Tags Posts tagged with "Aquascaping"

Aquascaping

0 1083

La fin de l’année a comme toujours apporté son lot de statistiques. Celles du  journal Aqua, parlent d’elles-mêmes. Depuis le lancement de notre nouvelle maquette, à la rentrée de septembre 2014, vous avez été plus de 75000  visiteurs à surfer sur nos pages. Ce chiffre  impressionnant nous a vraiment convaincu de développer le contenu de ce support journalistique.

ateleir

Dans le journal Aqua, sur le web vous pouvez lire nos articles, voir nos portfolios et nos vidéos et ce sans aucune obligation d’achat. Malgré ce succès et pour continuer à diversifier et augmenter notre production d’articles et de reportages nous devons trouver des solutions, nous ouvrir.

Nous avons lancé il y a dix jours un projet de financement participatif. La défense de notre singularité et la poursuite de notre développement dépendent en grande partie de votre mobilisation financière à nos côtés.  Nous vous remercions par avance pour votre contribution!

ululescreNotre journal n’étant que numérique, créer un pont avec le support papier, support complémentaire et primordial, nous semble nécessaire aujourd’hui. Nous sommes aujourd’hui heureux de vous annoncer la naissance d’un partenariat avec Aqua Mag,  premier magazine-papier français spécialisé en aquariophilie et aquascaping.
http://aquamag.fr

646

Aquamag a été fondé en 2008 par Gireg Allain et Philippe Royer.
Dès ses débuts ce magazine spécialisé en aquariophilie a créé une rubrique Aquascaping et a couvert l’évènement de l’international aquatic layout plant Contest.
Aquamag,  collabore ainsi à ce concours désormais prestigieux.

 

 

 


En effet, Christian Piednoir a fait partie du jury aux côtés de Takashi Amano jusqu’en 2012; puis il a été relayé par Philippe Chevoleau, rédacteur en chef du journal depuis la parution du numéro 8 de la revue.  29167c

Macropodus ocellatus ©Aquapress

Vous pouvez trouver Aquamag dans les bons kiosques depuis 2013, n’hésitez pas à le réclamer à votre buraliste.

Portfolio  ©Aquapress

 

0 1333

La nuit tombe hélas vite en hiver!  Comme  l’écrit Victor Hugo: “le jour en cette saison….. s’évade sous l’horizon”.
A l’atelier, c’est alors que les éclairages de nos aquariums  prennent le relais de cette lumière diurne défaillante qu’Ils semblent  prolonger un peu. La clarté est ici également renforcée par la transparence lumineuse de l’eau.

_MG_0637 copy C’est à cet instant que nous choisissons de réaliser quelques clichés de l’atelier. L’ambiance y est très particulière. Les aquariums équipés de programmateurs accompagnent ce changement très subtil d’atmosphère.

L1230724 copyVoici l’entrée de l’atelier avec, accrochées aux murs, quelques photographies de paysage et posés sur les étagères, quelques livres et magasines consacrés à la nature, dont l’incontournable ouvrage de Takashi Amano  “L’ Aquarium Naturel »  et quelques exemplaires de l’“Aquajournal”. Cet atelier est séparé par des panneaux japonais coulissants. Ainsi, durant  la semaine, seule la partie galerie est visible de la rue. Cependant, nous accueillons le public dans tout l’espace au cours de la journée du samedi.

L1230723 copyVoici nos derniers aquariums mis en eau. Certains en phase de test n’ont encore jamais été présentés, d’autres sont devenus de véritables nurseries à crevettes.

_MG_0688 copy

Voici L’Arbre des ombres, dès que les racines de mangrove ne rejetterons plus leur tanin, nous pourrons commencer les séances de prises de vues de cet aquarium. Les Betta sp persephone ont pleinement pris possession de ces lieux. Ce poisson sauvage offre un spectacle captivant. Nous espérons, dans la mesure du possible, saisir sa grâce, à l’ombre des racines au mieux pour vous la faire partager ultérieurement.

 

_MG_0706 copy

Nous vous invitons à nous rendre visite. La porte de l’atelier vous est cordialement ouverte.

0 1812

C’est avec une curiosité « macro-photographique » que nous abordons à nouveau l’observation de notre bac « L’Arbre Noir » . Les racines araignées, gracieuses et dynamiques que vous voyez ici, attirent irrésistiblement le regard.Après avoir subi quelques déplacements, La végétation  accrochée à la sphaigne, reprend forme et vie; à l’ombre de cet arbre reconstitué, elle acquiert, au fil des jours de plus en plus de nuances de couleurs.

arbrenoir-4Voici des  juvéniles aux robes d’une grande diversité

arbrenoir-50Nous commençons notre séquence en vous présentant une somptueuse hybrid Tiger x Taïwan bee entièrement rouge. Nous avons obtenu plusieurs crevettes de différentes portées avec cette particularité d’uniformité de couleur.

arbrenoir-96C’est pourquoi nous isolons cette souche pour mieux observer les futures naissances.

arbrenoir-55

Voici une autre crevette issue d’une hybridation Tibee X PBL et qui a  grandi dans ce  bac expérimental.

arbrenoir-64

Vous pouvez voir ci-dessus une femelle PRL Benibachi  pleine d’oeufs.

0 1492

Dès l’ouverture de l’atelier nous avions posé les bases de nos prochains paysages aquatiques. L’un d’entre eux, ci-dessous à gauche a été créé dans l’aquarium de démonstration.

arbredesombres-11Ce bac est directement inspiré d’une de nos photographies réalisées au Japon ,lors de notre voyage sur l’île de Yakushima. Nous avions posé les bases de ce projet dans un article que nous venons de publier à nouveau.

Yakushima-regenerationCe projet a été transféré depuis près d’un mois dans un aquarium au volume mieux adapté à son développement . Puis nous avons, comme nous avons coutume de le faire, patienté quelques temps  avant de le finaliser.

arbredesombresBien nous en a pris, car l’ un des plus grands maîtres des paysages aquatiques, Masashi Ono nous a fait l’insigne honneur de visiter notre atelier de Clisson lors d’une visite privée . Après avoir passé quelques minutes à observer ce projet, Masashi Ono, qui connaît parfaitement l’image inspiratrice, nous a proposé de finaliser l’installation.

arbredesombres-16Le hardscape étant réalisé à partir de  racines de Mangrove et simplement posé tel un Kapla, il nous faut réfléchir à la méthode que nous utiliserons pour fixer les différentes parties du bac, le moindre souffle pouvant déséquilibrer le paysage. 

arbredesombres-18

 

[mwi_product sku= »RNMNA » title= »false » desc= »false » img= »true » price= »false » type= »add » btn_color= »white » btn_link= »button » cols= »1″/]

0 648

La beautée, la volupté de notre avant plan d’Utricularia graminifolia, est sur la durée son point faible. Si arriver à une telle densitée a été obtenu sans que nous intervenions, et ce à aucun moment pendant les cinq premiers mois. Il nous faut aujourd’hui procédé à une légère réfection de celui-ci afin de pouvoir partager avec vous cette méthode déja pratiqué avec notre premier Iwagumi et qui c’est avéré très efficace.

milleet1jardin-101

 

Lorsque le tapis, aussi beau soit-t-il, commence a prendre trop de hauteur, il est fort à penser que la base , manquant de lumière va sans doute  pourrir et se décoller.

milleet1jardin-103

La méthode est simple et vraiment efficace mais comme nous ne l’avons encore jamais pratiqué avec cette plante nous allons laisser quelques zones intact afin de pouvoir observer avec vous ce qui se passe.

Mille et un Jardins I La taille from Floraquatic on Vimeo.

