Tags Posts tagged with "zen"

zen

0 1173

« Mémoire » est l’aquarium le plus reposant que nous ayons lancé à l’atelier depuis le début de notre installation. C’est un véritable Jardin Zen. Si au commencement il nous a causé quelques soucis avec l’apparition d’algues indésirables, depuis notre Black-out de 8 jours, nous n’avons à effectuer que le strict nécessaire pour aider à son développement.

memoire1-9La fiche technique concernant son entretien et la fertilisation est simple:

– 10% de changement d’eau de conduite soit 18 litres tous les 8 jours. Nous effectuons le changement principalement pour nettoyer le sable situé au premier plan. C’est pour ce bac, le Le seul détail qui nous demande de l’entretien, sous peine de voir l’avant-plan se couvrir des grains d’Aquasoil Ada New amazonia, rapportés en permanence par les Caridinas multidentata.

-16 ml d’Easylife Profito et 16ml de Brighty K ADA par semaine.

– Détail important, nous distribuons la nourriture quotidiennement; cet apport naturel en nitrate nous semble essentiel pour obtenir l’équilibre indispensable .
Par ailleurs , si nous nous absentons pendant plusieurs jours, nous baissons légèrement la durée d’éclairage.

memoire1-13Trônant au coeur de notre atelier cet Iwagumi apporte la sérénité générée par la beauté des pierres.

atelier-12L’abondance de la végétation, qui pourrait de loin paraître organisée, offre dès que l’on s’approche du bac  un spectacle d’une rare  diversité.

memoire1Plantes: Glossostigma elatinoïdes, Eleocharis acicularis, Echinodorus tenellus, Fissidens fontanus-Fox moss, Taxiphyllum alternans- mini Taïwan moss

2 2006
Si vous décidez de faire des recherches sur l’origine des Iwagumis, vous tomberez certainement sur un aquarium réalisé par Takashi Amano il y a un peu plus de 20 ans. En Japonais Iwagumi, que l’on prononce Ishigumi, s’écrit  石組 , le premier caractère signifie pierre et le second signifie principalement compositionarrangement, que l’on peut donc traduire par composition de pierres. Le premier aquarium présenté à l’occident était  un arrangement  très simple de roches de rivières et d’une plante unique: Echinodorus Tenellus.
iwagumPanLa beauté inattendue de cet aquarium stupéfia le monde de l’Aquariophilie classique et les images de ce bac furent publié dans de nombreuses revues spécialisées, marquant le début d’une nouvelle ère dans la conception des aquariums. Cette disposition très particulière que personne n’avait vue auparavant fût la création originale de Monsieur Takashi Amano, mais il semble que cette pratique esthétique dans les aquariums existe depuis fort longtemps. La mise en forme d’un Iwagumi est directement inspiré des Suisekis, art Japonais ancestral qui consiste à rassembler des pierres remarquables sur un plateau, soit en bois: Daiza, soit en grès: Suiban, soit une coupe en bronze: Doban. Ces pierres utilisées au départ pour la méditation peuvent rappeler des formes d’animaux, de paysages, où biens de belles formes abstraites. On a trouvé également des traces en Chine de collection de pierres datant du XIIè siècle. C’est art était nommé Bonseki et seul les élites les collectionnaient comme objets de méditation. Les pierres sont à l’origine de bien des concepts philosophiques et spirituels, l’ïle de Pâques, les Dolmens en Bretagne par exemple, sont là pour nous rappeler le côté éternel de l’utilisation des pierres.

Conception aquascape-291

Au-delà d’un certain mysticisme la sensation que procure l’observation d’éléments minéraux apporte un sentiment de plénitude.

Comme si nous étions face à un paysage majestueux. Aujourd’hui si le style a évolué, le principe d’utiliser un choix de pierres cohérent, tournant autour d’une pièce maîtresse, est toujours d’actualité.

Nous ne retiendrons ici que le simple plaisir d’avoir un aquarium épuré et simple qui créera dans une pièce de nos maison où de nos bureaux une impression de plénitude et d’une beauté simple jusque là réservé au promenade dans la nature. Comme ici sur les Monts d’Arées en Bretagne. C’est un peu le principe des jardins de pierres zen, les Karesensui, à l’échelle de nos aquariums.

Si jamais vous entendez quelqu’un vous dire qu’une pierre peut avoir dix visages! N’hésitez pas à lui demander de vous fournir une pierre de son choix pour vous illustrer ses propos et tournez là, sous vos yeux… Peut-être y verrez-vous quelque chose qui vous décidera à concevoir un Iwagumi. Au Japon l’appréciation des pierres est considéré comme un art, le Suiseki. Une longue observation des pierres vous permettra, le moment venu de céer votre décor sans hésitations.

Une fois les pierres bien observées et leurs formes assimilées laissez votre instinct parler et déposer ces pierres sans trop penser et sans calculer. Lorsque vous pourrez disposer votre Iwagumi en quelques minutes c’est que vous aurez réussi! Photographier ce premier jet et prenez le temps de l’observer. L’experience, votre instinct, l’observation de la nature et le temps vous aiderons à obtenir l’effet naturel recherché, alors que le strict respect de rêgles, comme celle des tiers, pourrait vous bloquer dans votre créativité.

Réalisation

Pour quelqu’un qui voudrait réaliser un Iwagumi pour la première fois.

Chaques pierres utilisées dans un Iwagumi a son propre nom. Il y a des règles à respecter pour réaliser un Iwagumi, comme l’ordre dans lequel on dispose les roches, mais il semble que ce qui fait vraiment la différence c’est un choix cohérent de pierre, de part leur texture et le choix des plantes.

Oyaishi
C’est la pierre maitresse de la composition. Il faut choisir la plus belle et celle qui a le plus de caractère possible. Sa taille devrait être approximativement aux 2/3 tiers de la hauteur de l’aquarium. Son inclinaison, dans le cens du courant devrait renforcer l’impact du paysage.

