Les bases de ce paysage ont été posées avant notre déménagement. C’est partant de cette idée que nous avons décidé de reprendre ce projet et de préparer sa mise en eau sans plus tarder.

C’est un bac de type biotope Africain, dont le continent est souvent oublié en aquariophilie, en dehors des fameux aquariums de Cichlidés, qui sera mis à l’honneur ici. Comme à notre habitude, nous avons fait le choix de la population avant la mise en eau, ceci afin d’avoir une cohérence entre les éléments du décor, la plantation et la population.

Cette méthode permet d’apporter aux poissons un milieu géographique naturel et adapté et nous fait totalement oublier que nous sommes devant un aquarium. La population sera composée de petits groupes d’Epiplatys annulatus, de Lepidarchus adonis et Ladigesia roloffi. Si nous n’arrivons pas à en trouver ,le classique Poropanchax normani conviendra parfaitement. Certaines expéditions ont localisé ces poissons dansles lits de petites rivières situéesau creux de collines de roche volcanique et au cœur de forêts humides, à la végétation d’arbre à feuilles semi-caduques et persistantes. La végétation aquatique africaine étant assez restreinte nous avons décidé de partir d’un choix minimaliste composé de : Anubias,Vesicularia sp, Vesicularia montagnei et Crinum calamistratum ont été choisies.  Ce projet de type biotope Africain a tout d’un bac Lowtech; les apports en fertilisant seront uniquement appliqués en cas de nécessité et nous n’ajouterons pas de Co2 .Anubias et vesicularia sp n’ont pas de besoins spécifiques, par contre la belle crinum calamistrum, si elle aussi se passe de Co2,demande un sol épais et riche.  Pour cela nous répendons, directement sur la vitre du sol et à l’endroit où seront plantés les pieds des végétaux, tous les produits nécessaires à l’obtention d’un substrat riche.Nous mettons en place Bacter 100Clear SuperTourmaline BC, Penac W pour aquarium . Une couche épaisse de 10 cm d’Aquasoil sera  nécessaire au bon développement du système radiculaire de la crinum calamistatum.

Pour des raisons d’esthétique nous utilisons un sable fin et lumineux La Plata Sand ADA est sans doute un des mélanges les plus réussis, sa beauté illuminera les parties sombres du décor.

Nous lestons la racine la plus importante, bien qu’elle ait trempé plusieurs jours ,à l’aide une pierrececinous permet de la stabiliser. Nous  fixons simplement cette dernière avec un fil d’inox recouvert de plastique vert ( fil de jardinage). Cette partie sera occultée par le décor.

 Une fois la racine positionnée nous  pouvons intégrer une par une, les pierresque nous avons sélectionnées: ce sont des Black Lava stone ADA. Cette pierre légère et e friable va contribuer, de part sa teinte noire unique, à donner un aspect brut au paysage aquatique.

Nous en cassons une avec un marteau pour obtenir des débris de lave que nous disposons entre les grosses pierres, à la jonction du sable et de l’Aquasoil, ceci afin de créer une barrière et d’éviter un mélange qui nous donnerait trop d’entretien.

Les petites racines Redmoor, qui trempent actuellement seront recouvertes de Vesicularia au moment de la plantation. Mais cette phase feral’objet d’un article spécifique.    En attendant voici le montage qui a été photographié dans son intégralité. Comme à notre habitude  lorsque nous lançons un nouvel aquarium, nous nous donnons quelques jours de réflexion pour la disposition finale des pierres.  Déraciné I La réalisation from Floraquatic on Vimeo.

Articles similaires

Pas de commentaire

Laisser un commentaire