0 1181

Na GalleryNature Aquarium galerie

Située aux confins de la province de Niigata, la Nature Aquarium Galerie est dans le monde du paysage aquatique, l’endroit où est né le concept initié par Takashi Amano de Nature Aquarium et aussi le lieu où sont réunis plus de 40 aquariums, certains d’ailleurs viennent de fêter leurs huit années d’existence, ce qui confirme à tous que les aquariums naturels ne sont pas que des oeuvres éphémères, mais bel et bien de véritable morceau de nature intemporel. S’y rendre est un véritable pèlerinage. Après une nuit passée dans la ville de Niigata nous partons tôt le matin à Urushiyma afin d’être . Une fois sur place, plusieurs heures sont nécessaires pour observer, comprendre et de glaner quelques précieux conseils.

Nous avons eu la chance de pouvoir passer plusieurs heures dans ce lieu mythique. Parfois seul, parfois avec les visiteurs. Avant de partager avec vous notre sélection des plus beaux aquariums en détails voici pour commencer un regard de visiteurs. Une sorte de champ contre champ d’une visite inoubliable.

 

NA Gallery 8554-1, Urushiyama, Nishikan-ku, Niigata 953-0054 Japon le 04 novembre 2012

0 480

Na GalleryPortfolio II

Nature Aquarium gallery

Située aux confins de la province de Niigata, la Nature Aquarium Galerie est dans le monde du paysage aquatique, l’endroit où est né le concept initié par Takashi Amano de Nature Aquarium et aussi le lieu où sont réunis plus de 40 aquariums, certains d’ailleurs viennent de fêter leurs huit années d’existence, ce qui confirme à tous que les aquariums naturels ne sont pas que des oeuvres éphémères, mais bel et bien de véritable morceau de nature intemporel. S’y rendre est un véritable pèlerinage. Après une nuit passée dans la ville de Niigata nous partons tôt le matin à Urushiyma afin d’être . Une fois sur place, plusieurs heures sont nécessaires pour observer, comprendre et de glaner quelques précieux conseils.

Nous avons eu la chance de pouvoir passer plusieurs heures dans ce lieu mythique. Parfois seul…

NA Gallery 8554-1, Urushiyama, Nishikan-ku, Niigata 953-0054 Japon le 04 novembre 2012

Une image vaut mille mots* 

(*proverbe Chinois de Confucius)

1 588

atelierCette rentrée 2014, riche en évènements pour le paysagisme aquatique français, est aussi pour nous l’occasion de changer la maquette de notre rubrique: »Articles et Médias » . Elle devient le Journal Aqua.

_MG_0195 copy

Comme vous pourrez très vite le constater, nous avons multiplié par trois la taille des photographies. Plonger en plein écran dans nos photos et profiter pleinement des détails des photographies de paysages devient une réalité.

En cette rentrée 2014, alors que le paysagisme aquatique français attire les regards du monde entier ,nous  modifions quelque peu notre rythme et nos publications.

blackimpact

Caridina Cantonensis Black Crystal SS Hinomaru

En attendant les reportages et articles à venir ,nous vous proposons grâce à cette nouvelle maquette, certains de nos plus beaux reportages. Les images se passant de mots, nos lecteurs étrangers pourront ainsi mieux profiter de cette rubrique.

bettasplendens

– Les photos deviennent interactives, les portfolios s’affichent en plein écran, les instantanés pris via Instagram s’affichent au jour le jour et en direct.

Depuis la naissance de cette rubrique plus de 300 articles ont été publiés. Notre ancien système donnait un accès complexe aux catégories. Désormais les journaux de chacun de nos projets sont archivés ensemble;vous pourrez ainsi facilement retourner consulter vos articles préférés!

Nous vous invitons également à nous signaler par courriel tous les bugs que vous pourriez constater.

 

0 621

En attendant les résultats du concours, qui ne devraient plus tarder, nous sommes heureux de vous annoncer les chiffres de la participation 2014 à l’IAPLC organisé par ADA ( Aqua  Design Amano).  Avec 2320 participants pour 64 pays, dont 27 français,  2014 est l’année la plus fructueuse depuis le lancement de ce concours tant au niveau des inscriptions que du nombre de pays participants.

Cette année, avant l’annonce des résultats, les déclarations deTakashi Amano semblent ouvrir les portes d’un retour à l’essentiel. Depuis quelques années, avec l’apparition de véritables dioramas, le concept « d’aquarium naturel » prôné par Takashi Amano semblait quelque peupassé sous silence.

 Ce phénomène de mode exacerbé par l’utilisation de matériaux non naturels pour les paysages, l’absence parfois notoire des poissons, la structure des bacs, et la photographie, commençait à prendrele dessus sur le concept aquatique initial et la vision de la maintenance des aquariums .

Cliff Hui (Hong Kong), IAPLC 2012. 42 ème

Des aquariums proches de véritables paysages aquatiques comme celui présenté ci-dessus, reculent chaque année un peu plus loin du » top 27« . Pour pallier à cette dérive,Takashi Amano a décidé cette année de joindre une note spécifique à tous les juges de l’IAPLC.

Afin de préserver et de ne pas s’éloigner de l’esprit d’aquarium naturel » du concours, la première partie de la notation, auparavant plus conventionnellefondée sur » l’impression générale » de l’aquarium proposé et qui comptait pour 50% de la note, a été modifiée par le terme:  » impression de reproduction d’un environnement naturel et de l’habitat ». Takashi Amano revient plus précisément sur ce point dans une interview  publiée il y a un mois dans le prestigieux magazine japonais AquaLife.

Monsieur Takayuki Fukada du collectif  TAU (Tokyo Aquascape Union) lors de la NA party 2013

Nous avons eu la chance d’obtenir par un de nos amis, membre de la TAU, quelques extraits traduits de cet interview exclusif de Takashi Amano. Ses propos vont à contre courant de la mode actuelle des dioramas, à savoir ces aquariums représentant des scènes qui ont de plus en plus tendance à utiliser l’aquarium dans un esprit différent de » l’aquarium naturel ».

Sur ce point très important, Amano a l’impression que les aquariums sont de plus en plus uniquement réalisés pour la photographie du concoursCe sont des paysages dioramas, qui n’ont que quelques mois, parfois même moins, au moment de la prise de vue. Après avoir envoyé la photo pour le concours, l‘auteur refait de nouveaux paysages  et ce toujours avec pour seul objectif, le concours.

Amano ne s’oppose pas à ce genre de procédé mais il ne souhaite pas que ces paysages réalisés pour une image instantanée obtiennent de meilleurs scores que les autres car beaucoup d’entre eux, ne sont pas viables dans la durée .

Amano a beaucoup écrit sur ce sujet dela philosophie de  « l’Aquarium Naturel ». L’esprit en est simple: c’est un monde écologique miniaturisé qui reproduit l’équilibre naturel dans un aquarium. Là sont les racines et la définition de « Nature Aquarium ». Les juges du concours sontmaintenantobligés de mettre le principe de cette philosophie à l’ordre du jour, le mot « miniaturisation » ayant atteint son paroxysme.

Stjepan Erdeljic, IAPLC 2013.

Certains participants semblent effectuer  des bacs seulement dans le but d’avoir une idée novatrice que les juges remarquent, dans l’espoir d’obtenir de meilleures places, ceci souvent au détriment de » l’esprit » de l’aquarium naturelet de ses principes fondamentaux. L’aquarium naturel est non seulementun échantillon de nature mais aussi un lieu équilibré pour les poissons et un espace facile à entretenir sur une longue période.  Il est très difficile de réaliser un paysage capable de tenir sur la durée sans faire de changements.

Au premier regard la plupart des observateurs croient qu’il est difficile de réaliser un aquarium diorama, mais Amano pense qu’il est plus facile de créer uniquement pour  » l’instant présent « , sans  aucune projection d’évolution envisageable du paysage sur le long terme. Amano crée ses propres aquariums pour qu’ils puissent  être viables pendant un minimum de 3 à 5 ans. Son propre aquarium de 4 mètres a  maintenant 12 ans et pourtant, à le regarder, il est toujours aussi frais.