Fukuishi
C’est la deuxième plus grosse pierre de la composition. Choisissez une pierre qui a la même texture et la même couleur qu’Oyaishi

Soeishi
C’est une plus petite pierre qui est souvent placé juste à coté d’Oyaishi. Son rôle est de souligner la beauté et la présence d’Oyaishi

Suteishi (Pierre Sacrificielle)
C’est une petite pierre, que l’on peut aussi disposer en retrait de la composition principale. Elle pourra être temporairement engloutie par la végétation. Son rôle est plus un rôle d’élégance et de subtilité.

Le nombre de pierres doit-t-il être pair où impair?
Comme dans une composition classique il est de bon ton d’avoir un nombre impair de roches afin d’éviter d’avoir un décor qui apparait trop symétrique où qui pourrait passer pour être couper en deux. Le nombre impair permettant de lier l’ensemble plus naturellement.

Pourquoi Oyaishi est souvent incliné?
Dans un jardin zen c’est la direction suggéré par les graviers qui est la métaphore de la direction de l’eau, l’inclinaison d’Oyaishi dans un Iwagumi est utilisé pour suggérer la sensation du flux et le cens du courant.

IWALa disposition du substrat
En règle générale  on dispose une fine couche de substrat au premier plan afin de pouvoir , une fois les pierres disposés correctement, créer un effet de perspective et de volume.  Une fois mise en eau il est fortement déconseillé de bouger les pierres, c’est pourquoi cette première étape peut être faite en observant les pierres hors  du bac puis de laisser le bac sous vos yeux, sans eau pendant quelques jours.

 

IWA3L’arrangement d’Oyaishi d’après le nombre d’or
Si vous réalisez votre premier Iwagumi et afin de vous garantir une bonne disposition des pierres, nous vous conseillons de disposer la pierre maitresse, Oyaishi en respectant la règle des tiers, à un tiers d’un coté et au deux tiers de la hauteur semble être un ratio de bonne augure, mais une fois cette règle assimilé, vos compositions se feront plus naturellement.



IWA4
La finition de l’Iwagumi est obtenu avec le substrat
En laissant glisser une fine couche de substrat supplémentaire entre les pierres vous créerez une sentiment de continuité. Dans certains cas de plantation on peu utiliser un sable décoratif pour  obtenir un premier plan lumineux.

 

 

0 1430

deracine-16

Un aquarium, est avant tout un échantillon de nature que l’on peut contempler chez soi. Le format photographique du bac, la beauté de la pierre et la clarté de l’eau font de ce projet un véritable objet d’observation.

deracine-6

En dehors des changements d’eau, l’entretien de cet aquarium  est vraiment léger. Afin de donner plus de place aux êtres vivants nous revoyons un peu la composition de la population du bac. Nous réintroduisons un groupe de Danios Erythromicron et les Stiphodons sp qui étaient dans un bac particulier depuis la réfection de l’aquarium « La petite rivière » à l’atelier.

Afin de favoriser la vie au sol, nous ajoutons ensuite deux couples de crevettes  Cambarellus Chapalanus nées dans notre « shrimp room » , ainsi que trois Anondonta sp green.

deracine-10 Ces nouveaux habitants vont contribuer à apporter plus de vie à notre projet. Nous respectons les paramètres de maintenance mais nous nous écartons légèrement du biotope au sens propre du terme. Le rendu minimaliste du décor est éclatant. La pureté du sable contrastant avec la noirceur des Black Lave stone et des fines racines tortueuses des Redmoor roots, colonisé par les Anubias  Barteri nana var petite,  qui font écho à la Crinum calamistrum.

3 510

Trois semaines après avoir sorti notre Iwagumi du « black-out « , comme nous vous l’avions expliqué dans les articles précédents, il est temps de faire un état des lieux afin de partager avec vous l’efficacité de cette méthode. Nous pouvons dire que la victoire sur la présence de la cyanobactérie est totale, il n’y en a plus trace.

L’aquarium reprend vie à notre grande satisfaction.

La fertilisation, débutée dès la fin du Black Out avec de l’Easy Life Profito + EasyLife Kalium, semble bien convenir. L’Eleocharis acicularis commence à prendre sa place.Toutefois la réapparition d’algues filamenteuses nous a alerté sur un possible déséquilibre Nitrate/Phosphate.

Il nous faut procéder à un test à l’aide des tests Tetra NO3(Nitrate) et PO4 (Phosphate). Les résultats nous révèlent que, malgré la présence de la population et les généreuses distributions de nourriture, les taux de NO3 et PO4 sont à 0 mg/l. Nous décidons de mettre par étape 2,5 ml par jour d’EasyLife Nitro et d’Easylife Fosfo et essayons de surveiller la consommation quotidienne des plantes. C’est en faisant tout pour le bon développement de l‘Eleocharis acicularis que nous réussirons à faire disparaître ces algues indésirables.

Le but d’un aquarium est avant tout d’offrir un spectacle agréable et reposant. Notre choix de population ne nous donne pas satisfaction. Comme nous bénéficions de plusieurs aquariums nous allons intervertir les Sawbwa respendens avec des Simulans. Ce choix plus classique est avant tout décidé pour le bien être de nos sawbwa qui ne semblent pas à leur aise.

