L’aquarium présenté ici a été réalisé lors d’un déménagement en plein hiver. En attendant d’être réinstallée dans notre nouvel atelier, la population de poissons sud-américains avait trouvé refuge dans le bac d’un ami  passionné d’aquascaping en région parisienne. Lors du transfert, nous avions  cependant gardé les poissons assez particuliers que sont les Stiphodons auxquels l’auteur de ce bac  est très attaché, ainsi que toutes nos crevettes.

localriver-161

La Sèvre Nantaise en plein hiver, la rivière locale, source d’inspiration pour le projet.

Lors du chargement, l’aquarium ayant eu plusieurs fuites, nous avions du nous résigner à le  vider . Néanmoins nous avions bien prévu la conservation des masses filtrantes et après 48h de voyage, filtres et poissons avaient retrouvé place dans  un bac “de maintien”. Par contre, les masses filtrantes du gros filtre Hagen G6 ne correspondaient techniquement pas aux dimensions du  ” nano cube” qu’il nous restait de disponible ; c’est dans l’urgence que nous avions du nous procurer une autre cuve. Notre nouvel espace étant en travaux, le bac devait être temporaire et devait pouvoir être déplacé de pièce en pièce assez facilement. Pour ce, nous l’avions posé sur une table à roulettes. Il ne restait plus qu’à trouver le format du bac  qui conviendrait au maintien des poissons.

localriver-80

Installation temporaire dans la maison qui est alors en plein travaux.

L’aquarium “idéal”

C’est dans une animalerie locale que nous avions repéré un bac à tortue dont le prix était très raisonnable et le format assez particulier : 80x30x25 cm . Il avait un volume minimum mais présentait une surface au sol assez pertinente pour que les huits Stiphodons sp, deux mâles et six femelles, puissent évoluer. La hauteur de la cuve n’autorisant pas à placer les pierres en position verticale, il fallut coucher 3 énormes roches Frodo stone qui se trouvaient encore dans les caisses, ajouter un sac de 9 litres d’ADA aquasoil New Amazonia et autant de sable Congo Sand ADA devant. A notre arrivée, nous avions également installé rapidement les plantes qui avaient fait le voyage, c’est à dire quelques pieds de Bolbitis heudelotii, que nous nous amusons à nanifier depuis nos débuts en aquariophilie, ainsi que quelques boutures des plantes que nous avions sauvegardées.

localriver-117

Nous avons par la suite, ajouté quelques autres végétaux comme Riccia fluitans, Anubias barteri var.petite, Eleocharis vivipara, Cryptocoryne spiralis ainsi qu’Hydrocotyle tripartita.

Les engrais, Easy Life, Profito, Kalium et Ferro ont été ici les meilleurs alliés de la croissance des plantes. Une bonne quantité de CO2 coïncidait avec une durée d’éclairage de 8 heures par jour, en plus de la lumière ambiante (le bac s’est retrouvé à plusieurs reprises près d’une fenêtre).

Puis nous avons ajouté 100% d’eau du robinet dans le bac, quelques activateurs de bactéries et nous l’ avons laissé ainsi pendant 24h.

localriver-79

Les tests se sont révélés concluants, l’aquarium étant rempli avec une eau de conduite ayant des paramètres convenables : GH 6°d, KH 4°d et pH de 7,5. Par la suite, nous avons connecté le filtre Hagen Fluval G6 sur le bac, qui indiquait une conductivité de 430 mS/cm, soit une eau douce et un pH satisfaisant. Nous pouvions enfin libérer nos Stiphodons sp dans leur nouvel espace de vie, les crevettes devant, par soucis de sécurité, attendre dans un nano-aquarium quelques semaines supplémentaires.

Le filtre fournissant un brassage et un débit considérable pour un si petit volume, mais pouvant être comparé au débit des rivières torrentielles dans lesquelles vivent les Stiphodon sp. rainbow, nous avons pensé qu’il demeurait raisonnable. Et de fait, les 1000l de brassage /heure pour ce petit contenant de 54 litres ne furent qu’une “partie de plaisir ” pour ce groupe de Gobiidés qui s’amusa à s’accrocher aux pierres.

localriver-121

Nous reviendrons la semaine prochaine sur les semaines qui ont suivi la mise en route de ca bac aux dimensions hors normes et qui s’est classé parmi les 100 meilleurs aquariums lors de l’IAPLC 2012..

 

Articles similaires

2

Pas de commentaire

Laisser un commentaire