Aquarium Naturel par Takashi Amano, NA gallery, NIigata 2012

Le style de paysage « diorama »a sa place dans le paysage aquatique mais il ne doit en aucun cas devenir le principal, voir le seul style présent dans la compétition. Réaliser un véritable paysage aquatique est plus difficile que créer un diorama. Au premier regard, pour beaucoup d’entre nous, la scène aquatique peut  paraître juste dépouillée, elle peut dans le concours passer inaperçue; mais pour réaliser un véritable aquarium naturel, il faut tenir compte de l’évolution des plantes sur le temps. En revanche les dioramas se rapprochent de la photographie de paysage pur, à un point tel que le banc de poissons figé par l’image singe de plus en plus souvent des vols d’oiseaux passant devant un ciel bleu.

En effet, si le but final est simplement la réalisation d’une idée, le diorama est parfait et cela ne signifie pas qu’il soit mauvais. Pour cette raison Amano propose  pour les prochains concours de distinguer les dioramas des aquariums naturels, et pourquoi pas des terrariums, et de les juger séparément.

 

5 550

La Nature Aquarium Gallery 

Créé par Takashi Amano

Il est 10h05 du matin, contre champ de l’image suivante, au travers du plus célèbre et ancien Iwagumi de la galerie, une silhouette  vient de s’approcher pour nous ouvrir les portes de la Nature aquarium Gallery.

Désormais les heures qui vont défiler à la vitesse d’un rêve éveillé resteront à tous jamais gravées dans nos mémoires, la photographie, image instantanée et immobile va être la trace de ce passage dans ce lieu mythique. Nous allons également avoir le temps de filmer  quelques  séquences  pour partager avec vous plus qu’un souvenir photographique.

S’il y a plus de trente années déjà, Takashi Amano a subjugé ses compatriotes aquariophiles de la province de Niigata en ouvrant sa petite boutique et en vendant ses plantes d’aquarium, c’est ici, à la galerie qu’est né le mythe de Nature Aquarium.

Il est gravé ceci à l’entrée de la Nature aquarium Gallery, un message universel et fort :

« ceux qui aiment vraiment la petite vie sont les profonds amoureux de la Mère Nature. » que l’on pourrait traduire par « ceux qui, sincèrement, aiment la vie, la plus petite vie qui soit, sont les vrais amoureux de la Mère Nature. »

Après avoir partagé avec vous quelques séquences immortalisant un public captivé regardant les aquariums et avant de revenir avec des portfolios d’images  très détailés, voici un condensé en mouvement de notre journée là-bas à Niigata.

 

NAGALLERY from Floraquatic on Vimeo.

0 369

Données techniques:

Aquarium Floraquatic 90x45x45

Filtration Fluval G6 

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865

Co2  Ista 1 bulle par seconde pendant l’allumage

Taille et changement d’eau de 10% : le vendredi, nous taillons une plante par semaine afin de ne pas rompre l’équilibre.

Fertilisation : Profito: 16ml par semaine  chaque lundi + Easy Life EasyCarbo + Easylife Kalium + Easy Life Nitro + Fosfo ( 2,5 ml par jour)

Décor:

Deux racines Desert Wood ADA Aquasoil New Amazonia

Plantes: Rotala  indicarotundifoliawalichii Juncus repensHydrocotyle verticilata Limnophila sessilifloraHemianthus micranthémoidesHygrophila polyspermaUrticularia graminifoliaGlossostigma elatinoides 

Invertébrés: Caridina Multidentata + Neocaridina heteropoda  – Red Cherry

Paramêtres :  PH 6,8  KH 4 GH 6 conductivitée:  +- 350 ms , température 24°c

0 162

« Snapshot » est l’intitulé de notre nouvelle série. Le terme de « snapshot » est utilisé en informatique pour définir l’instantané d’un système à un moment donné. La photographie est, elle aussi, directement liée à cette idée d’instantanéité . La série que nous vous proposons avec une publication hebdomadaire de snapshots photographiques, nous permets de partager avec vous le quotidien de l’atelier .

Voici bientôt un mois que nous avons installéce mini aquarium:   « La Cime« .

 

Ce cube de 30x30x30 cm a été réalisé en pensant aux paysages fabuleux des réserves naturelles des Tsingy de Bemaraha à Madagascar .

 

Vous pouvez voir ci-dessus « Fracture« , bac que nous avons déménagé par deux fois.Il accueille depuis Noël un beau spécimen mâle de betta Half Moon super-black  qui s’est considérablement développé pour pratiquement doubler de taille.

 Comme vous pouvez le constater, l’Eleocharis acicularis et les quelques greffes d’Utricularia graminifolia  de ce bac appelé « Mémoire », ont subi une taille importante.

« La Pierre du Tigre » porte le nom du premier habitant  à avoir escaladé cette Frodo stone: c’est un mâle caridina cf.cantonensis  Tiger Blue Deep Orange Eyes

Nous vous préparons une  série d’articles concernant tous ces aquariums.

2 100

« Snapshot » est l’intitulé de notre nouvelle série. Le terme de « snapshot » est utilisé en informatique pour définir l’instantané d’un système à un moment donné. La photographie est, elle aussi, directement liée à cette idée d’instantanéité . La série que nous vous proposons avec une publication hebdomadaire de snapshots photographiques, nous permettra  de partager avec vous le quotidien de l’atelier .

 

En marge des articles et des reportages spécifiquement liés à l’aquascaping ,de nombreux moments n’ont jamais été édités et partagés avec nos lecteurs car ne rentrant pas dans nos thématiques. Ils trouvent ici désormais leur rubrique.Cette série est née d’une envie de répondre à vos messages bouillonnants de curiosité quant à l’avancée de nos projets.

En attendant les articles plus approfondis sur chacun de nos aquariums, nos reportages ou événements à venir, nous faisons ici la part à belle à la photographie. Le format vidéo fera également partie de cet espace.

 Sans cadre, sans format spécifique, nous nous laissons ici toute liberté pour échanger avec vous sur un ton différent.N’hésitez pas à nous poser vos questions, ou à nous faire partager vos envies. 

Smile.

Caridina cf.cantonensis – Taïwan bee Panda

Voici le  nano aquarium « La Fracture« . Depuis  l’installation dans notre nouvel atelier, nous avons mis un peu de coté le journal de ce bac. Nous allons à nouveau nous en occuper.

Le bac L’arbre noir devient quant-à lui une véritable nurserie. Nous en sommes actuellement à la sixième génération de Taïwan bee nées chez nous dans l’aquarium MAD in Taïwan.

Petite scène de photosynthèse en fin de journée dans Mille et un jardin

Distribution d’une nouvelle nourriture pour invertébrés  ShrimpHouse-Kachiku shiryo – kihon.

 

 

 

 

 

1 2610

Désormais habitués à nos rencontres avec ces aquascapers du bout du monde, il nous semblait important de reprendre la suite de notre tour de France des paysagistes aquatiques.

Continuons à nous intéresser à la FACT, ce groupe d’aquascapers dont nous vous avons précédemment parlé. Swee Lim Cheah est l’un de ses membres.Connu pour sa vivacité d’esprit, son altruisme sur les forums Français, Anglais et au niveau mondial depuis ses victoires dans les concours internationaux(*), Swee Lim Cheah nous a fait le plaisir de répondre avec la spontanéité qui le caractérise.

 

Dieng , 2012

FQ : Bonjour ! Tout d’abord permettez-moi de vous présenter. Vous vous appelez Swee Lim Cheah, alias Swee ou Swee007 sur les forums, vous avez 32 ans, vous êtes responsable éducatif à la ville de Paris, père d’un petit garçon et vous habitez à DreuxPouvez-vous nous parler un peu de vous? Comment et depuis quand pratiquez-vous ce hobby passionnant?  

SLC:  Je pratique l’aquascaping  à proprement parlé depuis 3 ans 

FQ: Vous avez pourtant malgré votre jeunesse, un long passé dans le monde de l’aquariophilie, pouvez-vous nous en dire un peu plus?

SLC: J’ai toujours été attiré par le monde végétal et animal. J’ai eu des aquariums assez jeune, mais ce n’était pas moi qui m’en occupais.

