Très utilisé par les aquariophiles et par les aquascapers, les mousses et hépatiques sont très utiles pour les habitants et leurs progénitures, elles sont de véritables infusoires pour les alevins de poissons et les juvénils des crevettes, elles servent aussi de support pour les pontes de biens des espèces, bien dense elles sont d’exellentes caches naturelles.  Si l’on rajoute à cela l’aspect hors du temps qu’elles procurent et le peu d’entretien qu’elles nécessitent, poussant quasiment dans toutes les conditions de lumière et d’éclairage, nous avons là une des familles de plantes les plus populaires. 

Si pendant des années les aquariums ce sont contentés de la célèbre mousse de Java, la Vesicularia dubyana, depuis l’avènement des aquariums plantés de nombreuses mousses aquatiques sont apparues. La Riccia est devenu populaire grâce à Takashi Amano qui l’a fixé sur des petits supports et a fait couler cette plante qui borde le lit des rivières au Japon.

Si en règle générale les riccias ont tendance à être utilisé en plante flottante, Riccia rhenana, quant à elle, coule naturellement, sous un fort éclairage elle formera de véritables bosquets, en s’accrochant volontiers entre les plantes , donnant parfois un air plus sauvage et naturel. En plante émergée dans les paludariums, à la surface de l’eau sur une racine où une pierre elle prendra un aspect plus petit, plus sombre tapissant assez rapidement les parties émergées.

Même si elle coule naturellement, nous la fixons, assez densément tout de même, à une pierre de lave afin de pouvoir contrôler sa place et éventuellement la déplacer aisément. Ici le jour 1 avant d’être immergé.

Dans de très bonnes conditions la Riccia rhenana pousse très vite et donne un vert très clair du meilleur effet visuel, ici le jour 9 après immersion.

Au bout de 30 jours, nous obtenons un véritable bosquet élégant, épuré du plus bel effet.

2 commentaires

Laisser un commentaire