Si le principe de ne toucher à rien, de ne jamais tailler, de ne rajouter ni engrais, ni CO2 semble fonctionner pour ce genre de projet, le fait de ne pas toucher au sol a favorisé l’implantation de Pellia entre les tiges de Valisneria nana  et le sol, générant des zones dites « mortes ». La disparition de plusieurs juvéniles et de certains adultes nous a alerté. Avant donc de réagir nous avons décidé de faire une petite séance photo.

Cela fait presque 3 mois que nous n’avons pas mis les mains dans l’eau. Les racines Desert Wood sont impeccables, les Clithons et Puliggera Black racing nous aidant gracieusement au nettoyage rigoureux de celle-ci et c’est sans compter sur leurs passages répétés sur les vitres et les angles, en dehors des changements d’eau tous les quinze jours, histoire de…nous ne faisons quasiment rien

Les paramètres sont très stables: PH – 5.8 >6 / KH 0 / GH 5-6 / ms 270-300 / 21° min mais malgré cela, comme nous voyons peu de juvénile grandir, nous allons nettoyer le fond du bac dans les jours à venir.

Pour ce qui est des plantes, il est vrai que l’absence de fertilisation et de Co2 a une forte tendance à ralentir la pousse, de beaucoup même. Mais cette lenteur donne aux plantes le temps d’épouser littéralement le décor, donnant à l’ensemble du bac un sentiment d’éternité.  La Valisneria Nana stolone de partout, alrs qu’elle devient dangereusement dense au sol mais en montant elle semble suivre le rythme et les formes des racines, nous allons onc la garder mais essayer de la contrôler. La Cryptocoryne cryspatula, la Polygonum sao paulo, la Nymphaea glandulifera  stagne, mais sont en pleine forme. La Crinum calamistratum quant à elle semble avoir trouvé sa place au coeur même du projet.

Voici donc un portfolio du bac avant une première séance de nettoyage.

7 commentaires

  1. C’est l’inverse Djo
    Le gène red est récessif par rapport au gène black si le croquis est bon. Un peu comme l’est le gène « yeux bleux » par rapport à « yeux marrons ».
    A la fin il n’y aura donc que très peu de CRS (puisqu’elles sont obligatoirement homozygotes), même si le gène sera toujours présent chez les CBS qui seront « impures », c’est à dire hétérozygote (y aura également quelques homozygotes aussi, mais impossible de savoir sauf à regarder la proportion dans la descendance).

  2. Magnifique cette aquarium !
    Vous avez utilisé des ‘racines araignées’ ou/et des ‘racines désert wood’ ?
    Pas simple de refaire la même chose chez sois… Ça serait intéressant d’avoir un aperçu de comment vous arrivez a mettre en place la déco des aquariums présent dans la catégorie ‘l.atelier’.

  3. +1 avec Djo. Le mélange CRS et CBS n’est absolument pas un souci. Notre seul souci est de retirer dès que nous le voyons; c’est arrivé deux fois en 9 mois, toutes les traces de snow afin de pouvoir avec le temps obtenir une « souche maison » de crevette CRS et CBS de pure ligné. Ce bac n’étant plus un bac de crevettes importé, car si au départ nos crevettes nous sont parvenues des meilleurs éleveurs Japonais, Français et Allemands, toutes celles que nous voyons désormais sont nées à l’atelier sous nos yeux où bien sous ceux de nos amis éleveurs locaux et passionnés. :)

Laisser un commentaire