Articles

0 2304

Suivez la remise des prix en live sur Floraquatic ! Diffusion vidéos dès 5h30 en France et nouvelles photos tous les jours. Pour la première fois dans l’histoire des paysages aquatiqueun françaisGrégoire Wolinski, dont nous avions dressé un portrait pour mettre en avant son professionnalisme, est le premier Européen à remporter le plus prestigieux concours de paysages aquatiques.

L1210286
Grégoire Wolinski grand vainqueur de l’IAPLC 2014 le 24/11/2014 lors d’une rencontre organisée par Mr Masashi Ono en compagnie de Mr Dave Chow, Mr Long Tran Hoang, Mr Ngo Truong Thing et Jianfeng Zhang

Olivier Thébaud notre paysagiste de l’atelier de Floraquatic est également dans le top27 à la 17e place.

1969323_994342730591760_322892385184326924_n
1794600_994342760591757_5252324698706095834_n
1535515_994342767258423_9083815644530868995_n540403_994342837258416_8063286918844662981_n
10675548_994342970591736_1602761244340790633_n

Lundi 27 octobre 2014, Niigata Japon.L1211131

Mr Takashi Amano, créateur du concept de l’Aquarium naturel et fondateur et dirigeant de la société Aqua design Amano en compagnie de son épouse et de sa fille.

sumidapano

Sumida Aquarium, Skytree tower Tokyo. 29 oct 2014.

[instagram-feed id=341850557 imagepadding=5 num=24 cols=3 showbutton=true showlikes=true socialbgcolor=111 instagramtext=’Voir sur Instagram’ type=hashtag hashtag=IAPLC2014FQ]

Nous allons aujourd’hui passer à la stabilisation des éléments du décor mis en en place avec la collaboration de maitre Masashi Ono. Nous effectuons la mise en eau ainsi que l’installation des plantes . L’assemblage étant fragile, nous fixons solidement les  racines entre elles avec le très pratique ADA wood tight.

arbredesombres-9Nous utilisons les aspérités naturelles de chaque racine de mangrove, et si besoin est,nous agrandissons celles-ci à l’aide d’un tournevis. illusion2-27Le Wood Tight ADA, d’une utilisation simple et intuitive, a été spécialement conçu pour fixer les plantes épiphytes sur le boisSa solidité et sa couleur en font un allier parfait pour arrimer chaque racine .illusion2-23Nous attachons chaque élément du décor, parfois à l’aide d’une pince.

illusion2-28 illusion2-25

Le projet mettant en avant l’aspect naturel, sauvage et sombre que nous pouvons observer dans la nature,nous décidons d’associer à ce véritable paysage aquatique proche d’un biotope,une population très particulière et rare: des Bettas Perséphone dont le  nom  fait référence à la déesse du monde souterrain et des enfers dans la mythologie grecque.

illusion2-39Nous mettons tous les atouts de notre côté afin de faciliter la reproduction de ces Betta Perséphone; ce poisson  sombre et fascinant au regard brillant,va peut être réussir à capter les rayons de lumière grâce à l’irisation bleue de ses nageoires caudales.

En plus des caches  naturelles constituées par les racines de mangrove nous créons, juste sous la surface de l’eau,  un refuge  supplémentaire recouvert d’une Vesicularia, pour que ce betta, suivant ses habitudes, puisse se reproduire.

illusion2-36La plantation fera l’objet d’un article spécifique.

Fiche technique:

Filtre Tetra 600 ex fonctionnant depuis un an

Sol ADA new Amazonia Powder

Décor : racines de mangrove

Eau osmosé récupéré dans l’aquarium l’arbre noir.

Plantes: Nymphaea glandulifera et Limnobium laevigatum

 


Lorsque nous avons commencé ce projet « Halloween sur l’Amazone« , nous avions plusieurs objectifs. L’un d’entre eux était de découvrir et associer des plantes à différents endroits de l’aquarium, en perturbant légèrement les fiches. Nous pouvons dire que nous avons là un laboratoire d’association végétale  Nous allons maintenant, en utilisant quelques plans rapprochés,  observer  non seulement  la bonne santé des plantes, mais également étudier avec vous, dans les moindres détails, leurs formes, leurs dispositions  en divers endroits de l’aquarium,  ainsi que leur association de couleurs et de formes.

Ici nous commençons notre descriptif avec une plante que nous avons choisie après les autres: il s’agît d’une Lobelia caridnalis var petite.

En effet nous l’avons ajoutée  aux   zones d’ombre  en compagnie des quelques très discrets brins de Glossostigma elatinoïdes que nous avions glissés et qui apportaient des touches de lumière.

Cette plante nous a conquis et a pris toute sa place dans ce projet.

Sa simplicité et sa densité naturelle lui ont permis de trouver place  en trois endroits du bac.  elle a servi en premier lieu  à densifier et éclairer le pied du bouquet central, au tiers du bac.

Sa densité au sol a de plus servi de barrière naturelle à l’Eleocharis parvula. La transition étant très agréable à l’oeil, le rappel des teintes et des formes avec les Anubias nana var yellow et le très peu d’entretien que cette plante demande nous ont vraiment conquis.  A l’ombre de Nymphea Lotus Tigre rouge, nous avons ainsi créé une véritable caverne végétale. Cette zone, juste sous la racine centrale, a donné libe cour à un chaos des plus réussis.

À droite également, notre Lobelia cardinalis var petite a parfaitement tenu son rôle en retenant notre mélange de Rotala rotundifolia sp Green et de Rotala indica. qui au premier plan, taille après taille a pris joliment place. Entouré à droite de Staurogyne porto Velho, de Ludiwgia repent rubin et de Glossostigma elatinoides à gauche et d’Eleocharis parvula entre la vitre et le bouquet, ce premier plan expérimental, âgé de plus d’une année au moment de ces prises de vue, prouvé sa pérennité.

 Nous pouvons voir Lobelia cardinalis var petite également dans le fond du bac, sur la gauche. Faisant un rappel visuel discret elle a permis de créer le lien entre le premier plan et l’arrière plan de l’aquarium. [mwi_product sku= »FQ331″ title= »false » desc= »false » img= »true » img_width= »200″ price= »false » type= »add » btn_color= »white » btn_link= »button » cols= »1″/]

1 588

atelierCette rentrée 2014, riche en évènements pour le paysagisme aquatique français, est aussi pour nous l’occasion de changer la maquette de notre rubrique: »Articles et Médias » . Elle devient le Journal Aqua.

_MG_0195 copy

Comme vous pourrez très vite le constater, nous avons multiplié par trois la taille des photographies. Plonger en plein écran dans nos photos et profiter pleinement des détails des photographies de paysages devient une réalité.

En cette rentrée 2014, alors que le paysagisme aquatique français attire les regards du monde entier ,nous  modifions quelque peu notre rythme et nos publications.

blackimpact

Caridina Cantonensis Black Crystal SS Hinomaru

En attendant les reportages et articles à venir ,nous vous proposons grâce à cette nouvelle maquette, certains de nos plus beaux reportages. Les images se passant de mots, nos lecteurs étrangers pourront ainsi mieux profiter de cette rubrique.

bettasplendens

– Les photos deviennent interactives, les portfolios s’affichent en plein écran, les instantanés pris via Instagram s’affichent au jour le jour et en direct.

Depuis la naissance de cette rubrique plus de 300 articles ont été publiés. Notre ancien système donnait un accès complexe aux catégories. Désormais les journaux de chacun de nos projets sont archivés ensemble;vous pourrez ainsi facilement retourner consulter vos articles préférés!

Nous vous invitons également à nous signaler par courriel tous les bugs que vous pourriez constater.

 

0 3873

un aquascaping en aquarium L’aquascaping ou la conception et mise en œuvre d’un bac planté nécessite d’avoir une bonne connaissance des plantes et des matériaux de décoration comme les différents types de pierres et de bois flotté. Takashi Amano est un maître de cet art et ses livres peuvent fournir une quantité d’idées quant au design d’aquariums. La section suivante définira les bases de l’aquascaping. Littéralement « Aquascaping » signifie « Paysage Aquatique ». C’est l’art d’arranger de manière esthétique des aquariums avec des plantes, des pierres et/ou des racines. Avant l’avènement de « l’aquarium naturel » nous connaissions deux écoles de paysages aquatiques distinctes, l’école Hollandaise et l’école Japonaise. L’école Hollandaise arrange des plantes géométriquement afin de créer un tableau végétal, coloré et esthétique. De son côté, l’école Japonaise reproduit des paysages inspirés de la nature à l’aide de racines, roches et plantes. À partir de 1991, le Japonais Takashi Amano va littéralement révolutionner ces deux écoles en associant leurs spécificités respectives, l’une tenant d’avantage du jardinage et l’autre de l’observation de la nature. Le principe de « l’aquarium naturel » est né. Il est à l’origine de ce qu’on appelle « l’Aquascaping ». Aujourd’hui le terme “aquascaping” peut être utilisé pour tout aquarium dont le décor ou le schéma de plantation a été “pensé” avant la mise en eau dans un but artistique, selon les goûts et la sensibilité de chacun.