À l’âge de 15 ans, j’ai vu un bac planté chez un ami et après ça je me suis mis en tête d’en avoir un. J’ai harcelé ma mère pendant un an. Comme elle a vu que je ne lâchais pas l’affaire, elle s’est dit que ce n’était pas un caprice d’adolescent.  Un jour en passant à Pantin, elle a vu dans un dépôt vente un 96L à 500 francs et a décidé de m’aider à débuter. Au début j’étais paranoïaque, jouant un peu au chimiste avec mon aquarium du coup, je voyais des maladies ou des problèmes tout le temps et j’ai acheté plein de produits qu’aujourd’hui je ne regarde même plus dans les rayons.

Au bout de quelque temps, je n’avais plus d’autre place dans ma chambre que pour des bacs, et mon lit. Je crois que j’avais un truc comme 5 aquariums dans ma petite chambre, un 360 l, un 280 l, un 96 l, un 54l et un 20 l.

Depuis cette époque je ne suis resté que peu de temps sans aquarium. Même hébergé chez un copain pendant 6 mois, j’ai tout de même trouvé le moyen de relancer un petit bac.

FQ : Combien d’aquariums possèdez-vous actuellement  et combien de temps  la maintenance de ceux- ci vous prend-elle?

SLC: Aujourd’hui j’ai 7 bacs en eau, une batterie de 6 bacs (3 divisés en 2), un bac divisé en 4 qui me sert à garder des souches de plantes dans un fond d’eau et surtout à mettre des orchidées, et je m’apprête à lancer un paludarium dans un 120l. Il ne sont pas tous aquascapés, certains sont pour de la reproduction de crevettes, d’autres pour la maintenance de poissons qui me plaisent, d’autres en attente d’entretien parce que j’ai moins de temps maintenant.

FQ : Quel est, parmis vos réalisations, l’aquarium dont vous êtes le plus satisfait?

SLC: Je crois que le bac dont je suis le plus fier, c’est « Dieng« . Mon premier bac aquascapé. J’ai trouvé des pierres dans la nature. À l’époque j’étais tellement fauché que j’ai dû me débrouiller autrement. Il était impensable pour moi de mettre 100 euros dans des cailloux, si beaux soient-ils. Aujourd’hui c’est différent. C’était la première fois que j’utilisais un sol technique complet, pour la même raison qu’avant je n’achetais pas de pierres. Mais ça, par contre, après l’avoir essayé, je ne m’en passe plus!

 Dieng, c’est un bac que j’ai préparé avant de partir en Indonésie. Enfin, j’avais juste fait des essais avec les cailloux sur une table. Puis mon voyage m’a énormément fait de bien; j’ai fait des rencontres inoubliables, que ce soit avec la nature, ou avec les gens. J’ai voulu rendre un hommage, à mon échelle, à ces rencontres. C’est le bac auquel j’ai apporté le plus d’amour, et en même temps, c’est celui sur lequel j’ai fait mes premiers pas.

FQ : Maintenant si vous n’y voyez pas d’inconvénients puis-je vous poser quelques questions d’ordre technique?

Quel type de substrat utilisez vous?

SLC:  J’utilise du ADA new amazonia, du flora base, du Tropica plant grow. Cela dépend de ce que j’ai de disponible, où que je peux avoir à moindres frais avec les bons d’achat gagnés à des concours. Je pense qu’on peut faire avec n’importe quoi; avant je faisais mes sols moi-même. Mais il est incontestable, que les sols techniques complets facilitent grandement la vie. Ils permettent de structurer un décor et sont chargés en engrais. De plus, ils adoucissent et acidifient l’eau, et ça pour la maintenance de beaucoup de poissons ou de crevettes, c’est une avancée incomparable. Avant c’était bien plus contraignant et difficile pour avoir un bac avec une eau limpide, acide et douce.

FQ : Considerez vous la filtration comme une partie importante?

SLC: Une bonne filtration, c’est un avantage sérieux et cela facilite l’entretien. Je suis adepte du filtre externe; moins il y a de matériels visibles dans les bacs, mieux je me porte. J’attends d’un filtre d’avoir un volume de filtration important, qu’il soit peu bruyant, et ait un débit important. Après, pas la peine de prendre forcément du haut de gamme pour avoir du bon matériel.  Je pense que si l’on sait exactement ou l’on veut aller, alors l’on pourra mieux choisir le matériel adapté à ses besoins.

La Faille, 2012

FQ : Pouvez- vous nous expliquer brièvement la façon dont vous réglez vos aquariums dès le départ? Comment utilisez vous la lumière? Quels sont vos rythmes de changements d’eau jusqu’à ce que l’aquarium atteigne sa plénitude? Considérez-vous  l’apparition des algues comme normale et que faites- vous si vous constatez leur présence ?

SLC: Je démarre mes bacs paysagés avec beaucoup de plantes, 6 heures d’éclairage avec 1w/l même s’il est vrai qu’on ne doit plus compter comme ça mais avec les lumens, du Co2 en grande quantité, un filtre propre, ou sale, et aucun engrais avant que les plantes n’en montrent le besoin, à part l’easy carbo. Ça me permet souvent d’éviter les algues. On dit souvent que les algues sont normales au démarrage, cela n’est pas faux, mais si je peux faire sans, ça me va aussi bien.  Je complète l’évaporation par de l’eau osmosée pure. Je ne fais des changements d’eau que s’il y a un souci d’algue, où des décès inexpliqués, et également avant la photo-finish pour aspirer les déchets et avoir une eau encore plus limpide, et encore, parfois j’oublie…  Si mes bacs sont sains, les plantes poussent bien, les poissons et les crevettes sont en bonne santé. Un de mes secrets est que  je ne surpeuple pas mes bacs, je nourris peu et de façon variée, je dose les engrais de façon infime chaque jour, et encore j’oublie parfois 4 jours sur 7… Je navigue à vue et n’opère les changements qu’en douceur.

FQ : Avez vous un type de plantes et une espèce de poissons qui vous sont  favoris? 

SLC: J’aime les plantes, toutes les plantes, enfin non, pas toutes, mais presque. La dernière qui m’a interessé, c’est la Penthorum sedoides. J’aime ses différents aspects. Si on la laisse prendre de l’ampleur, alors elle peut être une plante d’arrière-plan, avec sa tige marron, dure, et ses feuilles vertes légèrement dentelées. Mais on peut aussi la tailler souvent, alors elle fait de merveilleux bosquets qui font un plan intermédiaire bas excellent après un tapis. En poisson, en ce moment je m’attarde beaucoup sur les ramirezi de formes naturelles. C’est un grand classique, mais c’est une star pour moi.

FQ : Quel type de fertilisant utilisez vous?

SLC: J’utilise du fertilisant en poudre où ce que j’ai sous  la main (KNO3 + KH2PO4 + K2SO4 + Trace Mix), j’utilise sytématiquement de l’Eayscarbo d’EasyLife et actuellement du Tropica plant grow, offert gracieusement par la maison mère.

FQ : Considérez-vous la photographie comme une étape importante en Aquascaping et préparez-vous méticuleusement vos prises de vues finales et avez-vous une technique particulière?

SLC:  La prise de vues pour la « photo-finish » est très importante si l’on veut participer à un concours. Un bac « commun » ou juste sympa peut être sublimé par une belle photo et une bonne préparation. À l’inverse un beau bac peut ne pas être apprécié à sa juste valeur si la préparation est bâclée ou si la photo n’est pas au top. Je pense que la photo d’aquarium est un art à part entière. Moi je suis une quiche, mais j’apprends un peu, grâce à mon oncle Benoît Le Roux, et avec mes amis aquascapers. Mais la photo, c’est aussi la possibilité de partager ou encore d’oublier et de se souvenir.

La Faille, 2012

 FQ : Pouvez-vous nous donner le nom de vos aquascapers favoris?

