En attendant les résultats du concours, qui ne devraient plus tarder, nous sommes heureux de vous annoncer les chiffres de la participation 2014 à l’IAPLC organisé par ADA ( Aqua  Design Amano).  Avec 2320 participants pour 64 pays, dont 27 français,  2014 est l’année la plus fructueuse depuis le lancement de ce concours tant au niveau des inscriptions que du nombre de pays participants.

Cette année, avant l’annonce des résultats, les déclarations deTakashi Amano semblent ouvrir les portes d’un retour à l’essentiel. Depuis quelques années, avec l’apparition de véritables dioramas, le concept « d’aquarium naturel » prôné par Takashi Amano semblait quelque peupassé sous silence.

 Ce phénomène de mode exacerbé par l’utilisation de matériaux non naturels pour les paysages, l’absence parfois notoire des poissons, la structure des bacs, et la photographie, commençait à prendrele dessus sur le concept aquatique initial et la vision de la maintenance des aquariums .

Cliff Hui (Hong Kong), IAPLC 2012. 42 ème

Des aquariums proches de véritables paysages aquatiques comme celui présenté ci-dessus, reculent chaque année un peu plus loin du » top 27« . Pour pallier à cette dérive,Takashi Amano a décidé cette année de joindre une note spécifique à tous les juges de l’IAPLC.

Afin de préserver et de ne pas s’éloigner de l’esprit d’aquarium naturel » du concours, la première partie de la notation, auparavant plus conventionnellefondée sur » l’impression générale » de l’aquarium proposé et qui comptait pour 50% de la note, a été modifiée par le terme:  » impression de reproduction d’un environnement naturel et de l’habitat ». Takashi Amano revient plus précisément sur ce point dans une interview  publiée il y a un mois dans le prestigieux magazine japonais AquaLife.

Monsieur Takayuki Fukada du collectif  TAU (Tokyo Aquascape Union) lors de la NA party 2013

Nous avons eu la chance d’obtenir par un de nos amis, membre de la TAU, quelques extraits traduits de cet interview exclusif de Takashi Amano. Ses propos vont à contre courant de la mode actuelle des dioramas, à savoir ces aquariums représentant des scènes qui ont de plus en plus tendance à utiliser l’aquarium dans un esprit différent de » l’aquarium naturel ».

Sur ce point très important, Amano a l’impression que les aquariums sont de plus en plus uniquement réalisés pour la photographie du concoursCe sont des paysages dioramas, qui n’ont que quelques mois, parfois même moins, au moment de la prise de vue. Après avoir envoyé la photo pour le concours, l‘auteur refait de nouveaux paysages  et ce toujours avec pour seul objectif, le concours.

Amano ne s’oppose pas à ce genre de procédé mais il ne souhaite pas que ces paysages réalisés pour une image instantanée obtiennent de meilleurs scores que les autres car beaucoup d’entre eux, ne sont pas viables dans la durée .

Amano a beaucoup écrit sur ce sujet dela philosophie de  « l’Aquarium Naturel ». L’esprit en est simple: c’est un monde écologique miniaturisé qui reproduit l’équilibre naturel dans un aquarium. Là sont les racines et la définition de « Nature Aquarium ». Les juges du concours sontmaintenantobligés de mettre le principe de cette philosophie à l’ordre du jour, le mot « miniaturisation » ayant atteint son paroxysme.

Stjepan Erdeljic, IAPLC 2013.

Certains participants semblent effectuer  des bacs seulement dans le but d’avoir une idée novatrice que les juges remarquent, dans l’espoir d’obtenir de meilleures places, ceci souvent au détriment de » l’esprit » de l’aquarium naturelet de ses principes fondamentaux. L’aquarium naturel est non seulementun échantillon de nature mais aussi un lieu équilibré pour les poissons et un espace facile à entretenir sur une longue période.  Il est très difficile de réaliser un paysage capable de tenir sur la durée sans faire de changements.

Au premier regard la plupart des observateurs croient qu’il est difficile de réaliser un aquarium diorama, mais Amano pense qu’il est plus facile de créer uniquement pour  » l’instant présent « , sans  aucune projection d’évolution envisageable du paysage sur le long terme. Amano crée ses propres aquariums pour qu’ils puissent  être viables pendant un minimum de 3 à 5 ans. Son propre aquarium de 4 mètres a  maintenant 12 ans et pourtant, à le regarder, il est toujours aussi frais.

Aquarium Naturel par Takashi Amano, NA gallery, NIigata 2012

Le style de paysage « diorama »a sa place dans le paysage aquatique mais il ne doit en aucun cas devenir le principal, voir le seul style présent dans la compétition. Réaliser un véritable paysage aquatique est plus difficile que créer un diorama. Au premier regard, pour beaucoup d’entre nous, la scène aquatique peut  paraître juste dépouillée, elle peut dans le concours passer inaperçue; mais pour réaliser un véritable aquarium naturel, il faut tenir compte de l’évolution des plantes sur le temps. En revanche les dioramas se rapprochent de la photographie de paysage pur, à un point tel que le banc de poissons figé par l’image singe de plus en plus souvent des vols d’oiseaux passant devant un ciel bleu.

En effet, si le but final est simplement la réalisation d’une idée, le diorama est parfait et cela ne signifie pas qu’il soit mauvais. Pour cette raison Amano propose  pour les prochains concours de distinguer les dioramas des aquariums naturels, et pourquoi pas des terrariums, et de les juger séparément.

 

Articles similaires

Pas de commentaire

Laisser un commentaire