Tags Posts tagged with "yakushima"

yakushima

0 825

« Même si elle a été modifiée par l’homme, la forêt de Yakushima a gardé quelque chose de sauvage. On y trouve les échos de cette forêt primitive que craignaient et qu’honoraient nos ancêtres, dont tout Japonais a gardé au fond de lui une part de nostalgie.

Regeneration Unedited

Les arbres y dégagent beaucoup d’énergie et donnent aux promeneurs le sentiment d’une présence, de quelque chose d’inconnu et d’effrayant…

Regeneration

Tout y est très calme, trop calme, tellement calme que vous n’êtes pas tranquille, vous marchez en regardant autour de vous, vous avez peur… »

Hayao Miyazaki

Regeneration

« C’était il y a bien longtemps, dans une contrée lointaine, jadis recouverte de forêt.
En ce temps là, l’esprit de la nature parcourait le monde sous la forme d’animaux gigantesques.

Hommes et bête vivaient en harmonie, mais les siècles passant, l’équilibre se modifia, les rares forêts que l’homme n’avait pas saccagé fut alors protégées par des animaux immenses qui obéissaient au grand esprit de la forêt… »

Princesse Mononoke

 

 

0 2805

Lorsque nous sommes revenus de notre escapade sur l’île de Yakushima, voici maintenant deux ans, nous n’avons eu cesse de  retranscrire en plusieurs projets ce que nous avions pu voir et ressentir.  Ce projet , se déroulant en trois étapes, allait nous permettre de réaliser trois aquariums, un trilogie que nous avons appelé Régénération.regeneration-23

Nos bacs, « La source », « le torrent », puis « la rivière » ont été les bases de nos futurs aquariums destinés à participer à l’IAPLC.

Ces aquariums étant des projets personnels, leur diffusion se fait via notre journal mais également via d’autres supports, comme le booklet ADA et tout récemment par le site FACT depuis l’annonce des les résultats du concours .

Régénération « La rivière »,  est le premier de cette trilogie.regeneration-164 Une souche de Desert Wood sert de point focal pour notre composition.

regeneration-161Un lot de 15 racines Desert Wood  servira de base à tous nos projets. Nous n’utiliserons pas toutes les pièces, mais pouvoir choisir entre elles nous permet d’ajuster finement notre paysage.

Voici pour commencer la  rétrospective de ce projet primé lors de l’IAPLC 2014, la réalisation, étape par étape du hardscape. Des serres- câbles d’électricien sont utilisés pour maintenir les racines en place . La racine centrale est quant à elle vissée directement sur la souche.

0 549

RegenerationC’est dans les légendes néeau coeur de forêts impénétrables que de nombreux contes trouvent leurs racines.  La forêt serait peuplée d’innombrables créatures: fées mystérieuses, joyeux farfadets, faunes inquiétants…

Regeneration

De “Merlin” ou de la fée Mélusine au “Seigneur des anneaux”, du “Petit Poucet” aux films de Miyazaki, nous les retrouvons partout dans les récits ou  dans de nombreux films. L’ ile de Yakushima, située au sud de l’archipel du Japon,possèdeune de ces forêts auxlégendesfantastiques.

Regeneration

Nous profitons de notre nouveau site pour partager avec vous nos plus belles images, parfois encore inédites de cette forêt quia inspiré l’un des plus célèbres contes animés du cinéaste Hayao Miyazaki : “Princesse Mononoké”.

Yakushima est une île extraordinaire, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Elle possède une grande forêt primaire où les arbres millénaires portent tous des noms (Meoto, Hahako, Daio)et sont vénérés depuis la nuit des temps. Yakushima est une des îles frontières de la province de Yamato, fondatrice pour la culture et la pensée japonaise

Yakushima est une île extraordinaire, inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO. Une grande forêt primaire où les arbres millénaires portent tous des noms ( Meoto, Hahako, Daio) et sont vénérés depuis toujours, une des îles frontières de la province de Yamato, période fondatrice pour la culture  et  la pensée japonaise.

 

Regeneration

Les arbres y sont si imposants, si touffus et si hauts qu’au cœur de ce qui est désormais surnomméMononoke-hime no mori (もののけ姫 の森: la forêt de Princesse Mononoké), nous ne pouvons apercevoir le ciel. Ce n’est que  lorsque les cours d’eau y sont assez larges, qu’il devient possible de  percevoir le plafond lumineux du ciel et prendre un peu de recul pour admirer les arbres et les photographier .

Ci-dessous voici la souche arrachée de l’arbre photographié plus haut, couché dans le lit du torrent.