SLC:   Souvent je connais les bacs mais pas les auteurs mais je me soigne depuis quelque temps. Je pourrais citer Cliff hui, Siak Wee Yeo ou Takashi Amano, mais il y a tellement d’autres génies créatifs dont j’ai oublié le nom et qui m’ont procuré des émotions en voyant leur travail… Puis en France, il y a Michaël Leroy et Grégoire Wolinsky qui m’ont fait rêver et ont été des références avant que je ne les rencontre, maintenant que je les connais c’est différent. Plus le temps passe, plus je vois des personnalités qui sortent des petits bijoux, il y a un potentiel d’aquascapers de talent inimaginable en France, des personnes dont on ne connaît pas encore le nom mais s’ils persévèrent risque d’enrichir la scène française.

FQ : En dehors de l’Aquascaping avez- vous d’autres hobbys ?

SLC: J’aime cuisiner, manger, boire, le jardinage non aquatique, observer la nature, me promener, les bestioles en général, aller à la pêche même si je rentre toujours bredouille.

FQ: Où trouvez-vous votre inspiration?

SLC: Pour mes bacs, parfois je m’inspire de la nature,  parfois une autre chose que je vois et qui n’a rien à voir, ou d’une idée que j’imagine lorsque je suis dans mes rêveries, il n’y a pas franchement de règle. Beaucoup de choses me nourrissent,  je les digère et une idée survient.

 

Thym Thym Thym

FQ : Je vais vous donner une liste de môts et dites moi ce qui vous vient à l’esprit?

SLC:

  • Takashi Amano: C’est un novateur, il a impulsé une nouvelle dynamique à l’aquariophilie, c’est un maître. 
  • Aquariums Naturels : Ça me renvoie un peu à Takashi Amano en fait. C’est lui qui a su amplifier et démocratiser les paysages aquatiques.  Mais ça renvoie aussi à un morceau de beauté, à quelque chose d’apaisant et sachant canaliser une énergie.
  • Yakushima : À part les photos sublimes que tu y as faite, je ne connais pas, mais ça donne envie de découvrir.
  • Fukushima : Drame mondial
  • Amazonia : C’est un très bon sol, un bon outil, il a été une petite révolution.
  • Ecologie : Ça me touche, je suis concerné, je suis inscrit à une AMAP bio, j’essaie de conditionner mes façons de faire, d’agir à mon échelle, même si j’ai ma part dans la destruction. C’est penser aux générations futures, avoir une vue globale, se dire que les choses fonctionnent entre elles comme un tout, et qu’on peut être en harmonie ou tout pourrir. 
  • Photographie: C’est du boulot, c’est de l’instant, ce n’est pas facile pour tout le monde, c’est la prison d’un moment, d’un morceau dans un espace-temps arrêté.
  • Lily Pipe: C’est une galère pour les fainéants comme moi, c’est juste la misère, elles ont toujours été marron chez moi sauf les premières semaines. En plus j’en ai cassé… 
  • Forum: C’est un nid d’informations, tu peux tout trouver, le pire comme le meilleur, faut réussir à trier, ce n’est pas toujours facile. C’est aussi une source de partage de connaissances et de test pour les passionnés. Après, c’est comme tous les lieux publics… 
  • Compétition: Au départ  ce n’est pas mon truc, surtout dans la vie ou à l’école, je pense qu’il faut avoir d’autres façons de penser et de faire. Mais dans l’aquascaping, je trouve que c’est une façon de se remettre en question, de se tirer les uns les autres vers le haut. C’est un bon moyen pour avoir des critiques constructives de professionnels qui n’auraient jamais regardé ton travail sans cela. Et c’est intéressant d’avoir un regard critique de la part du connaisseur. Parfois c’est aussi l’occasion de pouvoir s’équiper à moindres frais. Moi ça m’a aidé.
  • Art: Yasmina Reza. Et plus largement, c’est une façon de se positionner, de critiquer, d’abonder, de remettre en cause, d’avancer, de réfléchir. Cela fait partie des essentiels d’une société intelligente. 

Soulaterre

FQ : Pour terminer notre entrevue, auriez  vous un conseil à donner à un paysagiste débutant soucieux de progresser? 

SLC:  

  • De prendre son temps pour bien réfléchir le projet niveau matériel.
  • – De penser en amont au paysage souhaité, ça aide pour choisir ses racines, ses pierres, son sable, ses plantes.
  • – De ne pas hésiter à prendre une grande quantité d’éléments pour le hardscape, on ne fait pas un bac magnifique avec une racine et deux pierres.
  • – De chercher des conseils de personnes expérimentées ayant présenté des beaux bacs et d’écouter ces conseils. Souvent sur les forums je lis des gens qui demandent mais n’écoutent que lorsque cela va dans leur sens. Apprendre, c’est accepter aussi accepter des contrariétés. 

 

Merci à vous pour cet interview.

(*) Pour ne citez que son palmarès aux concours internationaux de bac planté: Thym Thym Thym termine 3e à l’AGA organisé par la prestigieuse Aquatique gardener Association, 1 er au GAPLC, et Soulaterre a obtenu la 2ème place au GAPLC et la 2ème place au CAPA en 2013 catégories 250 L.

 

1 910

La French Aquarium Creation Team, la FACT, est un collectif de paysagistes indépendants, réunis dans le but de promouvoir l’aquascaping de la scène française dans notre pays et d’offrir une visibilité internationale à son émergence.

Floraquatic étant, depuis sa création, un des partenaires de FACT, nous serions mal avisés de ne pas contribuer à la promotion des travaux du groupe dans notre rubrique .

©Grégoire Wolinski

A ce jour, le collectif est composé de 10 membres*Tous paysagistes passionnés et confirmés, ils se sont regroupéafin de partager leurs travaux et leurs projets.

©Olivier Ly

Leur désir de progresser et de se confronter au regard des autres, avant que leurs travaux ne soient finalisés, a été l’élément fédérateur.

©Ulrich Poupin

Une fois le groupe officiellement créé et la publication du Tumblr collectif réalisée, ce dernier est devenu une véritable plateforme de diffusion des blogsrespectifs du groupe. Un café virtuel, sur le réseau social Facebook a vu le jour; c’est un espace ouvert mais cependant garant d’une certaine intimité.

©Gregory Charlet

Cet espace utilise les outils d’aujourd’hui, afin de recueillir des conseils et d’échanger des points de vue critiques et constructifs. Ce réseau permet d’avoir des face-à-face, non plus basés sur le principe des forums et des topics individuels, mais sur de véritables conversations fondées sur les échangesportant sur l’esthétique et la viabilité des projets.

©Olivier Thébaud

Dans la veine des collectifs Asiatique et Brésiliens et afin de démocratiser le  sujet d’intérêt commun qu’est  l’aquascaping, la FACT se donne pour but de stimuler la créativité et l’évolution de ses membres.

©Swee Lim Cheah

Ses objectifs sont ambitieux et généreux: partage entre membres, entraide,formulation de critiques multilatérales et objectives, émulation. Le collectif met à disposition du plus grand nombre des outils, des conseils et des photos pour de futures réalisations.

Il ne nous reste qu’à souhaiter longue vie à la FACT et à vous donner rendez vous avec la plupart de ses membres pour de fructueuses  rencontres à venir.

la FACT sur facebook sur Tumblr

*le collectif est composé de 9 membres*  Ludovic Bourdin, Gregory Charlet, Swee Lim Cheah, Michaël Leroy, Olivier LY, Ulrich Poupin, Olivier Thébaud, Julien Voultoury et Grégoire Wolinski.

 

Les bases de ce paysage ont été posées avant notre déménagement. C’est partant de cette idée que nous avons décidé de reprendre ce projet et de préparer sa mise en eau sans plus tarder.

C’est un bac de type biotope Africain, dont le continent est souvent oublié en aquariophilie, en dehors des fameux aquariums de Cichlidés, qui sera mis à l’honneur ici. Comme à notre habitude, nous avons fait le choix de la population avant la mise en eau, ceci afin d’avoir une cohérence entre les éléments du décor, la plantation et la population.

