FeaturedFR

0 2124

PROGRESSION

Une fois l’installation du bac effectuée, nous en avons immédiatement partagé les images sur un réseau social . Les réactions enthousiastes qu’il a suscité nous ont, de fil en aiguille , piqués au jeu.

Progressivement, une histoire très particulière s’est dessinée concernant ce bac initialement prévu pour être temporaire. Entre les critiques constructives et les points positifs, nous nous sommes très rapidement entichés de cet aquarium qui correspondait parfaitement à notre conception de l’aquascaping; mais si les paysages aquatiques sont passionnants, ils n’ont guère de sens lorsque la vie en est absente.

localriver-145

En effet nous pensons que dans l’aquarium, tous les éléments, ceux du décor, de la faune ou encore de la flore ont un rôle très important à jouer pour donner un sens concret et une harmonie à l’ensemble. Ils contribuent à la mise en scène. Par exemple, une pierre disposée à un endroit doit jouer un rôle non seulement pratique, ou géographique, mais également un rôle esthétique.

localriver-62

L’intérêt d’un aquarium devient alors multiple: il est un merveilleux un coin de nature à l’intérieur de l’habitation de part son aspect esthétique et ludique ;il a aussi un rôle pédagogique. L’aquarium permet en effet à tous ceux qui l’observent, à commencer par les enfants, de découvrir sous un angle différent les poissons, les crevettes et l’ambiance d’une rivière. La forme très particulière de ce bac et sa très faible hauteur d’eau, permettait une observation du bac par sa partie zénitale, ce qui a donné à ce projet un aspect vraiment « nature ». Lorsque nous rentrions dans la pièces, nous avions l’impression de passer au bord de la rivière. Une fois assis, nous étions au niveau de l’eau, ce qui nous permettait de mieux observer le contenu du bac .

localriver-20

Les réactions de nos amis nous ont poussés à faire évoluer cet aquarium. Son format se prêtant bien à l’expérience, nous avons été encouragés à accorder à ce bac, qui au départ n’avait vocation qu’à être un abri pour nos stiphodons, une attention toute particulière et un travail minutieux.

 

Un entretien aisé

Grâce à une filtration bien adaptée, même si à apriori elle semblait disproportionnée, cet aquarium nous a demandé fort peu entretien. Aucune algue n’est apparue durant plus de huit mois, date à laquelle nous avons décidé de présenter le paysage en préparant une séance de photographies.

localriver-23

Pour un bac de si petit volume, les changements d’eau, étaient par bonheur vraiment réduits à leur minimum. Afin de favoriser le développement des plantes et le bac disposant d’un éclairage assez léger, nous effectuions une diffusion au CO2 et une fertilisation liquide hebdomadaire très régulières .

localriver-120

Puis d’images en images le paysage s’est précisé, nous avons déplacé des pierres , en avons sorti d’autres du bac ou encore brisé d’autres à l’aide d’un marteau pour les redimensionner. Une fois l’ensemble bien « équilibré », nous avons décidé de participer au concours de l’International Aquatic Plants Layout Contest (IAPLC), organisé par Aqua Design Amano.

0 5945

L’aquarium présenté ici a été réalisé lors d’un déménagement en plein hiver. En attendant d’être réinstallée dans notre nouvel atelier, la population de poissons sud-américains avait trouvé refuge dans le bac d’un ami  passionné d’aquascaping en région parisienne. Lors du transfert, nous avions  cependant gardé les poissons assez particuliers que sont les Stiphodons auxquels l’auteur de ce bac  est très attaché, ainsi que toutes nos crevettes.

localriver-161

La Sèvre Nantaise en plein hiver, la rivière locale, source d’inspiration pour le projet.

Lors du chargement, l’aquarium ayant eu plusieurs fuites, nous avions du nous résigner à le  vider . Néanmoins nous avions bien prévu la conservation des masses filtrantes et après 48h de voyage, filtres et poissons avaient retrouvé place dans  un bac « de maintien ». Par contre, les masses filtrantes du gros filtre Hagen G6 ne correspondaient techniquement pas aux dimensions du   » nano cube » qu’il nous restait de disponible ; c’est dans l’urgence que nous avions du nous procurer une autre cuve. Notre nouvel espace étant en travaux, le bac devait être temporaire et devait pouvoir être déplacé de pièce en pièce assez facilement. Pour ce, nous l’avions posé sur une table à roulettes. Il ne restait plus qu’à trouver le format du bac  qui conviendrait au maintien des poissons.

localriver-80

Installation temporaire dans la maison qui est alors en plein travaux.

L’aquarium « idéal »

C’est dans une animalerie locale que nous avions repéré un bac à tortue dont le prix était très raisonnable et le format assez particulier : 80x30x25 cm . Il avait un volume minimum mais présentait une surface au sol assez pertinente pour que les huits Stiphodons sp, deux mâles et six femelles, puissent évoluer. La hauteur de la cuve n’autorisant pas à placer les pierres en position verticale, il fallut coucher 3 énormes roches Frodo stone qui se trouvaient encore dans les caisses, ajouter un sac de 9 litres d’ADA aquasoil New Amazonia et autant de sable Congo Sand ADA devant. A notre arrivée, nous avions également installé rapidement les plantes qui avaient fait le voyage, c’est à dire quelques pieds de Bolbitis heudelotii, que nous nous amusons à nanifier depuis nos débuts en aquariophilie, ainsi que quelques boutures des plantes que nous avions sauvegardées.

localriver-117

Nous avons par la suite, ajouté quelques autres végétaux comme Riccia fluitans, Anubias barteri var.petite, Eleocharis vivipara, Cryptocoryne spiralis ainsi qu’Hydrocotyle tripartita.

Les engrais, Easy Life, Profito, Kalium et Ferro ont été ici les meilleurs alliés de la croissance des plantes. Une bonne quantité de CO2 coïncidait avec une durée d’éclairage de 8 heures par jour, en plus de la lumière ambiante (le bac s’est retrouvé à plusieurs reprises près d’une fenêtre).

Puis nous avons ajouté 100% d’eau du robinet dans le bac, quelques activateurs de bactéries et nous l’ avons laissé ainsi pendant 24h.

localriver-79

Les tests se sont révélés concluants, l’aquarium étant rempli avec une eau de conduite ayant des paramètres convenables : GH 6°d, KH 4°d et pH de 7,5. Par la suite, nous avons connecté le filtre Hagen Fluval G6 sur le bac, qui indiquait une conductivité de 430 mS/cm, soit une eau douce et un pH satisfaisant. Nous pouvions enfin libérer nos Stiphodons sp dans leur nouvel espace de vie, les crevettes devant, par soucis de sécurité, attendre dans un nano-aquarium quelques semaines supplémentaires.

Le filtre fournissant un brassage et un débit considérable pour un si petit volume, mais pouvant être comparé au débit des rivières torrentielles dans lesquelles vivent les Stiphodon sp. rainbow, nous avons pensé qu’il demeurait raisonnable. Et de fait, les 1000l de brassage /heure pour ce petit contenant de 54 litres ne furent qu’une « partie de plaisir  » pour ce groupe de Gobiidés qui s’amusa à s’accrocher aux pierres.

localriver-121

Nous reviendrons la semaine prochaine sur les semaines qui ont suivi la mise en route de ca bac aux dimensions hors normes et qui s’est classé parmi les 100 meilleurs aquariums lors de l’IAPLC 2012..

0 2115

La nuit tombe hélas vite en hiver!  Comme  l’écrit Victor Hugo: “le jour en cette saison….. s’évade sous l’horizon”.
A l’atelier, c’est alors que les éclairages de nos aquariums  prennent le relais de cette lumière diurne défaillante qu’Ils semblent  prolonger un peu. La clarté est ici également renforcée par la transparence lumineuse de l’eau.

_MG_0637 copy C’est à cet instant que nous choisissons de réaliser quelques clichés de l’atelier. L’ambiance y est très particulière. Les aquariums équipés de programmateurs accompagnent ce changement très subtil d’atmosphère.

L1230724 copyVoici l’entrée de l’atelier avec, accrochées aux murs, quelques photographies de paysage et posés sur les étagères, quelques livres et magasines consacrés à la nature, dont l’incontournable ouvrage de Takashi Amano  “L’ Aquarium Naturel »  et quelques exemplaires de l’“Aquajournal”. Cet atelier est séparé par des panneaux japonais coulissants. Ainsi, durant  la semaine, seule la partie galerie est visible de la rue. Cependant, nous accueillons le public dans tout l’espace au cours de la journée du samedi.

L1230723 copyVoici nos derniers aquariums mis en eau. Certains en phase de test n’ont encore jamais été présentés, d’autres sont devenus de véritables nurseries à crevettes.