Les matériaux de Décoration

Lors de la conception d’un aquarium naturaliste, l’utilisation de bois flotté et de différentes roches deviendra indispensable.

ryoboku

  • Pierres : Basalte, granite, quartz, ardoise et le grès sont sans danger pour un aquarium. Cependant, le calcaire est à éviter car il altère la chimie de l’eau en influençant l’alcalinité.
  • Bois flotté : On trouve aujourd’hui du bois flotté en tailles différentes et de toutes formes. Il existe du bois flotté récupéré dans la nature, par exemple des racines vieillies ou des morceaux de bois perforés par des vers. Avant de les introduire dans le bac, il est important de les faire tremper dans de l’eau quelques jours durant, cela permet de se débarrasser des éléments indésirables tels les tannins ou les dépôts de sel.

Lors de la sélection de bois flotté ou de pierres, s’assurer que leur taille est en accord avec la taille de l’aquarium. Faire pousser des fougères (Microsorium ou Bolbitis) ou de la mousse de Java (Vesicularia dubyana) sur du bois flotté améliorera l’aspect général de l’aquarium. Il peut être aussi magnifique de créer de petits monticules de pierres entourés de plantes plus courtes.

L’arrangement – le choix des plantes

L’aquarium hollandais ou l’aquarium naturel tireront un bénéfice certain si le schéma de plantation a été mûrement pensé et schématisé avant la mise en eau. Ce qui n’empêchera pas des modifications ultérieures en fonction des évolutions naturelles des plantes, des choix artistiques et des envies de l’aquascapeur. Lors de la mise en place des plantes dans un aquarium, elles doivent être plantées en fonction de leur taille et de leur condition de pousse. Par commodité, le bac peut être divisé en 3 parties, le premier, le deuxième et le troisième plan. L’aquarium doit être conçu en tenant compte des plantes: de leurs prédispositions (01 – Avant plan – 02 – Plan médian – 03 – Arrière plan), de leurs couleurs, de leur vitesse de croissance. Il est judicieux de préparer sa plantation à l’aide d’un dessin afin de réduire les manipulations ultérieures qui pourraient perturber, au lancement du bac, l’équilibre très fragile de l’aquarium. En effet, dans les premiers mois, chaque modification des paramètres peut favoriser la croissance des algues au détriment des plantes. Arrière plan : Les plantes de l’arrière-plan doivent être plus hautes que toute plante installée aux premiers et deuxièmes plans. Des plantes faisant plus de 30 cm de hauteur feront l’affaire. La plupart des plantes à tige (Hygrophila difformis, Hygrophila polysperma, Limnophila sessiliflora, Limnophila heterophila, Rotala indica, Rotala rotundifolia, Miriophillum aquaticum, etc…) ainsi que les plantes rosettes ayant des feuilles semblables à de longs rubans (Crinum thaianum, Sagittaria subulata, Vallisneria americana etc…) sont appropriées. Afin de décorer les racines de mangroves et les pierres au troisième plan, utiliser des espèces différentes d’Anubias ou de plantes épiphytes tels le Bolbitis heudelotii, Microsorium pteropus et Vesicularia dubyana (Mousse de Java), car ils mettent en valeur l’aspect naturel de l’aquarium. Plan médian : Pour le deuxième plan, sélectionner des plantes à tige d’environ 15 cm de hauteur, telle que Rotala macranda, Eustralis stellata etc…, qui apporteront une teinte rouge au milieu du vert clair. Au centre de l’aquarium, les plantes rosettes tels Nuphar lutea, Nymphaea sp. (Lotus tigré), Aponogeton sp. ou certains Echinodorus comme E. amazonicus, E. ’Ocelot’, E. ’Rubin’, E. ’Bartii’, etc… apporteront un contraste de couleurs et de formes. Les Cryptocorynes peuvent aussi faire partie de ces plantes. Avant plan : Les plantes n’atteignant pas plus de 10 cm de hauteur sont à réserver à la décoration du premier plan. Les plantes rampantes comme Glossostigma elatinoides et Lilaeopsis brasiliensis ou des plantes tels l’Echinodorus tenellus et E.latifolius ainsi que Riccia fluitans sont idéales. Dans des conditions favorables, ces plantes formeront un tapis vert au premier plan. Riccia Fluitans est une plante flottante mais peut être habituée à pousser de manière immergée. Cette plante doit être fixée sur du bois flotté ou des pierres à l’aide de fil de pêche.


Enfin, élaborer et dessiner l’agencement des plantes à l’avance afin de vous garantir l’obtention de l’aquarium de vos rêves.

La conception et la réalisation du décor : le « hardscape »

congosand1 Hardscape signifie « décor brut avant plantation ». La sélection des éléments du décor (sol, roches, racines) doit être faite avec pertinence, en tenant compte de la taille des plantes à maturité et des dimensions de l’aquarium. Il est intéressant de noter, dans le cas d’un hardscape à base de pierre, qu’une pièce maîtresse peu atteindre les deux tiers de la hauteur du bac. Un décor à base de racines peut être pensé différemment, le bois servant plus naturellement de support aux plantes à rhizomes. Avant la mise en eau, il est préférable de laisser mûrir le hardscape, l’observer, le photographier, le cas échéant le transformer après avoir pris un peu de recul. Cette précaution est un gage de pérennité, il évitera les manipulations une fois le bac mis en eau.

Spécificité de l’aquarium naturel

A l’inverse d’un aquarium hollandais dont l’aspect repose uniquement sur l’apparence des plantes, et qui donc se retrouve avec des phases plus ou moins gracieuses suivant les tailles, l’aspect de l’aquarium naturel lui, repose sur plusieurs paramètres qui lui garantissent un aspect « présentable » en permanence. La notion du « Hardscape » propre à l’Aquarium Naturel peut en lui-même expliquer une bonne partie de la question, en effet la structure artistique du bac reposant principalement sur l’agencement de pierres et/ou des racines il est clair que cet impact visuel sera conservé quelles que soient les tailles effectuées.

La réalisation

Un sable fin, des graviers, au premier plan permettront de créer une ambiance de plage où de bords de rivière, le prolongement de cette « plage » vers le fond de l’aquarium pourra rajouter un effet de profondeur. Puis entre cette plage de sable et le plan médian, quelques petites mousses accrochées à des supports (type supports Ista) ainsi que des plantes à croissance lente telles des Cryptocorynes et Anubias demandant peu d’entretien feront la transition. Il est possible d’agrémenter ce plan intermédiaire de petites touches de Glossostigma Elatinoïde qui, mélangées à une Echinodorus Tenellus créeront un effet naturel et apporteront une nuance de vert plus clair. Le plan médian, zone principale du « hardscape », devra rester visible afin de conserver son impact.Vous pouvez choisir des plantes à pousse modérée pour le plan médian afin que l’aquarium conserve en permanence une végétation dense. Des fougères à rhizomes telles que les Microsorum, Bolbitis Heudeloti ainsi que les mousses, peuvent être fixées sur les racines, garantes d’un plan médian toujours vert et dense. Dans le fond on peut, selon ses désirs, disposer des plantes caulescentes (à pousses rapides) qui même après la taille n’ empêcheront pas votre aquarium d’être présentable en toute circonstance. Dans tous les cas quelques soient vos aspirations laissez vous guider par vos propres goûts et n’hésitez pas à détourner les règles.

Kirakabu Koushin (Régénération sur souche)

La régénération sur une souche est un processus naturel unique  qui se produit grâce aux mousses présentes sur l’écorce. Les graines dispersées des cèdres germent sur des souches et finissent par pousser dessus.

Comme la régénération sur un arbre mort, ce phénomène unique et reconnu se produit lorsque le climat est soumis à de fortes précipitations et que l’humidité est permanente.

Le cèdre régénéré sur la souche est appelé « Cèdre de deuxième génération ».