Cette méthode permet d’apporter aux poissons un milieu géographique naturel et adapté et nous fait totalement oublier que nous sommes devant un aquarium. La population sera composée de petits groupes d’Epiplatys annulatus, de Lepidarchus adonis et Ladigesia roloffi. Si nous n’arrivons pas à en trouver ,le classique Poropanchax normani conviendra parfaitement. Certaines expéditions ont localisé ces poissons dansles lits de petites rivières situéesau creux de collines de roche volcanique et au cœur de forêts humides, à la végétation d’arbre à feuilles semi-caduques et persistantes. La végétation aquatique africaine étant assez restreinte nous avons décidé de partir d’un choix minimaliste composé de : Anubias,Vesicularia sp, Vesicularia montagnei et Crinum calamistratum ont été choisies.  Ce projet de type biotope Africain a tout d’un bac Lowtech; les apports en fertilisant seront uniquement appliqués en cas de nécessité et nous n’ajouterons pas de Co2 .Anubias et vesicularia sp n’ont pas de besoins spécifiques, par contre la belle crinum calamistrum, si elle aussi se passe de Co2,demande un sol épais et riche.  Pour cela nous répendons, directement sur la vitre du sol et à l’endroit où seront plantés les pieds des végétaux, tous les produits nécessaires à l’obtention d’un substrat riche.Nous mettons en place Bacter 100Clear SuperTourmaline BC, Penac W pour aquarium . Une couche épaisse de 10 cm d’Aquasoil sera  nécessaire au bon développement du système radiculaire de la crinum calamistatum.

Pour des raisons d’esthétique nous utilisons un sable fin et lumineux La Plata Sand ADA est sans doute un des mélanges les plus réussis, sa beauté illuminera les parties sombres du décor.

Nous lestons la racine la plus importante, bien qu’elle ait trempé plusieurs jours ,à l’aide une pierrececinous permet de la stabiliser. Nous  fixons simplement cette dernière avec un fil d’inox recouvert de plastique vert ( fil de jardinage). Cette partie sera occultée par le décor.

 Une fois la racine positionnée nous  pouvons intégrer une par une, les pierresque nous avons sélectionnées: ce sont des Black Lava stone ADA. Cette pierre légère et e friable va contribuer, de part sa teinte noire unique, à donner un aspect brut au paysage aquatique.

Nous en cassons une avec un marteau pour obtenir des débris de lave que nous disposons entre les grosses pierres, à la jonction du sable et de l’Aquasoil, ceci afin de créer une barrière et d’éviter un mélange qui nous donnerait trop d’entretien.

Les petites racines Redmoor, qui trempent actuellement seront recouvertes de Vesicularia au moment de la plantation. Mais cette phase feral’objet d’un article spécifique.    En attendant voici le montage qui a été photographié dans son intégralité. Comme à notre habitude  lorsque nous lançons un nouvel aquarium, nous nous donnons quelques jours de réflexion pour la disposition finale des pierres.  Déraciné I La réalisation from Floraquatic on Vimeo.

0 183

Invitation à l’observation, au rêve et au voyage, cette rubrique intitulée « L’illusion de la nature » nous permet de découvrir des paysages qui, par la suite, se révèleront être d’importantes sources d’inspiration .

« L’illusion de la nature » est  une porte ouverte sur le lien qui existe entre nos paysages d’aquariums et le monde extérieur.

 

Une fois n’est pas coutume, nous nous éloignons un peu du bord de la rivière. Mais ce faisant, nous constatons que l ‘eau  est partout présente . Elle donne vie à la végétation dans les endroits les plus inattendus.

Nous trouvons la présence de l’eau dans  tous ces parcs urbains, vitaux pour les Citadins, où parfois des arbres centenaires s’élancent avec fierté vers le ciel .

DSCF6458Nous découvrons également une végétation, celle qui, oubliée des jardiniers, s’accroche, envahit  et engloutit ses supports, poussant dans les endroits les plus inattendus; elle nous oblige à constater une fois de plus  que très vite elle peut reprendre ses droits. C’est  ce point de vue que  nous décidons de promouvoir ici. C’est aussi une autre façon d’échanger avec vous.

 

 

 

 

0 1369

Pouvoir partager avec vous les secrets d’un paysagiste aussi créatif que l’est Long Tran Hoang, est pour nous une grande satisfaction. Le contenu tiré de cette rencontre est conséquent et nous le  publions en deux parties; en voici la deuxième.

Première partie de l’interview 

Floraquatic: parlons un peu de Green Convergence. Cet aquarium a changé l’idée que nous avions  des paysages aquatiques dans le monde et de nombreux aquascapers depuis s’en inspirent.Pourriez-vous partager avec nous quelques images de la conception de cet »ovni » qui a terminé troisième lors de l’IAPLC de 2012? Quels sont vos secrets pour  maintenir en équilibre l’architecture de  cet extraordinaire décor ?

LTH: j’ai modifié le harscape de nombreuses fois; je n’ai donc pas tant d’images que cela. J’espère que celles que voici seront suffisantes pour expliquer mon travail . Afin de maintenir le décor en place, j’utilise des barres en inox, en perçant les pierres pour les tenir entre elles ainsi que de la glue. Les pierres de type Ohko StoneBlack Lava Stone sont tout à fait apropriées à ce genre de montage.

Floraquatic: vos projets « Delicate World » et  » Green Convergence »  sont une prouesse technique et esthétique de par leur construction. Avez-vous pratiqué beaucoup de tests avant de commencer ces bacs afin d’obtenir ce rendu ; combien de temps avez-vous passé pour concrétiser ces projets?

LTH: J’ai réalisé beaucoup de tests avec différents matériaux avant d’en arriver aux  hardscapes finaux. Pour ces projets Il m’a fallu deux à trois mois afin d’ajuster le décor définitif, en y consacrant quelques heures chaque jour et ce sans aucune contrainte de calendrier. C’est toujours le moment le plus intéressant de la création de mes aquariums. J’apprécie vraiment ces instants.
 

Floraquatic:  Pouvez-vous partager avec nous quelques détails?

Ici nous voyons les câbles utilisés pour rythmer, donner la position et la direction des Ohko Stone utilisées pour la fabrication de ce hardscape. À l’aide de barre en inox et de glu, les Ohko stones légères et faciles à modifier ont été le meilleur allié.

Floraquatic:  concernant votre façon  de concevoir vos projets et votre « philosophie », quelle est la chose la plus importante pour nourrir votre inspiration?

LTH: c’est sans aucun doute l’émotion que procure la nature. Je l’ai en tête de façon permanente et j’essaye toujours de faire ressortir cela dans mes projets. C’est à chaque fois mon challenge personnel.

Floraquatic: : lorsque l’on regarde vos aquariums, on découvre une ligne, une organisation mais le chaos est là, présent… Ce sentiment est très proche de la nature et c’est finalement ce que bon nombre d’artistes cherchent à obtenir: reproduire la nature dans sa complexité. C’est un « must » dans la pratique de l’aquariophilie et c’est ce qui fait que les paysages aquatiques, grâce à des créateurs  comme vous l’êtes, sont élevés au rang des pratiques artistiques. Les artistes utilisent depuis longtemps les mêmes matériaux que l’on retrouve dans les paysages aquatiques: le bois, la pierre, le végétal. Ceci est tout à fait contemporain.

 Au final,lorsque les plantes sont à terme, la seule trace qui permet de partager son travail avec les autres  est la photographie. La photographie est un plus, une prolongation naturelle du travail effectué ; elle aide à créer le hardscape, sert à sublimer ce  travail de création et à laisser une trace. Mais tout le monde n’est pas expert en photographie. Comment faites vous tout au long de vos projets?
 

LTH: je ne suis pas un bon photographe, j’utilise seulement mon téléphone pour prendre des images et je les ouvre sur un ordinateur pour constater les évolutions après des gros changements. Je demande de l’aide à des amis lorsqu’il s’agit de prendre une image qui conviendra pour l’IAPLC.

