La petite rivière

Toute l’équipe de Floraquatic vous souhaite ses meilleurs voeux 2014

Commençons  cette nouvelle année avec une série de  » Best Of« . Ces meilleurs moments de l’atelier  font désormais partie de nos archives et  ont été sélectionnés ici pour vous.

Commençons par nos deux premiers projets:

Halloween sur l’Amazone:

Un détail de l’avant-plan où des jeunes pousses de Rotala macrandra, Polygonum Sao Paulo et Nymphaea Lotus tigre rouge se font une place parmi un mélange d’Echinodorus tenellus, de Lobelia Cardinalis var petite et d’Hydrocotyle tripartita.

Une Nymphaea Lotus tigre rouge qui affleurant la surface.

De la Polygonum Sao Paulo et  quelques tiges d’Eleocharis vivipara en pleine photosynthèse.

Le mâle Nannacara Anomala se faufilant au milieu des jeunes pousses de Rotala macrandra lors du lancement du bac Halloween sur l’Amazone.

Données techniques 

Aquarium Floraquatic 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab Efflux & Influx 17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6 

Fertilisation : Easy Life FerroEasy Life CarboEasy Life KaliumEasy Life Profito

Hardscape : Racine AraignéeAquasoil New Amazonia, Pouzzolane noire

Plantes Hygrophila PinnatifidaEchinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Nymphaea lotus tigre rouge, Rotala Indica,  Rotala sp greenRotala macrandra  Cryptocoryne wendtii brownAnubias nana var YellowLudwigia arcuata Luwigia repens rubinLobelia cardinalis var petite, Eleocharis parvulaEleocharis acicularis, Eleocharis viviparaStaurogyne porto vehlo, Hydrocotyle tripartita (sp Japan)

Animaux : Nannacara Anomala, Hyphessobricon Amandae , Otocinclus Affinis, Hypoptopomatinae, Caridina Multidentata, Heteropoda Extra Red,  Clithon. 

 

La petite rivière :

Plan macro de la Riccia sortant  de l’eau tout en s’accrochant aux racines.

 

Notre couple de Nannacara Anomala à son arrivée à l’atelierIls semblent se régaler dans les méandres des racines. Le spectacle sauvage qu’ils nous offrent est étonnant et merveilleux.

Groupe d’Inpaichtys Kerri nageant entre les feuilles d’Hydrocotyle vulgaris.

 

Données techniques :
Cuve 100x50x15, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm.

Fertilisation :
Easy Life Kalium, Pack Easy Life

Hardscape : Red moor Roots et Aku StoneMekong Sand S, SS, Powder

Plantes :
Emergé: Hygrophila PinnatifidaHydrocotyle SibthorpioidesOphiopogon JaponicusPolygonum sao Paulo, Rotala sp-Green, Rotala Indica, Riccia Fluitans

Immergé: Anubias var PetiteBolbitis Heudeloti, Hydrocotyle VulgarisNymphaea GlanduliferaFlame mossFissidens Fontanus , Riccia Rhenana

Animaux :
Nannacara Anomala, Hypoptopomatinae, Inpaichtys Kerri, Caridina Multidentata, Clithon, Anentome Helena

La photographie capte l’instant et immortalise les aquariums, le végetal, l’animal a un instant T car nos créations mêmes si elles sont faites pour durer, ne restent que des morceaux de vie éphémère. La vidéo quant à elle donne vie aux images, les mouvements, les interactions entre les animaux, le courant et dans le meilleur des cas de petites histoires, tout cela devient presque réel, palpable.

Voici la première séance vidéo réalisée dans notre atelier :

 

La petite rivière from Floraquatic on Vimeo.

Suite de notre journal, la mise en eau est une étape importante. Le choix de la population et des plantes a été effectué.

La filtration va être extrêmement importante pour permettre à la partie immergée d’abriter une vraie population qui donnera à ce type de bac tout son caractère. En effet si par principe il est important de calculer le nombre de poissons en suivant le ratio 1 cm de poisson = 1 litre d’eau, ce type d’aquarium, à la géographie très particulière peut permettre d’avoir sous ses yeux un véritable morceau de rivière et une vie en adéquation. C’est pourquoi nous avons décidé d’installer pour ce bac de 100x50x15 cm un filtre EHEIM pro 3 E 2076 avec variations du flux, qui associé à une rampe Easy Life Paridiso et de son variateur SunDimm va créer un rendu au plus proche de la nature. Ce changement de débit de la sortie d’eau du filtre et les variations de lumière, en plus, stimuleront la croissance des plantes et la vie aquatique aura, elle aussi, un tout autre rythme.