2 1847

Sumida Aquarium

Nous avions déjà publié plusieurs reportages concernant notre visite au Sumida Aquarium situé en plein coeur de Tokyo à la Skytree Tower.Ce monument d’architecture moderne est, en l’espace de quelques mois, devenu un lieu de pèlerinage pour les paysagistes aquatiques du monde entier. Takashi Amano y a réalisé les deux plus grands aquariums plantés au monde: la Forêt primitive et Grassland

Se retrouver face à  ces aquariums naturels,est une fabuleuse  expérience. Le spectacle,lié au volume de ces paysages est tel que nous  avons à tout prix, voulu l’enregistrer avec tous les supports dont nous disposions . Après les avoir photographiés, nous avons décidé de filmer quelques brèves séquences animées. Quelques mois après notre retour elles redonnent vie à ces instants inoubliables.Les photographies demeurent d’un intérêt évident, mais les films donnent aussi à voir les aquariums sous un angle différent.

Les voici maintenant montés et c’est avec plaisir que nous les partageons avec vous :

Le premier de la séquence est celui qui montre le bac situé juste en haut des escaliers qui mènent au Sumida Aquarium:

Sumida Aquarium

Primeval Forest par Takashi Amano

L 414  x P 164 x H 170

Sumida aquarium Tokyo Sky Tree tower, novembre 2012.

La partie décorative et végétale est composée de grandes racines récupérées au bord de l’Amazone, de la Manten stone dans le bas de l’aquarium et de sable décoratif composé d’un mélange de Plata Sand et Colorado Sand.La clareté du sable aide à renforcer l’impression de profondeur et contribue à ajouter de la luminosité. L’aquarium étant d’une hauteur d’1m70, la réflexion de la lumière est extrêmement importante. Sur les racines sont fixés des Microsorum Narrow leaf et des Bolbitis Heudelotii.En arrière plan, des Cryptocorynes Balansae et des Vallisneria donnent vraiment une impression de paysage aquatique. Sous les racines,Takashi Amano a disposé des Anubias barteri nana,des Cryptocoryne Wendtii green ainsi que de la Vesicularia dubyana.

L’aquarium est âgé de 7 mois lors des prises de vues,.il est intéressant de noter que le concept du Wabi Sabi cher à Takashi Amano va être une fois de plus mis en exergue avec ce projet .Par ailleurs, cet aquarium devrait s’embellir avec le temps.

 

0 545

Au fil des jours, cet aquarium prend un caractère vraiment particulier et offre un bonheur contemplatif croissant. Le naturel est accentué par les derniers ajouts de plantes. La Taxiphyllum alternans Mini Taïwan moss que nous avons  intercalé entre les Aku stone du premier plan, renforce considérablement cette impression .Sans aller jusqu’à dire que l’entretien est inexistant, le minéral et le végétal ne demandant absolument aucune interventionnous pouvons apprécier ce paysage en prenant principalement soin des vitres et de la verrerie.Seul le sol ADA, systématiquement rapporté sur le sable La Plata par notre horde de crevettes Multidentata Japonica, perturbe légèrement le décor. Actuellement nous laissons faire la nature. La liberté avec laquelle Echinodorus tenellus se développe nous encourage en ce sens. Eleocharis acicularis,  ne faisant quant à elle absolument aucune distinction de saisons, continue à croitre.Ci-dessus vous pouvez découvrir et observer le développement d’une nouvelle mousse que nous testons. Cette belle Taxiphyllum alternans Mini Taïwan moss  est une nouveauté dans nos aquariums. Comme vous pouvez le constater, elle reste courte, dense et s’accroche très naturellement à son support.À hauteur d’enfant, le paysage se dévoile avec grâce, les plantes accompagnant l’élan des pierres et adoucissant leurs formes anguleuses.À hauteur d’homme, nous pouvons observer les différentes nuances de vert des plantes et envisager un léger éclaircissement de certaines  zones. La densité des plantes nous donne la possibilité d’une première séance photographique .

Aucune autre intervention n’a été nécessaire depuis plus d’un mois en dehors du nettoyage de la verrerie et de changements d’eau réduite à 10% chaque  semaine . Pour ce qui est du nettoyage des pierres, trois escargots Neretina Leopardi s’en chargent efficacement.


Nous vous proposons de découvrir la taille en temps réel et en vidéo.

Mémoire I La taille from Floraquatic on Vimeo.

iledutigre52-13

Données techniques:

Aquarium Floraquatic 45x35x30

Filtration Tetra ex 600

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865  (mais disposée très haute au-dessus du bac afin d’éclairer un autre bac à côté)

Pas de Co2

Changement d’eau 10% d’eau osmosé plus Salty Shrimp Mineral GH/KH +

Fertilisation : sans

Décor:

Frodo Stone

Plantes: Pour la partie située derrière les pierres  nous avons choisi des  Fontinalis antipyretica- var giganteaFontinalis antipyretica Willow moss , Taxiphyllum alternans- Flame moss Fissidens fontanus- Phoenix moss  et Vesicularia sp – Creeping moss.

Invertébrés: caridina cantonensis var Taïwan Bee cardina cantonensis black crystal grade A à SS  / Tiger Deep Blue Orange Eyes

Paramêtres :  PH 6,8  KH 4 GH 6 conductivitée:  +- 270 ms , température ambiante

5 670

Lorsque ces nouvelles racines sont arrivées à l’atelier nous avons décidé de nous laisser inspirer par ces nouveaux éléments. Nous avions déjà construit nous-même notre « petit arbre« , mais ici, les deux pièces que nous avons reçues nous ont immédiatement projetés dans nos souvenirs de voyage au japon.

Souhaitant réaliser un véritable paysage miniature avec un arbre  pleureur, se courbant comme celui que vous pouvez voir. L’image ci-dessous qui est  exposée sur les murs de l’atelier, nous  transporte dans la forêt de Shiratani. Suintante d’humidité telle une éponge, cette forêt d’où seraient venus certains des premiers habitants du Japon, est située sur l’île de Yakushima. Elle est entièrement préservée et présente de fortes similitudes avec les jardins japonais tels que nous les connaissons.