Floraquatic: l’aquascaping peut sembler être un hobby solitaire, mais lorsque l’on cherche un peu, on se rend compte que l’esprit de communauté y est important. En partageant et en échangeant des savoirs, le niveau de qualité des réalisations monte. Le Vietnam,par exemple, qui géographiquement est un petit pays comparé à la Chine est celui qui a une communauté réellement active et talentueuse. Il suffit de regarder les statistiques des participants à l’IAPLC et le nombre de bacs présents dans le top 100
 

LTH: oui, la communauté est très importante pour les aquascapers. Je suis très heureux car je peux recevoir beaucoup d’aide et de soutien concernant la maintenance grâce à la communauté vietnamienne. Toutefois actuellement, avec l’explosion des plateformes comme Facebook, l’échange est devenu international et simplifié pour partager nos expériences et nos passions avec des amis du monde entier. Tous, nous sommes une seule et unique communauté; nous  partageons les mêmes centres d’intérêt, le même amour pour la nature et nous prenons conscience ensemble de l’importance de l’écologie. Ceci crée le concept de « Nature-Aquariums  » comme nous les rêvons. En sept années de pratique, je suis vraiment heureux d’avoir eu la chance d’apprendre et de partager mon hobby avec beaucoup de paysagistes talentueux du  monde entier. Nous avons progressé ensemble sans aucune frontière. Je peux voir beaucoup de mes amis internationaux dans le top27, et non seulement des Vietnamiens. Ceci est à l’évidence la preuve que tout le monde peut créer un bon hardscape et figurer dans les meilleurs mondiaux; il suffit pour cela de trouver la méthode pour améliorer son travail.

Voici le dernier aquarium réalisé par Long Tran Hoang, après de nombreux déboires il n’a pas eu la possibilité le faire concourir cette année. Mais cette réalisation, dans la veine de ses précédentes réalisations nous a vraiment enthousiasmés une fois de plus.

Floraquatic: pour conclure, que recommanderiez-vous à un débutant où même à un aquascaper confirmé qui souhaite progresser?

LTH: d’après moi,faites-vous des amis, partagez votre passion avec les aquascapers. Via des groupes, essayez de progresser et participez à des concours nationaux et internationaux comme IAPLC et AGA…ceci vous ouvrira des portes et vous permettra d’élargir votre réseau. Une astuce pour ceci, via Facebook, ajouter à votre page petit à petit vos aquascapers préférés, ces amis virtuels de Facebook deviendrons alors un véritable réseau qui vous permettra de poser des questions ou d’obtenir les critiques qui vous feront progresser

Floraquatic: Merci ! Merci Beaucoup Long Tran Hoang pour cette rencontre très enrichissante !

0 385

« L’illusion de la nature » est la rubrique la plus féconde qu’il nous soit donné de partager avec vous. Toujours non loin de l’eau, nous essayons sans cesse de conserver ce lien entre la nature et nos décors d’aquarium.

Passons à la pratique à partir de photographies »de nature », jusqu’à la réalisation d’un aquarium. Depuis le lancement  de l’atelier, nous vous  avons signifié notre passion pour la nature, pour le végétal ainsi que pour le monde animal. Chacun de nos projets ayant été pensé pour ses habitants, nous allons une fois encore adopter cette démarche, mais en partant de nos photographies et de nos souvenirs.

L’idée de ce bac est née lorsque nous avons rejoint le bord de l’océan Pacifique sur l’île de Yakushima. Toutes ces images étant une source d’inspiration infinie que nous n’avons toujours pas terminé de partager avec vous, nous avons fait le choix de commencer par l’observation des dernières images réalisées là-bas. Lorsque l’eau douce de la montagne rejoint l’eau de mer, à cet endroit dit en « eaux saumâtres » les paysages balayent réellement tous nos a priori. toutes nos idées reçues.

 La première chose qui nous surprend est le mélange minéral; Il est constitué d’une lave noire, identique à la Black Lava Stone et côtoie des galets de granite, blanc, gris,ou ocre rouge ainsi qu’un basalte bleuté, qui lui-même touche une pierre qui pourrait être une Frodo Stone. Dès cet instant nos idées reçues  sont complètement rompues et les  projets de paysages deviennent instantanément infinis et novateurs avec ces sources d’inspiration. Un sable éblouissant couronnant la noirceur de la lave et notre choix minéral est fait: une structure sur une base de Black Lava Stone et un sable lumineux.

 

 

Il nous reste à trouver les racines qui vont  représenter ces derniers arbres avant l’océan, ces arbres qui poussent à la frontière de l’eau et qui semblent s’être enracinés à même la roche.

Une photographie de souche arrachée par la tempête constituera pour nous une base d’inspiration.

 

(source: localriver.tumblr.com)

 

Une dernière image, contrechamp de la première, nous convainc de réaliser ce paysage qui se veut être aquatique, tout en surfant à la frontière de l’eau et de la terre.

Forts de ces éléments, nous décidons de lancer le projet en testant sa viabilité. Avant de décider du schéma de plantation et d’effectuer  la mise en eau, nous allons poser les éléments que nous avons sélectionnés pour ce nouveau projet.

Pour le décor nous sélectionnons une racine Redmoor L, une S, deux XS, 5 morceaux de Black Lava Stone.

Nous positionnerons de plusieurs manières  nos éléments, pour ensuite les photographiers et nous réfléchirons  à la façon dont nous fixerons les racines, séparerons les sols ( Aquasoil et sable) et choisirons les plantes et les poissons. La semaine prochaine nous travaillerons sur la partie plantation, en réalisant un schéma précis, afin de n’avoir plus rien à effectuer une fois la mise en eau programmée. En attendant nous mettons les racines à tremper.

Déraciné I La conception from Floraquatic on Vimeo.

3 782

Pouvoir partager avec vous les secrets d’un paysagiste aussi créatif que l’est Long Tran Hoang, est pour nous une grande satisfaction. En effet, ce maître incontesté d’aquariums de conception révolutionnaire, a bien voulu nous accorder une interview. Le contenu en est si conséquent que nous publierons cette rencontre en deux fois.

Monsieur Long Tran Hoang, bonjour,

 Nous voudrions tout d’abord vous remercier d’avoir accepté, et ce malgré votre agenda extrêmement chargé, de nous accorder cette longue interview, nous offrant ainsi l’opportunité de présenter votre travail et votre vision de l’aquariophilie, en France. Ce premier contact nous a convaincu que, derrière votre immense talent, se cache un artiste passionné, à la philosophie toute contemporaine.

 

Connu du monde de l’aquascaping depuis longtemps, vos aquariums sont devenus aujourd’hui des références. Pour la première fois, une idée de conception très particulière a révolutionné l’histoire du paysage aquatique et ouvert de nombreuses voies, apportant un nouveau souffle de créativité dans le monde du design aquatique.

 

Floraquatic: Malgré cela, pour les français qui ne vous connaissent pas pourriez vous nous parler un peu de vous?
LTH : Bonjour à tous, mon nom est Long Tran Hoang, je suis Vietnamien et j’ai plus de sept années d’expérience en aquariophilie.

Into the green 155x81x50 cm ©Long Tran Hoang

N°8 IAPLC 2010

Floraquatic: Quel est votre occupation principale?

LTH: Je suis architecte.

Floraquatic: Combien d’aquariums avez-vous aujourd’hui et à quoi sont-ils destinés?

LTH: J‘ai trois aquariums, deux sont dans mon salon principal, ils ont respectivement 650 et 180 litres. Le troisième, de 930 litres, se trouve dans le salon familial. Deux de ces aquariums sont utilisé pour l’IAPLC, celui de 650 litres pour l’IAPLC 2011 et celui de 930 litres pour l’IAPLC 2012; l’autre me sert à tester des plantes.

Floraquatic: Combien de temps par jour dédiez-vous à votre passion?

LTH: Actuellement je réalise seulement un aquarium par an pour la compétition. Pendant la période finale je passe environ deux à trois heures par jour sur l’aquarium qui sera envoyé à l’IAPLC. Les autres ne me demandent pas plus de trente minutes d’attention chaque jour.

