photographie

4 3144

La Caridina cantonensis var Taïwan Bee, désormais bien connue des aquariophiles, ne serait pas une crevette sélectionnée par des éleveurs mais une mutation naturelle des CRS et CBS que nous connaissons. Les premières crevettes de ce type à avoir été photographiée sont été présentées en 2008 sur le blog d’un éleveur originaire de Singapour.

Mr Yeh Chung  Ching  travaillant pour l’élevage Fu Shrimp en Chine  en commença l’exploitation et ce dès 2009.

Si au début elles atteignaient des prix prohibitifs qui  se sont depuis  stabilisés, il est plus facile d’élever et de  reproduire ces crevettes. Nos souches proviennent d’Allemagne, de Taîwan et de France. Nous nous sommes attachés, dès le début de l’élevage, à diversifier le patrimoine génétique de nos crevettes . Ainsi, celles qui naissent dans notre Shrimproom à Aubagne sont plus résistantes; nous sommes même étonnés de voir certaines des femelles atteindre des tailles presque équivalentes à celle des Pure Black Line en provenance du japon.

Ci-dessus une des premières Caridina cantonensis var taïwan Bee – Red Wine arrivée à l’Atelier depuis plus de 2 ans.Elle est à l’origine d’une partie de la souche que nous élevons

Voici une femelle Blue Bolt qui a donné naissance à quelques magnifiques Panda Blue Bolt et Panda.

Ces juvéniles, nés dans nos aquariums, ont depuis bien grandi. Ils font partie de la quatrième génération de Taïwan bee nés devant nos objectifs, ci dessus un Taïwan Bee Blue Panda.

Ce jeune mâle Caridina cf. cantonensis – Taïwan Bee Panda est actuellement isolé avec quatre femelles: deux femelles Panda et deux femelles Black Impact. En quelque mois seulement des centaines de juvéniles ont vu le jour à l’atelier. Les premières crevettes F1 se trouvent désormais dans notre Shrimproom à  Aubagne.

Ci-dessus voici  une femelle Taïwan Bee Panda née à l’atelier et élevée dans notre aquarium l’Arbre Noir. Vous pouvez constater qu’elle est pleine.

Ici, une Taïwan Bee Red Ruby qui vient d’atteindre la taille d’un grain d’Aquasoil New Amazonia .

Nous constatons que plus notre sélection s’affine, plus le nombre de juvéniles Taïwan Bee naissants à chaque portée est  conséquent.

Nous espérons que les  dernières crevettes  en provenance d’éleveurs réputés vont enrichir et pérenniser  la stabilité de notre élevage. Ici une magnifique Caridina cantonensis var Taïwan Bee – Red Bolt.

Voici également une de nos premières Extrêmes-Red née à l’atelier. Elle va bientôt être en âge de se reproduire….

Nos paramètres actuellement sont les suivants:

PH: 6,3 GH :6 KH: 0 conductivité : 300 ms

 

0 883

Reprenons notre série photographique Snapshots.

En marge des articles et des reportages spécifiquement liés à l’aquascaping, de nombreux moments n’ont jamais été édités et partagés avec nos lecteurs car ne rentrant pas dans nos thématiques. Ils trouvent ici désormais leur rubrique.

AtelierTemp-170

L’arbre noir 60x40x40

Cette série est née d’une envie de répondre à vos messages bouillonnants de curiosité quant à l’avancée de nos projets.

memoire1-9Mémoire, 90X45X45

AtelierTemp-82 copy

Déraciné , 90X45X45

Sans cadre, sans format spécifique, nous nous laissons ici toute liberté pour échanger avec vous sur un ton différent. N’hésitez pas à nous poser vos questions, ou à nous faire partager vos envies. 

 

Certains endroits sur terre sont  empreints d’un tel profond mystère que la nature, dans son immensité magique et sauvage , nous impose sa beauté. Continuons notre promenade  sur l’ile de Yakushima, à la rencontre des vieux Sugis, quittons quelque peu le sentier qui longe la rivière et égarons-nous dans cette forêt légendaire.

Lorsque nous  décidons de sortir du sentier, il nous faut avant toute chose  bien regarder où nous posons nos pas pour ensuite nous mettre à l’écoute du sous bois  . 