Nous installons donc à droite une canne d’aspiration GUSH nano 13, qui en raison de sa petite hauteur nous permet de rendre invisible l’aspiration, un adapteur 13/17 Eheim nous permet sans soucis de la connecter au tuyau du filtre pro3 e 2076.

Le rejet quant à lui est réalisé avec une canne d’aspiration modifiée et d’un tuyau percé, au bout de celui-ci nous avons utilisé un petit système de diffusion de l’eau récupéré d’un filtre nano Dennerle.

Nous plantons les plantes choisies dans le panier et nous mettons en route le filtre de suite afin de lancer le processus de cyclage du bac.

Le système de rejet, fait maison, permet de donner l’impression d’un véritable lit de rivière rythmé par les variations de débit.

 

 

Données techniques :

Cuve 100x50x15, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie GUSH nano 13, Filtration: Eheim pro 3 Electronic, Chgt d’eau 15%  tous les 15 jours.

Fertilisation :
Le premier mois: Easy Life Carbo

Hardscape : Redmoor Roots et Aku Stone. Sable Mekong Sand S, SS, Powder

Plantes :
Emergé: Hygrophila Pinnatifida, Hydrocotyle Sibthorpioides, Ophiopogon Japonicus, Polygonum Sao Paulo, Rotala sp-Green, Rotala Indica, Riccia Fluitans

Immergé: Anubias var Petite, Bolbitis Heudeloti, Hydrocotyle Vulgaris, Nymphea Glandulifera, Flame moss, Stringly moss, Weeping moss, X moss, Fissidens Fontanus, Riccia Rhenana, Pistia Stratiotes

Le montage du sol dans le cas d’un paludarium de ce type va être guidé par un seul leitmotiv : simplicité et facilité d’entretien tout en étant aux plus proche de l’esprit d’un biotope : un sol riche pour ce qui va être amené à devenir le bord de la rivière et du sable varié pour la partie immergée.

La première des choses que nous faisons est de disposer du Mekong Sand qui servira de support bactérien , en laissant l’eau circuler et va également va nous permettre de faire dépasser de la surface de l’eau le panier aquatique.

Nous calons dans le sable un panier type panier pour plantes de bassins, préalablement découpé en haut pour ne pas laisser apparaître un bord en plastique disgracieux.

Nous commençons à disposer les racines Red Moor autour du panier. Elles serviront non seulement à donner un côté des plus naturels à notre paludarium, mais elles serviront à la fois de support aux mousses et plantes épiphytes que nous avons décidé de mettre en immergé et de cachettes ou de barrières naturelles entre les poissons.

Comme à chaque fois que nous réalisons un décor qui va rester sous l’eau, même si ici la texture du sable va nous permettre une grande souplesse pour manipuler les racines ultérieurement, nous prenons notre temps afin de trouver un sens esthétique mais aussi une utilité pour les racines, ce qui ne fera que renforcer le côté naturel que nous recherchons. Dans le panier nous disposons de pouzzolane , préalablement rincée, sur les deux tiers de la hauteur, et nous la recouvrons de 3 litre de sol complet New Amazonia ADA.

Pour caler le dénivelé fait de sable nous coupons des bandelettes de grillage de jardin en plastique et nous les glissons en profondeur de manière à bloquer et créer un barrage pour le sable.

Le décor est planté, nous prendrons quelques jours de réflexions avant de choisir définitivement la liste des plantes et de mettre en marche le système de filtration.

Au bout de 4 semaines, une fois le pic de nitrite passé et les plantes qui ont commencé à s’intégrer nous introduisons les poissons. Une population de petit court d’eau sud américains occupera les lieux. Un couple de Nanacara Anomala, 5 LG2, un petit groupe d’Inpaichtys Kerri, quelques Caridina Multidentata et escargots.