Regeneration

Portfolio:

 

Certains endroits sur terre sont  empreints d’un tel profond mystère que la nature, dans son immensité magique et sauvage , nous impose sa beauté. Continuons notre promenade  sur l’ile de Yakushima, à la rencontre des vieux Sugis, quittons quelque peu le sentier qui longe la rivière et égarons-nous dans cette forêt légendaire.

Lorsque nous  décidons de sortir du sentier, il nous faut avant toute chose  bien regarder où nous posons nos pas pour ensuite nous mettre à l’écoute du sous bois  . 

 

En effet, entre le suintement de l’eau sur les mousses, le bruissement du vent  dans les feuillages, la présence  des animaux ou les craquements de nos pas sur les branches de bois mort, nous constatons l’absence du silence. Il est difficile de retranscrire ici l’atmosphère de calme, de mystère et de paix qui règne sur cette forêt.

Comme notre regard est orienté par la passion que nous nourrissons  pour les paysages aquatiques, la moindre mousse, la  racine la plus noueuse, la plante la plus frêle vont retenir toute notre attention.

Il faut veiller à pas se laisser surprendre par la tombée du jour dans cette forêt déjà si mystérieuse et obscure.

 

Ici, espace et temps semblent suspendus.

Lorsque l’on regarde de plus près, la nature peut nous sembler familière.

Si,avec ses sugis millénaires, la végétation est particulière à Yakushima, les similitudes avec certaines forêts bretonnes, avec leurs blocs de granit , leurs fougères, leurs chênes et leurs châtaigniers, sont incontestables.

Alors en levant nos regards, c’est un monde extraordinaire qui se dévoile à nous. Les arbres prennent des formes qui laissent libre cours à notre imagination. Comme un enfant contemplant les formes étranges et changeantes des nuages, nous découvrons ici, avec des yeux d’aquariophile, une source inépuisable d’inspiration pour des compositions d’aquariums à venir.

 

La forêt de Shiratani unsui-kyō 白谷雲水峡  , qui veut dire littéralement  « gorge d’eau et de nuage  » est un des lieux qui a inspiré le réalisateur japonais Hayao Myasaki pour deux de ses films les plus connus au Japon : Princesse Mononoké , Nausicaä de la vallée du vent.

Regeneration

Tout comme dans nos forêts bretonnes, on imagine dans cette forêt la présence d’esprits et de héros de légendes, celle d’animaux fantastiques, ou d’étranges créatures. Nous sommes entrés dans le monde merveilleux de l’imaginaire qui donne à cette endroit, un charme vraiment particulier. Nous pouvons retrouver cet atmosphère dans l’univers remplit de fantaisie et de poésie des films d’animation de Hayao Myasaki.

Nous ne pouvions pas nous priver d’une randonnée dans cette partie de l’île, re-baptisée la forêt de Princesse Mononoké. La traversée de ce lieu très célèbre au japon est assez bien desservie par des sentiers balisés, rythmés en fonction des capacités des promeneurs, permettant à ceux-ci de partir à la rencontre des plus vieux sugis. Ils peuvent aussi choisir de s’en écarter, en s’égarant un peu  sans tenir compte des balises. C’est ce que nous avions décidé de faire.

Regeneration

A cet endroit, un nuage semblait être, de toute éternité accroché à la montagne; l’eau y suintait de tous côtés et une myriade de ruisseaux surgissait directement des mousses, comme d’une éponge toujours saturée.

Regeneration

L’eau émaneait du sol et il nous  suffisait de fixer notre attention sur celui-ci, pour y découvrir rapidement un sable de rivière presque blanc.

Regeneration

En nous éloignant quelque peu des sentiers et en prenant le temps d’observer la nature, nous pouvions apercevoir des sources jaillissant de toutes parts pour se transformer en ruisseaux d’eau vive puis en torrents. Des chutes d’eau y avaient façonné depuis des temps immémoriaux des galets de granit parfois gigantesques. Nous pouvions ici encore faire le lien avec certains endroits qui nous sont proches, comme ceux de Huelgoat dans le massif armoricain .

Regeneration

C’est guidés par le bruit de l’eau que nous avons décidé de nous enfoncer plus profondément dans la forêt, en suivant le cours des ruisseaux plutôt que celui des sentiers. Quelques centaines de mètres en contrebas, nous avons découvert un endroit si étrangement fantasmagorique qu’il est devenu le sujet primordial de notre voyage. Aucune image n’est à même de retranscrire la beauté qui se dégage de ce site .