De temps en temps vous pouvez observer un cèdre de troisième génération qui a lui-même grandit sur le cèdre de deuxième génération.

La vie ainsi prend racine  et nous montre sa force, force inspiratrice qui avec le temps  nous donne à voir des formes extraordinaires.

0 180

Les premiers rayons de soleil sont enfin arrivés et la décrue a dévoilé les paysages engloutis par les eaux durant la saison hivernale. Façonnés depuis des centaines d’années, ces blocs de granit, qui ici , à Fouques, marquent  l’extrémité Sud-Est du massif armoricain, sont devenus les derniers soutiens pour les arbres qui ont réussi à s’adapter.

Avant que la végétation ne se développeavec les beaux jours, nous découvrons un monde fait de minéral et de tissu végétal.

 

Balayées par un courant parfois violent, ces racines ont dû rechercher la terre plus en profondeur. À cet instant nous en  découvrons de véritables réseaux dont nous pouvons imaginer les prolongements sous les eaux.

 

Lierres, fougères et mousses semblent avoir survécu à une longue immersion, au froid et au courant; instantanément ces plantes reprennent vie.

Cette zone était entièrement sous les eaux  3 semaines auparavant.

0 1358

Notre nouvelle gamme d’aliments pour invertébrés se révèle,test après test ,être réellementintéressante. Dans le domaine de la nutrition, la diversité des substances et des composants des produits  est un paramètre considérable à ne pas négliger. Elever et reproduire des crevettes pour la sélection, demande simplementde la régularité. Un rythme et une méthode stables suffisent souvent à conserver de belles souches

Si la stabilité des paramètres, clef principale du succès, est toujours respectée, l’importance  de l’alimentation est, elle, en revanche, souvent sous-estimée.  La marque ShrimpHouse – Kachiku shiryo a parfaitement répondu à nos attentes en ce domaine.Dans cette gamme d’aliments, la nourriture, appelée Hayai, a la  forme d’un bâtonnet. Ici nous le  disposons sur une feuille afin d’observer avec vous ce qui va se passer.

Nous plaçons la nourriture a un endroit précis; nous choisissons ici une feuille de catappa Tantora.Pour l’amateur de crevettes,l’instant du repas est le moment le plus propice à l’observation de la population de l’aquarium.Il permet de faire le point sur son état de santé et son développement.Mais  la nourriture disposée localement  a un inconvénient ; les plus petits juvéniles n’ont quasiment aucune chance de pouvoir participer au repas, alors qu’avec les bâtonnets de la marque ShrimpHouse – Kachiku shiryonous ne rencontrons  pas ce problème.

En effet, à notre grande surprise, le bâtonnet de ShrimpHouse – Kachiku shiryo – Hayaise  se décompose rapidement dès que les premiers adultes viennent s’y nourrir . Comme le montre la photo ci-dessus, les pattes des adultes laissent une bonne partie du bâtonnet de nourriture se briser et se disperserdans l’aquarium. Cela  permettra  aux juvéniles, même les plus jeunes de trouver  par la suite leur nourriture.

 

Nos crevettes sont de plus en plus belles et leur taux de survie est étonnamment élevé. La diversité et la qualité des aliments y étant certainement  pour beaucoup.C’est pourquoi nous avons pris plaisir à filmer ce repas  pour vous en faire partager les images.

 

ShrimpHouse – Kachiku shiryo – Hayai from Floraquatic on Vimeo.

3 510

Trois semaines après avoir sorti notre Iwagumi du « black-out « , comme nous vous l’avions expliqué dans les articles précédents, il est temps de faire un état des lieux afin de partager avec vous l’efficacité de cette méthode. Nous pouvons dire que la victoire sur la présence de la cyanobactérie est totale, il n’y en a plus trace.

L’aquarium reprend vie à notre grande satisfaction.

La fertilisation, débutée dès la fin du Black Out avec de l’Easy Life Profito + EasyLife Kalium, semble bien convenir. L’Eleocharis acicularis commence à prendre sa place.Toutefois la réapparition d’algues filamenteuses nous a alerté sur un possible déséquilibre Nitrate/Phosphate.

Il nous faut procéder à un test à l’aide des tests Tetra NO3(Nitrate) et PO4 (Phosphate). Les résultats nous révèlent que, malgré la présence de la population et les généreuses distributions de nourriture, les taux de NO3 et PO4 sont à 0 mg/l. Nous décidons de mettre par étape 2,5 ml par jour d’EasyLife Nitro et d’Easylife Fosfo et essayons de surveiller la consommation quotidienne des plantes. C’est en faisant tout pour le bon développement de l‘Eleocharis acicularis que nous réussirons à faire disparaître ces algues indésirables.

Le but d’un aquarium est avant tout d’offrir un spectacle agréable et reposant. Notre choix de population ne nous donne pas satisfaction. Comme nous bénéficions de plusieurs aquariums nous allons intervertir les Sawbwa respendens avec des Simulans. Ce choix plus classique est avant tout décidé pour le bien être de nos sawbwa qui ne semblent pas à leur aise.

1 292

©Karen Glaser

L’histoire de la Photographie est riche de courants: qu’il s’agisse de Paysages, de Portraits, de Reportages, de Documentaires, où d’écoles: Américaine, Française, Anglaise, Japonaise, Allemande pour ne citer qu’elle…  Karen Glaser, grande artiste, brise ces barrières à coup de photographies de paysage engagées. Comme dans la plus pure tradition de la photographie documentaire Américaine, en y empruntant le dynamisme de la Streetphotographie, la rigueur de l’architecture, la beauté du paysage et l’engagement du documentaire.

 

Elle nous donne à voir le monde autrement,  grâce à une prise de conscience de l’importance de la nature et de sa fragilité que seul l’art, au travers de la photographie, médium qui parle toute les langues pouvait  dénoncer. Loin des images coup de poing de la caravane de l’information, Karen Glaser a décidé de nous interpeller sur le drame des Everglades en Floride en nous montrant la beauté incroyable de son écosystème menacé.

Absolument inédit dans le monde de l’Aquariophilie et du paysage Aquatique les photographies de Karen Glaser  effacent toutes les frontières du possible entre toutes ces écoles. Réalisé sans aucun trucage, ces photographies montrent une autre facette de la Floride que nous connaissons tous aux travers de la masse médiatique , ces images surprenantes, belles, sont déja dans des musées d’art contemporains et font parties de l’histoire de la photographie américaine.

©Karen Glaser

Elles sont le fruit d’une formation artistique, d’un oeil aiguisé comme une lame, d’un amour pour la beauté, et d’un engagement sans faille pour l’environnement. Car Karen Glaser, loin de montrer les images chocs du démembrement des Everglades en raison d’une urbanisation effrayante, préfère enregistrer avec son appareil photo, dont le rôle premier est de conserver une trace de ce qui passe et, parfois disparaît pour toujours. Montrer l’immense beauté de ce que la société est en train de détruire est certainement la meilleure solution pour que le monde prenne conscience de la fragilité de notre planète.

 ©Karen Glaser

Springs et Swamps sont des images issues de deux travaux distincts. Difficile à classifier, l’ordre et la chronologie ont finalement peu d’importance. Leurs forces visuelles, en font des icônes surréalistes fonctionnants seules et en série. Springs et Swamps sont donc deux séries réalisées non loin des lieux urbanisés, aux abords des Marais, plus au nord, dans les rivières d’eau douce, entre les Marais, écosystème unique au monde et le parc National des Everglades.

 ©Karen Glaser

Karen Glaser continue encore aujourd’hui à parcourir ces zones humides de Floride afin de nous faire partager ces images envoutantes à la lumière si particulière. Karen aime à préciser que si ces images sont si belles c’est que le lieu qu’elle photographie l’est, avec une telle humilité et un tel regard de vrai photographe engagé, Karen nous transporte du marais au musée d’art moderne. Juste le temps d’espérer que les entreprises et le monde urbanisé qui détruit cet univers si précieux, le temps d’un vernissage, en buvant un verre d’eau en regardant ces immenses photographies, puissent  prendre conscience de l’importance majeur de cet élément : l’EAU.

 


Voici pour vous un portfolio de ce travail extraordinaire Springs and Swamps:

 

Toutes les photographies sont la propriété de leur auteur ©Karen Glaser et toutes reproductions et diffusion sans son accord engageront à des poursuites. Nous tenons à remercier Karen Glaser personnellement, de nous avoir autorisé à diffuser son travail dans la rubrique Articles et Médias. 