_MG_0688 copy

Voici L’Arbre des ombres, dès que les racines de mangrove ne rejetterons plus leur tanin, nous pourrons commencer les séances de prises de vues de cet aquarium. Les Betta sp persephone ont pleinement pris possession de ces lieux. Ce poisson sauvage offre un spectacle captivant. Nous espérons, dans la mesure du possible, saisir sa grâce, à l’ombre des racines au mieux pour vous la faire partager ultérieurement.

 

_MG_0706 copy

Nous vous invitons à nous rendre visite. La porte de l’atelier vous est cordialement ouverte.

0 18662

Poursuivons notre visite du Japon.
Partis tôt le matin de Tokyo, nous arrivons 
au fond d’un hameau situé près d’une petite ville de la province de Niigata. Le  mini bus qui nous a conduit jusqu’ici fait demi-tour sur une aire de stationnement isolée et une rue sans issue apparaît. Nous cherchons tous du regard une grande maison, mais nous ne voyons rien, hormis un bois en friche coincé entre des rizières et un parking. Puis entre d’immenses bambous, nous finissons par apercevoir une maison d’architecte, en béton brut. Nous voilà parvenus à la demeure de Takashi Amano. Madame Amano nous ouvre sa porte et nous accueille avec un magnifique sourire.  À peine avons nous fait quelques pas dans la demeure que nous nous trouvons face à l’aquarium qui symbolise toute la philosophie de l’aquarium Naturel, telle que la conçoit le maitre des lieux.

_MG_1610 copyL’aquarium de la résidence privée de Takashi Amano mesure 4 m x 1,50 m x 1,50 m. Ce décor a été réalisé en 2001 et depuis il n’a pas bougé. La structure et le paysage ont résisté à quatre tremblements de terre majeurs qui ont affecté la région de Niigata, qui jouxte la région de Fukushima._MG_1578 copy

Voici les photographies les plus récentes  du bac de 4 mètres. Nous avons pu réaliser ces images le 29 octobre de cette année lors de notre voyage pour la cérémonie de l’IAPLC 2014.

Ce bac est magique. Il y a quelques années Amano a dit au sujet de cet aquarium que son but était de faire croire aux poissons qu’ils étaient de retour dans leur milieu naturel. Créer un paradis pour ces animaux sauvages est en effet le but ultime de l’aquarium Naturel.

_MG_1609 copy

Devant ce bac, si nous faisons abstraction du décor extérieur pour nous concentrer sur la partie aquatique, nous pouvons nous sentir entièrement immergés dans les eaux de rivière de l’Amazonie.

privatetankAmano1©AquaDesignAmano ADA LTD

Les données techniques :

Aquarium: L 400 x l 150 xH 150 (cm)

Éclairage: 16 lampes NAG-150w et 9 lampes NA de 40w

Filtration: Filtre fonctionnant par surverse ( prototype)

Substrat: Aquasoil Amazonia, Mekong Sand, Power sand special L; Bacter 100, Clear super, Tourmaline BC, Penac W pour aquarium, Penac P

CO2: Système d’injection directe (prototype)

Aération: Système d’aération expérimental

Engrais et traitements: Brighty K; Green Brighty Step 2; ECA; Green gain

Changements d’eau: Système de changement d’eau automatique.

Paramètres de l’eau: température 24°c; PH 4,5;

Plantes: Echinodorus, Microsorum , Rotala rotundifolia, Nymphaea lotus tigre rouge, Bolbitis heudelotii

_MG_1616 copyLe jardin privé de Takashi Amano, juste à droite de son aquarium. La vue se passe de tout commentaire.L1211008 copyVoici la partie technique de l’aquarium personnel de Takashi Amano. Le CO2 est injecté directement via le système de filtration.L1211007 copyA gauche nous voyons les bonbonnes de CO2 ADA.L1211012Le fond de l’aquarium est d’un vert éblouissant. Nous découvrons des Lotus, une bolbitis taillée, une Rotala rotundifolia.

L1211011

Vue de coté les Nymphaeas Lotus accentuent le rendu aquatique de l’ensemble.

Voici une petite séquence d’époque, des images prises par la société AquaDesignAmano (ADA) lors de la fabrication et du montage de l’aquarium personnel du maître Takashi Amano:

 

0 5014

En 2012, Takashi Amano fait aménager deux aquariums naturels géants au Sumida Aquarium de Tokyo, conçus comme des tableaux vivants où les plantes, les minéraux et la lumière se reflètent sous  le regard des visiteurs.

_MG_1222

Le décor des derniers projets est né de son désir d’attirer le spectateur au centre de la rivière et de le plonger dans sa contemplation . Au lieu de paysages terrestres, de dioramas, Takashi Amano a réalisé, à l’échelle de la nature, de véritables mondes aquatiques  qui forment un univers presque mystique.

sumida-2014-11

La déambulation est nécessaire pour s’approprier ce paysage. D’un passage à l’autre, le regard glisse sur les reflets à la surface de l’eau, ponctuée de nymphaeas et scandée par les troncs des arbres.

_MG_1227 copy

La lumière qui traverse l’eau et inonde les nymphaeas, transporte le spectateur à des kilomètres du cœur de Tokyo où il se trouve. Un spectacle vivant, saisissant et inoubliable. Une plongée dans la nature.

_MG_1220

Cet aquarium  veut correspondre aux grands classiques de l’aquarium naturel;la lumière est changeante, les nuances des couleurs  se réfléchissent sous la surface de l’eau.La  surface est transformée elle même en véritable miroir, faisant disparaître toutes  traces de la présence des vitres;elle provoque une atmosphère unique sur l’espace.

La liste des plantes nécessaires à la réalisation de ce paysage est simple:

Anubias, Bolbitis heudelotii, Nymphaea lotus zenkeri- Tigre vert, Nymphaea Lotus tigre rouge, Cyperus helferi,

 

 

1 6101

Julien Voultoury, membre de la FACT, paysagiste aquatique présent depuis le début du mouvement en France, a obtenu une place d’excellence cette année en entrant dans le prestigieux top 27 de l’international aquatic plants layout Contest organisé par Takashi Amano. Cette quinzième place est une reconnaissance internationale d’un travail parfaitement pensé et réalisé de la conception à la prise de vue finale. Une œuvre qui nous fait véritablement oublier que nous sommes  face à un aquarium et nous transporte dans une rivière imaginaire.

AnubiasLD

Bonjour  Julien!

Nous tenons tout d’abord à vous féliciter pour votre place obtenue à l’IAPLC 2014!  15ème  sur plus de 2400 participants. Il  s’agît dune véritable performance. Nous reviendrons sur ce projet au cours de notre discussion.

Pouvez vous nous parler un peu de vous? Quel âge avez-vous, où vivez-vous, quelle profession exercez-vous et depuis quand pratiquez-vous  ce hobby passionnant?  

J’ai 36 ans. Je vis dans la Vienne (86) dans un village proche de Poitiers. Je suis médecin dans un centre hospitalier où je pratique la réanimation. J’ai commencé l’aquariophilie il y a 10 ans, par accident, pourrait-on dire, étant donné que c’est mon épouse qui voulait que nous ayons un aquarium.Puis, en parcourant internet, j’ai été fasciné par les paysages aquatiques que j’ai découverts.

Combien d’aquariums avez-vous actuellement en maintenance et combien de temps leur dédiez vous? 

Actuellement, je ne possède qu’un seul aquarium en eau chez moi et ça a toujours été le cas. Concernant la maintenance, j’ai développé, au fur et à mesure de ma pratique, une manière de réduire au maximum la charge en entretient du bac, que ce soit en terme d’énergie, en terme de temps ou en terme d’argent. Elle repose essentiellement sur la contrainte d’un éclairage faible et des plantes peu exigeantes à croissance lentes, donc des besoins en CO2 et en engrais faibles. L’utilisation d’un sol technique m’est donc également peu utile.

4mois-11

Quel est, dans vos réalisations, l’aquarium dont vous êtes le plus fier et pouvez  vous nous expliquer pourquoi?

Ma dernière réalisation, « Le souffle de Hadés », est actuellement ma préférée. Le rendu final réalise à peu de chose près la vision que j’avais du projet initial. L’arrangement collait vraiment bien à la population choisie et je trouve l’effet naturel satisfaisant.

Vous donnez des titres très particuliers à vos projets. Pouvez vous nous en dire un peu plus  à ce sujet?

