Tags Posts tagged with "flame"

flame

Ce nouveau projet étant destiné à accueillir des crevettes de notre sélection, nous décidons d’utiliser uniquement des mousses. En plus d’avoir une esthétique vraiment singulière, conférant aux paysages aquatiques une image d’éternité, les mousses sont très utiles pour les habitants de nos aquariums et leur progéniture. Elles sont de véritables infusoires pour les alevins de poissons et les juvéniles des crevettes.

En plus des raisons citées ci dessus, elles se fixent sur des supports et permettent ainsi aux amateurs de crevettes, de retirer les plantes si le besoin se présente sans pour autant déraciner quoi que ce soit. Ce qui est un atout supplémentaire pour la stabilité de l’aquarium.

Munis de ciseaux, du fil de pêche de 16 mm et de petits blocs de pouzzolane où des abris en argile, nous avons tous les supports pour fixer nos mousses.

Nous coupons sans hésiter nos brins de mousse, nous faisons un double essai en  ciselant les portions. Nous recouvrons seulement la partie supérieure de nos supports; en effet il ne faut pas mettre de mousse en dessous car elle pourrirait au contact du sol, créant potentiellement une pollution du bac.

 Si pendant des années les créateurs d’aquariums se sont contentés  d’utiliser la célèbre mousse de Java, la Vesicularia dubyana, depuis l’avènement des aquariums plantés, de nombreuses mousses aquatiques sont apparues. Nous allons tenter de créer un véritable jardin de mousses en jouant sur les formes et les hauteurs. Notre choix est porté sur des mousses « montantes » pour le fond et sur une mousse très simple à l’avant. 

Pour la partie situé derrière les pierres  nous choisissons  Giant Willow moss, Fontinalis antipyretica Willow moss , Taxiphyllum alternans- Flame moss Fissidens fontanus- Phoenix moss  et Vesicularia sp – Creeping moss 

Pour l’avant plan nous mettons un classique que nout taillerons au fil du temps de laVesicularia Dubyana java moss

La plantation, qui n’en n’est pas vraiment une, est un jeu d’enfant. Nous disposons les supports là où nous avons de l’espace et en fonction de la hauteur finale des mousses. La facilité de mouvement des éléments nous permettra de gérer cela au gré de nos envies.

 

Nous laissons un morceau de pouzzolane avec de la Fontinalis antipyretica Willow moss  non taillée pour l’observer et comparer sa pousse à celle des autres.

 

 

 

 

À l’avant-plan les plus petits morceaux de pouzzolane ont été utilisés pour fixer la mousse de Java dans les interstices.

 

 

 

 

 

Éloge de la patience et du temps, ce projet  est pensé pour nos crevettes, avec cette partie cachée, cette véritable aire de repos, champ de mousse et cette majestueuse Frodo stone servant de terrain de jeu pour les moins timorées. Ce décor devrait devenir notre studio photo car nous avons repéré plusieurs juvéniles se faufilant sur les jeunes mousses et les adultes déambuler sur la pente.

Après quinze jours à nous battre contre les algues et un Black-Out de 7 jours, le bac semble enfin prendre la direction  de l’équilibre. Plus une algue à l’horizon mis à part part celle qui patine les pierres. Pour cela nous trouverons la solution la plus naturelle, en adéquation avec les paramêtres du bac nous rajouterons ultérieurement quelques Gastromyson Punctulatus et  5 Neretina Pulligera – Black Racing, qui sont de redoutables alliés pour limiter les algues, en plus d’être très présent et vivant dans l’aquarium.

Le mix de Glossostigma elatinoides, d’Hemianthus callitrichoides, d’Hydrocotyle sibthorpioides, de quelques pointes d’Eleocharis parvula en avant plan se passe à merveille. La transition avec Vesicularia montagnei également.

Quelques Caridinas cf Cantonensis de grade de grade A à S sont introduites  et un groupe d’Hyphessobrycon Amandae, qui doivent aller dans un autre aquarium, sont mis dans ce bac en attendant  que le leur soit cyclé, ils contribueront aussi à augmenter l’apport de nitrate nécessaire.

Le bac prend la direction que nous avions imaginé à la conception. Le rôle des mousses en fond tel que la Flame moss et la Spiky moss, vont cependant être observé de plus près car ces mousses, sublime et facile donne  pourtant ici un effet exagérément terrestre,  qui au lieu de souligner la puissance de la pierre maîtresse, souligne l’effet « forêt de Sapin » et attire un peu trop l’attention. Des boutures de Vesicularia montagnei ainsi que de la Vesicularia mini-x moss pourrait bien les remplacer afin d’augmenter l’importance de la présence des pierres.


0 1220

Se dressant tel des branches miniatures de cyprès la Flame Moss a obtenu ses lettres de noblesse dans les paysages aquatiques. Qu’elle soit disposée en solitaire où en groupe son allure très particulière créera très facilement soit des petits bosquets isolés soit de véritables forêts de cyprès impénétrables.

Dans notre série  sur les mousses nous continuons donc avec la Taxiphyllum sp – Flame moss

Jour 1 lors de l’accrochage de la mousse à la pierre de lave, juste avant d’être mise en eau.
Déjà elle a une tenue assez particulière, raide, mais son apparence finale et sa densité ne viendra qu’avec le temps et les tailles successives. Toutefois, elle pousse très facilement et ceci dans la plupart des conditions.

Au bout de 9 jours elle a déja décidé  de monter et de nous sortir ses petits bouts vert clair.

30 jours après nous pouvons même songer à une première taille, si nous souhaitons la rendre plus compact et également pouvoir la bouturer à d’autres endroits, il nous suffira en additionnant les petits morceaux de lave côte à côte de les regrouper, ou pas. De cette manière nous pourrions dès lors obtenir une véritable forêt de mousses, qui en fonction de votre coup de ciseaux, courbe, droit,  pourra prendre la forme d’une forêt de cyprès, qu’il soit italien où japonais, seule votre imagination limitera l’apparence obtenue… à vous de jouer !

Rejoignez-nous