Tags Posts tagged with "amazone"

amazone

2 1904

Sumida Aquarium

Nous avions déjà publié plusieurs reportages concernant notre visite au Sumida Aquarium situé en plein coeur de Tokyo à la Skytree Tower.Ce monument d’architecture moderne est, en l’espace de quelques mois, devenu un lieu de pèlerinage pour les paysagistes aquatiques du monde entier. Takashi Amano y a réalisé les deux plus grands aquariums plantés au monde: la Forêt primitive et Grassland

Se retrouver face à  ces aquariums naturels,est une fabuleuse  expérience. Le spectacle,lié au volume de ces paysages est tel que nous  avons à tout prix, voulu l’enregistrer avec tous les supports dont nous disposions . Après les avoir photographiés, nous avons décidé de filmer quelques brèves séquences animées. Quelques mois après notre retour elles redonnent vie à ces instants inoubliables.Les photographies demeurent d’un intérêt évident, mais les films donnent aussi à voir les aquariums sous un angle différent.

Les voici maintenant montés et c’est avec plaisir que nous les partageons avec vous :

Le premier de la séquence est celui qui montre le bac situé juste en haut des escaliers qui mènent au Sumida Aquarium:

Sumida Aquarium

Primeval Forest par Takashi Amano

L 414  x P 164 x H 170

Sumida aquarium Tokyo Sky Tree tower, novembre 2012.

La partie décorative et végétale est composée de grandes racines récupérées au bord de l’Amazone, de la Manten stone dans le bas de l’aquarium et de sable décoratif composé d’un mélange de Plata Sand et Colorado Sand.La clareté du sable aide à renforcer l’impression de profondeur et contribue à ajouter de la luminosité. L’aquarium étant d’une hauteur d’1m70, la réflexion de la lumière est extrêmement importante. Sur les racines sont fixés des Microsorum Narrow leaf et des Bolbitis Heudelotii.En arrière plan, des Cryptocorynes Balansae et des Vallisneria donnent vraiment une impression de paysage aquatique. Sous les racines,Takashi Amano a disposé des Anubias barteri nana,des Cryptocoryne Wendtii green ainsi que de la Vesicularia dubyana.

L’aquarium est âgé de 7 mois lors des prises de vues,.il est intéressant de noter que le concept du Wabi Sabi cher à Takashi Amano va être une fois de plus mis en exergue avec ce projet .Par ailleurs, cet aquarium devrait s’embellir avec le temps.

 

5 36088

Afin de répondre aux questions que vous nous posez très régulièrement voici un premier article pratique qui vous aidera à constituer simplement et rapidement un aquarium du type biotope.

Les aquariums demandent une étude rigoureuse de la faune, de la flore et un respect des paramètres de l’eau, du courant et de l’éclairage. Ces biotopes, appelés« authentiques », ne sont pas les plus faciles à mettre en œuvre Maintenir de tels écosystèmes demande en effet une certaine expérience et quelques connaissances.  C’est souvent le fruit de nombreuses recherches, parfois longues mais qui apportent une très grande satisfaction. Nous essaierons, en nous rapprochant le plus possible du biotope naturel, de vous proposer quelques projets de ce type, dans la veine de nos bacs « Sombre Rivière« ,  » Petite Rivière » où de « Déraciné«  que nous installons actuellement à l’atelier.

La méthode la plus simple pour obtenir un aquarium à l’aspect naturel est de tenir compte de l’origine des plantes et des poissons.Les besoins de la flore et de la faune étant les mêmes, vous éviterez ainsi certaines erreurs.En effet, prendre comme référence un aquarium de type biotope donnera à vos bacs un aspect plus facilement naturel.