Quand je crée un paysage, j’imagine également dans le même temps une histoire  dont les habitants du bac sont les héros, en quelque sorte. J’essaie vraiment de faire en sorte que les gens qui regardent la photo du paysage créé; arrivent à imaginer une histoire. Pour moi, il ne faut pas que les gens s’arrêtent à une image statique mais imaginent du mouvement, une scène vivante. Le titre doit donc ouvrir une porte vers cela sans toutefois enfermer le spectateur dans ma vision.

finishLD_AGA

Maintenant si vous n’y voyez pas d’inconvénients pouvez-vous répondre à quelques questions d’ordre technique :

Considérez vous la filtration comme une partie importante?

Oui, très importante ! Pourtant, mon filtre externe est tout ce qu’il y a de plus standard sauf que mon dénivelé est constitué d’Aqualite (équivalent pouzzolane). Ce substrat est donc présent en très grande quantité, fonctionnant comme un filtre biologique géant grâce à un très bon brassage assuré par le filtre et une pompe de brassage (1900 litre/heure de brassage par heure pour un volume de 200 litres nets).

 Que considérez-vous également comme très important lorsque que  vous entamez  la réalisation d’ un aquarium? 

L’utilisation d’un sol déjà « cyclé », une durée d’éclairage limitée et la bonne dose de CO2 et d’engrais.

Avez vous un type de plantes et une espèce de poisson favoris? 

Les plantes à croissances lentes sont mes préférées, surtout les épithytes type Anubias, Microsorum et Bolbitis. Pour ce qui est des poissons, je n’ai pas de préférence particulière même si j’avoue avoir un faible pour les cichlidés nains et les labyrinthidés.

4mois-8

Pouvez vous nous expliquer brièvement la façon dont vous réglez vos aquariums dès le départ? Comment utilisez vous la lumière? Quels sont vos rythmes de changements d’eau jusqu’à ce que l’aquarium atteigne la maturité? Est ce que vous considérez l’apparition des algues comme normal et que faites vous  à ce moment là? 

La durée d’éclairage est de 6 heures par jour. Comme je l’ai dit tout à l’heure, l’éclairage est faible (108 Watts pour 240 litres bruts). Pour le reste, je fertilise d’emblée étant donné que  je n’utilise pas ou très peu de sol technique. Je change 30 litres d’eau par semaine au début puis, une fois le bac stabilisé, j’espace les changements d’eau… beaucoup… Concernant les algues, je ne m’inquiète jamais quand je constate leur présence en quantité limitée au lancement d’un bac et après la refonte complète d’un arrangement, je fais juste en sorte que les besoins des plantes soient satisfaits. En général, je constate qu’elles disparaissent souvent d’elles-mêmes, aidées également par des ajouts réguliers de Permanganate de Potassium.

4mois-9

Concernant votre philosophie:

D’où vient votre inspiration?

Les paysages que je crée proviennent directement de mon imaginaire. Il est ensuite bien difficile de dire ce qui influe sur mon imaginaire mais ce doit être un mélange de plusieurs choses : les innombrables paysages aquatiques déjà créés par les plus grands noms mais également par les moins grands noms, les paysage naturels que j’ai vu de mes yeux, les photos de nature, le cinéma, les romans que j’ai lus qui ont générés de nombreuses images dans mon esprit et probablement beaucoup d’autres choses aussi.

FinishHDblack

De quelle manière procédez-vous pour réaliser votre paysage?

En ce qui me concerne, c’est un processus long et qui comprend plusieurs phases. Régulièrement, des paysages se créent dans mon esprit. Dès lors que l’un d’entre eux persiste sur plusieurs semaines alors il devient un futur projet. Bien souvent, je réalise un schéma (grossier…) pour le matérialiser. Ce n’est que plusieurs mois après, une fois que l’idée a pris beaucoup de maturité et que j’ai bien réfléchi à toutes les contraintes et à la manière de planifier la construction du hardscape et la plantation que je passe à l’action.

La phase de réalisation, proprement dite, est une phase moins étalée dans le temps mais très éprouvante physiquement dans la mesure où je la réalise sur plusieurs journées pleines d’affilée durant lesquelles je commence tôt le matin et je fini tard dans la nuit. En effet, elle se déroule avec l’aquarium en eau pour des raisons de contraintes personnelles et il s’agit donc d’être prudent quant au fait de ne pas tuer une partie de la population.

En conséquence, le démontage du précédent paysage est donc d’abord l’étape la plus fastidieuse : Tout d’abord, les plantes sont retirées, nettoyées et triées puis il s’agit ensuite de retirer les éléments du hardscape dans l’ordre approximativement inverse à celui de la construction pour éviter tout éboulement tout en retirant par phases le substrat qui avait servi à la création de terrasses. puis il me faut nettoyer les éléments de hardscape que je prévois de réutiliser. Cette phase me prend au total 16 à 20 heures en moyenne !

Vient ensuite la phase la plus exaltante : celle de la création du nouveau paysage. Tout d’abord, je prend mes repères pour définir le point de fuite, le point focal et je trace des lignes de force à l’aide de scotch transparent collé sur la vitre avant. Là, je procède par étape en commençant souvent de l’avant plan vers l’arrière plan. A chaque pierre posée ou racine posée, j’imagine la place que prendront ensuite les plantes et les mousses qui soit cacheront les zones inesthétiques mettront en valeur les zones souhaitées. Le cas échéant, je ressort la pierre pour coller les mousses sur le nouvel élément et je prend garde à laisser des espaces pour la plantation prévue. Pendant toute cette phase, je prend des clichés à intervalle régulier pour vérifier le rendu photographique et effectuer des ajustements au besoin. Une fois le hardscape terminé, il me reste à effectuer la plantation et les finitions par le biais de l’ajout de détails visuels permettant une bonne cohérence visuelle de l’ensemble. Cette me prend une bonne trentaine d’heure au final et me laisse épuisé par manque de sommeil.

Bien entendu, des défauts de conception apparaissent par la suite au cours des mois suivants, détectés par mes coéquipiers ou par moi-même et font l’objet d’ajustements permanents jusqu’à la photographie finale.

Setupfinish

finish IAPLC MD

Considérez vous la photographie comme une étape importante en Aquascaping et préparez vous méticuleusement vos prises de vues finales et avez vous une technique particulière?

Pour moi, la photographie finale est l’étape ultime : celle qui conclut la réalisation du paysage.  Tout du début jusqu’à la fin doit prendre en compte le rendu de la photographie finale. Pour cela, chaque temps de la réalisation, de la réalisation du hardscape en passant par l’entretien et jusqu’à la préparation de la photo finale doit être guidé par des clichés « intermédiaires » du paysage qui permettront les ajustements tout au long de l’évolution. Ces photographies intermédiaires vont également permettre à mes coéquipiers de la FACT de voir l’évolution et ainsi d’émettre toutes sortes de critiques. Cet avis extérieur est capital également et serait impossible sans l’utilisation de la photographie.

Pour revenir à la réalisation de la photographie finale en elle-même, il existe en effet une phase de préparation du paysage aquatique qui fait l’objet d’un nettoyage complet de toute feuille douteuse, d’un brossage des pierres pour obtenir un effet « patiné mais pas trop » et éventuellement d’une taille discrète des plantes qui en ont besoin. Les vitres sont également nettoyées et je rajoute du sable de Loire là où il n’y en avait plus assez pour faire ressortir certains détails « clés » en créant plus de contraste.

Ensuite, la photographie finale en elle-même nécessite beaucoup de travail également : elle est réalisée à deux personnes avec un appareil photo Reflex haut de gamme, un flash très puissant et une boîte à lumière au dessus de l’aquarium. Un diffuseur (papier calque) est également placé sur l’aquarium afin d’adoucir la lumière. Plus d’une centaine de cliché sont pris durant la séance et un seul est retenu à la fin… en espérant que les poissons auront bien voulu se mettre dans une position adaptée au paysage proposé…

4mois-7

Vous êtes un des membres fondateurs de la FACT, ce collectif de paysagistes créé il y a peu. Pouvez nous dire ce que l’esprit de groupe apporte dans une démarche artistique solitaire?

Le fait d’évoluer en équipe apporte plusieurs choses : motivation, émulation, critiques constructives, convivialité. Tout d’abord, le fait de se trouver au sein d’une équipe qui regroupe les gens parmi les plus talentueux de la discipline en France induit dans mon esprit comme une obligation d’être «au niveau» du reste de l’équipe et me permet de me mettre un peu de pression sur les épaules quant à la réalisation d’un paysage de qualité. Cela me pousse donc vers l’avant de manière incontestable. De même, nous communiquons quotidiennement sur un groupe Facebook privé et chacun montre régulièrement ses projets, ses avancées, et ses photos finales. Cela permet clairement de maintenir ma motivation à un niveau important sur le long terme et ainsi d’éviter les fatales périodes de «relâchement prolongé» sur la maintenance du bac, périodes dont j’étais coutumier avant d’intégrer ce groupe. C’est le principe d’une équipe : «les autres avancent, donc j’ai envie d’avancer avec eux».