2 1847

Sumida Aquarium

Nous avions déjà publié plusieurs reportages concernant notre visite au Sumida Aquarium situé en plein coeur de Tokyo à la Skytree Tower.Ce monument d’architecture moderne est, en l’espace de quelques mois, devenu un lieu de pèlerinage pour les paysagistes aquatiques du monde entier. Takashi Amano y a réalisé les deux plus grands aquariums plantés au monde: la Forêt primitive et Grassland

Se retrouver face à  ces aquariums naturels,est une fabuleuse  expérience. Le spectacle,lié au volume de ces paysages est tel que nous  avons à tout prix, voulu l’enregistrer avec tous les supports dont nous disposions . Après les avoir photographiés, nous avons décidé de filmer quelques brèves séquences animées. Quelques mois après notre retour elles redonnent vie à ces instants inoubliables.Les photographies demeurent d’un intérêt évident, mais les films donnent aussi à voir les aquariums sous un angle différent.

Les voici maintenant montés et c’est avec plaisir que nous les partageons avec vous :

Le premier de la séquence est celui qui montre le bac situé juste en haut des escaliers qui mènent au Sumida Aquarium:

Sumida Aquarium

Primeval Forest par Takashi Amano

L 414  x P 164 x H 170

Sumida aquarium Tokyo Sky Tree tower, novembre 2012.

La partie décorative et végétale est composée de grandes racines récupérées au bord de l’Amazone, de la Manten stone dans le bas de l’aquarium et de sable décoratif composé d’un mélange de Plata Sand et Colorado Sand.La clareté du sable aide à renforcer l’impression de profondeur et contribue à ajouter de la luminosité. L’aquarium étant d’une hauteur d’1m70, la réflexion de la lumière est extrêmement importante. Sur les racines sont fixés des Microsorum Narrow leaf et des Bolbitis Heudelotii.En arrière plan, des Cryptocorynes Balansae et des Vallisneria donnent vraiment une impression de paysage aquatique. Sous les racines,Takashi Amano a disposé des Anubias barteri nana,des Cryptocoryne Wendtii green ainsi que de la Vesicularia dubyana.

L’aquarium est âgé de 7 mois lors des prises de vues,.il est intéressant de noter que le concept du Wabi Sabi cher à Takashi Amano va être une fois de plus mis en exergue avec ce projet .Par ailleurs, cet aquarium devrait s’embellir avec le temps.

 

0 619

Voici  plus d’une année que nous avons mis en eau cet aquarium cubique appelé la « Fracture »; maissuite à deux déménagements, nous avions eu quelques soucis pour lui faire retrouver l’équilibre perdu. Une fois le CO2 et la fertilisation réintroduits dans le bac, c’est petit à petit que ce projet a repris placeau cœur de notre atelier.

Aujourd’hui, après quelques réajustements les plantes ont pris toute leur place, sous la clareté des Led de l’aquasky 301 ADA. Nous avions remplacé les Rotalas du fond par de l’Eleocharis vivipara et  Eleocharis parvula. Désormais la photosynthèse fait scintiller notre aquarium quelques heures à peine après l’allumage.

Quant à notre Betta HM black orchid arrivé peu avant Noël, nous l’avons installé en urgence dans un bac qui lui est spécialement dédié appelé »Demi-lune « ;mais si l’esthétique des pierres sombres et la beauté rare de ce halfmoonblack orchid  d’un noir opaque et profond, étaient du plus bel effet, il devenait une véritable gageure d’en imprimer la photo, le noir ne ressortant jamais vraiment noir.

En repiquant au fur et à mesurequelques brins de Glossostigma elatinoides, d’Hydrocotyle tripartita et l’Eleocharis parvula à l’avant plan, nous avons réussi à redonner à ce projet une seconde vie. L’ajout de CO2 a considérablement réactivé la reprise.

Au fil des jours, l’ambiance de ce bacest tout à fait surprenante. Exempt de taille, sans autre entretien que de faibles changements d’eau et un léger nettoyage des vitresce nano-bacest une vrai support à la contemplation.

Nous reprenons la fiche technique originale qui a depuis subit quelques modifications.

Nous avons réduit la premièrefiltration et c’est avec un filtre Eden 501 juste posé à l’arrière plan que nous filtrons l’eau de ce bac. La seule raison de cette baisse d’intensité de la filtration est la présence de notre Betta Halfmoon superblack, qui en raison de ses imposantes nageoires, nécessite une eau extrèmement calme et sans remous, ce que semble apprécier également l’Eleocharis vivipara.

La forêt de Shiratani unsui-kyō 白谷雲水峡  , qui veut dire littéralement  « gorge d’eau et de nuage  » est un des lieux qui a inspiré le réalisateur japonais Hayao Myasaki pour deux de ses films les plus connus au Japon : Princesse Mononoké , Nausicaä de la vallée du vent.

Regeneration

Tout comme dans nos forêts bretonnes, on imagine dans cette forêt la présence d’esprits et de héros de légendes, celle d’animaux fantastiques, ou d’étranges créatures. Nous sommes entrés dans le monde merveilleux de l’imaginaire qui donne à cette endroit, un charme vraiment particulier. Nous pouvons retrouver cet atmosphère dans l’univers remplit de fantaisie et de poésie des films d’animation de Hayao Myasaki.

Nous ne pouvions pas nous priver d’une randonnée dans cette partie de l’île, re-baptisée la forêt de Princesse Mononoké. La traversée de ce lieu très célèbre au japon est assez bien desservie par des sentiers balisés, rythmés en fonction des capacités des promeneurs, permettant à ceux-ci de partir à la rencontre des plus vieux sugis. Ils peuvent aussi choisir de s’en écarter, en s’égarant un peu  sans tenir compte des balises. C’est ce que nous avions décidé de faire.

Regeneration

A cet endroit, un nuage semblait être, de toute éternité accroché à la montagne; l’eau y suintait de tous côtés et une myriade de ruisseaux surgissait directement des mousses, comme d’une éponge toujours saturée.

Regeneration

L’eau émaneait du sol et il nous  suffisait de fixer notre attention sur celui-ci, pour y découvrir rapidement un sable de rivière presque blanc.

Regeneration

En nous éloignant quelque peu des sentiers et en prenant le temps d’observer la nature, nous pouvions apercevoir des sources jaillissant de toutes parts pour se transformer en ruisseaux d’eau vive puis en torrents. Des chutes d’eau y avaient façonné depuis des temps immémoriaux des galets de granit parfois gigantesques. Nous pouvions ici encore faire le lien avec certains endroits qui nous sont proches, comme ceux de Huelgoat dans le massif armoricain .

Regeneration

C’est guidés par le bruit de l’eau que nous avons décidé de nous enfoncer plus profondément dans la forêt, en suivant le cours des ruisseaux plutôt que celui des sentiers. Quelques centaines de mètres en contrebas, nous avons découvert un endroit si étrangement fantasmagorique qu’il est devenu le sujet primordial de notre voyage. Aucune image n’est à même de retranscrire la beauté qui se dégage de ce site .

Regeneration

A cet endroit, ou le torrent s’élargit en un étang, le sable du cours d’eau devient lagune et la forêt se transforme en jungle. Au moment de notre présence, seule une bande joyeuse de macaques faisait trembler les feuilles des arbres. Nous nous sentions alors observés, mais tolérés par eux.

Regeneration

Cet étrange univers s’est soudain élargi .La puissance de la nature ici, sur cette île, loin de toute présence humaine, nous a enveloppés de sa sauvage et belle sobriété.

C’est ici, au cœur de la forêt, que nous avons décidé d’arrêter nos pas pour contempler cette somptueuse nature.C’est ici encore que nous avons eu l’immense privilège de trouver la source de notre intérêt pour le paysage aquatique.

0 316

Depuis l’ouverture de l’atelier, la visite, face à ces véritables installations que sont ces paysages aquatiques, est toujours riche en échanges et en émotions pour le public, qu’il soit curieux et néophyte ou aquascapeur averti . Si pour notre bonheur un petit visiteur de 6 ans fait remarquer que l’arbre de la photo est le même que celui de l’aquarium, nous avons là le constat que ce bac est bien en lien direct avec la nature. Cela nous conforte dans nos choix de mixité entre photographie de paysage et paysage aquatique, au sein de notre espace d’exposition . 