Commençons cette série en nous intéressant à l’Amérique du sud et au »biotope amazonien » .
L’Amazonie est une région riche de part par sa vaste étendue géographique et les variations de son climat.Elle est connue pour la richesse de sa flore et pour la diversité de sa faune. Elle est baignée par l’Amazone;fort de ses sept mille kilomètres,ce fleuveest le plusgrand cours d’eau  de notre planète et ses affluents sont pléthoriques. Ces cours d’eau ont parfois des eaux blanches au PH élevé, des eaux Noires au PH très acide 3/5 et des eaux claires au PH très variable.

 Nous vous proposons aujourd’hui, defaire le choix d’un biotope modèle de cette région  .

Prenons la région du Mato Grosso et du Mato Grosso del Sul, destinations célèbres pourl’écotourisme et la richesse de la flore et de la fauneterrestres et aquatiques. La richesse de leurs petits cours d’eau, à l’eau souvent transparente et dont la faune aquatique aintéressé tous les explorateurs.

 Nous établissons une première fiche type,très proche du biotope « authentique ». Localisons nous autour du Rio da Prata , un affluent de la rive droite du Rio Taquari, lieu magique aux eaux translucides et à la végétation aquatique d’une richesse incomparable.

©Fernando B. Francischelli

Nous réaliserons dans un aquarium, un véritable jardin aquatique qui ravira les amateurs de bacs plantés désirant retranscrire un échantillon de rivière cohérent et au plus proche d’un biotope.

©Fernando B. Francischelli

Les eaux du Rio da Prata ayant un phentre 5,8 dans certains endroits des cours d’eau à 7,8 et la température oscillant en permanence, entre 15/19°c l’hiver à 24/28°c l’été, nous avons une base extrêmement large pour concevoir notre premier biotope.

Les poissons qui sont à l’aise  avecce type de paramètres sont nombreux.La plupart descharacins, des otocinclus, des Moenkhausia et descorydoras seront tout à fait bien choisis pour occuper un premier aquarium de taille raisonnable.
Vous pourrez utiliser un aquasoil ADA new Amazonia qui permettra à votre bac de rester de manière stable et sans extrêmes (ni eau très acide , ni eau très dure) dans une moyenne raisonnable.

©Fernando B. Francischelli

Pour créer votre bac, commencez par séparerle sol en deux parties: La première faite de sable clair comme du La Plata Sand ADAmettra en valeur les poissons « de fond », grâce au sol lumineux, comme l’est celui du le rio da Prata.  La seconde partie sera crée avec de l’Aqua Soil Ada new Amazonia; c’est un sol complet qui aide à stabiliser les paramètres des bacs, favorise l’enracinement et participe à la croissance des plantes. Vous pouvez créer une séparation naturelle avec des racines qui, comme sur l’image ci-dessus, apporteront  du bien être aux poissons et donnera un aspect très naturel à votre projet.

La liste végétale  est elle aussi très vaste 

Arrière plan:

AlthernenteraHeteranthera ZosterifoliaCabomba, Valisneria spiralis , Echinodorus bleheri Echinodorus parviflorus Polygonum sao pauloCyperus sp, Hygrophila rubela , Hydrocotyle leucocephalaLudwigia repens rubin , Ludwigia arcuata,  Myriophillum, Nymphaea sp, Bacopa Australis

Zone médiane:

Echinodorus cordifolius, Echinodorus bolivianus, Echinodorus angustifolius

Avant plan:

Echinodorus tenellus, Hydrocotyle verticilata

Nous tenons à remercier notre ami Fernando B. Francischelli  du team Brésilien Aquabase Aquapaisagismo pour ses photographies.

2 1676

Black Water signifie Eau Noire, lorsque l’on parle d’eau noire, blanche où claire, on parle en réalité plus des paramètres physico chimique de l’eau que de la couleur à part entière.

C’est en cela que nous avons décidé de tester les produits tel que le La poudre Black Water qui est un mélange d’oligoéléments, d’acides humiques et fulviques avec une multitude d’effets positifs sur votre aquarium et ses habitants. Permettant ainsi l’aquariophile d’obtenir facilement les paramètres souhaités sans pour autant colorer votre eau en permanence.  Nous testerons également bientôt un autre produit similaire que nous venons de rentrer sur notre site afin de pouvoir comparer.