Enfin et c’est probablement le point le plus important, cela me sort de l’isolement, néfaste à terme, que provoque justement cette «démarche artistique solitaire». En effet, en restant isolé, on finit souvent par s’enfermer dans sa vision sans s’en apercevoir et on manque complètement de recul sur ses propres réalisations. A titre personnel, je suis parfois incapable de voir un défaut majeur sur mon paysage avant que un ou plusieurs de mes coéquipiers n’attirent mon attention dessus. C’était d’ailleurs le cas pour celui de 2014 et je sais bien que je n’aurais jamais eu autant de succès avec cette réalisation sans l’aide des autres designers aquatiques français. Je les en remercie pour ça.

En dehors de l’Aquascaping  avez- vous d’autres hobbys?

Oui. J’essaie d’être sportif et je pratique le football de manière hebdomadaire ainsi que la course à pied. J’apprécie également de jardiner quand le temps s’y prête.

Pour terminer notre entrevue, auriez  vous un conseil à donner à un paysagiste débutant soucieux de progresser? 

Il vous faut trouver votre propre manière de faire du paysage aquatique : ce qui vous plaît et qui est en accord avec ce que vous êtes. Puis, pour progresser, inspirez vous de ce que font les autres sans les copier.

Merci Julien !

0 5246

Lorsque nous découvrons les images réalisées pour les concours, nous constatons  que  la qualité des prises de vue est en constante progression. Certes le matériel numérique nous permet de travailler plus rapidement et la qualité des capteurs numériques s’est aujourd’hui démocratisée.

regeneration-33

Mais une préparation minutieuse et le « système D » trop souvent négligé mais accessible à tous, peuvent faire aussi des miracles.Avec un  arrière plan de carton plume posé sur des petites équerres et des spots de bureau , toutes les sources  lumineuses éclaireront facilement votre décor. Un sèche-cheveux, fixé à coté de votre bac et dirigé , sans pour autant négliger la sécurité, vers celui-ci ,créera un effet de vent sur la surface de l’eau,donnant à celle-ci plus de présence.

regeneration

Après cette installation, il va nous falloir limiter le « flare », terme utilisé pour décrire la diffusion parasite de la lumière à l’intérieur d’un objectif. Cette diffusion entraîne en effet une baisse générale du contraste de l’image obtenue. Pour l’éviter nous mettons un scotch noir au niveau de la surface de l’eau ainsi qu’une plaque de carton entre la surface et la source lumineuse.

Comme vous allez le constater sur ces images -test, nous avons, pour ce projet, essayé différents « rendus » de fond et de surface afin de vous présenter des ambiances variées.

regeneration-85

En fonction de l’inclinaison du fond et de la direction de la lumière sur celui-ci, vous obtiendrez des résultats complètement dissemblables.

Pour cet exemple nous avons utilisé un fond blanc éclairé par la rampe de l’aquarium et  disposé sur les côtés des spots de bureau équipés d’ampoules philips tornado 6500°K de 23 w.  Devant les sources lumineuses, nous avons placé des transparents de couleurs ; nous utilisons ici des protège-cahiers d’école, bleu à gauche et rouge à droite.

regeneration-18

Un classique fond noir opaque nous a permis d’obtenir ici un dégradé de gris. Ce rendu est l’un de nos favoris. Toutefois ce n’est pas ce que nous avons retenu pour la photographie présentée à l’IAPLC car les plants d’Eleocharis vivipara  qui s’y rejoignent à la surface nous ont permis de faire disparaitre la ligne de séparation entre l’eau et l’air.

regeneration-20

Pour un rendu proche du « terrestre » une grande feuille de papier à dessin bleu marine est éclairée par la rampe et deux spots de 23 w 6500°K.  Ceux-ci sont dirigés juste à droite ,vers le dessous de la surface. En procédant ainsi nous avons essayé de reproduire un lever de soleil. La prochaine fois nous le ferons avec un plexiglas, car la matière du papier était trop présente.

regeneration-19

Voici l’image que nous avons retenue pour garder une trace de ce projet. Nous avons utilisé une simple feuille de carton blanche, disposé à 20 cm derrière la vitre et légèrement inclinée vers le haut. La boîte à lumière qui a été utilisée pour la prise de vues s’est naturellement servie de ce fond comme un réflecteur. Cela a accentué l’effet lumineux et a permis de renvoyer de la lumière sur le fond en contrejour.

0 2855

Lorsque nous nous sommes installés dans notre nouvel atelier, il y a de cela un an, nous avions posé les bases des paysages dont nous publions les images aujourd’hui. Certains de ces projets, comme « L’arbre des ombres« , ont été installés dans de nouveaux aquariums alors que d’autres demeurent  en attente. Le bac » la fracture », réalisé à partir de Frodo Stones depuis plus de 15 mois fait place à « Tsingy« . Quant à celui-ci, nous l’installons dans un nano-cube de 30×30 cm.

SwissLife

En Décembre 2013, le décor est posé. Les premiers visiteurs s’arrêtent souvent devant ce paysage entièrement minéral. Il ravit les plus jeunes qui y voient un décor de star Wars, les ados l’un du Seigneur des anneaux. Certains visiteurs font parfois le rapprochement avec les Tsingy de Bemaraha qui se trouvent à Madagascar .

Les Tsingy, se présentent comme de véritables cathédrales de calcaires. Ils sont constitués d’un réseau très dense de failles, de crevasses, de surfaces de blocs calcaires sculptés en lames ou en aiguilles acérées.

Nous suivrons étape par étape, la méthode utilisée pour tenir notre décor. Ici les pierres Okho Stone de taille S et XS sont  simplement calées les unes aux autres, comme le sont les pierres d‘une voute dans un édifice. Leur poids permet à notre paysage de tenir sans l’aide d’aucun artifice.

 

Nous venons dernièrement de transférer notre installation dans l’aquarium qui auparavant, abritait « la fracture« . La végétation de ce bac est déjà bien présente. Cependant nous prenons le temps de réfléchir avant d’établir un choix définitif. En effet, si l’Eleocharis vivipara convenait parfaitement au projet précédent, un rideau sauvage et coloré pourrait donner ici plus de force à l’arrière-plan de notre paysage….

_MG_2030

 

La fiche technique est la suivante:

Sol: Aquasoil new amazonia

Plantes: Glossostigma elatinoides, Elatine triandra, Eleocharis vivipara

Éclairage: ADA Aquasky 301

Filtration: Tetra EX 400 + ADA canne de rejet Power Pipe 13 mm

Fertilisation: ADA Brighty K + ADA Brighty step 3

 

 

0 3031

Deux années se sont écoulées depuis notre première visite au Sumida Aquarium. Cet endroit inoubliable a profondément marqué notre imaginaire.Pour la première fois un lieu destiné à accueillir des visiteurs non initiés aux aquariums naturels ouvrait ses portes avec deux gigantesques bacs d’eau douce.

sumida-2014-9

Se retrouver face aux deux plus grands aquariums plantés au monde avait réellement modifié la perception que nous avions des aquariums publics. Ces aquariums sont si grands que seule la présence dans l’image d’êtres humains les contemplant  peut nous donner une idée de  leur échelle hors normes.

sumida-2014-8Lors de notre périple de cette année 2014,  nous avons découvert, à notre grande surprise, trois nouveaux aquariums naturels.

sumida-2014-25Bien connus des amateurs de la NA gallery, deux aquariums aux dimensions imposantes de 180x120x60 , trônent désormais à gauche de La Forêt Primitive.

sumida-2014-34Minimalistes et dépouillés, ces bacs offrent aux visiteurs un aperçu en volume de ce que sont les Aquariums Naturels.

sumida-2014-40Ces bacs sont de véritables prouesses de paysagisme aquatique .Leur végétation, immergée et émergée, donne à celui qui contemple ces aquariums l’impression d’être réellement en pleine nature .

sumida-2014-42Une composition sauvage et un mélange novateur renforcent l’aspect naturel.

sumida-2014-45

L’évolution du bac « la Forêt  Primitive » est  très intéressante. Nous vous préparons un article à son sujet.

 

0 3719

Lorsque nous sommes revenus de notre escapade sur l’île de Yakushima, voici maintenant deux ans, nous n’avons eu cesse de  retranscrire en plusieurs projets ce que nous avions pu voir et ressentir.  Ce projet , se déroulant en trois étapes, allait nous permettre de réaliser trois aquariums, un trilogie que nous avons appelé Régénération.regeneration-23

Nos bacs, « La source », « le torrent », puis « la rivière » ont été les bases de nos futurs aquariums destinés à participer à l’IAPLC.