Intéressons-nous en images à ce bac minimaliste, nano-aquarium aux allures de  jardin miniature. Quelques semaines après avoir fixé à l’aide de super-glu la Vesicularia Ferriei- Weeping moss sur l’extrémité des branches de la racine d’arbre que vous voyez ici nous pouvons enfin vous présenter quelques photographies.

Lors dela première réalisation de ce bac, dans lequel nous visions à imiter les feuilles d’un arbrenous avions opté pour de la classique Vesicularia dubyanaNous lui avons depuis préféré la Weeping moss qui semble mieux convenir à l’effet que nous recherchions. Certes elle a mis un certain temps à prendre sa forme immergée,mais depuis quelques jours l’extrémité verte de ses rameaux laisse présager une disposition vraiment naturelle, les dernières traces de super glue gel qui la fixait à la racine d’arbre ayant enfin pratiquement disparu.

 

 

Les volumes de ce bac sont particulièrement réduits; la stabilité et l’équilibre de l’ensemble n’en sont que plus sensibles. C’est pour cette raison que nous n’avons absolument rien touché et limité nos interventions au strict minimum durant les premières semaines. 

 

 

 

Dans quelques jours nous allons enfin pouvoirtravaillerles détails et choisir les plantes qui vont accompagner notre Bonzaï aquatique. Voici le bac tel qu’il est à ce jour. Nous devrons revoir l’espace de droite et remplacer la Limnophila sessiflora que nous avions introduite au début pour lutter contre les algues, par une autre plante

 

Fiche technique:

Réussir à élever et reproduire des crevettes pour la sélection, demande simplement de la régularité. Un rythme et une méthode stable suffisent souvent  à conserver et élever de belles souches. Si la stabilité des paramètres, clef principale du succès est respectée, l’importance  de l’alimentation est, elle, en revanche souvent sous-estimée.En effet, celle-ci passe souvent au second plan. Or avec le temps, nous nous sommes rendu compte de son importance. Dans le domaine de la nutrition, la diversité des  substances et des composants est un paramètre considérable.

Donner régulièrement à ces crevettesdes aliments frais est très important. Orties ou épinard bio, tout justeblanchis,sontpar exemple des végétaux à privilégier .

Mais ces aliments ne contiennent pas tous les nutriments nécessaires à la bonne croissance de ces invertébrés. Leur offrirdes aliments complets et également variés est  la clef de leur bon développement

Dès la création de notre ShrimpRoom, nous avons décidé de travailler avec les meilleurs éleveurs. Lorsque nos plus belles souches sont arrivées, les éleveurs, soucieux de la santé des juvéniles nous ont conseillé certains aliments. La marque ShrimpHouse – Kachiku shiryo a parfaitement répondu à nos attentes

Nous pourrions continuer à publier une photo de chacune de nos crevettes, certaines à peine plus grosses que celle-ci dégustant  une boulette de Kihon, premier aliment complet de la gamme. L’activité que génère chez les crevettes l’introduction d’une pincée de cette nourriture dans les bacs est surprenante .

Mais nous préférons vous présenter une séquence vidéo.

ShrimpHouse – Kachiku shiryo – Kihon from Floraquatic on Vimeo.

La végétation plantée dans cet Iwagumi a mis un bon mois avant de commencer à prendre forme et  un deuxième  pour enfin nous dévoiler la forme immergée de certaines nouvelles plantes , à commencer par la  Fontinalis antipyretica-var gigantea. Sans aucune intervention de notre part, ce bac simple par sa forme et par sa maintenance « Lowtech » est en passe de devenir l’ un des aquariums les plus appréciés de notre atelier.

Nous avons souhaité une plantation élémentaire et cohérente, tout en étant un laboratoire pour quelques nouvelles espèces de mousses.

Pour la partie située derrière les pierres  nous avons choisi des  Fontinalis antipyretica- var gigantea; Fontinalis antipyretica Willow moss , Taxiphyllum alternans- Flame moss Fissidens fontanus- Phoenix moss  et Vesicularia sp – Creeping moss.

Parmis toutes ces mousses, une nouvelle venue a particulièrement retenu notre attention : la Fontinalis antipyretica- var gigantea. La forme de ses rameaux, ses nuances subtiles de verts allant jusqu’à un ton très clair sur les pointes des tiges, nous laissent deviner les  beaux effets qu’elle produira aux  arrières plans. Son champ d’utlisation  nous ouvre de nouvelles perspectives.

En raison de la présence dans cet aquarium  des habitantes  très particulières  que sont les hybrid de Tiger et les CRS et du faible volume d’eau,nous avons préféré jouer la carte de la simplicité:nous n’utilisons ni co2 ni engrais. Toutefois la beauté de cette nouvelle mousse fait que nous allons la tester dans un aquarium fortement planté, avec co2 et fertilisation. Nous pourrons ainsi comparer l’évolution de cette plante.

Même installée au fond du bac, cette nouvelle plante, une Fissidens fontanus très compacte et lumineuse, attire le regard.  Nous sommes impatient de la voir à maturité dans ce bac réservé aux mousses.

Les crevettes qui vivent dans cet aquarium sont en pleine forme et de nombreux juvéniles évoluent  désormais sur cette imposante Frodo Stone.

 

 

 

 

 

 

Déplacée à l’avant du bac pour une séance photo, cette mousse que nous avions taillée en petits  morceaux, semble vouloir devenir l’étoile de ce projet.

 

 

 

 

 

iledutigre52-13

Données techniques:

Aquarium Floraquatic 45x35x30

Filtration Tetra ex 600

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865  (mais disposée très haute au-dessus du bac afin d’éclairer un autre bac à côté)

Pas de Co2

Changement d’eau 10% d’eau osmosé plus Salty Shrimp Mineral GH/KH +

Fertilisation : sans

Décor:

Frodo Stone

Plantes: Pour la partie située derrière les pierres  nous avons choisi des  Fontinalis antipyretica- var giganteaFontinalis antipyretica Willow moss , Taxiphyllum alternans- Flame moss Fissidens fontanus- Phoenix moss  et Vesicularia sp – Creeping moss.

Invertébrés: caridina cantonensis var Taïwan Bee cardina cantonensis black crystal grade A à SS  / Tiger Deep Blue Orange Eyes

Paramêtres :  PH 6,8  KH 4 GH 6 conductivitée:  +- 270 ms , température ambiante

« Mille et un Jardins«  est l’aquarium le plus surprenant que nous ayons lancé à l’atelier depuis le début de notre installation. C’est un véritable Jardin Aquatique en Mouvement. Si au commencement  il ne nous a demandé que très peu d’entretien, ces derniers temps la  croissance des plantes est devenue si rapide que nous devons  tailler ces dernières chaque semaine.

Cette semaine nous taillons le centre du bac et nous  nous replantons les têtes de Limnophila sessiflora.

Juste avant  ce travail nous  prenons le temps de photographier  l’aquarium au réveil.

L’abondance de la végétation, qui pourrait de loin  paraître sauvage, offre dès que l’on s’approche du bac  un spectacle d’une rare beauté.

Les Nymphaea lotus tigre rouge qui étaient présentes  dans le sol depuis Halloween sur l’Amazone se frayent un chemin sous les tiges d’Hemianthus micranthémoides.

La Juncus repens se développe tranquillement et ses  superbes feuilles rouges se rapprochent de la surface.

Vous pouvez observer ici un Otocinclus qui se repose sur une feuille d’Hydrocotyle verticilata.

Le coeur du bac est un véritable enchantement pour les yeux.

Données techniques:

Aquarium Floraquatic 90x45x45

Filtration Fluval G6 

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865

Co2  Ista 1 bulle par seconde pendant l’allumage

Taille et changement d’eau de 10% : le vendredi, nous taillons une plante par semaine afin de ne pas rompre l’équilibre.

Fertilsation : Profito: 16ml par semaine  chaque lundi + EasyCarbo + Easy Kalium + Easy Life Nitro + Fosfo ( 2,5 ml par jour)

Décor:

Deux racines Desert Wood + 2 sac 9 L ADA Aquasoil New Amazonia

Plantes: Rotala  indicarotundifoliawalichii Juncus repensHydrocotyle verticilata Limnophila sessilifloraHemianthus micranthémoidesHygrophila polyspermaUrticularia graminifoliaGlossostigma elatinoides , Ranunculus inundatus

Invertébrés: caridina cantonensis var Taïwan Bee cardina cantonensis black crystal grade A à SS 

Paramêtres :  PH 6,8  KH 4 GH 6 conductivitée:  +- 350 ms, température 24°c

milleet1jardin-134

Données techniques:

Aquarium Floraquatic 90x45x45

Filtration Fluval G6 

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865

Co2  Ista 1 bulle par seconde pendant l’allumage

Taille et changement d’eau de 10% : le vendredi, nous taillons une plante par semaine afin de ne pas rompre l’équilibre.

