Certains endroits sur terre sont  empreints d’un tel profond mystère que la nature, dans son immensité magique et sauvage , nous impose sa beauté. Continuons notre promenade  sur l’ile de Yakushima, à la rencontre des vieux Sugis, quittons quelque peu le sentier qui longe la rivière et égarons-nous dans cette forêt légendaire.

Lorsque nous  décidons de sortir du sentier, il nous faut avant toute chose  bien regarder où nous posons nos pas pour ensuite nous mettre à l’écoute du sous bois  . 

 

En effet, entre le suintement de l’eau sur les mousses, le bruissement du vent  dans les feuillages, la présence  des animaux ou les craquements de nos pas sur les branches de bois mort, nous constatons l’absence du silence. Il est difficile de retranscrire ici l’atmosphère de calme, de mystère et de paix qui règne sur cette forêt.

Comme notre regard est orienté par la passion que nous nourrissons  pour les paysages aquatiques, la moindre mousse, la  racine la plus noueuse, la plante la plus frêle vont retenir toute notre attention.

Il faut veiller à pas se laisser surprendre par la tombée du jour dans cette forêt déjà si mystérieuse et obscure.

 

Ici, espace et temps semblent suspendus.

Lorsque l’on regarde de plus près, la nature peut nous sembler familière.

Si,avec ses sugis millénaires, la végétation est particulière à Yakushima, les similitudes avec certaines forêts bretonnes, avec leurs blocs de granit , leurs fougères, leurs chênes et leurs châtaigniers, sont incontestables.

Alors en levant nos regards, c’est un monde extraordinaire qui se dévoile à nous. Les arbres prennent des formes qui laissent libre cours à notre imagination. Comme un enfant contemplant les formes étranges et changeantes des nuages, nous découvrons ici, avec des yeux d’aquariophile, une source inépuisable d’inspiration pour des compositions d’aquariums à venir.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire