir déplacer tout un massif. Car si un aquarium ne rend pas toujours bien en image, un aquarium qui est bien en photographie l’est également dans la réalité. Nous verrons plus tard au travers d’articles dédiés à la prise de vues aquatiques comment immortaliser son bac, sans pour autant avoir un matériel inabordable.

En attendant nous partageons avec vous une des dernières séances réalisées il y a deux semaines avec Halloween sur l’Amazone. Une séance qui nous a servi à travailler la plantation mais également à immortaliser ce bac à un moment où son rendu commence à devenir intéressant et prometteur.

`

 

Les massifs à force d’observation et de tailles successives commencent à avoir une forme intéressante et nous allons donc, de manière plus régulière suivre l’évolution de ce bac et observer ensemble ce qui se passe. Comme nous testons  quasiment en direct avec vous cet aquarium, nous reprendrons au fur et à mesure la taille de chacune des plantes présentes dans ce bac depuis le début  et en fonction des évolutions nous nous adapterons.

Un endroit devient particulièrement intéressante et captive l’attention. Le chemin naturel qui s’est imposé sous les racines, avec de chaque côté des plantes aux feuilles de tailles et de couleurs différentes mais avec une majorité de plantes à feuilles rondes; Anubias var gold, Lobelia cardinalis va petite attirant le regard et forment un véritable passage avec plusieurs zones où les plus petits poissons aiment se réfugier. Les racines de l’Hygrophila pinatifada ressemblent à des lianes. La Lotus tiger red que nous avons pincé afin de couper les montées de sève pourstopper net sa croissance vers le haut fait de l’ombre aux Anubias, se transforme en abri naturel  et sert égalament de zonebde repos pour le groupe de Pygmaeus.

Le couple Nannacara  Anomala a élu domicile  dans un abri en argile recouvert d’une Anubias var gold au pied des plantes à tiges qui forment actuellement une véritable forêt automnale… une forêt à la pousse conséquente que nous devrions pas tarder à tailler.

Voici presque deux semaines que nous ne touchons plus à rien, après une légère baisse de régime des plantes suite à des tailles finalement très conséquentes, le bac semble reprendre la route. Les algues vertes, qui sont apparues après les coupes, avec l’aide  de changements d’eau, de patience ainsi que de bonne dose d’Algues Exit, ont quasiment disparu et l’équilibre semble établi. Le bac va fêter ses 9 mois et il est bien possible que la séance de photographie finale qui immortalisera ce bac expérimental se rapproche.

La partie gauche, bien que chaotique a trouvé un certain équilibre, la présence de l’Eleocharis parvula avec dans son prolongement l’Eleocharis acicularis donne légèreté, finesse au bac du premier au dernier plan en plus de créer un lien visuel et de la perspective.

Le bouquet de gauche, composé de Rotala sp green, Rotala Indica etPolygonum Sao Paulo est désormais à sa place au premier plan. Il ne demande quasiment plus aucune taille, mis à part un contrôle des tiges de la Rotala sp green qui pourraient partir un peu trop loin sur le sol.

Le bouquet central composé désormais de Polygonum Sao Paulo, Rotala macrandraLuwigia repens rubinEleocharis viviparaNymphaea Lotus tigre rouge, encerclé d’Hydrocotyle tripartita (sp Japan) et de Lobelia cardinalis var petite est finalement assez ordonné.

En attendant nous laissons les plantes  reprendre un peu de hauteur…

Le chemin reste la zone « sombre  » de ce projet, les Anubias nana var yellow et la Cryptocoryne wendtii brown y rêgnent en maître. La Nymphea Lotus Tigre rouge, après avoir  eu les tiges pincées, reste en bas et non content de nous montrer ses magnifiques feuilles, protège les Anubias nana var yellow de trop de lumière.

Le premier plan à droite, constitué d’Eleocharis parvulade quelques touches de Cryptocoryne Wendtii brown et de  Staurogyne porto vehlo encerclant un bouquet de Rotala sp green et indica est agréablement surprenant à cet endroit. La rotala macrandra que nous apercevons à droite est, quant à elle, la reine de ce bac…et ne pourrait pas être ailleurs. 

Sur la racine, nous avons laissé s’accrocher naturellement de la Vesicularia montagnei,  l’Hygrophila Pinnatifida , dont nous avons systèmatiquement coupé les têtes, c’est également accroché à la racine, sa forme, sa couleur, rouge et vert olive  est du plus bel effet.

 

Une galerie de  photographies  pour ceux qui veulent en voir un peu plus est également disponible avec la fiche technique de l’aquarium:

Halloween sur l'Amazone

Données techniques : Aquarium Floraquatic 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab Efflux & Influx  17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 

Fertilisation : Easy Life Ferro, Easy Life Carbo, Easy Life Kalium, Easy Life Profito

Hardscape : Racine Araignée, Aquasoil New Amazonia, Pouzzolane noire

Plantes Hygrophila Pinnatifida, Echinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Rotala Indica,  Rotala sp green, Rotala macrandra, Nymphaea Lotus tigre rouge,  Cryptocoryne wendtii brown, Anubias nana var Yellow, Ludwigia arcuata,  Luwigia repens rubin, Lobelia cardinalis var petite, Eleocharis parvula, Eleocharis acicularis, Eleocharis vivipara, Staurogyne porto vehlo, Hydrocotyle tripartita (sp Japan)

Animaux : Nannacara Anomala, Hyphessobricon Amandae , Otocinclus Affinis, Hypoptopomatinae, Caridina Multidentata, Heteropoda Extra Red,  Clithon. 

Halloween sur l'Amazone

Nous continuons donc à observer attentivement notre aquarium afin de mieux comprendre et également de préparer ce projet pour une séance de prise de vues finale qui réussira à combiner les particularités de ce bac : un hardscape central composé de trois racines Araignées, formant un tout, que nous souhaitons garder omniprésent et des plantes à tiges, habituellement jusqu’au premier plan. Pour cette deuxième séance de taille nous allons simplement couper et repiquer cette fameuse Rotala macandra.

macandra from Floraquatic on Vimeo.

Les massifs à force d’observation et de tailles successives commencent à avoir une forme intéressante et nous allons donc, de manière plus régulière suivre l’évolution de ce bac et observer ensemble ce qui se passe. …

cf article 

Données techniques : Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie GUSH Opipe 17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 , Chgt d’eau 15%  par semaine.

Fertilisation : Easy Life Ferro, Easy Life Carbo, Easy Life K, Easy Life Profito

Hardscape : Racine Araignée.

Plantes : Hygrophila Pinnatifida, Echinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Rotala Indica, Rotala macandra, Nymphaea Lotus tigre rouge, Myriophyllum mattogrossense, Cryptocoryne wendtii brown, Anubias nana var Yellow, Ludwigia arcuata, Eleocharis Parvula, Eleocharis Vivipara, Hydrocotyle Sibthorpioide

Rejoignez-nous