Fertilisation : Profito: 16ml par semaine  chaque lundi + Easy Life EasyCarbo + Easylife Kalium + Easy Life Nitro + Fosfo ( 2,5 ml par jour)

Décor:

Deux racines Desert Wood ADA Aquasoil New Amazonia

Plantes: Rotala  indicarotundifoliawalichii,  Juncus repensHydrocotyle verticilata Limnophila sessilifloraHemianthus micranthémoidesHygrophila polyspermaUrticularia graminifoliaGlossostigma elatinoides

Invertébrés: caridina cantonensis var Taïwan Bee cardina cantonensis black crystal grade A à SS 

Paramêtres :  PH 6,8  KH 4 GH 6 conductivitée:  +- 350 ms , température 24°c

0 162

« Snapshot » est l’intitulé de notre nouvelle série. Le terme de « snapshot » est utilisé en informatique pour définir l’instantané d’un système à un moment donné. La photographie est, elle aussi, directement liée à cette idée d’instantanéité . La série que nous vous proposons avec une publication hebdomadaire de snapshots photographiques, nous permets de partager avec vous le quotidien de l’atelier .

Voici bientôt un mois que nous avons installéce mini aquarium:   « La Cime« .

 

Ce cube de 30x30x30 cm a été réalisé en pensant aux paysages fabuleux des réserves naturelles des Tsingy de Bemaraha à Madagascar .

 

Vous pouvez voir ci-dessus « Fracture« , bac que nous avons déménagé par deux fois.Il accueille depuis Noël un beau spécimen mâle de betta Half Moon super-black  qui s’est considérablement développé pour pratiquement doubler de taille.

 Comme vous pouvez le constater, l’Eleocharis acicularis et les quelques greffes d’Utricularia graminifolia  de ce bac appelé « Mémoire », ont subi une taille importante.

« La Pierre du Tigre » porte le nom du premier habitant  à avoir escaladé cette Frodo stone: c’est un mâle caridina cf.cantonensis  Tiger Blue Deep Orange Eyes

Nous vous préparons une  série d’articles concernant tous ces aquariums.

0 3363

Désormais habitués à nos rencontres avec ces aquascapers du bout du monde, il nous semblait important de reprendre la suite de notre tour de France des paysagistes aquatiques.

Continuons à nous intéresser à la FACT, ce groupe d’aquascapers dont nous vous avons précédemment parlé. Olivier Thébaud est l’un de ses membres.Olivier est l’aquascaper, le photographe et le rédacteur de Floraquatic. Nous allons, une fois n’est pas coutume, inverser les rôles et l’interroger. C’est pour nous l’occasion de vous le présenter sous un angle différentEn collaboration avec AQUAmag, certaines réponses ont été rédigées à l’occasion d’une interview réalisée pour le n°18  publié en 2013, faisant suite à sa performance lors de l’IAPLC 2012 (International Aquatic Plants Layout Contest) au cours duquel il a obtenu le meilleur classement français, se hissant à la 76ème place sur un total de plus de 2000 participants. 

IAPLC2012Local River, 2012

Le bac d’Olivier Thébaud, « Local River », peuplé de Stiphodon spp; et Microdevario Kubotai, a terminé 76ème au classement de l’IAPLC 2012, ce qui reste exceptionnel pour un Français. À noter que le rédacteur en chef d’AQUAmag*, Philippe Chevoleau, également membre du jury de l’IAPLC 2012, l’avait placé dans les 10 premiers de son classement.

FQ : Olivier bonjour! Tout d’abord permettez-moi de vous présenter. Vous vous appelez Olivier Thébaud, vous avez 42 ans et vous êtes photographe.  Pouvez-vous nous parler un peu de vous? Depuis quand et comment pratiquez-vous ce hobby passionnant?

OT:  Je  suis venu à l’aquariophilie directement par la pratique de l’aquascaping et ce depuis 4 ans.

FQ: Vous avez en peu de temps acquis une certaine expérience et votre place à l’IAPLC, avec votre bac « Local River  » arrivé 76ème sur plus de 2000, est une performance plus qu’honorable. Comment en êtes- vous arrivé a ce niveau?

OT:  En 2012 lorsque mon aquarium a obtenu ce classement, mon fils aîné m’a dit:  « Quand je pense que sans moi tu ne ferais pas d’aquarium »…  L’histoire a commencé par la demande que font tant d’enfants : « Papa, je voudrais un poisson rouge ». Je crois que tout est dit. Puis ayant banni l’idée du bocal dans la chambre de mes fils, j’ai fait quelques recherches sur internet.J’ai alors trouvé par hasard un Iwagumi de Takashi Amano ainsi qu’un élevage de Betta splendens. Ces deux découvertes m’ont immédiatement séduit et j’ai alors pris conscience qu’un aquarium peut être assez beau pour prendre place dans un séjour. En rentrant chez moi, j’ai montré tout cela à ma petite famille en disant simplement: « je vais vous faire la même chose! » Après, s’en est  suivi une succession d’erreurs et de tâtonnements avant de parvenir à des résultats acceptables.

_MG_3119 copyFQ : Combien d’aquariums possédez-vous actuellement  et combien de temps la maintenance de ceux- ci vous prend-elle? 

OT: Aujourd’hui, j’ai deux aquariums,  le premier est chez moi; jele dédie aux paysages aquatiques. Le second est à l’atelier où je sélectionne et hybride des crevettes de sélection.

FQ : Quel est, parmi vos réalisations, l’aquarium dont vous êtes le plus satisfait?

OT: Je crois que c’est « Régénération« , mon dernier projet. Il fait partie intégrante de ma démarche photographique et de ma vie. Le désir de photographier la nature est né en 2005 lors d’une promenade en Bretagne après les grandes tempêtes.Dans l’obscurité d’une forêt magique, les arbres encore debout étaient tous mortstandis que ceux qui étaient tombés et jonchaient le sol  avaient résisténon seulement ils étaient encore en vie, mais leurs écorces étaient devenuesle nid de jeunes pousses d’ arbres. 

Cette régénération m’avait subjugué. Sept ans plus tardtoujours aussi passionné de paysages aquatiques, j’ai eu l’occasion d’effectuer un voyage au Japon sur l’île de Yakushima. L‘envie de reproduire dans un aquarium la régénération également présente dans les sous-bois de la forêt de l’île, est devenue alors mon objectif principal.

RegenerationRegeneration, Japon 2012

FQ : Maintenant puis-je vous poser quelques questions d’ordre technique? Quel type de substrat utilisez vous?

OT:  J’utilise  uniquement de l’ ADA new amazonia pour mes bacs plantés et du Powder pour mon bac de sélection de crevettes.

FQ : Considérez- vous la filtration de l’eau comme une partie importante de votre travail ?

OT: La filtration est la partie la plus importante pour obtenir et maintenir l’équilibredu bac et, si un bon brassagelié à la filtration de l’eau est indispensable, c’est surtout le volume de cette dernière qui aujourd’hui m’importe. Je n’hésite pas à le doubler et à mettre en série les filtres. Ce procédé permet de limiter au strict minimum les changements d’eau; de plus il est ainsi plus simple d’obtenir la stabilité du milieu aquatique. Je viens de constater que moins je change l’eau d’un bac, plus vite poussent les plantes.

regeneration-22

Regeneration, 2014

FQ : Pouvez- vous nous expliquer brièvement la façon dont vous réglez vos aquariums depuis le début de leur conception ? Comment utilisez vous la lumière? Quels sont vos rythmes de changements d’eau jusqu’à ce que l’aquarium atteigne sa plénitude? Considérez-vous  l’apparition des algues comme normale et que faites- vous si vous constatez leur présence ?

 

 

 

OT:  Je commence mes bacs paysagés en fonction de leur  volume et du choix des plantes. J’ai énormément appris en faisant des erreurs et en observant. Encore aujourd’hui, je commence doucement à installer un bac sans engrais, sans Co2 et avec un éclairage minimum, tandis qu’à côté je compte  lancer un autre projet avec dès le début énormément de Co2 et d’engrais. Il n’y a pas de règles mais des désirs, des besoins. Soit on veut aller vite en se fixant un projet, soit on peut ne rien faire de bien défini et juste observer. Ces deux approches ont leurs atouts; le seul point important est d’être régulier et de ne jamais modifier plusieurs choses en même temps car, si un problème surgit, il devient alors plus délicat d’en connaître l’origine.

