Tags Posts tagged with "weeping"

weeping

5 989

Lorsque ces nouvelles racines sont arrivées à l’atelier nous avons décidé de nous laisser inspirer par ces nouveaux éléments. Nous avions déjà construit nous-même notre « petit arbre« , mais ici, les deux pièces que nous avons reçues nous ont immédiatement projetés dans nos souvenirs de voyage au japon.

Souhaitant réaliser un véritable paysage miniature avec un arbre  pleureur, se courbant comme celui que vous pouvez voir. L’image ci-dessous qui est  exposée sur les murs de l’atelier, nous  transporte dans la forêt de Shiratani. Suintante d’humidité telle une éponge, cette forêt d’où seraient venus certains des premiers habitants du Japon, est située sur l’île de Yakushima. Elle est entièrement préservée et présente de fortes similitudes avec les jardins japonais tels que nous les connaissons.

Ci-dessous, nous lestons la racine Trees Roots avec une Okho stone et nous la fixons sur la pierre avec du ADA wood tight, conçu sur le principe du fil de jardinage inoxydable et recouvert de matière plastique. Son élasticité, sa solidité et surtout sa couleur sont de précieux atouts pour obtenir un rendu très naturel sans recourir à des subterfuges.

C’est lorsque nous nous approchons du sommet de la montagne et que la cime des arbres commence à apparaître, que cette similitude semble la plus évidente . Nous allons tenter de reproduire, à l’échelle d’un nano- aquarium, l’esprit de cette photographie.

 

Pour cela nous utilisons une paire de ciseaux, de la colle « Super Glue » en gel et deux portions de Weeping moss. La Weeping moss  a l’avantage de vraiment tomber sous la lumière et devrait tout à fait convenir pour la représentation de notre bonzaï aquatique.

 

 

Cependant, aussi belle soit cette mousse, elle s’accroche très mal aux supports que constituent les nombreuses et très fines ramifications de notre racine . L’usage de « Super Glue » gel, s’est par conséquent imposée. Nous procédons branche par branche en prenant soin de bien écraser la mousse humide sur les gouttes de « Super Glue ».

Nous terminons cet assemblage et nous constatons que les deux portions de mousse dont nous disposions  ont été utilisées; quelques branches n’ont pas  pu recevoir de mousse. Nous rectifierons ce manque lorsque la mousse aura trouvé sa forme en immersion  d’ici un mois.

 Délicatement nous procédons à la mise en eau.

 

 

 

 

 

L’aquarium dans lequel nous avons réalisé ce nouveau projet était en eau depuis quelques semaines, la partie technique fera l’objet de notre prochain article.

0 939

Nous continuons notre série sur les mousses avec la , bien que récemment introduite dans nos aquariums, non moins fameuse Weeping moss. En effet si la Flame moss, précédemment présentée, nous rappel assez facilement nos forêts de Cyprès, la Weeping moss, de par son port pleureur et ses rameaux bien dessiné, nous rappelle elle aussi le port de cyprès, mais de forêt plus lointaine, tel des cyprès japonais au port tombant, se courbant sous les poids des branches et des épines.

J1 nous venons tout juste de fixer la mousse sur la pierre de lave. Nous avons essayé de la répartir au mieux, sans la tasser mais sans laisser d’espace afin d’optimiser l’accroche. .

J9 déjà des petits rameaux verts clairs pointent le bout de leur nez mais la mousse ne c’est toujours pas acclimaté aux paramètres de l’eau. C’est cette étape qui sera la plus longue. Une fois la weeping moss acclimaté à l’eau, mais également aux autres paramètres tels que le courant, la lumière, la fertilisation ou non.

J30 Nous pouvons voir qu’enfin la Weeping a pris ses marques et commencent à pleurer  tout en ayant lancé ses premiers vrais rameaux. Encore quelques jours et nous pourrons envisager les premières boutures. afin de stimuler son accroche en permettant à la lumière de pénétrer.

Rejoignez-nous