Ci-dessous, nous lestons la racine Trees Roots avec une Okho stone et nous la fixons sur la pierre avec du ADA wood tight, conçu sur le principe du fil de jardinage inoxydable et recouvert de matière plastique. Son élasticité, sa solidité et surtout sa couleur sont de précieux atouts pour obtenir un rendu très naturel sans recourir à des subterfuges.

C’est lorsque nous nous approchons du sommet de la montagne et que la cime des arbres commence à apparaître, que cette similitude semble la plus évidente . Nous allons tenter de reproduire, à l’échelle d’un nano- aquarium, l’esprit de cette photographie.

 

Pour cela nous utilisons une paire de ciseaux, de la colle « Super Glue » en gel et deux portions de Weeping moss. La Weeping moss  a l’avantage de vraiment tomber sous la lumière et devrait tout à fait convenir pour la représentation de notre bonzaï aquatique.

 

 

Cependant, aussi belle soit cette mousse, elle s’accroche très mal aux supports que constituent les nombreuses et très fines ramifications de notre racine . L’usage de « Super Glue » gel, s’est par conséquent imposée. Nous procédons branche par branche en prenant soin de bien écraser la mousse humide sur les gouttes de « Super Glue ».

Nous terminons cet assemblage et nous constatons que les deux portions de mousse dont nous disposions  ont été utilisées; quelques branches n’ont pas  pu recevoir de mousse. Nous rectifierons ce manque lorsque la mousse aura trouvé sa forme en immersion  d’ici un mois.

 Délicatement nous procédons à la mise en eau.

 

 

 

 

 

L’aquarium dans lequel nous avons réalisé ce nouveau projet était en eau depuis quelques semaines, la partie technique fera l’objet de notre prochain article.

1 367

Quatre mois sont passés depuis le lancement de notre IwagumiIl est temps de vous en présenter les imagesL’aquarium est enfin stabilisé et bien équilibré;  voici venu le moment de procéder à quelques modification.

La fine Eleocharis acicularis, disposée à l’arrière du bac, renforce l’impression de profondeur. L’élégance avec laquelle elle a poussé confère  une présence puissante à l’Aku stone principale. Les mouvements de la plante avec le courant donnent de plus un rythme vraiment dynamique à l’ensemble du décor.

 

 

 

 

 

 Nous voyons sur la photo ci-dessus  avec quelle vivacité l’Eleocharis acicularis a entouré et magnifié la pierre maitresse. 

Quelques semaines auparavant nous avions fait un test un peu hasardeux. Nous avions mixé de la fissidens que nous avions laissé se positionner à sa guise dans l’aquarium. À notre grande satisfaction, les minuscules brins de Fissidens fontanus se sont fixés dans les anfractuosités des Aku stones. Le rendu obtenu est d’un naturel saisissant.

En revanche le premier plan, occupé par l’Echinodorus tenellus, est presque désertique. La  lenteur de son développement est due à nos choix. Nous voulions limiter l’éclairage et la fertilisation, afin de ne pas avoir une patine disgracieuse sur les Aku stones et limiter l’entretien du bac au strict minimum. 

Nous devons maintenant prendre une décision, soit nous augmentons la fertilisation, soit nous complétons notre plantation. La deuxième option semble être la plus raisonnable.

L’ensemble est vraiment agréable à l’œil . Afin de garder cet aspect et ne surtout pas modifier l’équilibre, nous procédons à un ajout de blocs de pouzzolane recouverts de Taïwan moss. Nous complétons également le tapis d’Echinodorus tenellus avec quelques greffes dUtricularia graminifolia.

.

Voici en image l’entretien minimaliste de cet Iwagumi: nous siphonnons les grains d’Aquasoil new Amazonia que nos quarante Caridinas multidentata rapportent sans arrêt le long de la vitre frontale et nous changeons 10% du volume d’eau  une fois par semaine . Nous ajoutons quelques minutes après 16 ml d’EasyLife Profito et d’Easylife Kalium, dose de fertilisant suffisante pour l’eleocharis acicularis; ainsi  les pierres restent-elles  propres et il ne nous reste plus qu’à espérer que cette dose suffise pour l‘utricularia graminifolia.

« Mémoire », notre premier Iwagumi rue Saint-Antoine suit ainsi son chemin pour notre plus grand plaisir.

 

Les projets se succèdent à l’atelierNous vous proposons aujourd’hui de mettre en pratique une des recommandations dumaître que nous avons eu la chance d’interviewer: Masashi Ono.

Lors de nos échanges avec Masashi Ono, nous avons posé des questions d’ordre technique aux réponses immédiatement applicables, laissant une  grande part à notre vision personnelle et à notre intuition .

Floraquatic:Que recommanderiez-vous à un débutant souhaitant se perfectionner ?

Masashi Ono: Je lui dirais de conserver les mêmes racines, les mêmes pierres et de reconstruire des projets différents avec les mêmes pièces. C’est la meilleure méthode pour progresser. « 

Nous avons imaginé la façon de mettre en pratique ce conseil plein de sagesse. Si à l’atelier nous disposons d’un choix important de racines et de pierres,la plupart d’entre nous ne dispose que d’un choix limité d’éléments de décor. C’est avec ce constat que nous souhaitons réaliser plusieurs des projets à venir.

Pour ce faire, nous reprenons les éléments sélectionnés dans le précédent projet que vous voyez ci-dessus, afin d’essayer de recréer un univers complètement différent. Nous faisons le choix de retourner la belle pierre Frodo stone de gauche car ses formes nourrissent  notre imagination et nous l’installons à la verticale.

Chez vous aussi, si votre pièce maitresse est belle, alors vous pourrez, en la faisant pivoter sur ses faces, choisir un angle de vue nouveau et obtenir un style de paysage complètement différent.