Lorsque j’ai débuté, j’éclairais un bac de 150 litres avec deux ampoules de 23 watts, avec peu de Co2 et peu d’engrais. Il n’y a jamais eu présence d’algues et la végétation se développait bien. Lorsque j’ai évolué dans ma pratique, les algues sont apparues dans les bacs et aujourd’hui je suis devenu expert en la matière, grâce aux expériences des uns et des autres ainsi qu’au partage des solutions. Cela m’aide beaucoup!

FQ : Avez vous une préférence pour un type de plantes ou une espèce de poissons?

OT: J’aime les plantes, mais une revient sans cesse dans mes bacs ; c’est  l’Eleocharis vivipara. Elle est difficile à dompter mais la grâce lorsqu’elle frôle la surface de l’eau est d’une poésie troublante. Bien dense, elle ressemble à une chevelure dans laquelle parfois il faut passer la main avec une infinie douceur pour la mettre en place tout  en prenant soin de ne pas l’arracher. Rassurez vous je vais bien, mais j’ai une relation assez particulière avec cette plante.

regeneration-21J’aime tous les poissons. Ils sont fascinants à observer lorsqu’ils évoluent avec leur habitudes naturelles dans un paysage cohérent. De plus si le décor est pensé pour eux, alors l’aquarium devient un véritable lieu de nature et de vie.

instagramDans mon premier aquarium Deep Rooted qui avait fini 2ème du CAPA en 2011, j’avais déjà des Stiphodons dans mes bacsces poissons m’accompagnent désormais dans la plupart des projets  que je fais et c’est en pensant à eux que je conçois mes paysages.

FQ : Quel type de fertilisant utilisez vous?

OT: J’utilise du fertilisant liquidej’ai un faible pour les produits Easy Life qui sont simples et très efficaces.  

FQ : Vous exercez le métier de photographe. Considérez-vous la photographie comme une étape importante en Aquascaping ? Préparez-vous méticuleusement vos prises de vues finales et avez-vous une technique particulière?

OT:  Je suis venu aux paysages aquatiques par la photographie. J’exerce ce métier depuis plus de 15 ans dans le reportage, la photo instantanée mais également dans le paysage. L’aquascaping est très lié à la photographie. Le premier point commun est l’espace: la photographie a un cadre, l’aquarium aussi. Les deux doivent avoir une composition, une âme… Un aquarium, comme une image, peut raconter une histoire. Pour le reste, j’ai découvert dans l’aquascaping un énorme panel de créativité. Il manquait peut-être cela dans la photographie que je pratiquais à l’origine et qui consistait à enregistrer le réel, sans jamais intervenir. Dans l’aquarium je choisis la population qui, selon ses besoins, va nécessiter un décor et une végétation particulière. C’est l’élément déclencheur. Puis ensuite rentre en jeu l’œil du photographe. Son habitude à composer avec le réel va l’aider à concevoir les décors. Mais en aquascaping, il s’agit de retranscrire des souvenirs, des impressions de promenades.

cropedregAu cours de l’évolution du paysage que je suis entrain de créer, je travaille avec des photographies « de face » que j’étudie longuement, car l’image permet de voir et de comprendre comment, en déplaçant une pierre, on peut créer de la profondeur, souligner quelque chose ou en étouffer une autre. Ce qui fonctionne sur une photo fonctionnera dans la réalité, alors que l’inverse n’est pas obligatoire. Grâce à la photographie, on peut observer les défauts et également partager l’évolution de son bac avec ses amis. Rien  ne vaut les conseils extérieurs, que ce soient ceux de mes amis français où étrangers qui pratiquent l’aquascaping, ou de ma famille. Une réflexion d’un de mes fils peut tout changer, car les enfants  ont un œil neuf, dénué de  préjugés et de contraintes. Le nombre d’or, ils s’en fichent !

bulle

Photosynthèse, 2013

FQ : Pouvez-vous nous donner le nom de vos aquascapers favoris?

OT:   Takashi Amano, Masashi Ono, Yutaka Kanno, Minoru Yamagishi, Dave Chow, mes amis de la FACT et pleins de jeunes débutants comme ceux que je croise au Café Aqua sur Facebook. 

FQ : En dehors de l’Aquascaping avez- vous d’autres hobbys ?

OT: Oui; j’aime la musique, les sports de glisse.

FQ: Où trouvez-vous votre inspiration?

OT: Dans La nature et dans mon enfance. J’ai grandi non loin de  la forêt de Brocéliande. Au bout du jardin de la maison coulait un ruisseau; je partais souvent y pêcher les grenouilles muni d’un bâton et d’un chiffon rouge, et puis il y avait surtout  l’imposante et bruissante présence des arbres. La beauté était là.

Essayer de représenter la nature dans un espace délimité est un challenge passionnant qui, s’il est réussi, fait entrer un tableau saissisant et unique dans un interieur.illusion2-18Clisson, 2014

FQ : Pour terminer notre entrevue, auriez  vous un conseil à donner à un paysagiste débutant soucieux de progresser?

OT: Prendre le temps d’observer la nature, se promener en forêt car c’est ainsi que l’on peut sentir la nature etla retranscrire plus aisément. Ensuite regarder les aquariums qui vous plaisent, comprendre la disposition des plantes, essayer d’analyser assez méthodiquement les bacs les plus réussis. Puis se poser et réfléchir au décor que l’on souhaite obtenir.C’est la partie la plus créative: la conception et la réalisation. Le choix des matériaux est crucialune belle racine où une belle pierre peut être réutilisée de maintes façons. À partir de cet instant, lorsque vous avez déjà votreprojet en tête, vous avez la possibilitévous faire aiderPour ce faire, vous pouvez contacter des aquascapers que vous appréciez, via Facebook par exemple.

(*) Nous tenons à remercier AQUAmag  ( www.aquamag.fr/) pour nous avoir permis d’utiliser certaines des réponses faite par Olivier à Pascal Bonetti lors de l’interview réalisé en 2013. 

 

Crevette Tibee Floraquatic

Il est facile de transporter les invertébrés par voie postale et, même si lors du premier envoi nous nous sommes posé la question de leur sécurité, nous avons pu constater au fil de nos expéditions, que les pertes ne sont heureusement que très rares. Les crevettes étant toutefois des animaux très sensibles aux variations du milieu dans lequel ils évoluent, l’acclimatation à leur nouvel environnement est une étape essentielle.

Colis Floraquatic

Nous ne parlerons pas de l’adaptation des crevettes dans vos propres aquariums, car si la température et les paramètres de vos bacs sont  proches de ceux auxquels elles étaient habituées, elle n’auront sans doute pas besoin de période d’acclimatation. Combien de fois  avons-nous pu découvrir des juvéniles arrivés en bonne forme lors d’un transfert de racines recouvertes de mousse.

Nous parlons ici d’une introduction de crevettes livrées  par transporteur et qui ont grandi dans un environnement différent. Il est important de noter que les juvéniles voyagent mieux et sont plus résistants aux variations du milieu ambiant que leurs aînés.

Aquarium Crevettes Atelier Journal Aqua

Nous ouvrons le colis et le laissons une demi-heure à l’air libre, sans lumière directe pour que l’eau qui est dans les sacs de transport se mette doucement à  température ambiante, ceci afin de ne pas stresser les nouveaux arrivants.

aquascapeNous partons du fait que les animaux ont voyagé plus de douze heures et ont pollué l’eau contenue dans leur sac de transport. Nous n’allons alors pas mélanger cette eau à celle du bac. Nous laissons le sac flotter pendant 30 minutes à la surface du bac mettant tout doucement l’eau des deux récipients à la même température. Nous limitons ainsi le risque de choc thermique.

Acclimatation des crevettes d'eau douce

Pendant ce temps de trempage, observons  attentivement les crevettes qui évoluent dans le sac encore fermé. Nous pouvons de cette manière, si le transport est assuré et que nous constatons une perte, faire une photo du sac afin de justifier votre réclamation. Ici nous n’avons fort heureusement pas ce problème.