 Dans la nature on parle d‘Eau Noire principalement pour certains biotope Amazonien. Des rivières comme le Rio Negro où la décomposition des feuilles et des branches d’arbres chargent l’eau d’acides humiques  et de tanins. L’eau est souvent fortement déminéralisé et comme elle reçoit peu de lumière, la végétation y est rare, le ph souvent très bas entre 3 et 6 , mais cette eau est transparente, la couleur thé étant le resultat  de tanins mais surtout de par la diffusion du sol qui est de couleur marron et des racines qui bordent les cours d’eau et qui servent de refuge aux poissons. Une Eau Noire existe également dans de nombreux autres biotopes, comme en ceux en Asie  de certains Betta sauvage , crevettes Cantonensis et autres Sundadanio Axelrodi. Nous reviendrons ultérieuremen sur la maintenance de ces poissons très particulier dans des aquariums de l’atelier.

 

Si autrefois nous pensions tous qu’une eau couleur « thé » était la garantie d’une maintenance de poisson dits d’eau noire, depuis peu d’autres facteurs, tout aussi, voir plus important encore comme la géographie, le courant et les variations que nous  trouvons dans la nature sont autant de paramètres qui peuvent garantir le succès de maintenance et des reproductions parfois délicate.

 

Nous n’allons pas reprendre la fiche technique de ce produit et en décomposer les bienfaits, mais après l’avoir testé sur la plupart de nos aquariums, que ce soit nos bacs de sélection de crevette Cantonensis, où la reproduction a repris de plus belle, notre nouveau projet de biotope qui fait suite à La Petite Rivière et notre bac Halloween sur l’Amazone, nous partageons avec vous l’introduction de cette poudre aux allures presque magique. Magique car en effet le comportement des habitants est, bien qu’ils soient déja chez eux  dans nos aquariums, vraiment stimulé, alors que les algues par contre ne semblent pas apprécier  du tout , quant à la coloration jaune, qui n’est pas désagréable soit dit en passant, disparais en quelques jours, laissant place à une eau extrêmement cristalline…  Eau Noire qui va par contre conserver plusieurs jours tous les bienfaits contenus dans la poudre Black Water. Si toutefois on souhaite conserver cette couleur, qui dans certains cas de biotope bien précis peut être d’une beauté incroyable, on peut rajouter à chaque changement d’eau une dose proportionnelle de poudre  noire.

0 177

Nous avons remplacé l’aquarium Halloween et dispersé sa population dans nos autres aquariums ou dans ceux de particuliers. Nous continuons  le retour sur séquences inédites, que nous partageons avec vous dans cette deuxième vidéo.

La photographie a pour vocation de laisser une trace qu’il est possible d’imprimer, d’archiver et de conserver sans avoir besoin d’un disque dur et d’un écran. Nous pouvons ainsi visualiser les images sans avoir recours à l’énergie électrique. Un témoignage de quelque chose qui a parfois évolué, où parfois n’est plus. Toutefois l’image fixe, fige les faits, conférant parfois une impression d’immobilité au sujet traité. La vidéo, fait désormais marche commune avec la photographie, presque tous les boitiers numériques aujourd’hui ayant cette deuxième fonction: un « switch » permanent entre l’image fixe et l’image en mouvement , c’est ce que nous avons essayé de faire tout au long de cette première année à l’atelier. Le temps passe, les montages se succèdent et voici la suite des séquences que nous avons tournées lors de la dernière séance de prises de vues du bac « Halloween sur l’Amazone« .

 

 

 

 

 

Halloween sur l’Amazone | La dernière séance I from Floraquatic on Vimeo.

0 331

Halloween sur l’Amazone | La dernière séquence I from Floraquatic on Vimeo.