Notre Frodo stone contribue grandement à l’impression d’équilibre du paysage aquatique.  Nous la calons à l’aide d’autres pierres plus petites et moins esthétiques.

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous réservons une zone où nous disposerons de l’Aquasoil New Amazonia et nous utilisons les petites pierres comme barrières naturelles dans le but d’éviter que les sols ne se mélangent.

.

 

Une fois le hardscape installé, nous pouvons repousser le Mekong sand S et disposer un mélange de La Plata sand et de Mekong sand .

 

Ensuite, nous nous donnons quelques jours de réflexion avant la mise en eau. Le choix de plantation aura pour premier objectif de servir la population, un mélange expérimental  de Cardina Cantonensis var Tiger Deep Blue Orange Eyes et de nos Crystal black de ligne pure.

 

0 424

Voici plus d’un mois que nous avons mis en eau notre nouvel Iwagumi que nous appellerons « Mémoire ». Il est aujourd’hui temps de publier nos premières photos pour les  partager avec vous. Comme à chaque-fois que nous créons un nouvel  aquarium, des algues apparaissent. Pour lutter contre elles c’est avec la plus grande attention que nous intervenons.

Le premier geste à effectuer est celui de couper toutes les feuilles qui pourrissent ou sont attaquées par les algues. Ici nous avons également découvert des traces de cyanobactérie que nous devons éliminer.

Nous coupons méthodiquement  toutes les plantes abimées et nous siphonnons les premières traces de cyanobactérie afin de limiter sa propagation. Avant un éventuel Black Out, nous décidons de traiter notre aquarium à l’aide de Blue Exit de chez Easy Life, produit très efficace lorsqu’il est utilisé à titre préventif. Nous introduisons dans le bac  un bon nombre d’escargots divers, car, contrairement aux idées reçues,ces petits invertébrés sont extrêmement utiles et ce dès le lancement de l’aquarium. Ils sont nos meilleurs alliés et des baromètres sans faille: si leur nombre devient trop important,ce sera le premier signe d’un déséquilibre qui devra nous alerter.

Nous introduisons un groupe de Swabwa resplendens, dont une bonne partie est née dans notre atelier. Le pic de nitrite est passé inaperçu et après avoir testé notre eau, nous sommes pratiquement certains qu’il n’y a aucun risque. Au contraire, la présence des Swabwa resplendens va nous aider. L’équilibre d’un aquarium étant grandement facilité lorsque la vie s’y installe, c’est également à cet instant que nous introduisons  les premières crevettes dans le bac .

Données techniques :

Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 , Chgt d’eau 15%  par semaine.

Fertilisation  au départ:
Easy Life Carbo, Easy Life Kalium, Easy Life Fosfo, Easy Life Nitro

Hardscape : Aku Stone

Substrat: ADA Aquasoil New Amazonia, ADA La Plata Sand

Plantes :

Eleocharis acicularis, Echinodorus tenellus

Animaux :

Swabwa resplendens, Caridina Multidentata.

2 497

Best of 2013  Une Histoire Discrète

Nous ne pouvions pas débuter notre première rétrospective sans publier une série d’images concernant l’Iwagumi sp Aku: Histoire discrète. Nous avons suivi ce projet , écrin et hommage à une très belle pierre,depuis les deuxièmes rencontres de » Crevettes en Seine «  proposées par Truffaut Ivry ,jusqu’à la fin de notre première année à l’atelier. Les facettes de cette pierre massive et majestueuse sont si variées que de nouveaux projets ne sont pas à exclure.

Offrons-nous un instant un retour sur l’histoire de cette AKU stone, nom donné en hommage à Kohaku le dragon blanc héros du Voyage de Chihiro, film d’animation remarquable du grand réalisateur japonais Hayao Miyazaki.

Lors de la mise en place de notre stand durant l’exposition « Crevettes en Seine » organisé par Truffaut Ivry.

 

Le cahier des charges que nous nous étions imposés était simple: mettre de manière naturelle cette pierre en  valeur. Pour cela le tapis végétal  devait être le plus ras possible et les pierres qui l’entouraient devant s’incliner comme pour lui rendre hommage, telle une pierre précieuse triomphant dans son écrin. Le bac ayant été monté en 24 heures, nous avons dès le lancement de notre atelier décidé de le refaire et de le mener à terme.

 

En quelques semaines grâce à l’utilisation des poudres ADA Bacter 100,  Clear Super, Tourmaline BC et Penac Wnotre aquarium a pris forme. Puis nous avons régulièrement noté nos observations.

Après quelques mois, nous avons décidé de « briser la solitude » de cette pierre majestueuse et de soigner la réalisation du décor tout en focalisant notre attention sur le tapis.

Nous expérimentons un mélange de plantes pour donner un aspect naturel et sauvage. Pour cela nous plantons et mélangeons au premier plan de la Glossostigma elatinoides , puis nous mettons  derrière de l’Hemianthus calltrichoidesles feuilles plus petites sont  en retrait et permettent  de créer un effet de profondeur inattendu et réussi.

À l’ombre des pierres, nous avons planté de la Lindernia rotundifolia taillée très régulièrement afin de l’obliger à ramper. Ses petites feuilles rondes d’un beau vert lumineux et clair ont également contribué à diversifier le tapis sans pour autant perturber l’équilibre. Quelques touches d‘Hydrocotyle tripartita ont également été disséminées ; nous avons planté de l’eleocharis  pour alléger et renforcer encore plus l’aspect sauvage du bac. Toutes ces plantes aux subtiles nuances de verts, parfois très légères et tendres, ont apporté au tapis une apparence naturelle tout en dégageant  une ambiance de sérénité grâce à la présence du minéral.