Ces aquariums étant des projets personnels, leur diffusion se fait via notre journal mais également via d’autres supports, comme le booklet ADA et tout récemment par le site FACT depuis l’annonce des les résultats du concours .

Régénération « La rivière »,  est le premier de cette trilogie.regeneration-164 Une souche de Desert Wood sert de point focal pour notre composition.

regeneration-161Un lot de 15 racines Desert Wood  servira de base à tous nos projets. Nous n’utiliserons pas toutes les pièces, mais pouvoir choisir entre elles nous permet d’ajuster finement notre paysage.

Voici pour commencer la  rétrospective de ce projet primé lors de l’IAPLC 2014, la réalisation, étape par étape du hardscape. Des serres- câbles d’électricien sont utilisés pour maintenir les racines en place . La racine centrale est quant à elle vissée directement sur la souche.

3 17248

Nous sommes heureux de pouvoir vous présenter les aquariums de nos paysagistes français, ayant pour la première fois de l’histoire de l’aquascaping conquis le top 27 ainsi que le Grand Prix du plus prestigieux  concours de paysage aquatique: l’International Aquatic Plants Layout Contest 2014. Vous découvrirez aussi une galerie d’images de tous les aquariums ayant participé. Nous mettons cette galerie à jour au fur et à mesure que nous recevons les images des aquariums…

Le booklet ADA avec les commentaires, les notes et toutes les photos des bacs participants sera disponible prochainement.

Passage GW IAPLC 2014 copy1º-Passage par Grégoire Wolinski  / IAPLC 2014

IAPLCVOULTOU15º-Hades’ breath par Julien Voultoury  / IAPLC 2014

IAPLC_RT_OTHebaud17°-Regeneration par Olivier Thébaud / IAPLC 2014

Rank-25-Jean-François-Maillot-IAPLC-201425º- Jean François Maillot / IAPLC 2014

finishbedrock©37º- Swee Lim Cheah  / IAPLC 2014

Rank-53-Kirua-Aquascaping-IAPLC-201453º- Michaël Leroy / IAPLC 2014

DSC02077 (2)

57º- Michaël Reinke / IAPLC 2014

Rank-128º-Hanasaka-Jiisan-IAPLC-2014128º- Ulrich Poupin / IAPLC 2014

lb

149º- Ludovic Bourdin / IAPLC 2014

pierrelambert291º- Pierre Lambert / IAPLC 2014FinishGC copy491º- Gregory Charlet / IAPLC 2014

Voici également une recollection des aquariums du concours. Nous essaierons de récupérer d’autres photographies d’aquarium afin de découvrir le maximum de paysages aquatiques possible.

 

 

Nous tenons à remercier André Albuquerque pour nous avoir autorisé à utiliser la source de son immense travail de recollection des aquariums ayant participé à l’IAPLC 2014 ( aquaa3.com.br )

0 1393

« Mémoire » est l’aquarium le plus reposant que nous ayons lancé à l’atelier depuis le début de notre installation. C’est un véritable Jardin Zen. Si au commencement il nous a causé quelques soucis avec l’apparition d’algues indésirables, depuis notre Black-out de 8 jours, nous n’avons à effectuer que le strict nécessaire pour aider à son développement.

memoire1-9La fiche technique concernant son entretien et la fertilisation est simple:

– 10% de changement d’eau de conduite soit 18 litres tous les 8 jours. Nous effectuons le changement principalement pour nettoyer le sable situé au premier plan. C’est pour ce bac, le Le seul détail qui nous demande de l’entretien, sous peine de voir l’avant-plan se couvrir des grains d’Aquasoil Ada New amazonia, rapportés en permanence par les Caridinas multidentata.

-16 ml d’Easylife Profito et 16ml de Brighty K ADA par semaine.

– Détail important, nous distribuons la nourriture quotidiennement; cet apport naturel en nitrate nous semble essentiel pour obtenir l’équilibre indispensable .
Par ailleurs , si nous nous absentons pendant plusieurs jours, nous baissons légèrement la durée d’éclairage.

memoire1-13Trônant au coeur de notre atelier cet Iwagumi apporte la sérénité générée par la beauté des pierres.

atelier-12L’abondance de la végétation, qui pourrait de loin paraître organisée, offre dès que l’on s’approche du bac  un spectacle d’une rare  diversité.

memoire1Plantes: Glossostigma elatinoïdes, Eleocharis acicularis, Echinodorus tenellus, Fissidens fontanus-Fox moss, Taxiphyllum alternans- mini Taïwan moss

0 2820

Suivez la remise des prix en live sur Floraquatic ! Diffusion vidéos dès 5h30 en France et nouvelles photos tous les jours. Pour la première fois dans l’histoire des paysages aquatiqueun françaisGrégoire Wolinski, dont nous avions dressé un portrait pour mettre en avant son professionnalisme, est le premier Européen à remporter le plus prestigieux concours de paysages aquatiques.

L1210286
Grégoire Wolinski grand vainqueur de l’IAPLC 2014 le 24/11/2014 lors d’une rencontre organisée par Mr Masashi Ono en compagnie de Mr Dave Chow, Mr Long Tran Hoang, Mr Ngo Truong Thing et Jianfeng Zhang

Olivier Thébaud notre paysagiste de l’atelier de Floraquatic est également dans le top27 à la 17e place.

1969323_994342730591760_322892385184326924_n
1794600_994342760591757_5252324698706095834_n
1535515_994342767258423_9083815644530868995_n540403_994342837258416_8063286918844662981_n
10675548_994342970591736_1602761244340790633_n

Lundi 27 octobre 2014, Niigata Japon.L1211131

Mr Takashi Amano, créateur du concept de l’Aquarium naturel et fondateur et dirigeant de la société Aqua design Amano en compagnie de son épouse et de sa fille.

sumidapano

Sumida Aquarium, Skytree tower Tokyo. 29 oct 2014.

[instagram-feed id=341850557 imagepadding=5 num=24 cols=3 showbutton=true showlikes=true socialbgcolor=111 instagramtext=’Voir sur Instagram’ type=hashtag hashtag=IAPLC2014FQ]

Nous allons aujourd’hui passer à la stabilisation des éléments du décor mis en en place avec la collaboration de maitre Masashi Ono. Nous effectuons la mise en eau ainsi que l’installation des plantes . L’assemblage étant fragile, nous fixons solidement les  racines entre elles avec le très pratique ADA wood tight.

arbredesombres-9Nous utilisons les aspérités naturelles de chaque racine de mangrove, et si besoin est,nous agrandissons celles-ci à l’aide d’un tournevis. illusion2-27Le Wood Tight ADA, d’une utilisation simple et intuitive, a été spécialement conçu pour fixer les plantes épiphytes sur le boisSa solidité et sa couleur en font un allier parfait pour arrimer chaque racine .illusion2-23Nous attachons chaque élément du décor, parfois à l’aide d’une pince.

illusion2-28 illusion2-25

Le projet mettant en avant l’aspect naturel, sauvage et sombre que nous pouvons observer dans la nature,nous décidons d’associer à ce véritable paysage aquatique proche d’un biotope,une population très particulière et rare: des Bettas Perséphone dont le  nom  fait référence à la déesse du monde souterrain et des enfers dans la mythologie grecque.

illusion2-39Nous mettons tous les atouts de notre côté afin de faciliter la reproduction de ces Betta Perséphone; ce poisson  sombre et fascinant au regard brillant,va peut être réussir à capter les rayons de lumière grâce à l’irisation bleue de ses nageoires caudales.

En plus des caches  naturelles constituées par les racines de mangrove nous créons, juste sous la surface de l’eau,  un refuge  supplémentaire recouvert d’une Vesicularia, pour que ce betta, suivant ses habitudes, puisse se reproduire.

illusion2-36La plantation fera l’objet d’un article spécifique.

Fiche technique:

Filtre Tetra 600 ex fonctionnant depuis un an

Sol ADA new Amazonia Powder

Décor : racines de mangrove

Eau osmosé récupéré dans l’aquarium l’arbre noir.

Plantes: Nymphaea glandulifera et Limnobium laevigatum

 

0 1271

Comme nous l’avons observé dans l’un de nos derniers projets, « Mille et un jardins« , quelle que soit notre inspiration, l’évolution perpétuelle de nos bacs est ce qui réunit nos paysages aquatiques à la nature. Un aquarium planté ne cesse d’évoluer; c’est ce qui fait son charme et son intérêt . C’est une permanente surprise.

AtelierTemp-205 copyLe déplacement physique des espèces végétalesdans l’aquarium que le jardinier aquatique interprète à sa guise , aiguise son sens de l’observation; cela se révèle être une excellente source d’apprentissage. Le « laisser-faire«  permet de surcroit de comprendre et de développer un peu plus encore  nos connaissances des  les plantes aquatiques.