Floraquatic:  Passons à quelques questions d’ordre technique: La lumière est-elle pour vous un point important et que recommanderiez-vous comme rapport puissance/temps d’éclairage?

LTH: J’utilise des T5 HO pour mes aquariums.

Je n’ai aucune règle précise pour la durée d’éclairage. J’adapte la situation pour l’aquarium concerné pour la durée d’éclairage la plus adaptée possible. Mais habituellement j’éclaire entre huit et dix heures par jour durant les deux premiers mois. Avant une photo finale je peux même aller jusqu’à éclairer vingt heures l’aquarium.

Floraquatic: Est-ce que la filtration est une partie importante pour vous et que recommandez-vous en matière de puissance et de taille? Quel type de masse filtrante utilisez-vous?

LTH: J’utilise beaucoup de filtres pour mes aquariums. Deux gros filtres de 65w, avec une contenance de 23 litres chacun pour mes bacs de 930 et 650 litres. Pour mon 180 litres j’utilise seulement un filtre de 23 w et de 7 litres.

Floraquatic: Quel type de substrat utilisez-vous?

LTH: Seulement de l’Aqua Soil ADA.

Floraquatic: Quel type de fertilisation adoptez-vous et quand commencez-vous à la mettre en oeuvre ?

LTH: J’utilise également la gamme ADA de fertilisant. Je commence la fertilisation dès le lancement de l’aquarium et j’adapte la quantité de produit en fonction du nombre de plantes aquatiques qui sont dedans.

Floraquatic: Les algues semblent absentes de vos réalisations, comment agissez-vous lorsque vous en découvrez?

LTH: Je suis extrêmement attentif à la propreté du hardscape et des plantes…avant chaque mise en eau et pendant tout le développement de mes projets. C’est ma façon de protéger mes aquariums de toute source externe d’algue. Cette surveillance est complétée par une observation quotidienne, ainsi je décide de la fréquence et de l’importance des changements d’eau, de la fertilisation et si le temps d’éclairage est suffisant.

Si je découvre quelques types d’algues que ce soit, je vais effectuer plus de changements d’eau, je réduis la fertilisation et je baisse la durée d’éclairage.

Dans de très rares cas, si je suis face à une invasion d’algues, j’utilise du Phyton Git de chez ADA;

Floraquatic: Le hardscape est le squelette du paysage aquatique. dans votre cas peut -on comparer votre hardscape à l’architecture de votre aquarium?

LTH: Je considère la hardscape comme la structure de mon aquarium, c’est en effet similaire à une démarche architecturale. En cela je cherche les moyens techniques les plus adaptés à la réalisation du décor et maintenir stable la forme que j’ai souhaité obtenir. J’utilise pour cela des matériaux comme la super glue, des barres en inox etc.

En même temps mon décor est juste un support, une base pour les plantes aquatiques. En cela il doit être pensé et convenir à la liste des plantes que j’ai décidé d’utiliser pour chaque arrangement. Un aquarium est réussi, à mon avis, lorsque le décor montre la beauté des plantes aquatiques que j’ai choisi d’utiliser.

Floraquatic: Vous êtes influencé par la nature luxuriante mais vous êtes également un véritable concepteur. Pouvez-vous nous dire quelles sont vos sources d’inspirations?

LTH: Mes projets, chaque année, expriment ma vision de notre monde et de l’environnement naturel. En ce qui me concerne, un aquarium réussi ne doit pas seulement être beau, mais il doit aussi exprimer d’autres sentiments au regard du public. Cela sous-entend que le paysage montre mon expérience dans la vie au quotidien, mon point de vue par rapport aux relations et à l’interaction qu’il y a entre l’homme et la nature. Il exprime également ma désolation de voir que nous détruisons les beautés de la nature et l’espoir qu’un jour cela cesse.

Pour illustrer mon propos, en 2011, mon aquarium a tenté de réunir les convergences qu’il y entre la terre et est le ciel dans notre monde en réponse à la colère de mère nature; les tempêtes, les tremblements de terre… avec un message: nous appartenons à un monde saisissant, magnifique, précieux mais si fragile.

Après ce paysage aquatique, j’ai voulu apporter au public une réflexion tant sur la beauté que sur la fragilité du monde dans lequel nous vivons.

Trouver une bonne idée pour réaliser un décor est difficile, mais trouver le matériel nécessaire pour sa réalisation est d’autant plus ardu. Le plus délicat était de trouver la manière d’utiliser les matériaux pour exprimer notre sentiment au regard du public.

En ce qui me concerne c’est toujours un processus très long qui demande du temps et des efforts pour retranscrire l’émotion et le sentiment de la nature. Certaines idées resteront toujours au stade d’idées car je ne peux trouver de solution à leurs réalisations et qu’il m’est impossible d’obtenir les matériaux nécessaires. A contrario, si un aquarium est réalisé avec moins de temps, moins de concentration, un manque de sentiment et de naturel, alors cet aquarium deviendra un aquarium sans âme.

 

©Long Tran Hoang

Delicate World 150 (L) x 81 (l) x 48 (h)cm

N°1 IAPLC 2011

Plantes:

Glossostigma elatinoides

Hydrocotyle sibthorpioides


Marsilea hirsuta


Marsilea quadrifolia


Bolbitis heudelotii


Sagittaria subulata sp.

Poissons & Invertébrés
Hyphessobrycon amandae

Neocaridina heteropoda var
.

( la suite de notre rencontre avec Mr Long Tran Hoang sera publiée la semaine prochaine)

2 297

Données techniques :

Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab 13mm, Filtration: Tetra Ex600 , Chgt d’eau 15% / 2 semaines.

Fertilisation :
Pack Easy Life

Hardscape : Racine savane 

Plantes :

CryptocorynebalansaecrispatulaWendtii GreenpygmaeaX willisii, Wendtii tropica, albida

Eleocharis parvulaVesicularia montagnei  (X moss)Nymphaea  Lotus tigre rougeRotala indicaMicrosorum pteropus windelov

Animaux :

Betta Imbellis,   Caridina Multidentata.

0 371

iwagumispaku

Données techniques :

Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab 17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 , Chgt d’eau 15%  par semaine.

Fertilisation :
Easy Life Ferro, Easy Life Carbo, Easy Life K, Easy Life Profito

Hardscape : Aku Stone.

Plantes :

Glossostigma elatinoÏdes, Hemianthus callitrichoide cuba, Lindernia rotundifolia, Hydrocotyle tripartita, Rotala sp -green, Vesicularia  x moss

Animaux :

Microrasbora Kubotaï, Caridina Multidentata.

Cette galerie est présente dans l’article suivant : Histoire Discrète I La dernière séance

0 181

Certains  jours les aquariums semblent plus beaux que d’autres. Le bac que nous vous présentons est un  » Iwagumi sp Aku« , nom donné à l’Aku Stone, pour porter aux yeux des passionnés cette  pierre désormais renommée et convoitée bien au delà de nos frontières . C’est avec un nom de scène : Histoire Discrète que nous vous présentons les quelques images de la dernière séance de prises de vues.

Avec un fond rétroéclairé, des vitres , un matériel invisible et un tapis vieux de quelque 440 jours,  Histoire Discrète peut être photographiée sous son aspect le plus épuré . Les pierres sont à peine recouvertes d’algues, nos escargots Pulligera Black Racing nous ayant vraiment aidé à éradiquer toutes patines indésirables.

 

 

 

 

 

 

Lors de cette séance de prises de vues nous nous sentons libres observateurs attendant que le banc de poissons passe devant l’objectif mais  concentrés comme des archers, prêts à lâcher la corde et libérer la flèche; et si le bruit du sèche-cheveux que nous employons pour animer la surface du bac  trouble un peu  cet instant magique,les vaguelettes qu’il produit créent un véritable effet visuel.

Une fois la photo de face réalisée, nous allons pouvoir faire quelques cadrages différents. C’est à cet instant à ce stade que nous avons tourné la séquence vidéo publiée précédemment.

Vous trouverez les données techniques de ce projet dans la galerie présentée dans cet article:

Rejoignez-nous