En ce qui concerne le fond, nous avons voulu essayer de mettre en place de la Rotala sp green, mais sans doute l’avons-nous plantée trop tard. Lors de la photographie finale, nous n’avons pas été convaincus de ce choix qui fut une erreur de dernière minute que nous n’oublierons pas. Ces créations empiriques nous permettent d’apprendre chaque jour un peu plus et de partager avec vous nos expériences .

 

Notre dernier aquarium mis en eau : Mémoire et réalisé avec une autre pierre maitresse à finalement un petit air de famille.

Données techniques :

Cuve 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie  17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 , Chgt d’eau 15%  par semaine.

Fertilisation :
Pack Easy Life Easy Life K,

Hardscape : Aku Stone.

Plantes :

Glossostigma elatinoÏdes, Hemianthus callitrichoide cuba, Lindernia rotundifolia, Hydrocotyle tripartita, Eleocharis acicularis, Rotala rotundifolia verte (sp green) 

Animaux :

Microrasbora Kubotaï, Caridina Multidentata.

 
 

3 976

C’est avec un grand plaisir que nous inaugurons notre nouvel atelier avec un aquarium réalisé collectivement. La visite impromptue des deux  paysagistes aquatiques, Michaël Leroy alias Kirua, pionnier de l’aquascaping en France et de Nicolas Leseur, nous a permis d’installer un aquarium au centre du nouvel espace de l’atelier.

En mémoire de notre premier Iwagumi sp Aku, nous avons simplement demandé à Michaël de monter la base de l’aquarium à partir de pierres que nous n’avions pas encore utilisées: une association d’Aku stone et de Frodo stone. Ces deux pierres s’harmonisant parfaitement, nous avons sans aucun problème procédé à un mix.  

Étape par étape nous préparons le décor, avant de le photographier. Nous le laissons à l’air libre quelques jours afin de l’observer et de pouvoir éventuellement modifier la composition de l’aquarium.

 

 

 

Le premier geste que nous effectuons est de disposer dans le fond du bac la pouzzolane, excellent support bactérien, qui nous permet ici de rehausser le dénivelé, d’économiser l’aquasoil  ADA amazonia et de limiter les zones d’anaérobies.

L’étape la plus longue et délicate est la disposition de la pièce maitresse, nommé Oyaishi.

Oyaishi est la pierre maitresse de la composition. Il faut choisir la plus belle , celle qui a le plus de caractère . Sa hauteur devrait être approximativement aux 2/3 tiers de de celle de l’aquarium. Son inclinaison, dans le cens du courant devrait renforcer  l’impression cinétique du paysage.


Nous installons ensuite la deuxième pierre: Fukuishi . Choisissons la un peu plus petite, mais dela même texture et de la même couleur qu’Oyaishi.

 Des pierres de moindre importance, des Soeishi  sont disposées autour.

C’est une plus petite pierre qui est souvent placé juste à coté de l’Oyaishi. Son rôle est de souligner la beauté et la présence de cette dernière. 

Nous terminons maintenant cette installation en ajoutant quelques suteishi

Suteishi (Pierre Sacrificielle)

C’est une petite pierre qui peut être disposée en retrait de la composition principale. Elle pourra être temporairement engloutie par la végétation. Son rôle est d’apporter élégance et subtilité.

Comme nous allons étaler une plage de sable au premier plan, nous séparons la zone qui sera plantée de celle de la partie sableuse à l’aide depetites pierres qui seront englouties. Des cartons nous permettent de vider les deux sacs d’Aquasoil sans que les sols ne se mélangent.

Une fois ceci effectué nous pouvons retirer les cartons et commencer à réfléchir à la plantation.Pour représenter un futur rideau de plantes à tiges,nous installons dès maintenant  des petites baguettes .

 

Le choix de plantes devra servir la composition. Nous privilégierons un choix minimaliste.

0 374

shrimpproject-113

Mad In Taïwan

Aquarium Floraquatic 90x45x45

Filtration Fluval G6 

Rampe Paradiso Easy Life graduable +  6 T5 14 w Philips HE865

Sans Co2 et sans engrais

Décor:

Lot de 10 Racines Desert Wood + 2 sac 9 L ADA Aquasoil New Amazonia + 1 Sac de Sable ADA Mekong Sand S 8kg  + ADA La Plata Sand  2 kg

Plantes: Crinum calamistratum, Vallisneria nanaCryptocorne crispatula, Riccardia chamedryfoliaVesicularia MontagneiTaxiphyllum sp. – Spiky Moss

Invertébrés: caridina cantonensis var Taïwan Bee + cardina cantonensis black crystal grade A à SS 

Clithon sp Black antenna et Pulligera Black Racing

Produits utilisés:  Shirakura Mineral StoneShirakura White Mineral PowderMironekuton Pulver

Paramêtres :  PH 6 KH 0 GH 5 conductivité:  +- 300 ms

Cette galerie est présente dans l’article suivant : Mad in Taïwan / Journal

Le Parc Oriental du Maulévrier Crée par Alexandre MARCEL en 1899.

Suite à notre premier passage, à l’automne dernier,  dans un des parcs Japonais les plus somptueux qu’il nous soit donné à voir en France, le Parc Oriental du Maulévrier, nous sommes retournés faire une promenade photographique lors de l’explosion de vie qui a lieu chaque année au mois d’avril. Durant quelques jours, les cerisiers fleurissent, signalant l’arrivée du printemps et devançant de quelques jours les érables et les jonquilles sauvages.

Avant de partager avec vous les images que nous avons éditées, voici un petit rappel historique de ce parc si particulier.

Architecte parisien, il fût lauréat de nombreux concours et prix internationaux à la fin du XIXe siècle, Alexandre MARCEL se passionna, comme le voulait la mode de l’époque, pour l’orientalisme et plus particulièrement le japonisme.

En 1899, Alexandre MARCEL termine à Paris, rue de Babylone, une salle des fêtes aux décors japonais destinée au directeur du «Bon Marché» (devenue en 1931 le cinéma «la Pagode»).