Acclimatation des invertébrés

Ceci fait, nous employons la méthode du goutte-à-goutte pour introduire nos crevettes. Le sac étant petit, nous n’allons pas utiliser de tuyau à air mais ajouter doucement de l’eau dans le sac. Nous effectuons cette étape assez rapidement afin de conserver la même température. Nous remplissons le sac en doublant la quantité d’eau, puis nous vidons la moitié du volume d’eau obtenu . Nous effectuons cette opération plusieurs fois.

Envoi d'invertébrés par FloraquaticNous laissons doucement  les crevettes glisser d’elles-mêmes dans l’aquarium, leur évitant ainsi un stress supplémentaire et le risque de blessure ou d’infection que pourrait occasionner l’usage d’une épuisette.

Quelques minutes après  les avoir introduites dans leur nouvel environnement nous constatons que nos crevettes sont en pleine forme et superbes. Elles vont enrichir la souche de l’atelier et nous espérons qu’elles nous ferons de nombreux petits.Crevette Red Bolt

Voici les crevettes que nos avons ajoutées pour diversifier la faune de notre bac: une  Taïwan Bee Red Bolt, une Taïwan Bee Blue Bolt, une Taïwan Bee Red Wine, une  Caridina cf- cantonensis SSSS smiley  et une  Caridina cf- cantonensis  Red Crystal SSSS smiley .

1 366

 C’est avec un certain plaisir « macro-photographique » que nous abordons à nouveau l’observation de notre bac  » l’Arbre Noir« .
Ces dernières semaines, de nombreux juvéniles aux robes d’une grande diversité ont commencé à déambuler allègrement devant notre objectif.

Voici une femelle Caridina cf.cantonensis-Taïwan Bee Panda  pleine d’oeufs.

…ou encore un de nos juvéniles Tibee les plus intéressants…

Une Tibee Black Shadow se promène avec une bulle d’air accrochée aux antennes

Cette autre Tibee Black Shadow, aux  reflets bleus est d’une singulière  beauté.

Voici un juvénile né de nos croisements successifs qui s’avèrent être très encourageants.

Un mâle Taïwan Bee Panda et un juvénile Taïwan Bee King Kong se régalent avec notre nouvelle nourriture pour invertébrés Shrimp House -Kachiku Shiryo-Kihon

2 1162

Voici Shiratani et Ryoku stone, deux nouvelles pierres qui viennent enrichir l’échantillonnage de  matériaux que nous utilisons pour vos créations.

Ryoku Stone

Il n’y a pas si longtemps, nous pensions que seules les fameuses Manten stone où les Akai stone permettaient de réaliser des décors dignes de ce nom. Puis sont arrivées de belles  Frodo stone et les Aku stone. Le panel de nos offres de pierres ne cesse ainsi de s’enrichir.

La mise en forme d’un Iwagumi est directement inspiré du Suiseki, art Japonais ancestral qui consiste à rassembler des pierres remarquables sur un plateau  en bois appelé Daiza, ou en grès appelé Suiban, ou encore dans une coupe en bronze appelée Doban. Ces pierres utilisées au départ pour la méditation peuvent suggérer des formes d’animaux, de paysages, où bien demeurer de belles formes abstraites.

 

 

 

 

 

 

 

Ryoku Stone

Comme le font le sculpteur, ou l’artiste de Suisekis, le choix de pierres à forte « personnalité », aux formes singulières est un gage de réussite.

Ryoku Stone

Des pierres aux teintes variées, associées aux nuances de verts des plantes et des bruns du bois, enrichiront l’aspect et la diversité de nos paysages aquatiques.

Shiratani Stone

Grâce à ces deux nouvelles pierres, à la couleur proche de celle de la fameuse Manten Stone, et travaillées comme la Aku Stone nous nous allons pouvoir élaborer de nouveaux décors.

La Ryoku est une pierre qui inspire la force, la puissance. Ses formes massives et droites nous rapprochent des paysages les plus fameux réalisés par Takashi Amano.

La Shiratani, tout aussi travaillée par le temps, avec ses cassures très particulières est cependant plus douce, ses rondeurs nous ramenant directement aux paysages aquatiques et à la force du courant…

5 347

Vous commenciez peut-être à vous demander ce que cet aquarium « Déraciné », imaginé sur les bases d’un biotope du type Africain devenait. En effet deux mois déjà se sont écoulés et il est temps de mettre à jour notre journal.

Depuis que nous avons introduit dans ce bac un groupe de quarante caridina Multidentata -Japonica, son entretien  est minimal. Le choix de plantes que nous avons fait nous permet de contempler ce paysage sans jamais avoir à  intervenir. Vesicularia spAnubias var petite et Lilaeopsis mauritania sont si faciles à soigner et si peu » gourmandes  » que l’équilibre du milieur ambiant est parfait. Nous installons  un éclairage  de 6x14w enT5 philps HO pour 182 Litres et réduit à un temps de trois 3 heures à pleine puissance. Puis nous mettons en place une lumière d’ambiance très agréable et de surcroit  économique. Nous ajoutons, et ce sans CO2 , uniquement du potassium Ada brighty K où du Easy life Kalium .Deux fois par semaine nous complétons la fertilisation avec les produits Easy Life  Fosfo et de Nitro ( 2,5 ml)  

Comme nous l’avons signalé précédemment, aucune taille des plantes de ce bac n’a été effectuée jusqu’à présent. La vesicularia sp devenant imposante et un peu envahissante, nous allons tout simplement la tailler à ras. Afin de ne pas la laisser se fixer à nouveau sur n’importe quel support, nous siphonnons  les brins taillés de Vesicularia sp en même temps que nous opérons taille et changement d’eau. En procédant ainsi, taille et changement d’eau s’effectuent simultanément.

Ceci étant fait, nous  remettons l’eau à niveau  avec de l’eau courante.

Afin de ne pas perturber l’équilibre du bac nous ajoutons de l’easylife Filtre liquide

Le lendemain l’eau a retrouvé sa limpidité. 

La Crinum calamistratum que nous avons ajouté pour répondre aux formes tortueuses des racines commence à sortir ses feuilles.

 

5 670

Lorsque ces nouvelles racines sont arrivées à l’atelier nous avons décidé de nous laisser inspirer par ces nouveaux éléments. Nous avions déjà construit nous-même notre « petit arbre« , mais ici, les deux pièces que nous avons reçues nous ont immédiatement projetés dans nos souvenirs de voyage au japon.

Souhaitant réaliser un véritable paysage miniature avec un arbre  pleureur, se courbant comme celui que vous pouvez voir. L’image ci-dessous qui est  exposée sur les murs de l’atelier, nous  transporte dans la forêt de Shiratani. Suintante d’humidité telle une éponge, cette forêt d’où seraient venus certains des premiers habitants du Japon, est située sur l’île de Yakushima. Elle est entièrement préservée et présente de fortes similitudes avec les jardins japonais tels que nous les connaissons.

Ci-dessous, nous lestons la racine Trees Roots avec une Okho stone et nous la fixons sur la pierre avec du ADA wood tight, conçu sur le principe du fil de jardinage inoxydable et recouvert de matière plastique. Son élasticité, sa solidité et surtout sa couleur sont de précieux atouts pour obtenir un rendu très naturel sans recourir à des subterfuges.

C’est lorsque nous nous approchons du sommet de la montagne et que la cime des arbres commence à apparaître, que cette similitude semble la plus évidente . Nous allons tenter de reproduire, à l’échelle d’un nano- aquarium, l’esprit de cette photographie.

 

Pour cela nous utilisons une paire de ciseaux, de la colle « Super Glue » en gel et deux portions de Weeping moss. La Weeping moss  a l’avantage de vraiment tomber sous la lumière et devrait tout à fait convenir pour la représentation de notre bonzaï aquatique.

 

 

Cependant, aussi belle soit cette mousse, elle s’accroche très mal aux supports que constituent les nombreuses et très fines ramifications de notre racine . L’usage de « Super Glue » gel, s’est par conséquent imposée. Nous procédons branche par branche en prenant soin de bien écraser la mousse humide sur les gouttes de « Super Glue ».

Nous terminons cet assemblage et nous constatons que les deux portions de mousse dont nous disposions  ont été utilisées; quelques branches n’ont pas  pu recevoir de mousse. Nous rectifierons ce manque lorsque la mousse aura trouvé sa forme en immersion  d’ici un mois.

 Délicatement nous procédons à la mise en eau.

 

 

 

 

 

L’aquarium dans lequel nous avons réalisé ce nouveau projet était en eau depuis quelques semaines, la partie technique fera l’objet de notre prochain article.

Rejoignez-nous