Une fois n’est pas coutume, pour ce 31 octobre de l’année 1 de l’atelier nous avons le plaisir de vous présenter un aquarium déjà planté et presque mature. Un bac sanguinolent à point pour une journée d’Halloween presque pas comme les autres. Nous reprendrons tous les détails de la création de ce bac un peu particulier à rebours pour terminer par la conception du hardscape, aussi minimaliste soit-il.

Ce bac est né d’un image, l’image d’une rivière de lave en fusion coulant au milieu d’un forêt, puis l’envi de créer un bac qui fasse un pont entre les deux écoles du Paysage Aquatique.

Entre deux écoles, (cf Qu’est-ce que l’Aquascaping), l’école Hollandaise et l’école Japonaise. L’école Hollandaise qui arrange des plantes géométriquement afin de créer un tableau végétal, coloré et esthétique et l’école Japonaise qui reproduit des paysages inspirés de la nature à l’aide entre autre de racines.

Nous reviendrons ultérieurement sur toutes les étapes, du hardscape au schéma de plantation, en passant par les modifications pour arriver à un bac, nous l’espérons, novateur, simple, vivant et naturel.

En souhaitant que  cet aquarium, mature, nous plongeras à la fois d’un monde imaginaire et également dans un bras de rivière qui pourrais être réel. L’utilisation de plantes rouge procurant un effet complètement innatendu, dynamique sur le rendu final de ce projet. Il n’y pas un rouge, mais pleins de nuances, celles-ci combinées à la transparence, au flux de l’eau, le mouvement des plantes, la présence des poissons procure une sensation qui peut dépasser l’observation d’un paysage dans la nature, entre la réalité de la vie aquatique et l’imaginaire il n’y pas beaucoup de médium qui peuvent arriver à procurer un tel effet.


Articles similaires

Pas de commentaire

Laisser un commentaire