Données techniques : Aquarium Floraquatic 90x45x45, Eclairage Easy Life Paradiso SunnDimm, Verrerie Cal Aqua Lab Efflux & Influx  17mm, Filtration: HAGEN FLUVAL G6

Fertilisation : Easy Life FerroEasy Life CarboEasy Life KaliumEasy Life Profito

Hardscape : Racine AraignéeAquasoil New Amazonia, Pouzzolane noire

Plantes Hygrophila PinnatifidaEchinodorus Tenellus, Polygonum Sao Paulo, Rotala Indica,  Rotala sp green,Rotala macrandraNymphaea Lotus tigre rouge,  Cryptocoryne wendtii brownAnubias nana var Yellow,Ludwigia arcuata Luwigia repens rubinLobelia cardinalis var petite, Eleocharis parvulaEleocharis acicularis,Eleocharis viviparaStaurogyne porto vehlo, Hydrocotyle tripartita (sp Japan)

Animaux : Nannacara Anomala, Hyphessobricon Amandae , Otocinclus Affinis, Hypoptopomatinae, Caridina Multidentata, Heteropoda Extra Red,  Clithon. 

Les images se passent parfois de langage et  de commentaires .

Nous avons remplacé l’aquarium Halloween et désormais nous avons dispersé sa population dans nos autres aquariums ou dans ceux de particuliers. C’est avec des prises de vues légèrement rapprochées, que nous partageons avec vous cette première séquence vidéo.

Si  le nom d’ Halloween fût un clin d’œil aux couleurs  flamboyantes rouge-sang des plantes qui composaient cet aquarium, celui d’Amazone était du au  choix de sa population que nous avions voulue Sud- Américaine

Dans l’ordre de passage,vous pouvez voir: notre couple de Nannacara Anomala, un banc d’Hyphessobrycon Amandae,et un petit groupe de Carnegiella strigata, qui a séjourné dans l’aquarium quelques jours. Deux d’entre-eux se sont échappés du bac et ont été remplacés par des Nematobrycon palmeri. Une quinzaine de Corydoras pygmaeus ainsi qu’un groupe de Macrotocinclus affinis ont animé l’arrière plan du bac. Une vingtaine de Caridina multidentata (Ex-caridina japonica) et d’escargots détritivores se sont en partie chargés de l’entretien du bac. Le volume de notre aquarium, associé à un système de filtration performant ,nous a permis de maintenir dans de très bonnes conditions cette population diverse mais cohérente,chaque espèce ayant été choisie en fonction de sa taille mais également des zones naturelles qu’elle occupe. C’est ainsi que de bas en haut , des zones d’ombre aux zones éclairées, tous ont trouvé leur place.

 

 

Halloween sur l’Amazone | Close Up from Floraquatic on Vimeo.

Nous y sommes! la Rotala macrandra, star de ce projet a enfin pris la position que nous attendions d’elle.Habituellement cette reine de beauté est plutôtdestinée aux fonds des aquariums où ses feuilles d’un rouge écarlate semblent couronner les paysages

Pour ce paysage aquatique, nous avions pensé dès le début qu’en disposant notre Rotala macrandra à trois endroits différents, à savoir, au premier plan à droite puis à 1/3 du coté gauche du bac et enfin solitaire au cœur d’un bouquet de plantes caulescentes à gauche, nous lui donnerions ainsi une place toute particulière pour la mettre en valeur .

Le jour de la prise de vu finale est arrivé.Toutes les plantes étant en excellente santé, nous allons pouvoir mettre en œuvre toutes les étapes étudiées durant les semaines précédentes.

Nous plaçons notre système de rétroéclairage et occultons les différentes sources de lumière, celles qui peuvent créer des reflets sur les vitres, ainsi que celles qui pourraient éblouir la cellule de l’appareil photo et créer un effet de contre-jour. La rampe d’éclairage est relevée à son maximum afin de diffuser le plus harmonieusement possible son illumination.