Regeneration

A cet endroit, ou le torrent s’élargit en un étang, le sable du cours d’eau devient lagune et la forêt se transforme en jungle. Au moment de notre présence, seule une bande joyeuse de macaques faisait trembler les feuilles des arbres. Nous nous sentions alors observés, mais tolérés par eux.

Regeneration

Cet étrange univers s’est soudain élargi .La puissance de la nature ici, sur cette île, loin de toute présence humaine, nous a enveloppés de sa sauvage et belle sobriété.

C’est ici, au cœur de la forêt, que nous avons décidé d’arrêter nos pas pour contempler cette somptueuse nature.C’est ici encore que nous avons eu l’immense privilège de trouver la source de notre intérêt pour le paysage aquatique.

0 117

Suintante d’humidité telle une éponge,  cette île, entièrement préservée et  d’où seraient venus certains des premiers habitants du Japon il y a fort longtemps, a de fortes similitudes avec les jardins japonais tels que nous les connaissons.

C’est lorsque nous nous approchons du sommet de la montagne et que la cime des arbres commence à apparaître que cette similitude montre son authenticité.

 

 

Telle une mer d’arbres baignée de lumière,  la diversité des  matières et des tonalités est une réelle source d’inspiration pour réaliser un bac planté. En observant ainsi toutes ces nuances nous pouvons mieux comprendre comment obtenir un rendu naturel.

Par chance lors de notre passage, un rayon de soleil vient caresser l’extrémité des cryptomères. Nous découvrons alors un monde  paré de nuances de verts, de gris, de rouges, dans un subtil  mariage de pénombre et de lumière  .

Pleine d’esprits et de croyances, cette cime si dense que la lumière ne transperce que rarement, est une merveille  à observer. Alors si par chance nous assistons à une percée du soleil, c’est une émotion que nous ne manquons pas de cadrer et que l’appareil photo arrive à saisir.

Cette image de forêt sombre, éclairée par un rayon de soleil furtif, nous fait découvrir la richesse de la végétation de cette jungle primaire.

Yakushima , La ravine de Shiratani. Novembre 2012.

0 148

 » Sous la route, la mousse » 

Ce pourrait être le slogan de celui qui chemine sur l’île de Yakushima, île des hippies nippons et des vieillards qui souhaitent rendre visite aux arbres avant de mourir.

Si nous avons déjà parlé des lieux mythiques qui font la légende de Yakushima et sont au centre même de la culture Japonaise, nous avons également photographié tout ce qui qui défilait sous nos yeux là -bas.
Alors, avant une possible édition en grand format d’une sélection minutieuse  de nos images , voici pas à pas nos promenades en forêt.

Certains endroits sur terre sont  empreints d’un tel profond mystère que la nature, dans son immensité magique et sauvage , nous impose sa beauté; le photographe n’a  alors  nul besoin de « truquer » l’image pour nous faire rêver; il doit juste photographier avec humilité ce qui est là, devant  ses yeux. Sans presque bouger, le regard a juste à monter et à descendre pour évaluer la force du lieu.

Nous n’avons à peine pénétré dans la forêt qu’une forme apparaît, comme l’une de celles que l’on peut imaginer dans les nuages, une forme cependant moins fugace, telle que nous la dépeint Roger Caillois  dans son ouvrage : « l’Écriture des pierres ».

Il écrit :

« Dans les nuages, les simulacres sont évasifs. Le hasard innombrable qui les crée n’est jamais que succession lente où rapide d’instants instables, de formes labiles qui se dissipent aussitôt entrevues. Le regard qui les saisit au vol sait qu’elles vont lui échapper. (…)

L’étonnement ne peut sourdre et grandir qu’au moment où le spectacle subsiste, résiste, survit à la perception et se révèle à la fin moins passager que l’être éphémère qui l’a surpris ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un tel auteur qui s’est interrogé sur les relations qui existent entre les formes complexes du monde minéral et les figures de l’imaginaire humain ne peut que nous interpeller, le minéral faisant partie intégrante de nos décors d’aquariums d’aujourd’hui.

Après de longues minutes de contemplation sur le pont qui jouxte l’entrée de la forêt, nous allons enfin partir à la découverte du plus vieux cèdre Cryptomeria Japonica. C’est le plus ancien et le plus grand des 2 000 cryptomerias de l’île; son âge est estimé entre  2 170 et 7 200 ans.

Le nom de l’arbre fait référence à la période Jōmon de la préhistoire japonaise.

Jōmon Sugi est situé à l’altitude de 1 300 mètres sur la face nord de Miyanoura-dake (宮之浦岳), le plus haut sommet de Yakushima. 

Rejoignez-nous