AtelierTemp-201 copyCet acompagnement au « laisser-faire » bouleverse la conception formelle du paysage aquatique qui se trouve entièrement entre les mains du créateur. Changeant au fil du temps, l’apparence de l’aquarium dépend de celui qui l’entretient et ne résulte pas d’une conception d’atelier sur une table à dessin.

A cette évolution permanente des végétaux vient parfois s’ajouter un évènement inattendu, comme ici celui de la naissance de juvéniles Moenkausia Pitieri . Ceux-ci, au nombre de douze , risquent cependant de perturber l’équilibre du bac. Pour éviter tout soucis nous préférons  les déplacer dans des aquariums plus spacieux.

_MG_0666

L’addition de tous ces paramètres nous a amenés à repenser entièrement l’aspect de ce jardin aquatique…La rencontre avec un éleveur de ces magnifiques poissons que sont les Bettas sauvage, nous a également déterminés à réaliser un aquarium très particulier, pour des poissons rarement maintenus dans un paysage aquatique: des bettas du groupe Unimaculata.

 Lors de la bourse de Nantes qui aura lieu ce dimanche 19 octobre, nous devrions acquérir des  Betta Pallifina sp; mais ceci est une autre histoire.En attendant voici les dernières images de Mille et un jardins :

 

2 15784

Atelier FloraquaticNous sommes ravis de pouvoir vous accueillir dans notre atelier. Vous pourrez désormais venir découvrir nos aquariums ainsi que les produits et les matériaux utilisés pour nos créations. Nous serons également heureux de répondre à toutes vos questions concernant la mise en place, la maintenance d’un bac ou tout autre sujet plus technique.

_MG_9085_copy

L’atelier peut être fermé pour de multiples raisons. C’est pourquoi nous vous recommandons de toujours vérifier les annonces de cette page ou de nous contacter par mail ou par téléphone avant de vous y rendre.

Vous pouvez venir découvriravec parfois même quelques semaines d’avance, nos aquariums en eau et les bacs en construction qui sont au jour le jour l’objet de notre rubrique.

_MG_0723

A l’atelier nous mettons  à votre disposition une grande diversité de roches et de racines que vous pourrez choisir seuls ou aidés de nos conseils, après avoir passé commande chez Floraquatic tout en bénéficiant de notre point relais.

L’Atelier de Floraquatic: Floraquatic a été fondé en 2005 par une équipe de passionnés souhaitant partager ses compétences en bacs plantés et faire connaître au plus grand nombre cette passion du « Jardinage Aquatique » connu aussi  sous le nom d’Aquascaping. Pionnier dans la vente en ligne de plantes aquatiques pour aquarium, Floraquatic a su se forger une expérience et un savoir-faire encore inégalés en France à ce jour.

DSCF5579webEn 2011 Floraquatic décide de créer un atelier qui soit un laboratoire de recherche et de développement. Dès 2012 nous mettons en place un véritable espace de création et de test . Puis à  la fin de 2013, nous décidons de rendre ces aquariums naturels visibles au public en ouvrant un nouvel espace où notre équipe spécialisée en aquascaping se fera un plaisir de répondre à vos questions.

DSCF3643_copyNous recommandons également aux visiteurs de prendre le temps de découvrir le vieux Clisson, et ses bords de rivières alentour. Vous pouvez d’ailleurs retrouver nombre de nos reportages sous notre rubrique l’illusion de la Nature.

Si vous souhaitez séjourner le temps d’un weekend nous nous ferons également un plaisir de vous indiquer les meilleurs endroits et ce pour tous les budgets.


 

0 1395

Na GalleryNature Aquarium galerie

Située aux confins de la province de Niigata, la Nature Aquarium Galerie est dans le monde du paysage aquatique, l’endroit où est né le concept initié par Takashi Amano de Nature Aquarium et aussi le lieu où sont réunis plus de 40 aquariums, certains d’ailleurs viennent de fêter leurs huit années d’existence, ce qui confirme à tous que les aquariums naturels ne sont pas que des oeuvres éphémères, mais bel et bien de véritable morceau de nature intemporel. S’y rendre est un véritable pèlerinage. Après une nuit passée dans la ville de Niigata nous partons tôt le matin à Urushiyma afin d’être . Une fois sur place, plusieurs heures sont nécessaires pour observer, comprendre et de glaner quelques précieux conseils.

Nous avons eu la chance de pouvoir passer plusieurs heures dans ce lieu mythique. Parfois seul, parfois avec les visiteurs. Avant de partager avec vous notre sélection des plus beaux aquariums en détails voici pour commencer un regard de visiteurs. Une sorte de champ contre champ d’une visite inoubliable.

 

NA Gallery 8554-1, Urushiyama, Nishikan-ku, Niigata 953-0054 Japon le 04 novembre 2012

0 4198

un aquascaping en aquarium L’aquascaping ou la conception et mise en œuvre d’un bac planté nécessite d’avoir une bonne connaissance des plantes et des matériaux de décoration comme les différents types de pierres et de bois flotté. Takashi Amano est un maître de cet art et ses livres peuvent fournir une quantité d’idées quant au design d’aquariums. La section suivante définira les bases de l’aquascaping. Littéralement « Aquascaping » signifie « Paysage Aquatique ». C’est l’art d’arranger de manière esthétique des aquariums avec des plantes, des pierres et/ou des racines. Avant l’avènement de « l’aquarium naturel » nous connaissions deux écoles de paysages aquatiques distinctes, l’école Hollandaise et l’école Japonaise. L’école Hollandaise arrange des plantes géométriquement afin de créer un tableau végétal, coloré et esthétique. De son côté, l’école Japonaise reproduit des paysages inspirés de la nature à l’aide de racines, roches et plantes. À partir de 1991, le Japonais Takashi Amano va littéralement révolutionner ces deux écoles en associant leurs spécificités respectives, l’une tenant d’avantage du jardinage et l’autre de l’observation de la nature. Le principe de « l’aquarium naturel » est né. Il est à l’origine de ce qu’on appelle « l’Aquascaping ». Aujourd’hui le terme “aquascaping” peut être utilisé pour tout aquarium dont le décor ou le schéma de plantation a été “pensé” avant la mise en eau dans un but artistique, selon les goûts et la sensibilité de chacun.

Les matériaux de Décoration

Lors de la conception d’un aquarium naturaliste, l’utilisation de bois flotté et de différentes roches deviendra indispensable.

ryoboku

  • Pierres : Basalte, granite, quartz, ardoise et le grès sont sans danger pour un aquarium. Cependant, le calcaire est à éviter car il altère la chimie de l’eau en influençant l’alcalinité.
  • Bois flotté : On trouve aujourd’hui du bois flotté en tailles différentes et de toutes formes. Il existe du bois flotté récupéré dans la nature, par exemple des racines vieillies ou des morceaux de bois perforés par des vers. Avant de les introduire dans le bac, il est important de les faire tremper dans de l’eau quelques jours durant, cela permet de se débarrasser des éléments indésirables tels les tannins ou les dépôts de sel.

Lors de la sélection de bois flotté ou de pierres, s’assurer que leur taille est en accord avec la taille de l’aquarium. Faire pousser des fougères (Microsorium ou Bolbitis) ou de la mousse de Java (Vesicularia dubyana) sur du bois flotté améliorera l’aspect général de l’aquarium. Il peut être aussi magnifique de créer de petits monticules de pierres entourés de plantes plus courtes.