Nous inspectons minutieusement toutes les parties de l’aquarium. Il n’y a  pas la moindre présence d’algue; toutes les plantessemblent prêtes à être prises en image  le même jour. Les racines, sont elles- mêmes  inspectées,  la moindre présence d’une vilaine algue pinceaux  pouvant  gâcher une prise de vues. À cet instant le bac et d’une beauté rare, l’eau qui a été changée en plus grande quantité que d’habitude, apporte une limpidité à l’ensemblechaque tige, chaque plante est superbe: nous décidons donc de procéder à la photographie finale: cette séance de photographie est réalisée avec du matériel professionnel, un Canon Eos 5 d MarkII équipé d’un 20 mm voigt länder et d’un zoom 24/105 4 L USM .

 Nous allons photographier et filmer le bac suivant des angles différents. Pour ce, nous allons sortir nos objectifs et « mitrailler » la star du jour.

Afin de donner le plus de dynamismepossible au décor, nous mettons le haut du cadre à quelques centimètres au-dessus du niveau de l’eau.

Afin de vous permettre de constater par vous-même, voici, ci-dessous, la photographie prises une dizaine de jours avant la séance finale.  Celle-ci fût réalisée avec un appareil compact Fuji numérique, à main levée, en mode EXR ( tout automatique); force est de constater que ce n’est pas l’appareil photo qui fait la photo mais bel et bien la préparation de l’aquarium.

 

 


Il nous est rarement donné à voir un tel spectacle dans un bac planté. C’est avec une grande satisfaction que nous avons pu constater que le bien-être des habitants de nos aquariums était tel que la vie y prenait une importance primordiale et donnait du sens à nos projets. Les paysages aquatiques, non seulement nous offre à voir, mais peuvent également s’avérer très utiles à ceux qui y vivent, à savoir poissons, invertébrés et autres signe de vie animale où végétale.

Les préjugés que nous avions eu, de part nos lectures, ont été rapidement remis en question dès lors que nous avons pensé nos paysages aquatiques d’un point de vue autant esthétique qu’aquariophile. Chaque animal, chaque plante, chaque espace de l’aquarium, chaque recoin, branche, plante ou pierre peut avoir un rôle à jouer: rôle esthétique pour le plaisir et le repos des yeux mais également rôle  utilitaire pour les habitants de nos aquariums, un peu à la manière de certains parcs paysagés aux pelouses interdites, pensés strictement pour le plaisir des yeux, mais faisant l’impasse sur le rôle biologique et ludique de tel où tel bosquet  d’herbes folles ou tels espaces laissés en friche .

Nous pouvons constater que les décors , faits de bois et de pierres de nos aquariums, fournissent une géographie des plus naturelles et que les plantes avec tout l’oxygène qu’elles produisent, apportent un bien-être irremplaçable aux êtres vivants qu’elles côtoient . Les filtres créent le courant et l’équilibre du milieu aquatique et le sol complet apporte une stabilité sans que nous ayons besoin d’intervenir. Tous ces paramètres ainsi conjugués  nous ont permis  de faire ce constat : Qu’il s’agisse de nos Inpaichtys kerri, Taïwan bee, betta et nannacara anomala, les parades amoureuses et le comportement de ces habitants, s’ils sont toujours  très intéressants  à observer dans la nature, deviennent,  à l’échelle d’un bac paysagé vraiment magiques, fascinants.

 Ce paysage aquatique nous permet d’observer la vie et la nature sous l’angle d’un voyage immobile. Il devient éveil pour nos enfants, rêve au coeur de la maison, découverte pour bon nombre d’amateurs de monde  végétal, de la vie des plantes aquatiques. Pour les naturalistes il est source d’observations et source d’inspiration pour bon nombre d’artistes .  

Lorsque tout disparaît au profit de la nature et que nous avons l’impression d’être au coeur d’une rivière, alors, le but recherché pour l’élaboration de notre Aquarium Naturel est réussi.

