_MG_9196 copyDepuis le lancement d’Articles et Médias, nos reportages de la rubrique “L’illusion de la Nature” sont devenus des rendez-vous réguliers partagés avec vous. Ces promenades photographiques sont non seulement  pour nous, le moyen de prendre conscience de la beauté de la nature et de trouver une source d’inspiration, mais encore un moyen de constater que l’aquariophilie, lorsqu’elle est pratiquée ainsi, peut-être assimilée à une pratique de plein air.

Notre espace nous permettant de créer de nouveaux projets et de bénéficier d’aquariums dédiés à la conception de décors, nous pouvons dès lors commencer plusieurs projets.

L’idée de reprendre une de nos images du Japon et de nous en inspirer, c’est imposée à nous . Dans la photographie ci-dessous, l’eau qui ruisselle a fait partir la couche d’humus mais les racines sont si grandes qu’elles forment une  caverne dans laquelle un homme pourrait se glisser. Un tel spectacle nous est rarement offert dans la nature, et  à fortiori  dans un aquarium.

Après les préparatifs de notre prochain aquarium,nous avons décidé de faire évoluer un bac dont nous nous occupons depuis le début de l’atelier: “Halloween sur l’Amazone“, devenu, si vous vous en souvenez, “Sombre rivière”. Il va d accueillir un troisième décor. En procédant ainsi, nous démontrons que l’Aquasoil  ADA peut être conservé très longtemps ; une fine couche sera simplement ajoutée au nouveau projet afin de remettre l’ensemble en état. Au-delà de ce principe économique et pratique, l’Aquasoil permet également de maintenir en santé des plantes comme les cryptococcoses, amatrices de sols riches et  anciens. Les cryptocorynes sont des plantes sciaphiles, elles aiment les sols riches mais elles sont peu gourmandes en lumière et peuvent également se passer de CO2. C’est une façon directe de concilier  les deux pratiques de l’aquariophilie hélas encore trop souvent séparées  que sont la maintenance low tech et l’Aquascaping.

SwissLife

Revenons à notre paysage: nous avons eu beau chercher une souche de Black Wood qui se rapprocherait de cette image, aucune ne convenait. Les racines RedMoor et Desert  Wood étaient trop fines.C’est donc par nos propres moyens que nous mettons en place notre paysage.  Nous disposons pour cela d’une petite quantité de racines de Mangroove.

Afin de réaliser la racine dont nous avons besoin pour  monter la structure, nous utilisons une perceuse munie d’une mèche fine et quelques vis en acier inoxydable.

SwissLifeUne fois ce travail effectué, nous pourrons laisser tremper quelques jours les racines et réfléchir à la méthode la plus fiable pour les  fixer entre elles dans l’eau.

Ci-dessous un détail des trous qui nous permettent de fixer les racines entre elles. En attendant la mise en eau, de simples visses sont utilisées

Le squelette de notre projet est là. Nous allons maintenant nous occuper de détails importants et récupérer des dizaines de petites racines qui contribueront grandement à créer l’atmosphère de l’ensemble. Des chutes de racines, ainsi que quelques morceaux de Saule Tortueux feront l’affaire.

Nous le photographions sous différents angles afin de nous rendre compte du rendu. Les détails, seront réalisés ultérieurement, in situ nous disposerons d’un sol plus épais ce qui changera complètement la disposition du fond.

Cette étape sera effectuée une fois la structure principale mise en eau.

 

Articles similaires

2 commentaires

  1. L’arche crée avec le bois est magnifique et fait en même temps très naturel !

    J’aime beaucoup le format de ce bac ( le même que pour la rivière ?). J’en ferai bien un comme ça, avec genre 10-15cm de plus en profondeur, mais l’évaporation doit être très importante…

Laisser un commentaire