 

En effet, entre le suintement de l’eau sur les mousses, le bruissement du vent  dans les feuillages, la présence  des animaux ou les craquements de nos pas sur les branches de bois mort, nous constatons l’absence du silence. Il est difficile de retranscrire ici l’atmosphère de calme, de mystère et de paix qui règne sur cette forêt.

Comme notre regard est orienté par la passion que nous nourrissons  pour les paysages aquatiques, la moindre mousse, la  racine la plus noueuse, la plante la plus frêle vont retenir toute notre attention.

Il faut veiller à pas se laisser surprendre par la tombée du jour dans cette forêt déjà si mystérieuse et obscure.

 

Ici, espace et temps semblent suspendus.

Lorsque l’on regarde de plus près, la nature peut nous sembler familière.

Si,avec ses sugis millénaires, la végétation est particulière à Yakushima, les similitudes avec certaines forêts bretonnes, avec leurs blocs de granit , leurs fougères, leurs chênes et leurs châtaigniers, sont incontestables.

Alors en levant nos regards, c’est un monde extraordinaire qui se dévoile à nous. Les arbres prennent des formes qui laissent libre cours à notre imagination. Comme un enfant contemplant les formes étranges et changeantes des nuages, nous découvrons ici, avec des yeux d’aquariophile, une source inépuisable d’inspiration pour des compositions d’aquariums à venir.

 

0 382

En marge des articles et des reportages spécifiquement liés à l’aquascaping, de nombreux moments n’ont jamais été partagés avec nos lecteurs, car ne rentrant pas dans nos thématiques. Ils trouventdésormais place ici, dans cette rubrique « Snapshots »

Cette série est née d’une envie de répondre à vos messages émaillés de questions quant à l’avancée de nos projets. Aujourd’hui nous vous présentons des images vidéos, un peu hors cadre, de l’atelier.

 

La photographie est liée à cette idée d’instantanéité et de réel, mais elle a également une autre spécificité, celle de réduire la perception à deux dimensions. Elle est  trompeuse car nous la prenons souvent à tort, pour le miroir fidèle de la réalité. 

Aussi,pour pallier à cet inconvénient, enrichirons-nous cette série debrèves séquences vidéos de l’ atelier.

Voici, au cœur de la période estivale, la première du genre. 

Snapshots I Séquence from Floraquatic on Vimeo.

0 666

maraisbriere-29

En ce début de période estivale, un bon nombre d’entre vous va peut-être partir à la recherche d’une nature sauvage et à la découverte de beaux paysages. Sur la route des plages, juste au nord de la Loire, à quelques kilomètres de la baie de La Baule et du Croisic se situe le deuxième plus grand marais d’eau douce de France: la Grande Brière. 

0 339

Nos pas sont silencieux, amortis par la souplesse du sol. La terre apparente est noireCette tourbière a demandé entre 1000 et 7000 ans pour devenir ce sol précieuxqui permet à 250 espèces de  végétaux caractéristiques des zones humides, dont 50 sont protégées, decontinuer à se développer. Ici l’homme à tracé certains canaux, contournant la nature sauvage et  posant les limites de ce jardin naturel. Ce marais fait prendre conscience de l’espace et de la fragilité de la vie.

La richesse de cette diversiténous fait prendre conscience de l’ordre établi ici, dans un système où chaque être et chaque comportement répond à une logique biologique. Cette découverte ouvre des portesà notre créativité de jardiniers aquatiques. Un dialogue peut s’instaurer, nous faisant renoncer à la mise en forme architecturale de nos aquariums au profit d’une intervention naturelle des plantes. Seules nos limites, nos chemins, nos dénivelés peuvent dès lors signifier notre intervention.

 

 

Les canaux, accessibles à pied où à cheval, permettent de découvrir un  lieu magique, libre et sauvage, un paysage heureux où l’homme semble ne pas s’interposer dans le rapport naturel des échanges entre les végétaux et les animaux.

A cet endroit des centaines d’oiseaux piaillent au dessus de nos têtesplus de cinquante quatre espèces sont présentent dans le marais. Véritable réserve sauvage et il est source de beaux moments de bonheur pour les photographes.

