Dossier

0 4205

un aquascaping en aquarium L’aquascaping ou la conception et mise en œuvre d’un bac planté nécessite d’avoir une bonne connaissance des plantes et des matériaux de décoration comme les différents types de pierres et de bois flotté. Takashi Amano est un maître de cet art et ses livres peuvent fournir une quantité d’idées quant au design d’aquariums. La section suivante définira les bases de l’aquascaping. Littéralement « Aquascaping » signifie « Paysage Aquatique ». C’est l’art d’arranger de manière esthétique des aquariums avec des plantes, des pierres et/ou des racines. Avant l’avènement de « l’aquarium naturel » nous connaissions deux écoles de paysages aquatiques distinctes, l’école Hollandaise et l’école Japonaise. L’école Hollandaise arrange des plantes géométriquement afin de créer un tableau végétal, coloré et esthétique. De son côté, l’école Japonaise reproduit des paysages inspirés de la nature à l’aide de racines, roches et plantes. À partir de 1991, le Japonais Takashi Amano va littéralement révolutionner ces deux écoles en associant leurs spécificités respectives, l’une tenant d’avantage du jardinage et l’autre de l’observation de la nature. Le principe de « l’aquarium naturel » est né. Il est à l’origine de ce qu’on appelle « l’Aquascaping ». Aujourd’hui le terme “aquascaping” peut être utilisé pour tout aquarium dont le décor ou le schéma de plantation a été “pensé” avant la mise en eau dans un but artistique, selon les goûts et la sensibilité de chacun.

Les matériaux de Décoration

Lors de la conception d’un aquarium naturaliste, l’utilisation de bois flotté et de différentes roches deviendra indispensable.

ryoboku

  • Pierres : Basalte, granite, quartz, ardoise et le grès sont sans danger pour un aquarium. Cependant, le calcaire est à éviter car il altère la chimie de l’eau en influençant l’alcalinité.
  • Bois flotté : On trouve aujourd’hui du bois flotté en tailles différentes et de toutes formes. Il existe du bois flotté récupéré dans la nature, par exemple des racines vieillies ou des morceaux de bois perforés par des vers. Avant de les introduire dans le bac, il est important de les faire tremper dans de l’eau quelques jours durant, cela permet de se débarrasser des éléments indésirables tels les tannins ou les dépôts de sel.

Lors de la sélection de bois flotté ou de pierres, s’assurer que leur taille est en accord avec la taille de l’aquarium. Faire pousser des fougères (Microsorium ou Bolbitis) ou de la mousse de Java (Vesicularia dubyana) sur du bois flotté améliorera l’aspect général de l’aquarium. Il peut être aussi magnifique de créer de petits monticules de pierres entourés de plantes plus courtes.