Voici le premier extrait des séquences videos que nous avons enregistré pour conserver une trace d’Halloween sur l’Amazone:

0 245

Voilà notre bac enfin prêt à être photographié. Nous allons fabriquer, avec très peu de moyens, notre studio mobile pour aquariums. Comme nous l’avons vu précédemment, la préparation de la prise de vues est essentielle. C’est précisément ce qui va contribuer à ce que la photographie finale magnifie votre paysage. Un peu d’observation et  quelques astuces, parfois vraiment propres à votre installation, vont vous permettre de prendre plaisir à photographier, puis à partager votre paysage.

Pour cela nous allons fabriquer un fond rétroéclairé qui va illuminer l’aquarium et détourer avec douceur les plantes  et les racines. C’est aussi ce qui va donner ce rendu assez particulier et  lumineux à la photographie. De simples équerres d’étagères nous serviront de support à un T8...de cuisine classique. Nous avons choisi une lumière du jour, soit un tube » Osram » 865. Une plaque de plexiglas blanc achetée 10 euros va être posée également sur les équerres entre la vitre arrière et le T8.

 

L’effet produit par un fond rétroéclairé va sublimer votre aquarium. À l’atelier nous avons choisi un système mobile afin de pouvoir l’utiliser pour tous nos aquariums, mais chez vous, vous pouvez tout aussi bien décider d’avoir à demeure un tel système qui le soir, lorsque votre bac est éteint , peut donner une atmosphère  assez magique. Une fois le fond installé, nous nous occupons des petits détails.

L’ennemi du photographe d’aquarium est le reflet. Le reflet de la marque de l’appareil, le reflet du photographe ou d’objets qui apparaissent dans les ombres du paysages. Si ce détail peut être l’occasion de créer quelques photos anecdotiques, il va nous falloir pour faire une photo officielle, éradiquer ces reflets. La première des choses à faire   va être de plonger la pièce totalement dans le noir. lI nous reste à régler la lumière du bac; dans le cadre précis  de cette photographie, avec les éléments qui dépasse du  bac,nous n’allons pas pouvoir occulter la lumière de la rampe « Paradiso » qui sera notre seule et unique source d’éclairage. Pour enlever toute réflexion possible nous utilisons une plaque de carton noir mat sur laquelle nous avons fait un orifice qui laissera passer l’objectif. Il est intéressant de noter qu’en plus de supprimer les reflets, le photographe disparaît également aux yeux des habitants de l’aquarium. Les comportements des poissons, parfois timorés vont également  se modifier ;des scènes assez difficiles à observer dans des conditions normales  vont pouvoir se dérouler sous nos yeux et être immortalisées.

Pour conclure notre séance concernant l’équipement de studio: passons aux effets spéciaux propres à  soulever l’admiration de ceux qui observeront  votre photo : L’usage d’ un sèche -cheveux manipulé  délicatement en dirigeant le souffle  vers la surface de l’eau,  va créer un effet des plus intéressants.

Cette méthode permet d’obtenir des ondulations à la surface de l’aquarium; cela donne un rendu  saisissant, met en valeur  et renforce la présence de l’eau. Pour ce, nous fixons le sèche-cheveux à un trépied  disposé assez loin de l’eau afin d’éviter tout risque de chute qui serait très dangereuse et fatale à notre aquarium .

(Nous rappelons que l’usage de matériel électrique doit se faire en étant conscient des risques liés à son usage à coté de l’eau et que cela est fait sous la responsabilité de l’aquariophile)

La photo ci -dessus montre l’installation dans son ensemble.

A l’aide d’une pince à dessin nous mettons ici une plaque blanche sur le côté de l’aquarium;  cette plaque  va occulter le fil de la rampe. Dans d’autres cas nous utilisons du papier aluminium pour augmenter l’effet de profondeur mais ceci fera l’objet d’un autre article.

Afin de diffuser de manière homogêne l’éclairage, nous montons la rampe à la hauteur d’eau du bac. Ce faisant, nous permettons à la lumière qui pénètre dans l’eau d’avoir une plus grande douceur de répartition entre la surface et le sol de l’aquarium. Ceci  réduit  les différences de diaphragme entre la surface, proche de la source lumineuse et le sol du bac .