Cette même année, il épouse Madeleine BERGERE et aménage pour sa nouvelle famille autour du château Colbert un jardin à la française, un verger, un potager sur les bords de la rivière «La Moine» dont les eaux sont désormais retenues par un barrage. Il commence alors à construire un jardin qu’il appelle «paysage japonais», c’est ce jardin que nous nous attacherons à suivre en image aux fils des saisons.

Voici donc le printemps. Avec les premiers rayons de soleil tant attendus les cerisiers japonais annoncent le renouveau. Les jonquilles sauvages vont suivre quelques jours plus tard, les érables quand à eux commencent à dévelloper leurs premières feuilles, parfois d’un rouge parfois flamboyant.

Dire que nous n’avons jamais cessé d’être attirés par le végétal et que notre intérêt pour la nature a toujours été présent ne serait pas tout à fait vrai, car c’est grâce à l’infiniment petit des aquariums plantés, par ces tableaux de nature miniature, que nous avons appris à ré ouvrir les yeux.

Depuis, seuls, face à la nature nous réapprenons à voir, à observer. Ce sont les souvenirs, les images de cette nature qui nous inspire, que nous essayons finalement de reproduire, avec plus ou moins de dextérité, dans un espace délimité par les parois de verre et les contraintes liées à l’eau de nos aquariums. Si internet regorge de photographies de bacs splendides nous permettant de trouver les bonnes combinaisons de plantes, de taille, de disposition, de photos de paysages extraordinaires, rien ne vaut l’observation de la nature en situation, nature même la plus dépouillée.

Le bois, le minéral et la diversité des végétaux aujourd’hui disponible nous offrent une palette de création extraordinaire.

7 448

Voici déjà quelques semaines que le bac a pris son rythme de croisière. Le tapis est somptueux et les mousses prennent enfin un aspect naturel. Il est donc temps de nous poser la question du devenir de ce bac. En effet cet Iwagumi est pour nous assez symbolique, premier aquarium lancé à l’atelier, remake d’un bac réalisé lors de Crevettes en Seine à Ivry en ce début d’année.

Depuis le début l’impact visuel de cette énorme Aku Stone n’a pas changé, accentué par le tapis rasant. Nous décidons donc de prolonger ce paysage jusqu’à la réalisation d’une photographie finale qui sera la trace de ce bac éphémère. Pour cela nous allons chercher à effectuer un bac non pas parfait, mais un bac parfaitement équilibré, tant au niveau de la santé des plantes que de la forme générale.

Le tapis est tellement dense qu’il risque par endroits de se décoller et les mousses qui de loin ont l’air de bien se porter, de près, montrent quelques signes de faiblesse. Surtout la Fissidens Fox qui semble subir l’arrivée d’une nouvelle algue… Nous décidons alors de l’enlever définitivement afin de ne pas prendre de risque. Nous revoyons entièrement l’état du tapis pour pouvoir photographier et filmer ce premier aquarium depuis l’atelier.

Nous brossons les pierres et effectuons un gros nettoyage du bac. La pierre signalée ci-dessus par une flèche bleue attire trop l’attention au détriment de la pierre maîtresse « Oyaishi ». Un autre à gauche a déjà été retiré.

Le dénivelé qui suit la ligne des cassures d’Oyaishi peut-être inversé afin de donner un rythme différent. Nous allons modifier tout cela et simplement laisser le tapis envahir naturellement ces zones  vides.


Après quinze jours à nous battre contre les algues et un Black-Out de 7 jours, le bac semble enfin prendre la direction  de l’équilibre. Plus une algue à l’horizon mis à part part celle qui patine les pierres. Pour cela nous trouverons la solution la plus naturelle, en adéquation avec les paramêtres du bac nous rajouterons ultérieurement quelques Gastromyson Punctulatus et  5 Neretina Pulligera – Black Racing, qui sont de redoutables alliés pour limiter les algues, en plus d’être très présent et vivant dans l’aquarium.

Le mix de Glossostigma elatinoides, d’Hemianthus callitrichoides, d’Hydrocotyle sibthorpioides, de quelques pointes d’Eleocharis parvula en avant plan se passe à merveille. La transition avec Vesicularia montagnei également.

Quelques Caridinas cf Cantonensis de grade de grade A à S sont introduites  et un groupe d’Hyphessobrycon Amandae, qui doivent aller dans un autre aquarium, sont mis dans ce bac en attendant  que le leur soit cyclé, ils contribueront aussi à augmenter l’apport de nitrate nécessaire.

Le bac prend la direction que nous avions imaginé à la conception. Le rôle des mousses en fond tel que la Flame moss et la Spiky moss, vont cependant être observé de plus près car ces mousses, sublime et facile donne  pourtant ici un effet exagérément terrestre,  qui au lieu de souligner la puissance de la pierre maîtresse, souligne l’effet « forêt de Sapin » et attire un peu trop l’attention. Des boutures de Vesicularia montagnei ainsi que de la Vesicularia mini-x moss pourrait bien les remplacer afin d’augmenter l’importance de la présence des pierres.


Comme nous l’avons vu dans la première partie consacrée au substrat le choix de la plantation a été choisi en même temps que la conception du décor et du choix des sols. L’aquarium sera donc coupé en deux, au fond de la pouzzolane pour permettre aux mousses de s’étendre et au premier plan de l’Aqua Soil powder New Amazonia afin de permettre à la Glossostigma elatinoides et l’Hemianthus callitrichoïdes de s’enraciner dans les meilleures conditions possibles.