L’arrangement – le choix des plantes

L’aquarium hollandais ou l’aquarium naturel tireront un bénéfice certain si le schéma de plantation a été mûrement pensé et schématisé avant la mise en eau. Ce qui n’empêchera pas des modifications ultérieures en fonction des évolutions naturelles des plantes, des choix artistiques et des envies de l’aquascapeur. Lors de la mise en place des plantes dans un aquarium, elles doivent être plantées en fonction de leur taille et de leur condition de pousse. Par commodité, le bac peut être divisé en 3 parties, le premier, le deuxième et le troisième plan. L’aquarium doit être conçu en tenant compte des plantes: de leurs prédispositions (01 – Avant plan – 02 – Plan médian – 03 – Arrière plan), de leurs couleurs, de leur vitesse de croissance. Il est judicieux de préparer sa plantation à l’aide d’un dessin afin de réduire les manipulations ultérieures qui pourraient perturber, au lancement du bac, l’équilibre très fragile de l’aquarium. En effet, dans les premiers mois, chaque modification des paramètres peut favoriser la croissance des algues au détriment des plantes. Arrière plan : Les plantes de l’arrière-plan doivent être plus hautes que toute plante installée aux premiers et deuxièmes plans. Des plantes faisant plus de 30 cm de hauteur feront l’affaire. La plupart des plantes à tige (Hygrophila difformis, Hygrophila polysperma, Limnophila sessiliflora, Limnophila heterophila, Rotala indica, Rotala rotundifolia, Miriophillum aquaticum, etc…) ainsi que les plantes rosettes ayant des feuilles semblables à de longs rubans (Crinum thaianum, Sagittaria subulata, Vallisneria americana etc…) sont appropriées. Afin de décorer les racines de mangroves et les pierres au troisième plan, utiliser des espèces différentes d’Anubias ou de plantes épiphytes tels le Bolbitis heudelotii, Microsorium pteropus et Vesicularia dubyana (Mousse de Java), car ils mettent en valeur l’aspect naturel de l’aquarium. Plan médian : Pour le deuxième plan, sélectionner des plantes à tige d’environ 15 cm de hauteur, telle que Rotala macranda, Eustralis stellata etc…, qui apporteront une teinte rouge au milieu du vert clair. Au centre de l’aquarium, les plantes rosettes tels Nuphar lutea, Nymphaea sp. (Lotus tigré), Aponogeton sp. ou certains Echinodorus comme E. amazonicus, E. ’Ocelot’, E. ’Rubin’, E. ’Bartii’, etc… apporteront un contraste de couleurs et de formes. Les Cryptocorynes peuvent aussi faire partie de ces plantes. Avant plan : Les plantes n’atteignant pas plus de 10 cm de hauteur sont à réserver à la décoration du premier plan. Les plantes rampantes comme Glossostigma elatinoides et Lilaeopsis brasiliensis ou des plantes tels l’Echinodorus tenellus et E.latifolius ainsi que Riccia fluitans sont idéales. Dans des conditions favorables, ces plantes formeront un tapis vert au premier plan. Riccia Fluitans est une plante flottante mais peut être habituée à pousser de manière immergée. Cette plante doit être fixée sur du bois flotté ou des pierres à l’aide de fil de pêche.


Enfin, élaborer et dessiner l’agencement des plantes à l’avance afin de vous garantir l’obtention de l’aquarium de vos rêves.

La conception et la réalisation du décor : le « hardscape »

congosand1 Hardscape signifie « décor brut avant plantation ». La sélection des éléments du décor (sol, roches, racines) doit être faite avec pertinence, en tenant compte de la taille des plantes à maturité et des dimensions de l’aquarium. Il est intéressant de noter, dans le cas d’un hardscape à base de pierre, qu’une pièce maîtresse peu atteindre les deux tiers de la hauteur du bac. Un décor à base de racines peut être pensé différemment, le bois servant plus naturellement de support aux plantes à rhizomes. Avant la mise en eau, il est préférable de laisser mûrir le hardscape, l’observer, le photographier, le cas échéant le transformer après avoir pris un peu de recul. Cette précaution est un gage de pérennité, il évitera les manipulations une fois le bac mis en eau.

Spécificité de l’aquarium naturel

A l’inverse d’un aquarium hollandais dont l’aspect repose uniquement sur l’apparence des plantes, et qui donc se retrouve avec des phases plus ou moins gracieuses suivant les tailles, l’aspect de l’aquarium naturel lui, repose sur plusieurs paramètres qui lui garantissent un aspect « présentable » en permanence. La notion du « Hardscape » propre à l’Aquarium Naturel peut en lui-même expliquer une bonne partie de la question, en effet la structure artistique du bac reposant principalement sur l’agencement de pierres et/ou des racines il est clair que cet impact visuel sera conservé quelles que soient les tailles effectuées.