L’arrangement – le choix des plantes

L’aquarium hollandais ou l’aquarium naturel tireront un bénéfice certain si le schéma de plantation a été mûrement pensé et schématisé avant la mise en eau. Ce qui n’empêchera pas des modifications ultérieures en fonction des évolutions naturelles des plantes, des choix artistiques et des envies de l’aquascapeur. Lors de la mise en place des plantes dans un aquarium, elles doivent être plantées en fonction de leur taille et de leur condition de pousse. Par commodité, le bac peut être divisé en 3 parties, le premier, le deuxième et le troisième plan. L’aquarium doit être conçu en tenant compte des plantes: de leurs prédispositions (01 – Avant plan – 02 – Plan médian – 03 – Arrière plan), de leurs couleurs, de leur vitesse de croissance. Il est judicieux de préparer sa plantation à l’aide d’un dessin afin de réduire les manipulations ultérieures qui pourraient perturber, au lancement du bac, l’équilibre très fragile de l’aquarium. En effet, dans les premiers mois, chaque modification des paramètres peut favoriser la croissance des algues au détriment des plantes. Arrière plan : Les plantes de l’arrière-plan doivent être plus hautes que toute plante installée aux premiers et deuxièmes plans. Des plantes faisant plus de 30 cm de hauteur feront l’affaire. La plupart des plantes à tige (Hygrophila difformis, Hygrophila polysperma, Limnophila sessiliflora, Limnophila heterophila, Rotala indica, Rotala rotundifolia, Miriophillum aquaticum, etc…) ainsi que les plantes rosettes ayant des feuilles semblables à de longs rubans (Crinum thaianum, Sagittaria subulata, Vallisneria americana etc…) sont appropriées. Afin de décorer les racines de mangroves et les pierres au troisième plan, utiliser des espèces différentes d’Anubias ou de plantes épiphytes tels le Bolbitis heudelotii, Microsorium pteropus et Vesicularia dubyana (Mousse de Java), car ils mettent en valeur l’aspect naturel de l’aquarium. Plan médian : Pour le deuxième plan, sélectionner des plantes à tige d’environ 15 cm de hauteur, telle que Rotala macranda, Eustralis stellata etc…, qui apporteront une teinte rouge au milieu du vert clair. Au centre de l’aquarium, les plantes rosettes tels Nuphar lutea, Nymphaea sp. (Lotus tigré), Aponogeton sp. ou certains Echinodorus comme E. amazonicus, E. ’Ocelot’, E. ’Rubin’, E. ’Bartii’, etc… apporteront un contraste de couleurs et de formes. Les Cryptocorynes peuvent aussi faire partie de ces plantes. Avant plan : Les plantes n’atteignant pas plus de 10 cm de hauteur sont à réserver à la décoration du premier plan. Les plantes rampantes comme Glossostigma elatinoides et Lilaeopsis brasiliensis ou des plantes tels l’Echinodorus tenellus et E.latifolius ainsi que Riccia fluitans sont idéales. Dans des conditions favorables, ces plantes formeront un tapis vert au premier plan. Riccia Fluitans est une plante flottante mais peut être habituée à pousser de manière immergée. Cette plante doit être fixée sur du bois flotté ou des pierres à l’aide de fil de pêche.


Enfin, élaborer et dessiner l’agencement des plantes à l’avance afin de vous garantir l’obtention de l’aquarium de vos rêves.

La conception et la réalisation du décor : le « hardscape »

congosand1 Hardscape signifie « décor brut avant plantation ». La sélection des éléments du décor (sol, roches, racines) doit être faite avec pertinence, en tenant compte de la taille des plantes à maturité et des dimensions de l’aquarium. Il est intéressant de noter, dans le cas d’un hardscape à base de pierre, qu’une pièce maîtresse peu atteindre les deux tiers de la hauteur du bac. Un décor à base de racines peut être pensé différemment, le bois servant plus naturellement de support aux plantes à rhizomes. Avant la mise en eau, il est préférable de laisser mûrir le hardscape, l’observer, le photographier, le cas échéant le transformer après avoir pris un peu de recul. Cette précaution est un gage de pérennité, il évitera les manipulations une fois le bac mis en eau.

Spécificité de l’aquarium naturel

A l’inverse d’un aquarium hollandais dont l’aspect repose uniquement sur l’apparence des plantes, et qui donc se retrouve avec des phases plus ou moins gracieuses suivant les tailles, l’aspect de l’aquarium naturel lui, repose sur plusieurs paramètres qui lui garantissent un aspect « présentable » en permanence. La notion du « Hardscape » propre à l’Aquarium Naturel peut en lui-même expliquer une bonne partie de la question, en effet la structure artistique du bac reposant principalement sur l’agencement de pierres et/ou des racines il est clair que cet impact visuel sera conservé quelles que soient les tailles effectuées.

La réalisation

Un sable fin, des graviers, au premier plan permettront de créer une ambiance de plage où de bords de rivière, le prolongement de cette « plage » vers le fond de l’aquarium pourra rajouter un effet de profondeur. Puis entre cette plage de sable et le plan médian, quelques petites mousses accrochées à des supports (type supports Ista) ainsi que des plantes à croissance lente telles des Cryptocorynes et Anubias demandant peu d’entretien feront la transition. Il est possible d’agrémenter ce plan intermédiaire de petites touches de Glossostigma Elatinoïde qui, mélangées à une Echinodorus Tenellus créeront un effet naturel et apporteront une nuance de vert plus clair. Le plan médian, zone principale du « hardscape », devra rester visible afin de conserver son impact.Vous pouvez choisir des plantes à pousse modérée pour le plan médian afin que l’aquarium conserve en permanence une végétation dense. Des fougères à rhizomes telles que les Microsorum, Bolbitis Heudeloti ainsi que les mousses, peuvent être fixées sur les racines, garantes d’un plan médian toujours vert et dense. Dans le fond on peut, selon ses désirs, disposer des plantes caulescentes (à pousses rapides) qui même après la taille n’ empêcheront pas votre aquarium d’être présentable en toute circonstance. Dans tous les cas quelques soient vos aspirations laissez vous guider par vos propres goûts et n’hésitez pas à détourner les règles.

La forêt de Shiratani unsui-kyō 白谷雲水峡  , qui veut dire littéralement  « gorge d’eau et de nuage  » est un des lieux qui a inspiré le réalisateur japonais Hayao Myasaki pour deux de ses films les plus connus au Japon : Princesse Mononoké , Nausicaä de la vallée du vent.

Regeneration

Tout comme dans nos forêts bretonnes, on imagine dans cette forêt la présence d’esprits et de héros de légendes, celle d’animaux fantastiques, ou d’étranges créatures. Nous sommes entrés dans le monde merveilleux de l’imaginaire qui donne à cette endroit, un charme vraiment particulier. Nous pouvons retrouver cet atmosphère dans l’univers remplit de fantaisie et de poésie des films d’animation de Hayao Myasaki.

Nous ne pouvions pas nous priver d’une randonnée dans cette partie de l’île, re-baptisée la forêt de Princesse Mononoké. La traversée de ce lieu très célèbre au japon est assez bien desservie par des sentiers balisés, rythmés en fonction des capacités des promeneurs, permettant à ceux-ci de partir à la rencontre des plus vieux sugis. Ils peuvent aussi choisir de s’en écarter, en s’égarant un peu  sans tenir compte des balises. C’est ce que nous avions décidé de faire.

Regeneration

A cet endroit, un nuage semblait être, de toute éternité accroché à la montagne; l’eau y suintait de tous côtés et une myriade de ruisseaux surgissait directement des mousses, comme d’une éponge toujours saturée.

Regeneration

L’eau émaneait du sol et il nous  suffisait de fixer notre attention sur celui-ci, pour y découvrir rapidement un sable de rivière presque blanc.

Regeneration

En nous éloignant quelque peu des sentiers et en prenant le temps d’observer la nature, nous pouvions apercevoir des sources jaillissant de toutes parts pour se transformer en ruisseaux d’eau vive puis en torrents. Des chutes d’eau y avaient façonné depuis des temps immémoriaux des galets de granit parfois gigantesques. Nous pouvions ici encore faire le lien avec certains endroits qui nous sont proches, comme ceux de Huelgoat dans le massif armoricain .

Regeneration

C’est guidés par le bruit de l’eau que nous avons décidé de nous enfoncer plus profondément dans la forêt, en suivant le cours des ruisseaux plutôt que celui des sentiers. Quelques centaines de mètres en contrebas, nous avons découvert un endroit si étrangement fantasmagorique qu’il est devenu le sujet primordial de notre voyage. Aucune image n’est à même de retranscrire la beauté qui se dégage de ce site .

Regeneration

A cet endroit, ou le torrent s’élargit en un étang, le sable du cours d’eau devient lagune et la forêt se transforme en jungle. Au moment de notre présence, seule une bande joyeuse de macaques faisait trembler les feuilles des arbres. Nous nous sentions alors observés, mais tolérés par eux.

Regeneration

Cet étrange univers s’est soudain élargi .La puissance de la nature ici, sur cette île, loin de toute présence humaine, nous a enveloppés de sa sauvage et belle sobriété.

C’est ici, au cœur de la forêt, que nous avons décidé d’arrêter nos pas pour contempler cette somptueuse nature.C’est ici encore que nous avons eu l’immense privilège de trouver la source de notre intérêt pour le paysage aquatique.

1 1209

La French Aquarium Creation Team, la FACT, est un collectif de paysagistes indépendants, réunis dans le but de promouvoir l’aquascaping de la scène française dans notre pays et d’offrir une visibilité internationale à son émergence.

Floraquatic étant, depuis sa création, un des partenaires de FACT, nous serions mal avisés de ne pas contribuer à la promotion des travaux du groupe dans notre rubrique .

©Grégoire Wolinski

A ce jour, le collectif est composé de 10 membres*Tous paysagistes passionnés et confirmés, ils se sont regroupéafin de partager leurs travaux et leurs projets.