L’introduction des animaux dans l’aquarium est toujours un moment émouvant. Le paysage pensé pour eux, prend enfin tout son cens. Les invertébrés, les poissons trouvent au fur et à mesure naturellement leur place. Quelques prises de becs auront certainement lieu, car un nouveau territoire est comme dans la nature, souvent l’occasion de changement dans un groupe et une nouvelle hiérarchie va se mettre en place avec cette nouvelle geographie qui s’offre à eux.

Bien que le volume net d’eau soit faible, la très grosse filtration, les nombreuses caches, les plantes et mousses permettant aux animaux de circuler sans s’observer sans arrêt permet donc au deux espèces principales, à savoir les Inpaichtys Kerri et le couple de Nanacara Anomala de trouver leur place. Deux Inpaichtys vont disparaître, sans doute en raison d’un dominant un peu plus territorial que les autres. Mis à part ce fait,  la vie dans ce bac au format particulier prend une allure extrèmement naturelle.


L’idée de ce projet est venu tout naturellement lorsque nous avons récupéré à l’atelier la cuve fabriquée pour les démonstrations  d’Aquascaping réalisées par Grégoire Wolinski à Truffaut Ivry lors des Crevettes en Seine 2011 et 2012. Un bac assez particulier de part son format qui à l’origine était coupé devant pour permettre de faire des « hardscape » sans eau avec une face avant laissant très peu de hauteur d’eau possible.

Dans la nature les ruisseaux sont souvent les endroits où foisonnent les petites espèces de poissons et crustacés. La géographie et la conception du décor deviennent alors un atout majeur pour maintenir des espèces aux caractères parfois bien trempés. Les racines et les possibilités de niveaux, de cavitées et de barrières  lors des poursuites entre poissons vont nous permettre de créer un véritable bout de rivière. Un paludarium ouvert, demande finalement peu d’entretien et apportz un sentiment de réel petit coin de nature chez soi. C’est  un jardin ouvert lorsqu’on le regarde du dessus et une véritable rivière intérieure vu du dessous.

La semaine prochaine nous détaillerons toute la création de ce jardin aquatique d’interieur.

1 749

Le lancement d’un bac plus spacieux pour la population de la Petite Rivière nous a donc permis d’imaginer, sans ajouter quoi que ce soit au niveau du hardscape,  un décor différent pour une population très particulière: un petit groupe de Stiphodon atropupureus et 5 Gastromyzon ctenocephalus. Ce genre de poissons aussi rare que passionnant à observer nous a donc motivé pour réaliser avec les élements présent un bac proche d’un biotope au niveau de la geographie.

 

Après avoir eu la chance d’observer des gobies indigènes sur l’Ïle de Yakushima nous décidons de modifier la geographie du bac.
Le bout de rivière longitudinale, se transforme en bout de rivière frontal.
Le panier de bassin qui servait de support pour les plantes à tiges disparaît et les pierres qui étaient utilisé pour cacher cette zone sont retirés. Nous gagnons ainsi une dizaine de litre d’eau en plus.

Les racines sont disposées d’une manière simple et nous allons travailler les supports existants que sont les pierres et les racines comme base de supports pour les plantes.

Les pierres que nous utilisons pour recréer le bord de la rivière sont des Aku stone, qui par leur tonalité et leur forme nous rappellerons le côté rouge et raide des dernières chutes d’eau entre les torrents de montagne et l’océan.

Les galets qui vont servir de zone de cache entre les stiphodons, et également de zone de dépôts d’algues, nourriture principale de nos chers protégés.
La dernière racine est simplement posée, nous créons également des zones de pierres, qui brisent le regard entre les poissons et donc crée des zones de repos, mais qui également serviront de zone de dépots des plantes, entre émergé et immergé.
Nous laissons l’aquarium ainsi quelques jours afin de valider le décor.

Décor qui doit être à la fois un lieu de bien-être pour nos écailles, mais également un lieu où nous pourrons observer cette vie et nous délecter avec ce sentiment de recréer un véritable « bout de nature ».