La réalisation

Un sable fin, des graviers, au premier plan permettront de créer une ambiance de plage où de bords de rivière, le prolongement de cette « plage » vers le fond de l’aquarium pourra rajouter un effet de profondeur. Puis entre cette plage de sable et le plan médian, quelques petites mousses accrochées à des supports (type supports Ista) ainsi que des plantes à croissance lente telles des Cryptocorynes et Anubias demandant peu d’entretien feront la transition. Il est possible d’agrémenter ce plan intermédiaire de petites touches de Glossostigma Elatinoïde qui, mélangées à une Echinodorus Tenellus créeront un effet naturel et apporteront une nuance de vert plus clair. Le plan médian, zone principale du « hardscape », devra rester visible afin de conserver son impact.Vous pouvez choisir des plantes à pousse modérée pour le plan médian afin que l’aquarium conserve en permanence une végétation dense. Des fougères à rhizomes telles que les Microsorum, Bolbitis Heudeloti ainsi que les mousses, peuvent être fixées sur les racines, garantes d’un plan médian toujours vert et dense. Dans le fond on peut, selon ses désirs, disposer des plantes caulescentes (à pousses rapides) qui même après la taille n’ empêcheront pas votre aquarium d’être présentable en toute circonstance. Dans tous les cas quelques soient vos aspirations laissez vous guider par vos propres goûts et n’hésitez pas à détourner les règles.

3 9534

L'art de l'iwagumi

Si vous décidez de faire des recherches sur l’origine des Iwagumis, vous tomberez certainement sur

un aquarium réalisé par Takashi Amano il y a un peu plus de 20 ans. En Japonais Iwagumi, que l’on prononce Ishigumi, s’écrit  石組 , le premier caractère signifie pierre et le second signifie principalement composition, arrangement, que l’on peut donc traduire par composition de pierres. Le premier aquarium présenté à l’occident était  un arrangement  très simple de roches de rivières et d’une plante unique: Echinodorus Tenellus.

La beauté inattendue de cet aquarium stupéfia le monde de l’Aquariophilie classique et les images de ce bac furent publié dans de nombreuses revues spécialisées, marquant le début d’une nouvelle ère dans la conception des aquariums.Cette disposition très particulière que personne n’avait vue auparavant fût la création originale de Monsieur Takashi Amano, mais il semble que cette pratique esthétique dans les aquariums existe depuis fort longtemps.

La mise en forme d’un Iwagumi est directement inspiré des Suisekis, art Japonais ancestral qui consiste à rassembler des pierres remarquables sur un plateau, soit en bois: Daiza, soit en grès: Suiban, soit une coupe en bronze: Doban. Ces pierres utilisées au départ pour la méditation peuvent rappeler des formes d’animaux, de paysages, où biens de belles formes abstraites. On a trouvé également des traces en Chine de collection de pierres datant du XIIème siècle. C’est art était nommé Bonseki et seul les élites les collectionnaient comme objets de méditation.

Les pierres sont à l’origine de bien des concepts philosophiques et spirituels, île de Pâques, les Dolmens en Bretagne par exemple, sont là pour nous rappeler le côté éternel de l’utilisation des pierres.


Toute la création de cette Iwagumi, de la conception à la plantation, est accessible en visionnant la galerie photo :

Conception

Inspiration Iwagumi

Au-delà d’un certain mysticisme la sensation que procure l’observation d’éléments minéraux apporte un sentiment de plénitude.

Comme si nous étions face à un paysage majestueux. Aujourd’hui si le style a évolué, le principe d’utiliser un choix de pierres cohérent, tournant autour d’une pièce maîtresse, est toujours d’actualité.

Nous ne retiendrons ici que le simple plaisir d’avoir un aquarium épuré et simple qui créera dans une pièce de nos maison où de nos bureaux une impression de plénitude et d’une beauté simple jusque là réservé au promenade dans la nature. Comme ici sur les Monts d’Arées en Bretagne. C’est un peu le principe des jardins de pierres zen, les Karesensui, à l’échelle de nos aquariums.

Si jamais vous entendez quelqu’un vous dire qu’une pierre peut avoir dix visages! N’hésitez pas à lui demander de vous fournir une pierre de son choix pour vous illustrer ses propos et tournez là, sous vos yeux… Peut-être y verrez-vous quelque chose qui vous décidera à concevoir un Iwagumi. Au Japon l’appréciation des pierres est considéré comme un art, le Suiseki. Une longue observation des pierres vous permettra, le moment venu de créer votre décor sans hésitations.