©Olivier Ly

Leur désir de progresser et de se confronter au regard des autres, avant que leurs travaux ne soient finalisés, a été l’élément fédérateur.

©Ulrich Poupin

Une fois le groupe officiellement créé et la publication du Tumblr collectif réalisée, ce dernier est devenu une véritable plateforme de diffusion des blogsrespectifs du groupe. Un café virtuel, sur le réseau social Facebook a vu le jour; c’est un espace ouvert mais cependant garant d’une certaine intimité.

©Gregory Charlet

Cet espace utilise les outils d’aujourd’hui, afin de recueillir des conseils et d’échanger des points de vue critiques et constructifs. Ce réseau permet d’avoir des face-à-face, non plus basés sur le principe des forums et des topics individuels, mais sur de véritables conversations fondées sur les échangesportant sur l’esthétique et la viabilité des projets.

©Olivier Thébaud

Dans la veine des collectifs Asiatique et Brésiliens et afin de démocratiser le  sujet d’intérêt commun qu’est  l’aquascaping, la FACT se donne pour but de stimuler la créativité et l’évolution de ses membres.

©Swee Lim Cheah

Ses objectifs sont ambitieux et généreux: partage entre membres, entraide,formulation de critiques multilatérales et objectives, émulation. Le collectif met à disposition du plus grand nombre des outils, des conseils et des photos pour de futures réalisations.

Il ne nous reste qu’à souhaiter longue vie à la FACT et à vous donner rendez vous avec la plupart de ses membres pour de fructueuses  rencontres à venir.

la FACT sur facebook sur Tumblr

*le collectif est composé de 9 membres*  Ludovic Bourdin, Gregory Charlet, Swee Lim Cheah, Michaël Leroy, Olivier LY, Ulrich Poupin, Olivier Thébaud, Julien Voultoury et Grégoire Wolinski.

 

6 2242

Les principes mêmes du « Nature Aquarium » selon Takashi Amano ne conviennent pas toujours à l’image que certains compétiteurs aquatiques proposent avec des réalisations qui tiennent plus du paysage terrestre que du paysage réellement aquatique, représentant les bancs de poissons comme des vols d’oiseaux.

Nous sommes ici heureux de vous présenter et de donner la parole à l’un de ses disciples, l’un des plus grands paysagistes aquatiques qui excelle depuis plus de 14 ans dans notre domaine : Masashi Ono.

L’aquariophile Masashi Ono, de par ses réalisations pensées pour les poissons, nous permet d’observer de réels paysages aquatiques et nous offre le plaisir de contempler un banc d’Altums sauvages comme si nous étions en apnée dans une rivière d’Amérique du sud.

Dans les oeuvres complètes de Takashi Amano ( à gauche sur la photo) nous pouvons lire un passage dont le contenu conviendrait tout à fait aux aquariums de Masashi Ono (au centre):

« …si vous voulez vraiment faire partie de l’élite, il faudra mystifier aussi les poissons. Bien sûr il est nécessaire que ce soient des spécimens sauvages d’Amazonie, d’Afrique de l’Ouest ou du Sud-Est asiatique. Si vous arrivez à faire croire à ces poissons qu’ils sont de retour dans leur milieu naturel, alors vous serez le meilleur des meilleurs. « 

Takashi Amano

 

Nous avons l’immense plaisir de partager avec vous cet échange avec Masashi Ono.

FQ: Monsieur Masashi Ono, permettez-nous de vous remercier d’avoir bien voulu nous accorder un peu  de votre temps et de vous présenter aux lecteurs francophones qui ne vous connaîtraient pas encore. Depuis combien de temps  réalisez-vous des aquariums naturels?

M.O: J’ai cinquante et un ans et je pratique le paysage aquatique depuis quatorze années.

FQ: D’où vient votre savoir-faire? .

M.O: J’ai acquis un certain savoir grâce aux livres de Takashi Amano et dans les boutiques d’aquariophilie.

FQ: Combien d’aquariums détenez-vous et pour quelle utilisation?

M.O:  J’ai quatre aquariums : deux me servent  à la réalisation des paysages aquatiques;  je réserve les deux autres à  la maintenance des plantes et des poissons.

FQ:  Combien de temps consacrez-vous chaque jour à vos projets?

M.O: Cela me prend à peu près dix minutes par jour.

 

FQ:  Passons à quelques brèves questions d’ordre technique. La lumière est-elle un point important pour vous et que recommandez-vous en matière de puissance et de temps d’éclairage? La filtration est-elle importante pour vous?

M.O: Oui la lumière est importante, il faut l’adapter en fonction des plantes choisies, volume et puissance étant des atouts majeurs. De plus la filtration a une grande importance

FQ: Quel type de fertilisation utilisez-vous?

M.O:  J’utilise du Power Sand ADA que je dispose au lancement de l’aquarium sous l’aquasoil , puis uniquement du Brighty-K de chez ADA.

Takashi Amano  et Masashi Ono à Tokyo en oct 2013.

FQ: les algues semblent totalement absentes de vos aquariums, quel est votre secret?

M.O: J’ajoute beaucoup de crevettes Cardina Multidentata et des Otocinclus pour prévenir toute invasion d’algues.

 

FQ:  A la fin lorsque l’aquarium est à son apogée, la seule trace qui permet de partager le projet  avec les personnes qui n’ont pas  l’opportunité de voir la réalisation de l’aquarium est la photographie. Est-ce une démarche importante pour vous?

M.O: Oui,  je l’utilise dès le commencement pour la disposition des branches, des pierres et le contrôle des zones d’ombre.

FQ: L’esprit et la grâce qui se dégage de vos aquariums est unique.

M.O:  Merci beaucoup

FQ: Concernant votre philosophie,vous êtes inspiré par la nature elle-même et vous êtes également passé maître pour transposer « l’esprit de la nature » et des paysages réellement aquatiques dans un aquarium. Ceci est extrêmement présent dans vos œuvres et présente un intérêt considérable aujourd’hui alors qu’une tendance à reproduire des paysages terrestres donne l’impression que les poissons volent dans le ciel. Vos décors sont purement aquatiques et les poissons sauvages semblent se comporter comme dans la nature.

M.O: C’est exactement cela, c’est mon but personnel: donner l’impression que mes poissons sont dans leur élément.

 

FQ:  Pouvez vous nous dire de quelle manière vous enrichissez votre inspiration et que recommanderiez- vous à un jeune aquascaper?

M.O: Je vais régulièrement marcher le long des rivières et à la montagne. Là-bas j’observe et j’étudie les dispositions naturelles des branches et des pierres dans la nature.

FQ: : Quelle est la chose la plus importante qui nourrit votre inspiration?

M.O:  la chose la plus importante est d’imaginer l’activité des poissons dans un décor, et tout faire pour que le paysage donne l’impression aux poissons d’être chez eux.

FQ: Lorsque nous observons vos aquariums,  nous pouvons découvrir une véritable unité, une ligne directrice qui, depuis le début, fait de tous vos projets une œuvre unique. Le novice imagine la nature chaotique, mais s’il l’observe longtemps, il découvre que l’organisation naturelle des choses est extrêmement précise. C’est ce qui ressort de vos aquariums, nous pouvons observer un banc d’Altum sauvage, immobile, se camouflant dans les racines comme dans la nature, à l’abri des Nymphaea ou des échinodorus. Cette simplicité apparente est une pure merveille, sans doute ce qu’il y a de plus délicat à atteindre. Les artistes utilisent le bois et le minéral depuis longtemps, les aquascapers y ajoutent le végétal, les êtres vivants, l’eau, la vie tout simplement.
Avez-vous beaucoup pratiqué avant d’obtenir cet effet naturel? Combien de temps cela prend-il pour concrétiser vos idées?

M.O:  Oui, il me faut essayer et essayer sans cesse pour retrouver le sentiment et le bon équilibre de la nature.

FQ: A première vue l’aquascaping semble être une passion solitaire, mais l’esprit de groupe y est important. Vous appartenez au très célèbre groupe TAU ( Tokyo Aquascaping Union), que partagez-vous avec ce groupe?

M.O:  Nous partageons notre passion, nous nous aidons lors du lancement de certains projets et nous partageons nos techniques de réalisation.

FQ:  Pour conclure, que recommanderiez-vous à un débutant où un aquascaper confirmé souhaitant se perfectionner?

M.O: Je lui dirais de conserver les mêmes racines, les mêmes pierres et de reconstruire des projets différents avec les mêmes pièces. C’est la meilleure méthode pour progresser.

FQ:  Merci infiniment à vous pour le temps que vous avez bien voulu nous consacrer ici. A très bientôt.

Rejoignez-nous