Tags Posts tagged with "paysage aquatique"

paysage aquatique

2 1820

Voici Shiratani et Ryoku stone, deux nouvelles pierres qui viennent enrichir l’échantillonnage de  matériaux que nous utilisons pour vos créations.

Ryoku Stone

Il n’y a pas si longtemps, nous pensions que seules les fameuses Manten stone où les Akai stone permettaient de réaliser des décors dignes de ce nom. Puis sont arrivées de belles  Frodo stone et les Aku stone. Le panel de nos offres de pierres ne cesse ainsi de s’enrichir.

La mise en forme d’un Iwagumi est directement inspiré du Suiseki, art Japonais ancestral qui consiste à rassembler des pierres remarquables sur un plateau  en bois appelé Daiza, ou en grès appelé Suiban, ou encore dans une coupe en bronze appelée Doban. Ces pierres utilisées au départ pour la méditation peuvent suggérer des formes d’animaux, de paysages, où bien demeurer de belles formes abstraites.

 

 

 

 

 

 

 

Ryoku Stone

Comme le font le sculpteur, ou l’artiste de Suisekis, le choix de pierres à forte « personnalité », aux formes singulières est un gage de réussite.

Ryoku Stone

Des pierres aux teintes variées, associées aux nuances de verts des plantes et des bruns du bois, enrichiront l’aspect et la diversité de nos paysages aquatiques.

Shiratani Stone

Grâce à ces deux nouvelles pierres, à la couleur proche de celle de la fameuse Manten Stone, et travaillées comme la Aku Stone nous nous allons pouvoir élaborer de nouveaux décors.

La Ryoku est une pierre qui inspire la force, la puissance. Ses formes massives et droites nous rapprochent des paysages les plus fameux réalisés par Takashi Amano.

La Shiratani, tout aussi travaillée par le temps, avec ses cassures très particulières est cependant plus douce, ses rondeurs nous ramenant directement aux paysages aquatiques et à la force du courant…

5 989

Lorsque ces nouvelles racines sont arrivées à l’atelier nous avons décidé de nous laisser inspirer par ces nouveaux éléments. Nous avions déjà construit nous-même notre « petit arbre« , mais ici, les deux pièces que nous avons reçues nous ont immédiatement projetés dans nos souvenirs de voyage au japon.

Souhaitant réaliser un véritable paysage miniature avec un arbre  pleureur, se courbant comme celui que vous pouvez voir. L’image ci-dessous qui est  exposée sur les murs de l’atelier, nous  transporte dans la forêt de Shiratani. Suintante d’humidité telle une éponge, cette forêt d’où seraient venus certains des premiers habitants du Japon, est située sur l’île de Yakushima. Elle est entièrement préservée et présente de fortes similitudes avec les jardins japonais tels que nous les connaissons.

Ci-dessous, nous lestons la racine Trees Roots avec une Okho stone et nous la fixons sur la pierre avec du ADA wood tight, conçu sur le principe du fil de jardinage inoxydable et recouvert de matière plastique. Son élasticité, sa solidité et surtout sa couleur sont de précieux atouts pour obtenir un rendu très naturel sans recourir à des subterfuges.

C’est lorsque nous nous approchons du sommet de la montagne et que la cime des arbres commence à apparaître, que cette similitude semble la plus évidente . Nous allons tenter de reproduire, à l’échelle d’un nano- aquarium, l’esprit de cette photographie.

 

Pour cela nous utilisons une paire de ciseaux, de la colle « Super Glue » en gel et deux portions de Weeping moss. La Weeping moss  a l’avantage de vraiment tomber sous la lumière et devrait tout à fait convenir pour la représentation de notre bonzaï aquatique.

 

 

Cependant, aussi belle soit cette mousse, elle s’accroche très mal aux supports que constituent les nombreuses et très fines ramifications de notre racine . L’usage de « Super Glue » gel, s’est par conséquent imposée. Nous procédons branche par branche en prenant soin de bien écraser la mousse humide sur les gouttes de « Super Glue ».

Nous terminons cet assemblage et nous constatons que les deux portions de mousse dont nous disposions  ont été utilisées; quelques branches n’ont pas  pu recevoir de mousse. Nous rectifierons ce manque lorsque la mousse aura trouvé sa forme en immersion  d’ici un mois.

 Délicatement nous procédons à la mise en eau.

 

 

 

 

 

L’aquarium dans lequel nous avons réalisé ce nouveau projet était en eau depuis quelques semaines, la partie technique fera l’objet de notre prochain article.

6 2496

Les principes mêmes du « Nature Aquarium » selon Takashi Amano ne conviennent pas toujours à l’image que certains compétiteurs aquatiques proposent avec des réalisations qui tiennent plus du paysage terrestre que du paysage réellement aquatique, représentant les bancs de poissons comme des vols d’oiseaux.

Nous sommes ici heureux de vous présenter et de donner la parole à l’un de ses disciples, l’un des plus grands paysagistes aquatiques qui excelle depuis plus de 14 ans dans notre domaine : Masashi Ono.

L’aquariophile Masashi Ono, de par ses réalisations pensées pour les poissons, nous permet d’observer de réels paysages aquatiques et nous offre le plaisir de contempler un banc d’Altums sauvages comme si nous étions en apnée dans une rivière d’Amérique du sud.

Dans les oeuvres complètes de Takashi Amano ( à gauche sur la photo) nous pouvons lire un passage dont le contenu conviendrait tout à fait aux aquariums de Masashi Ono (au centre):

« …si vous voulez vraiment faire partie de l’élite, il faudra mystifier aussi les poissons. Bien sûr il est nécessaire que ce soient des spécimens sauvages d’Amazonie, d’Afrique de l’Ouest ou du Sud-Est asiatique. Si vous arrivez à faire croire à ces poissons qu’ils sont de retour dans leur milieu naturel, alors vous serez le meilleur des meilleurs. « 

Takashi Amano

 

Nous avons l’immense plaisir de partager avec vous cet échange avec Masashi Ono.