Le dernier détail qui n’est pas  le moindre est le retrait temporaire de tous les éléments matériels qui sont dans l’aquarium. Canne, rejet de filtration et diffuseur de Co2 sont  sortis délicatement afin de ne pas créer de remous qui troubleraient  l’eau. Nous allons tout d’abord photographier notre aquarium au réveil de celui-ci, afin de pouvoir observer les plantes avant qu’elles ne se soient ouvertes; nous laisserons l’installation en place pour faire une photo le soir afin de choisir ce qui conviendra le mieux. Si vos plantes « bullent » beaucoup, nous vous conseillons de  photographier votre aquarium durant la première heure.

Nous allons  prendre des clichés du bac  avec un appareil photo compact Sony: les fichiers  sources non recadrés font 3,9 mo. Ce choix est important pour notre article, car nous voulons démontrer que ce n’est pas la taille du capteur ni le reflex où le bridge qui font la photographie, mais bien votre préparation.Voici à gauche l’image brute.

Nous choisissons le mode EXR, un mode entièrement automatique qui va définir lui-même les paramètres de prise de vues. Les poissons, l’eau et les plantes étant perpétuellement en mouvement, il va falloir utiliser un mode » priorité vitesse« . Nous photographions à main levée, c’est-à-dire sans trépied, afin de nous mettre dans la situation la plus courante.

 

Cette première photographie finale va nous servir de référence pour éventuellement modifier  le bac une dernière fois,  et l’immortaliser sous toutes ses coutures dans quelques jours.

Les données exif du boitier sont les suivantes

vitesse: 1/160

Exposition: Programme normal

F-stop f2,2

Iso 125

Objectif 7,6 mm

à suivre…

Une fois n’est pas coutume, pour ce 31 octobre de l’année 1 de l’atelier nous avons le plaisir de vous présenter un aquarium déjà planté et presque mature. Un bac sanguinolent à point pour une journée d’Halloween presque pas comme les autres. Nous reprendrons tous les détails de la création de ce bac un peu particulier à rebours pour terminer par la conception du hardscape, aussi minimaliste soit-il.

Ce bac est né d’un image, l’image d’une rivière de lave en fusion coulant au milieu d’un forêt, puis l’envi de créer un bac qui fasse un pont entre les deux écoles du Paysage Aquatique.

Entre deux écoles, (cf Qu’est-ce que l’Aquascaping), l’école Hollandaise et l’école Japonaise. L’école Hollandaise qui arrange des plantes géométriquement afin de créer un tableau végétal, coloré et esthétique et l’école Japonaise qui reproduit des paysages inspirés de la nature à l’aide entre autre de racines.

Nous reviendrons ultérieurement sur toutes les étapes, du hardscape au schéma de plantation, en passant par les modifications pour arriver à un bac, nous l’espérons, novateur, simple, vivant et naturel.

En souhaitant que  cet aquarium, mature, nous plongeras à la fois d’un monde imaginaire et également dans un bras de rivière qui pourrais être réel. L’utilisation de plantes rouge procurant un effet complètement innatendu, dynamique sur le rendu final de ce projet. Il n’y pas un rouge, mais pleins de nuances, celles-ci combinées à la transparence, au flux de l’eau, le mouvement des plantes, la présence des poissons procure une sensation qui peut dépasser l’observation d’un paysage dans la nature, entre la réalité de la vie aquatique et l’imaginaire il n’y pas beaucoup de médium qui peuvent arriver à procurer un tel effet.


Voici presque deux semaines que nous ne touchons plus à rien, après une légère baisse de régime des plantes suite à des tailles finalement très conséquentes, le bac semble reprendre la route. Les algues vertes, qui sont apparues après les coupes, avec l’aide  de changements d’eau, de patience ainsi que de bonne dose d’Algues Exit, ont quasiment disparu et l’équilibre semble établi. Le bac va fêter ses 9 mois et il est bien possible que la séance de photographie finale qui immortalisera ce bac expérimental se rapproche.