3 206

La veille de notre départ de l’île de Yakushima Kentaro, notre guide, nous avait conseillé de nous rendre à quelques kilomètres de notre hôtel, dans un petit village de pêcheurs. À 500 mètres dans les terres, il nous a indiqué la présence d’arbres absolument extraordinaires aux mille racines tombant dans la rivière, rivière qui était le lieu de prédilection de très nombreux gobiidés, plus précisément des Rhinogobius Ogasawaraensis. C’est à cet endroit extraordinaire qu’est né l’idée de cette première révision


Des arbres centenaires aux mille racines tombant sur la rivière et entourant les galets, des fougères, du lierre, et de la mousse et le décor étaient plantés jusqu’à la surface de l’eau.

L’eau étant saumâtre à cet endroit mise à part la présence d’algues sur les pierres, nous n’avons vu aucune plante que ce soit dans l’eau où même au bord.

 

 


Dans l’eau, à ce moment plutôt calme mais que l’on pouvait tout à fait imaginer à la saison des pluies torrentielle, grouillaient des centaines de petits Rhinogobius Ogasawaraensis, ainsi que Stiphodon sp Rainbow.

Un habitant nous a confirmé la présence de nombreux « escargots à corne », sans doute du type Clithons sp et des crevettes transparentes, a priori des Caridinas Multidentata.

1 1112

Voici près d’une année que nous avons lancé ce bac, si la population de la première version était tout à fait à son aise et circulait sans aucune crainte malgré la très faible hauteur d’eau. Pour les Stiphodons, cette faible hauteur d’eau, qui est au plus proche de leur biotope a montré également ses limites avec ce genre d’espèce sauvage. Souvent la proie de prédateurs venus du ciel, comme les oiseaux, la moindre apparition dans l’atelier sonnait comme une alerte générale et tous les Stiphodons se regroupaient immédiatement sous les galets. De ce fait le stress et le partage visuel impossible nous ont donc obligé à réagir rapidement.

Ils ont tous donc été mis dans l’aquarium d’une personne passionnée, qui a dans son salon un aquarium spécifique pour ces poissons et qui a fait leur bonheur. La dernière photo de l’article montrant qu’en quelques jours les poissons au lieu de se cacher désormais posaient en paradant allègrement sans aucun complexe face aux objectifs des paparazzis nous a ravi.

C’est avec une certaine nostalgie que nous avons décidé de changer de format d’aquarium, mais également avec la plus grande excitation, car après la reproduction des Nanacara Anomala, des Inpaichtys Kerri il fallait tourner la page. Dans cet espace réservé à des recherches qui souhaitent mêler l’esprit des biotopes, avec celui de la reproduction d’espèces sauvages et également de la philosophie des Nature Aquarium qu’une toute nouvelle histoire est en train de prendre forme….

Désormais le petit groupe de Stiphodon Atropurpureus a rejoint un plus grand groupe dans un aquarium privé de 400 litres  d’un véritable passionné de stiphodon. Ils semblent tous aujourd’hui complètement libérés face aux objectifs des appareils photos…

0 305

aquascape-68La veille de notre départ de l’île de Yakushima Kentaro, notre guide, nous avait conseillé de nous rendre à quelques kilomètres de notre hôtel. Dans un petit village de pêcheurs.

cf article  La Petite Rivière | Revision I

Données techniques :
Cuve 100x50x15, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie GUSH nano 13, Filtration: Eheim pro 3 Electronic, Chgt d’eau 30%  tous les 15 jours.

Fertilisation :
Easy Life Ferro, Easy Life Carbo, Easy Life K, Easy Life Profito

Hardscape : Redmoor Roots et Aku Stone. Sable Mekong Sand S, SS, Powder

Plantes :
Emergé: Hygrophila Pinnatifida, Hydrocotyle Sibthorpioides, Ophiopogon Japonicus, Polygonum Sao Paulo, Rotala sp-Green, Rotala Indica, Riccia Fluitans
Immergé: Anubias var Petite, Bolbitis Heudeloti, Hydrocotyle Vulgaris, Nymphaea Glandulifera, Flame moss, Stringly moss, Weeping moss, X moss, Fissidens Fontanus, Riccia Rhenana, Pistia Stratiotes

Animaux :
stiphodon Atropurpureus, Caridina Multidentata, Clithon, Anentome Helena

Rejoignez-nous