Nous commencerons donc par fixer les mousses ( Fissidens Fox / Christmass Moss / Spiky Moss )  sur des morceaux de pierre de lave avec du fil de coton. Non seulement les morceaux de pierre de lave sont d’excellents supports pour les mousses, mais pour l’entretien il est aisé en cas de besoin de les sortir pour les nettoyer. La plupart des mousses ont surtout besoin d’avoir un support pour se fixer et de la lumière pour prendre plus rapidement. Pour cela, nous coupons en très petits morceaux les mousses et nous les disposons brins par brins sur les morceaux de lave. L’opération peut paraîtres fastidieuse, mais elle permet d’obtenir de bien meilleur résultat rapidement en évitant à la mousse de pourrir à la base lors de la période d’adaptation et donc de se détacher.

La préparation pour planter la Glossostigma elatinoides et l’Hemianthus callitrichoïdes est également importante. Comme nous le verrons la période d’adaptation des plantes à l’eau de votre aquarium va faire que toutes les pousses que vous planterez vont disparaître pour laisser place à de nouvelles pousses parfaitement adaptées aux paramètres de votre aquarium. C’est peut-être là le secret pour réussir rapidement un beau tapis qui durera dans le temps. La première étape est de bien rincer et d’enlever la mousse dans laquelle vos plantes arrivent, puis de séparer par petits groupes de brins les pots. En les disposant sur un plateau vous pourrez ainsi les planter à l’aide d’une pince fine de manière rapide et efficace.

Puis vous plantez le plus profondément possible dans le new amazonia powder préalablement humidifié  en laissant les dernières feuilles dépasser. Cette préparation et technique permet aux pousses qui sortiront d’être directement adaptées à vos paramêtres et vous éviterez ainsi un  pourrissement qui peut provoquer un dérêglement du bac, toujours plus sensible et fragile au départ.

Un Iwagumi est un aquarium assez particulier à lancer et vu le peu de variétés de plantes il peut être utilie afin de concurrencer les algues qui sont quasiment inévitables au départ de mettre des plantes à pousses rapides, (types Hygrophila Difformis Ceraptophyllum qui peuvent être utilisés en plantes flottantes) pour faciliter le démarrage du bac. Une fois cette étape terminée, vous pouvez de suite mettre en eau votre aquarium pour commencer le cyclage.

0 73

Première promenade  d’une longue série dans les parcs paysagés et  maîtrisé par la main de l’homme.

Le Parc Oriental du Maulévrier

Crée par Alexandre MARCEL en 1899.

Architecte parisien, il fût lauréat de nombreux concours et prix internationaux.
A la fin du XIXe siècle, Alexandre MARCEL se passionne, comme le voulait la mode de l’époque, pour l’orientalisme et plus particulièrement le japonisme.

En 1899, Alexandre MARCEL termine à Paris, rue de Babylone, une salle des fêtes aux décors japonais destinée au directeur du «Bon Marché» (devenue en 1931 le cinéma «la Pagode»).

Cette même année, il épouse Madeleine BERGERE et aménage pour sa nouvelle famille autour du château Colbert un jardin à la française, un verger, un potager et sur les bords de la rivière «La Moine» dont les eaux sont désormais retenues par un barrage. Il commence alors à construire un jardin qu’il appelle «paysage japonais», c’est ce jardin que nous nous attacherons à suivre en image aux fils des saisons.

Ce jardin somptueux est une source d’inspiration énorme pour les paysages aquatiques, la présence de l’eau et l’importance des  références que l’on retrouve dans les aquariums d’inspirations japonaises  sont telle que nous compléteront ce sujet en image au fur et à mesure des  saisons afin de suivre l’évolution végétale.


Le Parc Oriental à été distingués à plusieurs reprises par des visiteurs préstigieux et des évenements majeurs.

1990 : Le parc obtient le 1er prix pour la restauration et la valorisation de jardins historiques décerné par le ministère de la culture et la société St Hilaire.

1993 : Le parc est alors reconnu comme un projet pilote en Europe pour la qualité de sa valorisation. Dès lors, il sera reconnu et soutenu par la Fondation « World-exposition OSAKA 77 » comme jardin japonais à restaurer (programme de restauration 1993-1994).

1994 : Le Parc Oriental est soutenu depuispar la Fondation Sasakawa. Mision  d’études qui a pour thèmes la  » visite et l’étude des jardins historiques Japonais »

1996 : Le Parc Oriental devient le siège de la Fédération Française de Bonsaï.

1997 : Le Parc Oriental  reçoit la visite de son exellence Koikiro Matsuura.

2000 : Le parc reçoit le prix spécial emploi 2000 dans le cadre du Trophée du Tourisme vert.

2001 : La Fondation de France soutient un projet d’eveil  d’espace au Jardin.

2002 : Le site internet du parc remporte le 1er prix régional du concours des Nets d’Or organisé par Wanadoo.

2003 : Après sélection et visite d’une soixantaine de jardins au niveau national, l’Association des Journalistes du Jardin et de l’Horticulture (AJJH) décerne au Parc Oriental le prix « Jardin en scène » qui récompense les projets de mise en valeur de jardin.

2004 : Réalisation de Jardin de Nuit.
Le parc est labellisé « Jardin remarquable » par le Ministère de la Culture. C’est le premier jardin des Pays de la Loire à recevoir cette distinction.

2005 : L’événement « Ecriture Florale » est inauguré par l’ambassadeur du Japon en France.

2009 : Lors de la 3 ème édition d’Ecriture Florale » La Parc Oriental acceuil 15 Maîtres japonais d’Ikebena.
Ce parc a d’ailleurs reçu plétore de prix et récompenses.

2010 : Le parc reçoit la médaille d’or au Concours d’affiches organisé par le Conservatoire des Jardins et Paysages, catégorie Affiches historiques de manifestations.


Renseignements et réservations au 02 41 55 50 14

Pour commencer nous vous offrons une galerie d’image en noir et blanc, une regard intemporel sur ce parc.

Rejoignez-nous