Exemple d'Iwagumi

Une fois les pierres bien observées et leurs formes assimilées laissez votre instinct parler et déposer ces pierres sans trop penser et sans calculer. Lorsque vous pourrez disposer votre Iwagumi en quelques minutes c’est que vous aurez réussi! Photographier ce premier jet et prenez le temps de l’observer. L’expérience, votre instinct, l’observation de la nature et le temps vous aiderons à obtenir l’effet naturel recherché, alors que le strict respect de règles, comme celle des tiers, pourrait vous bloquer dans votre créativité.


Toute la création de cette Iwagumi, de la conception à la plantation, est accessible en visionnant la galerie photo :

Réalisation

Pour quelqu’un qui voudrait réaliser un Iwagumi pour la première fois.

Chaque pierres utilisées dans un Iwagumi a son propre nom. Il y a des règles à respecter pour réaliser un Iwagumi, comme l’ordre dans lequel on dispose les roches, mais il semble que ce qui fait vraiment la différence c’est un choix cohérent de pierre, de part leur texture et le choix des plantes.

Appelation des pierres dans un iwagumi


Oyaishi
C’est la pierre maitresse de la composition. Il faut choisir la plus belle et celle qui a le plus de caractère possible. Sa taille devrait être approximativement aux 2/3 tiers de la hauteur de l’aquarium. Son inclinaison, dans le cens du courant devrait renforcer l’impact du paysage.

Fukuishi
C’est la deuxième plus grosse pierre de la composition. Choisissez une pierre qui a la même texture et la même couleur qu’Oyaishi

Soeishi
C’est une plus petite pierre qui est souvent placé juste à coté d’Oyaishi. Son rôle est de souligner la beauté et la présence d’Oyaishi

Suteishi (Pierre Sacrificielle)
C’est une petite pierre, que l’on peut aussi disposer en retrait de la composition principale. Elle pourra être temporairement engloutie par la végétation. Son rôle est plus un rôle d’élégance et de subtilité.


FAQ

Le nombre de pierres doit-t-il être pair où impair ?
Comme dans une composition classique il est de bon ton d’avoir un nombre impair de roches afin d’éviter d’avoir un décor qui apparait trop symétrique où qui pourrait passer pour être couper en deux. Le nombre impair permettant de lier l’ensemble plus naturellement.

Pourquoi Oyaishi est souvent inclinée ?
Dans un jardin zen c’est la direction suggéré par les graviers qui est la métaphore de la direction de l’eau, l’inclinaison d’Oyaishi dans un Iwagumi est utilisé pour suggérer la sensation du flux et le cens du courant.

conception d'un iwagumi La disposition du substratEn règle générale  on dispose une fine couche de substrat au premier plan afin de pouvoir , une fois les pierres disposés correctement, créer un effet de perspective et de volume.  Une fois mise en eau il est fortement déconseillé de bouger les pierres, c’est pourquoi cette première étape peut être faite en observant les pierres hors  du bac puis de laisser le bac sous vos yeux, sans eau pendant quelques jours.
L’arrangement d’Oyaishi d’après le nombre d’or
Si vous réalisez votre premier Iwagumi et afin de vous garantir une bonne disposition des pierres, nous vous conseillons de disposer la pierre maîtresse, Oyaishi en respectant la règle des tiers, à un tiers d’un coté et au deux tiers de la hauteur semble être un ratio de bonne augure, mais une fois cette règle assimilé, vos compositions se feront plus naturellement.
Arrangement d'un Iwagumi
Finalisation de l'Iwagumi avec le substrat La finition de l’Iwagumi est obtenu avec le substrat
En laissant glisser une fine couche de substrat supplémentaire entre les pierres vous créerez une sentiment de continuité. Dans certains cas de plantation on peut utiliser un sable décoratif pour  obtenir un premier plan lumineux.

Toute la création de cet Iwagumi, de la conception à la plantation, est accessible en visionnant la galerie photo :

Rejoignez-nous