Les formes arrondies de la végétation nous plongent dans un rêve étrange, ce paysage qui parait si fragile, si sauvage, est un appel à la contemplation. 

Les cris des oiseaux nous faisant comprendre que ce lieu est leur domaine, nous décidons de ne pas nous enfoncer plus profondément dans le marais . Nous nous éloignons en longeant  les bords d’un des nombreux canaux.

0 327

En ce début de période estivale, un bon nombre d’entre vous va peut-être partir à la recherche d’une nature sauvageet à la découverte de beaux paysages. Sur la route des plages, juste au nord de la Loire, à quelques kilomètres de la baie de La Baule et du Croisic sesitue le deuxième plus grand marais d’eau douce de France: la Grande Brière. L’observation de cette zone humide, incomparable réservoir de la biodiversité, trouve une place privilégiée dans notre rubrique « l’Illusion de la Nature« .

Depuis 1970 le parc Naturel de Brière est devenu, comme toutes les zones humidesun lieu de préservation et d’intérêt général. Il est de plus reconnu d’importance internationale depuis 1995,par la convention de Ramsar.

Les richesses de la flore, de la faune, la beauté des paysages font de ce marais un lieu que nous vous invitons vivement à visiter si vous passez par le nord de la LoireVoici un reportage photographique de cet endroit presque hors du temps.

Nous sommes envoutés par ce lieu magique, vivant, chargé d’inspirations pour nos paysages aquatiques. Ici la grâce des graminées bercées par ventprocure une sensation d’une infinie douceur.

Durant ce premier reportage, nous longeons et contournons les berges sinueuses qui serpentent sur plus de 70 km2.

Un travelling infini s’offre aux regards. Le moindre bosquet, la plus petite parcelle d’herbes sauvages, de roseaux ou de graminées deviennent un décor potentiel d’aquarium à l’image des aquariums hollandais.

L’utilisation de chaland, la barque locale nous permet ainsi de parcourir les méandres de ce lieu unique.

La semaine prochaine nous parcourrons les berges de ce marais à pied, afin de découvrir d’un peu plus près son incomparable végétation.

0 369

« Snapshot » est l’intitulé de notre nouvelle série. Le terme de « snapshot » est utilisé en informatique pour définir l’instantané d’un système à un moment donné. La photographie est, elle aussi, directement liée à cette idée d’instantanéité . La série que nous vous proposons avec une publication hebdomadaire de snapshots photographiques, nous permets de partager avec vous le quotidien de l’atelier .

Voici bientôt un mois que nous avons installéce mini aquarium:   « La Cime« .

 

Ce cube de 30x30x30 cm a été réalisé en pensant aux paysages fabuleux des réserves naturelles des Tsingy de Bemaraha à Madagascar .

 

Vous pouvez voir ci-dessus « Fracture« , bac que nous avons déménagé par deux fois.Il accueille depuis Noël un beau spécimen mâle de betta Half Moon super-black  qui s’est considérablement développé pour pratiquement doubler de taille.

 Comme vous pouvez le constater, l’Eleocharis acicularis et les quelques greffes d’Utricularia graminifolia  de ce bac appelé « Mémoire », ont subi une taille importante.

« La Pierre du Tigre » porte le nom du premier habitant  à avoir escaladé cette Frodo stone: c’est un mâle caridina cf.cantonensis  Tiger Blue Deep Orange Eyes

Nous vous préparons une  série d’articles concernant tous ces aquariums.

2 283

« Snapshot » est l’intitulé de notre nouvelle série. Le terme de « snapshot » est utilisé en informatique pour définir l’instantané d’un système à un moment donné. La photographie est, elle aussi, directement liée à cette idée d’instantanéité . La série que nous vous proposons avec une publication hebdomadaire de snapshots photographiques, nous permettra  de partager avec vous le quotidien de l’atelier .

 

En marge des articles et des reportages spécifiquement liés à l’aquascaping ,de nombreux moments n’ont jamais été édités et partagés avec nos lecteurs car ne rentrant pas dans nos thématiques. Ils trouvent ici désormais leur rubrique.Cette série est née d’une envie de répondre à vos messages bouillonnants de curiosité quant à l’avancée de nos projets.