La partie gauche, bien que chaotique a trouvé un certain équilibre, la présence de l’Eleocharis parvula avec dans son prolongement l’Eleocharis acicularis donne légèreté, finesse au bac du premier au dernier plan en plus de créer un lien visuel et de la perspective.

Le bouquet de gauche, composé de Rotala sp green, Rotala Indica etPolygonum Sao Paulo est désormais à sa place au premier plan. Il ne demande quasiment plus aucune taille, mis à part un contrôle des tiges de la Rotala sp green qui pourraient partir un peu trop loin sur le sol.

Le bouquet central composé désormais de Polygonum Sao Paulo, Rotala macrandraLuwigia repens rubinEleocharis viviparaNymphaea Lotus tigre rouge, encerclé d’Hydrocotyle tripartita (sp Japan) et de Lobelia cardinalis var petite est finalement assez ordonné.

En attendant nous laissons les plantes  reprendre un peu de hauteur…

Le chemin reste la zone « sombre  » de ce projet, les Anubias nana var yellow et la Cryptocoryne wendtii brown y rêgnent en maître. La Nymphea Lotus Tigre rouge, après avoir  eu les tiges pincées, reste en bas et non content de nous montrer ses magnifiques feuilles, protège les Anubias nana var yellow de trop de lumière.

Le premier plan à droite, constitué d’Eleocharis parvulade quelques touches de Cryptocoryne Wendtii brown et de  Staurogyne porto vehlo encerclant un bouquet de Rotala sp green et indica est agréablement surprenant à cet endroit. La rotala macrandra que nous apercevons à droite est, quant à elle, la reine de ce bac…et ne pourrait pas être ailleurs. 

Sur la racine, nous avons laissé s’accrocher naturellement de la Vesicularia montagnei,  l’Hygrophila Pinnatifida , dont nous avons systèmatiquement coupé les têtes, c’est également accroché à la racine, sa forme, sa couleur, rouge et vert olive  est du plus bel effet.

 

Une galerie de  photographies  pour ceux qui veulent en voir un peu plus est également disponible avec la fiche technique de l’aquarium:

0 313

blackwater from Floraquatic on Vimeo.

Black Water signifie Eau Noire, lorsque l’on parle d’eau noire, blanche où claire, on parle en réalité plus des paramètres physico chimique de l’eau que de la couleur à part entière de l’eau. C’est en cela que les produits tel que le La poudre Black Water est un mélange d’oligoéléments, d’acides humiques et fulviques avec une multitude d’effets positifs sur votre aquarium et ses habitants. Facilitant ainsi l’aquariophile à obtenir facilement les paramètres souhaités sans pour autant colorer votre eau. 

0 181

L’entretien d’un bac planté comme celui-ci ne demande finalement pas beaucoup de temps; une fois que nous sommes bien habitués aux différentes étapes et bien organisés. En moins d’une heure par semaine nous pouvons apprécier un aquarium.

La première chose que nous faisons c’est de siphonner les zones non planté. Une fois cela effectué nous allons retirer 20% du volume d’eau. Ce renouvellement de l’eau chaque semaine n’est pas une obligation, mais il permet de limiter la croissance d’algues indésirables au départ.

Afin de ne pas abimer les angles de l’aquarium sans négliger le fait que si le silicone n’est pas nettoyé il va finir par s’encrasser. Pour cela une brosse en plastique dur fera parfaitement l’affaire.

Accéder facilement et rapidement à toutes les zones de l’aquarium, afin de gratter les petites algues spot sur les vitres se fait avec un racloir, le plus pratique et le plus maniable restant le Pro Razor ADA qui avec sa rallonge permet d’accéder à toutes les zones des bacs de grand volume, une raclette à vitre Tetratec fera également l’affaire.

Rejoignez-nous