FQ: Monsieur Masashi Ono, permettez-nous de vous remercier d’avoir bien voulu nous accorder un peu  de votre temps et de vous présenter aux lecteurs francophones qui ne vous connaîtraient pas encore. Depuis combien de temps  réalisez-vous des aquariums naturels?

M.O: J’ai cinquante et un ans et je pratique le paysage aquatique depuis quatorze années.

FQ: D’où vient votre savoir-faire? .

M.O: J’ai acquis un certain savoir grâce aux livres de Takashi Amano et dans les boutiques d’aquariophilie.

FQ: Combien d’aquariums détenez-vous et pour quelle utilisation?

M.O:  J’ai quatre aquariums : deux me servent  à la réalisation des paysages aquatiques;  je réserve les deux autres à  la maintenance des plantes et des poissons.

FQ:  Combien de temps consacrez-vous chaque jour à vos projets?

M.O: Cela me prend à peu près dix minutes par jour.

 

FQ:  Passons à quelques brèves questions d’ordre technique. La lumière est-elle un point important pour vous et que recommandez-vous en matière de puissance et de temps d’éclairage? La filtration est-elle importante pour vous?

M.O: Oui la lumière est importante, il faut l’adapter en fonction des plantes choisies, volume et puissance étant des atouts majeurs. De plus la filtration a une grande importance

FQ: Quel type de fertilisation utilisez-vous?

M.O:  J’utilise du Power Sand ADA que je dispose au lancement de l’aquarium sous l’aquasoil , puis uniquement du Brighty-K de chez ADA.

Takashi Amano  et Masashi Ono à Tokyo en oct 2013.

FQ: les algues semblent totalement absentes de vos aquariums, quel est votre secret?

M.O: J’ajoute beaucoup de crevettes Cardina Multidentata et des Otocinclus pour prévenir toute invasion d’algues.

 

FQ:  A la fin lorsque l’aquarium est à son apogée, la seule trace qui permet de partager le projet  avec les personnes qui n’ont pas  l’opportunité de voir la réalisation de l’aquarium est la photographie. Est-ce une démarche importante pour vous?

M.O: Oui,  je l’utilise dès le commencement pour la disposition des branches, des pierres et le contrôle des zones d’ombre.

FQ: L’esprit et la grâce qui se dégage de vos aquariums est unique.

M.O:  Merci beaucoup

FQ: Concernant votre philosophie,vous êtes inspiré par la nature elle-même et vous êtes également passé maître pour transposer « l’esprit de la nature » et des paysages réellement aquatiques dans un aquarium. Ceci est extrêmement présent dans vos œuvres et présente un intérêt considérable aujourd’hui alors qu’une tendance à reproduire des paysages terrestres donne l’impression que les poissons volent dans le ciel. Vos décors sont purement aquatiques et les poissons sauvages semblent se comporter comme dans la nature.

M.O: C’est exactement cela, c’est mon but personnel: donner l’impression que mes poissons sont dans leur élément.

 

FQ:  Pouvez vous nous dire de quelle manière vous enrichissez votre inspiration et que recommanderiez- vous à un jeune aquascaper?

M.O: Je vais régulièrement marcher le long des rivières et à la montagne. Là-bas j’observe et j’étudie les dispositions naturelles des branches et des pierres dans la nature.

FQ: : Quelle est la chose la plus importante qui nourrit votre inspiration?

M.O:  la chose la plus importante est d’imaginer l’activité des poissons dans un décor, et tout faire pour que le paysage donne l’impression aux poissons d’être chez eux.

FQ: Lorsque nous observons vos aquariums,  nous pouvons découvrir une véritable unité, une ligne directrice qui, depuis le début, fait de tous vos projets une œuvre unique. Le novice imagine la nature chaotique, mais s’il l’observe longtemps, il découvre que l’organisation naturelle des choses est extrêmement précise. C’est ce qui ressort de vos aquariums, nous pouvons observer un banc d’Altum sauvage, immobile, se camouflant dans les racines comme dans la nature, à l’abri des Nymphaea ou des échinodorus. Cette simplicité apparente est une pure merveille, sans doute ce qu’il y a de plus délicat à atteindre. Les artistes utilisent le bois et le minéral depuis longtemps, les aquascapers y ajoutent le végétal, les êtres vivants, l’eau, la vie tout simplement.
Avez-vous beaucoup pratiqué avant d’obtenir cet effet naturel? Combien de temps cela prend-il pour concrétiser vos idées?

M.O:  Oui, il me faut essayer et essayer sans cesse pour retrouver le sentiment et le bon équilibre de la nature.

FQ: A première vue l’aquascaping semble être une passion solitaire, mais l’esprit de groupe y est important. Vous appartenez au très célèbre groupe TAU ( Tokyo Aquascaping Union), que partagez-vous avec ce groupe?

M.O:  Nous partageons notre passion, nous nous aidons lors du lancement de certains projets et nous partageons nos techniques de réalisation.

FQ:  Pour conclure, que recommanderiez-vous à un débutant où un aquascaper confirmé souhaitant se perfectionner?

M.O: Je lui dirais de conserver les mêmes racines, les mêmes pierres et de reconstruire des projets différents avec les mêmes pièces. C’est la meilleure méthode pour progresser.

FQ:  Merci infiniment à vous pour le temps que vous avez bien voulu nous consacrer ici. A très bientôt.

Rejoignez-nous