En attendant les articles plus approfondis sur chacun de nos aquariums, nos reportages ou événements à venir, nous faisons ici la part à belle à la photographie. Le format vidéo fera également partie de cet espace.

 Sans cadre, sans format spécifique, nous nous laissons ici toute liberté pour échanger avec vous sur un ton différent.N’hésitez pas à nous poser vos questions, ou à nous faire partager vos envies. 

Smile.

Caridina cf.cantonensis – Taïwan bee Panda

Voici le  nano aquarium « La Fracture« . Depuis  l’installation dans notre nouvel atelier, nous avons mis un peu de coté le journal de ce bac. Nous allons à nouveau nous en occuper.

Le bac L’arbre noir devient quant-à lui une véritable nurserie. Nous en sommes actuellement à la sixième génération de Taïwan bee nées chez nous dans l’aquarium MAD in Taïwan.

Petite scène de photosynthèse en fin de journée dans Mille et un jardin

Distribution d’une nouvelle nourriture pour invertébrés  ShrimpHouse-Kachiku shiryo – kihon.

 

 

 

 

 

Sombre Riviere

Données techniques :

Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab 13mm, Filtration: Tetra Ex600 , Chgt d’eau 15% / 2 semaines.

Fertilisation :
Pack Easy Life

Hardscape : Racine savane 

Plantes :

CryptocorynebalansaecrispatulaWendtii GreenpygmaeaX willisii, Wendtii tropica, albida

Eleocharis parvulaVesicularia montagnei  (X moss), Nymphaea  Lotus tigre rougeRotala indica, Microsorum pteropus windelov

Animaux :

Betta Imbellis,  Caridina Multidentata.

Voilà longtemps que nous ne vous avons pas parlé de notre Iwagumi AKU. C’est un véritable laboratoire expérimental servant pour nos mélanges de gazonnantes,la tailles des plantes,la fertilisation, ainsi que pour l’éradication des algues. Si vous avez pu parfois l’entrevoir dans nos articles, nous vous en réservions l’étude pour cette fin de première année.

 

Cet aquarium, qui a été mis en eau une première fois durant les rencontres de Crevettes en Seine 2012 , puis qui s’est imposé comme premier projet de notre atelier a même trouver un nom: « Histoire Discrète ». Ce porte-drapeau, cet écrin, pour une Aku Stone exclusive et rare  clôture donc ce premier cycle.

Nous allons vous le présenter en distinguant trois articles: L’un sera consacré à la préparation des prises de vues finales, qui dans le cas qui nous intéresse ont duré près de huit jours et  nous ont permis d’apprendre et de comprendre afin de progresser. Le second traitera de la séance « défilé photographique »; puis  la dernière séquence concernera  le bac en mouvement.

Mais c’est  avec cette dernière  que nous commençons cette série.

Shiratani, au coeur de l’île de Yakushima lieux de tous les rêves et de mystère, voici une source d’inspiration inépuisable pour nos paysages d’aquariums. L’eau est partout, la montagne est une éponge. Les ruisseaux se forment naturellement en suintant et en sortant des mousses, puis très vite,en quelques mètres de dénivelé, se changent en minuscules torrents.

Parfois, à la fin de l’été lorsque l’eau est moins abondante,apparaissent alors les racines des arbres qui poussent sur les minces couches d’humus présentes sur les pierres .

Des chemins naturels qui nous laissent imaginer les ruissellements de l’eau.

 
Quelques mètres plus loin les premiers suintements font scintiller les mousses.

Puis très vite nous observons un départ de ruisseau.

L’important dénivelé de la colline accélère la descente de l’eau. En quelques mètres, ce ruisselet rejoint une plage naturelle où l’eau s’accumule et forme un premier torrent miniature .

 

Observer la formation d’une rivière est toujours propice à la découverte de paysages aquatiques lorsque le niveau d’eau est au plus faible.

La végétation, très présente au bord de l’eau,est également source d’inspiration. Certaines plantes  sont tout à fait transposables et nous rappellent les Bolbitis heudelotii, Microsorum, Mousses, Riccardia chamedryfolia, Eleocharis, HydrocoytleRotala etc… Leur disposition sont également des sources d’inspirations.

Les étages successifs nous permettent  de découvrir et d’observer la nature dans ses moindres détails.

 

Rejoignez-nous